Of Darkness...

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Therion (SWE)
Nom de l'album Of Darkness...
Type Album
Date de parution Fevrier 1991
Produit par Tomas Skogsberg
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album133

Tracklist

Re-Issue in 2000 by Nuclear Blast
1. The Return 05:15
2. Asphyxiate with Fear 04:01
3. Morbid Reality 06:05
4. Megalomaniac 04:11
5. A Suburb to Hell 04:48
6. Genocidal Raids 05:15
7. Time Shall Tell 05:08
8. Dark Eternity 04:46
Bonustracks (Re-Issue 2000)
9. A Suburb to Hell (Demo Version)
10. Asphyxiate with Fear (Demo Version)
11. Time Shall Tell (Unreleased Version)
12. Dark Eternity (Unreleased Version)
Total playing time 39:49

Chronique @ Fabien

09 Novembre 2009
Originaire de Stockholm et évoluant aux côtés d’acteurs incontournables des débuts de la scène deathmetal de la capitale suédoise, tels Nicke Andersson, Michael Amott ou Johan Edlund (Nihilist, Carnage, Tiamat), Christoffer Johnsson forme son propre groupe dès 1987, autour de Peter Hansson, Oskar Forss & Eric Gustafsson, orientant rapidement son style thrash vers un style deathmetal grandissant, et adoptant parallèlement le patronyme Therion, en référence directe au fabuleux to Megatherion de l’ancien dieu Celtic Frost.

Ecoulant facilement ses premières démos, le fameux magasin House of Kicks de Stockholm propose au groupe l’enregistrement d’un mini-LP, Time Shall Tell, immortalisé aux Sunlight Studios en automne 1989, entre les sessions de Sumerian Cry et Left and Path (Tiamat, Entombed). Le bon accueil réservé au mini album débouche sur un contrat entre Therion et Hammy, le boss du jeune label Peaceville qui, après le succès de ses poulains Autopsy, Paradise Lost et Darkthrone, crée la division Deaf Records majoritairement dédiée au style deathmetal en plein essor.

Pour un budget de 1400 dollars, partagé entre Therion et son label, le quatuor rejoint ainsi de nouveau l'ingénieur du son Tomas Skogsberg durant six journées de l’automne 1990. L’enregistrement plus long que prévu contraint en revanche le groupe à inclure deux captures de son précédent mini-LP (Time Shall Tell & Dark Eternity), bénéficiant toutefois du mixage propre au nouvel album.

Paru en cours d’année 1991, le bien nommé Of Darkness... contient de nombreux codes de la scène deathmetal suédoise du moment. On retrouve ainsi ce climat froid et ce son de guitare granuleux propres aux studios Sunlight, ainsi qu’un feeling particulièrement sombre. En plus des vocaux de Christoffer (trop ?) chargés en reverb, Therion recourt parallèlement à l’usage de claviers sur deux passages, lors des morceaux The Return et Genocidal Raids, à la manière de Nocturnus sur son intemporel The Key, gagnant quelques crans en profondeur.

Toutefois, bien que Therion ait composé de récents morceaux durant 1990, Of Darkness... pioche uniquement dans l’ancien répertoire de la formation, au coeur de ses premières démos et de son mini album. Ainsi, les titres possèdent certes beaucoup d'entrain, mais proposent en revanche des structures et un riffing assez conventionnels, loin de la technique et des trésors d’imagination déployés sur les albums d’Atheist, Carcass, Death, Suffocation ou Immolation de cette même année 1991.

A l’image du Nothing But Death Remains d’Edge of Sanity sorti cette même année, Of Darkness... compte parmi ces premières oeuvres suédoises sincères, interprétées par de jeunes musiciens manquant toutefois d’un poil de maturité. Des morceaux comme les bons Asphyxiate with Fear et A Suburb to Hell sont en tout cas fichtrement percutants, bénéficiant d’un riffing incisif et d’une fraicheur remarquable, brillants témoignages d’une scène deathmetal scandinave en pleine expansion à cette époque.

Fabien.

2 Commentaires

10 J'aime

Partager
Christian - 10 Novembre 2009: Une bonne chronique, même si ce n'est pas pour moi le meilleur de Therion, loin de là même.
BEERGRINDER - 10 Novembre 2009: Je ne le trouve pas folichon cet album, j'ai souvent du mal à l'écouter jusqu'au bout, trop conventionnel, surtout comparé à la bordée de tueries que tu peux choisir en se focalisant sur 1991...

Bien sûr il y a le son Sunlight et une valeur historique indéniable, mais il n'en reste pas moins que ce disque est moyen.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ bigoud

06 Fevrier 2007
1990, année où Therion sort son premier album. Pour ceux qui ont connu Therion dans les années 2000, vous allez être surpris par ce premier opus. En effet, ce premier album est un pur album de death metal !! Mais bon, maîtrisé ou pas ?? Le leader charismatique du groupe, Christofer Johnsson, assure assez bien ses cris gutturaux. Malheureusement, quand il chante, il y a comme une sorte d’écho et cela ressemble à une voix caverneuse qui peut-être fort désagréable par moment. Niveau musique, c’est excellent. La production est bonne, le son des guitares est puissant, des riffs incisifs, une rythmique brutale et violente. Mais bon, à vrai dire, cet album n’apporte rien de nouveau et est trop répétitif. On a l’impression d’entendre les mêmes riffs tout au long de l’album. Le premier titre « The return » m’a vraiment plu car très bon, mais après ça devient lourd.

En bref, un premier album très puissant musicalement mais trop répétitif et un chant trop « caverneux ». Voyons voir la suite…

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire