Lemuria

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Therion (SWE)
Nom de l'album Lemuria
Type Album
Date de parution 24 Mai 2004
Labels Nuclear Blast
Style MusicalHeavy Symphonique
Membres possèdant cet album484

Tracklist

Re-Issue in 2004 as a Digipack Version with 2 CD : "Lemuria" and "Sirius B"
1. Typhon 04:36
2. Uthark Runa 04:42
3. Three Ships of Berik (Pt.1 : Calling to Arms and Fighting the Battle) 03:20
4. Three Ships of Berik (Pt.2 : Victory!) 00:44
5. Lemuria 04:15
6. Quetzalcoatl 03:48
7. The Dreams of Swedenborg 04:58
8. An Arrow from the Sun 05:55
9. Abraxas 05:22
10. Feuer Overtüre / Prometheus Entfesselt 04:39
Total playing time 42:19

Chronique @ BEERGRINDER

23 Juillet 2008
Après une série d’albums particulièrement réussie dont l’imparable Secret of the Runes, Christopher Johnsson seul maître à bord du vaisseau, a décidé grâce à Markus Seiger et Nuclear Blast qui ont mis les moyens financiers nécessaires, de frapper un grand coup avec un double album dont voici la première partie Lemuria (2004).

Tout d’abord il est important de préciser que le terme symphonique peut réellement être appliqué ici, en effet Therion a travaillé avec une multitude de musiciens classiques, sopranos, choristes, pianistes,… et même l’orchestre philharmonique de Prague..
Typhon, titre d’ouverture évoquant le puissant titan de la mythologie grecque, sonne pourtant simplement comme un morceau de Heavy Metal à gros riff, si ce n’est le chant d’opéra et oooh surprise, le retour de quelques chants Death que l’ont avait plus entendu depuis fort longtemps chez Therion, une mise en bouche fort agréable.

Les choses plus sérieuses commencent avec Uthark Runa où l’on retrouve toujours ces guitares Heavy Metal mais celles-ci se font plus mélodieuses et le chant d’opéra est alterné avec celui franchement Heavy du talentueux Mats Levén, avec en particulier une fin véloce et frénétique digne des meilleurs moments de Helloween ou Judas Priest. Même topo sur Three Ships Of Berik : résolument Heavy mais avec cette fois le chant Death de Christopher et des orchestrations plus en avant, notamment sur la part 2 où les cuivres et les percussions se font entendre et donnent presque une ampleur cinématographique à la chose tellement les images défilent à ce moment là.

Therion joue aussi sur le registre de la ballade, c’est le cas sur la chanson titre Lemuria, musicalement un croisement entre On Thorns I Lay période Orama et Nightwish. Quetzalcoatl traite du légendaire serpent à plumes des mayas (non ce n’est pas seulement un film avec Coluche) et du coup les sonorités sud-américaines qu’on croirait sorties tout droit des mystérieuses cités d’or tombent ici à pic (comme Colt Seavers).

Ce majestueux album est de plus très varié, The Dreams Of Swedenborg lorgnant d’un côté bien plus mélancolique avec les violons plaintifs et la voix belle et triste de Piotr Wawrzeniuk (encore un pote à vastAire) un temps batteur de Therion.
Sur An Arrow From The Sun, la soprano Ulrika Skarby intervient en solo pour notre plus grand bonheur sur ce titre en partie acoustique à l’ambiance très seventies.

Après quelques chansons relativement ambiant, Abraxas arrive à point nommé pour relancer la machine avec des guitares franchement en avant soutenant la voix ensorcelante de Anne-Maria Krawe, le morceau part ensuite en cavalcade épique, double pédale en mode illimité, la chanteuse répondant aux chœur masculins dans un duel magnifique suivi d’un solo de derrière les fagots du sieur Johnsson.
Sur le titre final Freuer Overtüre / Prometheus Entfesselt, on pourrait presque confondre le riff de départ avec The Wings Of The Hydra de Lepaca Kliffoth, puis sur ce rythme martial s’ajoute une voix en allemand, faisant immanquablement penser à un Rammstein ayant copulé avec des musiciens classiques (ils en seraient capables au sens propre ces cochons !), dans tous les cas c’est entraînant, original et ça parachève le succès de cette énorme galette.

Lorsque l’ont se sent obligé de décrire un minimum toutes les pistes, c’est souvent gage d’un album culte et celui-ci ne fait pas exception à la règle, pas une seconde de lassitude ne vient perturber l’écoute de Lemuria.
Christopher Johnsson est grand et nous ne sommes qu’à la moitié de ce titanesque double album.
To be continued…(sur Sirius B)

BG

7 Commentaires

15 J'aime

Partager

DragonMaster - 16 Mars 2010: Tiens, je découvre Therion que j'avais mal découvert ici et là avec un morceau ou deux...J'en suis à mon premier écoute de cet album et pour l'instant je suis renversé! Très étonnant... :)
cilou013 - 11 Juin 2011: C'est Lori Lewis qui chantait sur "An Arrow From The Sun"? Je ne savais pas...merci pour l'info!
BEERGRINDER - 11 Juin 2011: Lori Lewis n'intervient pas sur ce disque, tu as du lire de travers.

Extrait de la chronique :

"Sur An Arrow From The Sun, la soprano Ulrika Skarby intervient en solo pour notre plus grand bonheur sur ce titre en partie acoustique à l’ambiance très seventies. "
cilou013 - 11 Juin 2011: Ma question était mal posée (youps désolée!) :je croyais que c'était Lori Lewis qui chantait la voix était très proche mais c'est une autre soprane.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire