Obsolete

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Fear Factory
Nom de l'album Obsolete
Type Album
Date de parution 28 Juillet 1998
Enregistré à Mushroom Studios
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album485

Tracklist

Bonustracks from Digipack Edition
1.
 Shock
 04:58
2.
 Edgecrusher
 03:39
3.
 Smasher/Devourer
 05:34
4.
 Securitron (Police State 2000)
 05:47
5.
 Descent
 04:36
6.
 Hi-Tech Hate
 04:33
7.
 Freedom or Fire
 05:11
8.
 Obsolete
 03:51
9.
 Resurrection
 06:35
10.
 Timelessness
 04:08

Bonus
11.
 Cars (Gary Numan Cover)
 03:40
12.
 O-O (Where Evil Dwells) (Wiseblood Cover)
 05:16
13.
 Soulwound
 03:53
14.
 Messiah
 03:33
15.
 Concreto
 03:36

Durée totale : 01:08:50


Chronique @ Game_system

24 Fevrier 2017

Obsolete reste à ce jour l'un des albums de Fear Factory les plus aboutis

Nous sommes en 1998, en plein essor du néo-metal et du metal industriel, et Fear Factory jouit d’une énorme réputation suite à la sortie du légendaire Demanufacture qui révolutionnera et changera à jamais le metal moderne. Puissant, original, très recherché et abouti dans son concept, cet album développe le son de Fear Factory davantage que le premier et présente tout ce qui fera la musique caractéristique du groupe dans les années à venir. Forcément il ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin et sort 3 années plus tard Obsolete, album qui a la lourde tâche de succéder à Demanufacture.

Obsolete reprend l’histoire de Demanufacture là où elle a été laissée sur la splendide chanson « A Therapy for Pain ». Il s’agit donc d’un concept-album qui est la suite directe du précédent opus, toujours basé sur la rivalité entre l’homme et la machine bien évidemment inspiré des premiers films Terminator (véritables chef-d ’œuvres du cinéma qui ont servi d’influence majeure dans toute la carrière de Fear Factory et ce depuis ses débuts) mais en la développant encore plus. Dans l’artwork de l’album est détaillé les personnages et l’univers où a lieu l’histoire. Tout comme Demanufacture, l’album est ponctué de samples sonores entre les chansons pour accentuer l’immersion dans la narration et l’univers. La pochette est toujours aussi excellente avec encore une fois une partie du corps humain mise en avant, en l’occurrence, une colonne vertébrale avec un cerveau, sans doute signe que l'humain et son corps est devenu obsolète (et dire que pendant des années j'ai cru que c'était un spermatozoïde transformé en objet artificiel plus intelligent...).

Le disque reprend tout ce qui a fait le succès de Demanufacture, en améliorant plusieurs aspects. La première chose qui attire l’oreille, c’est la production, nettement meilleure grâce au travail de Rhys Fulber, producteur qui collaborera avec le groupe sur ses prochains disques. Le rendu est plus clair, plus puissant, plus immersif, comme s'il venait du futur, d’un temps avancé aux machines capable de faire des miracles avec le son… en gros une production juste parfaite pour Fear Factory. Dino Cazares est toujours aussi spectaculaire avec ses riffs enchaînés à une vitesse parfois quasi-inhumaine, et d'autres ambiants, encore plus efficaces grâce, justement, à cette production soignée (les exemples le plus probants étant les sublimes « Descent » et « Ressurection »). La batterie nous laisse à penser que la machine a finalement gagnée, tellement elle semble avoir été programmée. Il n’en est rien, Raymond Herrera développe un jeu qui lui est propre comme, par exemple, ces parties avec la double pédale impressionnantes (comme sur « Hi-tech Hate » ou « Smasher/Devourer »). La basse n’est pas en reste, loin de là, elle n’a jamais été aussi présente avec un son plus grave et plus groovy.

Mais l’aspect le plus impressionnant de cette œuvre reste les performances vocales de Burton C. Bell, parfaites de la première note jusqu’à la dernière. J’en veux pour preuve les excellents « Securitron (police state 2000)» au refrain final d’une grande intensité, « Resurrection » où il nous transporte littéralement avec son chant si unique, l'hymne « Edgecrusher » aux paroles parfaitement hurlées pour bien mosher (« break of the edge, crusher, breal of the edge, crusheeeeer ») ou encore « Smasher/Devourer » avec une union hurlements/chants parmi les plus efficaces jamais faits dans la carrière du chanteur. Les hurlements étant plus brutaux et plus du tout typés death metal , et le chant plus clair. Obsolete restera peut-être l’album avec les meilleurs performances vocales de Burton C. Bell, mais bon, difficile à dire tellement il tentera de se surpasser par la suite.

Obsolete a été un grand succès tant auprès des fans que des critiques. Il a été une réussite commerciale. Une bonne partie de ses chansons sont désormais considérées comme des classique du groupe (« Shock » , « Edgecrusher », « Smasher/Devourer », « Resurrection »). Son écoute est très plaisante pour tous ceux aimant le style du groupe, on regrettera juste, peut-être, un petit essoufflement en son milieu à cause de chansons appliquant la formule Fear Factory de manière un peu trop scolaire (« Hi-Tech Hate », « Freedom or Fire » ) heureusement vite sauvé par « Ressurection » et le final « Timelessness » qui clôt l’album et l’histoire d’une manière intensément triste et émouvante.

Certains préféreront un Demanufacture moins accessible, plus inspiré au niveau des compositions et révolutionnaire à son époque ou les derniers excellents albums depuis le retour de Dino Cazares qui montre un Fear Factory qui reste encore un véritable maître dans son domaine et sur qui on peut compter pour les années à venir, voire carrément le premier album à l’orientation nettement plus death metal. Nul doute cependant que ce Obsolete reste à ce jour l'un des albums de Fear Factory les plus aboutis.

10 Commentaires

11 J'aime

Partager

Game_system - 01 Mars 2017: De rien crass, ce fût un plaisir de l'avoir fait.
Oui c'est vrai que la production moins propre donne un charme supplémentaire aux deux premiers albums (particulièrement Demanufacture), mais quand tu y pense, tôt ou tard ils allaient bénéficié d'une production plus propre suite au succès du second album. Et pour l'occasion ils se sont très bien débrouillé, comme tu le mentionnes le résultat est puissant et headbangang au possible !
Celldweller55 - 03 Mars 2017: L'album méritait une chronique aussi réussie depuis longtemps, super boulot ! Un de leurs meilleurs skeuds sans conteste. Par contre sur la pochette ce n'est pas un spermatozoïde mais une colonne vertébrale avec un cerveau ^^
https://www.seattlecca.org/sites/default/files/content_page/2016-06/inline-images/spinalcord.jpg
Game_system - 03 Mars 2017: Merci pour ton commentaire, ça fait chaud au cœur !

Ah bon ?? Depuis les années que je connais cet album, j'ai toujours cru que c'était un spermatozoïde robotisé et donc plus intelligent. Oulà, je suis en état de choc là ! Tu as sûrement raison, j'ai complétement mal interprété la pochette, je vais devoir modifier ça !
mechant - 29 Juin 2019:

Vu lors de cette tournee , j'avais ete impressionné par le groupe sur scene tout comme par cet album obsolete . Même si Demanufacture reste leur meilleur realisation, obsolete est plus travaillé et dispose d un son encore plus massif. A ranger dans les classiques des 90's !

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire