No World Order!

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gamma Ray
Nom de l'album No World Order!
Type Album
Date de parution 13 Novembre 2001
Produit par
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album338

Tracklist

1. Induction 00:59
2. Dethrone Tyranny 04:13
3. The Heart of the Unicorn 04:46
4. Heaven or Hell 04:16
5. New World Order 05:00
6. Damn the Machine 05:04
7. Solid 04:23
8. Fire Below 05:34
9. Follow Me 04:43
10. Eagle 06:05
11. Lake of Tears 06:48
Bonustrack (Japanese Release)
12. Trouble 05:19
Total playing time 51:51

Chronique @ Eternalis

13 Fevrier 2009
En pleine ébullition créative en ce début de millénaire, Gamma Ray faisait définitivement partie des très longs couteaux du power metal. Que ce soit les deux excellents albums studios "Somewhere Out in Space" et surtout "Powerplant" ou le très intéressant best of rejoué "Blast from the Past", la bande à Kai Hansen voyait la scène lui dérouler le tapis rouge à chaque apparition. Quel dommage qu’elle se soit pris les pieds dedans à la sortie de ce "New World Order !"

En effet, on retrouve sur ce septième album des allemands le même problème que sur les opus de leurs compatriotes d’Iron Savior, de Stormwarrior ou encore de Grave Digger, Gamma Ray en est arrivé à un point où le mimétisme entre les albums devient aussi confondant que réellement dérangeant, pour ne pas dire rébarbatif (quoi que "Majestic" avait largement remonté la côté).
D’un point de vue typiquement musical, tout reste très plaisant à écouter, le headbanging est bien présent, les riffs très puissants et le tempo global relativement élevé et rageur, mais notre oreille ne frémit plus qu’à quelques moments éparses tout au long du disque.
La production représente en cela également un problème, notamment sur "New World Order !" (s’ornant, au passage, d’une splendide pochette façon Star Wars, la saga qui revenait en force à l’époque !), trop épurée et manquant de tranchant (aucun relief dans la batterie comparé à "Powerplant"), elle serait un moyen de sortir de leurs propres sentiers créateurs, de se distinguer d’une masse de poursuivants n’ayant en moins que le nom du groupe reconnu.

Pourtant, "Induction" débute sur une note réjouissante et relativement surprenante. Les chœurs sombres et mystiques de cette introduction sont très noirs mais dans un même temps grandioses et amène de façon très originale le premier véritable morceau : "Dethrone Tyranny".
Le rythme est soutenu, les solos se mêlent à une pluie de riffs tous plus belliqueux les uns que les autres, Kai hurle comme à son habitude divinement bien (en démarrant sur un "Alright !" des familles) en alternant cris aigu et chant plus grave et posé. Mais ce que l’on retient en priorité de ce morceau, c’est qu’il est composé par Dan Zimmermann et que, depuis quelques temps, c’est à lui que revient le privilège des plus grosses tueries du groupe ("Strangers in the Night" pour ne citer que lui !) et qu’Hansen propose des chansons de plus en plus traditionnelles.

Néanmoins, "The Heart of the Unicorn" se révèle un des titres les plus agressifs et jouissifs de l’album, avec un Kai hurlant à la limite de ses possibilités…mais une nouvelle petite déconvenue vient en travers de notre confort d’écoute (ou peut-être après ?) : ne serais pas Rob Halford que Kai tente d’imiter à ce point ?
C’était évident sur le remaster de "Last Before The Storm" car il reproduisait exactement le même cri introducteur que sur le "Ram It Down" de Judas Priest mais sur un album possédant logiquement du matériel neuf, c’est un peu plus problématique. Cependant, ça reste un titre très agréable, spécialement en concert.

Mais cette impression de plagiat trouvera son paroxysme sur "Solid", autant dans les riffs, dans l’atmosphère que dans le chant, c’est du pompé de Metal God. Un constat restant en travers de la gorge pour un groupe précurseur dans son style, quel intérêt de plagier une autre légende (que les fans d’Iron Maiden ne s’inquiète pas, ce sera leur tour sur "Land of the Free pt II") ?

Pourtant, à l’écoute du single "Heaven or Hell", nous avons toujours du mal à réellement vouloir critiquer Gamma Ray. Dans la lignée de "Send me a Sign" en plus costaud, ce single certes un brin commercial reste ce qui se fait de mieux dans un heavy sachant rester virile et montrer les dents (comparé à Edguy ou Blind Guardian préférant plus de mélodies et d’arrangements !).
"Damn the Machine", plus lourd et écrasant se veut donc une bouffée d’air frais dans cet univers trop sclérosé. Sa rythmique on ne peut plus heavy (pas assez mise en valeur au mixage !) ainsi que les mélodies vocales plus posé apporte un peu d’originalité (c’est un bien grand mot !), idem concernant la splendide partie solo du titre-track, épique et évoquant les lointains débuts d’Helloween ("Starlight").

"Eagle", typique, sans surprise et caricatural termine le bal avant la dernière note "Lake of Tears", titre épique sans doute moins ambitieux qu’un "Rebellion in Dreamland", que le phénoménal "Armageddon" ou que le magnifique "Revelation" de Majestic. Il reste pourtant un bon titre, empreint d’une douce mélancolie contrastant avec l’agressivité du reste de l’album.

Que dire au final ? C’est un album que j’aime personnellement écouter de temps en temps, ayant depuis longtemps accepté ses défauts, renié ses plagiats abusifs en ne retirant que le meilleur. Objectivement, rien n’est mal fait, la déception n’est que le résultat d’une comparaison avec la discographie antérieure, mais elle reste immuable avec le temps qui passe, "New World Order !" était le premier faux pas d’un groupe qui, alors que sa légitimité paraissait indiscutable, a vu revenir l’ombre d’un Helloween que l’on croyait bon pour la casse sur ses épaules. Des citrouilles qui, après de longues périodes d’errances désertiques, a finalement retrouvé un chemin que Gamma Ray cherche aujourd’hui. Vainement diront certains…

4 Commentaires

2 J'aime

Partager
ZazPanzer - 30 Décembre 2009: Tout à fait d'accord !! Et pourtant j'adore encore cet album malgré ses faiblesses, mais c'est le début de la fin pour Gamma Ray, en manque cruel d'inspiration, qui plagie allègrement et sans honte les classiques de Judas Priest. Réécoutez "Rapid Fire" de Priest sur "British Steel" puis le morceau "Solid" : franchement, c'est honteux. Même dans un groupe local, on n'oserait pas !!
David_Bordg - 12 Mars 2015: le dernier tres grand album, apres c est tres bon mais sans reelle magie.
witchfucker - 11 Mai 2017: Je ne comprends pas trop la note non plus. Ce New world Order n'est pas du niveau de Land Of The free, néanmoins il est très bon.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Supreme

28 Octobre 2005
Gamma Ray nous sort sa toute nouvelle galette “No World Order” après l’excellent “Powerplant”. Comment ont-ils évolué ? Avons-nous affaire à du bon Gamma Ray ? Nous allons voir cela immédiatement.

L’album commence par une intro, ce qui est une première pour le groupe. Cette intro donne envie d’écouter la suite rapidement. Une fois cette courte intro passée, vient du Gamma Ray comme on l’aime mais assez différent des anciens albums : un heavy violent et moins mélodique. Ce n’est pas non plus du thrash ! Les refrains sont toujours aussi envoûtants et les solos de mister Kai sont toujours grandioses !
Vient ensuite le titre le plus violent de l’album « The Heart Of The Unicorn ». Un rythme rapide avec un son tirant fortement dans le grave faisant opposition au chant de Kai qui n’a jamais était aussi aigu. Un titre grandiose dont on ne se lasse pas. Le refrain est juste énorme toujours avec un solo qui envoie fort !
« Heaven or Hell » est un titre fortement inspiré d’un autre titre de Kai à l’époque où il faisait parti d’Helloween : « I Want Out ». Ce morceau reste bon dans l’ensemble mais il est loin d’être le meilleur de l’album.
Le titre « No World Order » fait quant à lui partie des gros titres du CD. En qualité, il est semblable au titre précédent de la galette mais son petit grand plus est qu’il fait une pause en plein milieu du titre. Mais cette pause est uniquement là pour renchaîner avec un second solo encore plus puissant.

Une série de titres viennent ensuite. Ils ne sont pas mauvais, loin de là, mais ils sont justes « classiques » et n’apportent pas de grosse surprise. Ils sont bien réalisés et en feront headbanguer plus d’un !
Les deux derniers sont simplement énormes. « Eagle » est entre « The Heart Of The Unicorn » et une bombe du groupe à la « Heavy Metal Universe ». Il commence par le passage d’un avion de chasse comme plusieurs bons titres du groupe. Bourrinage mélodique avec refrains entraînants et facilement mémorisables sans oublier un solo de prés de deux minutes ! Une tuerie et pour beaucoup, le meilleur titre de l’album. Le dernier morceau, « Lake Of Tears » est une ballade. Il alterne passages doux à la guitare sèche et passages heavy qui restent assez lents. Rien à dire, une ballade de qualité dont on ne se lasse jamais, ce qui est rare pour une ballade d’un groupe de heavy.

En résumé, « No World Order » est, malgré certains titres légèrement répétitifs et classiques pour Gamma Ray, un excellent album. Rien n’est à jeter. Des titres vont vite passer dans la play-list des incontournables du groupe. Je le conseille à tout amateur du genre.

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
Hellsinner - 21 Juillet 2013: Bonne chronique, je suis bien d'accord avec toi, l'album est très bon et malgré certains titres répetitifs, il y a de l'originalité (l'enchainement "Induction" + "Dethrone Tyranny") et d'excellents morceaux comme "Heaven or Hell", "Follow Me", "Eagle", "The Heart of the Unicorn" ou encore la chanson-titre.
Un album de très bonne facture à mes yeux, qui succède très bien au classique "Powerplant" !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire