Insanity and Genius

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gamma Ray
Nom de l'album Insanity and Genius
Type Album
Date de parution 28 Septembre 1993
Produit par
Enregistré à Hansen Studio
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album273

Tracklist

Re-Issue in 2002 by Noise International with 3 bonustracks
Re-Issue in 2007 by Sanctuary Records
Re-Issue in 2010 by Cooking Vinyl together with Land of the Free album in 2CD Set with bonustracks
1. Tribute to the Past 05:01
2. No Return 04:04
3. Last Before the Storm 04:29
4. The Cave Principle 08:45
5. Future Madhouse 04:07
6. Gamma Ray (Edited Version) 05:19
7. Insanity and Genius 04:28
8. 18 Years 05:23
9. Your Turn Is Over 03:34
10. Heal Me 07:31
11. Brothers 05:13
Bonustrack (Japanese Version)
12. Heroes 04:58
Bonustracks (Re-Issue 2002)
12. Gamma Ray (Long Version) 07:25
13. Exciter (Judas Pries Cover) 05:01
14. Save Us (Live) 05:42
Total playing time 56:27

Chronique @ Eternalis

26 Janvier 2009
Difficile de parler de la carrière de Gamma Ray période Schiepers sans évoquer ce "Insanity & Genius", sans aucun doute le plus expérimental, barré et aventureux de tous les albums du groupe du géniteur du power metal, j’ai bien sur nommé Mister Kai Hansen.

Ralf est un chanteur exceptionnel, mais il utilise ici son talent de façon différente. Si "Heading for Tomorrow" et "Sign No More" le voyaient chanter dans un registre très aigu, "Insanity & Genius" dévoile des aspects peut-être plus cachés, qu’il n’approfondira que bien plus tard dans les derniers albums de Primal Fear.
Ce n’est pas forcément flagrant sur le missile "Tribute to the Past" en guise d’ouverture, nous assassinant directement sous une batterie assommante de puissance, un riff central assez énorme et direct et surtout un Ralf usant de ce don inné comme d’un ange avec sa trompette (quoi elle est nulle ma comparaison…), avec un talent incroyable, explosant plusieurs octaves en quelques secondes. Un don…
"No Return" pourtant laisse entrevoir quelques différences, rien que sur son ouverture plus expérimentale, étrange et son refrain mesuré, noir et emplit de sarcasme (je ne sais pas mais il m’a toujours laissé cette impression !).

Car le bond en avant est assez impressionnant comparé à "Sign No More". Pas seulement en terme de technique ou de composition, mais surement de maturité. Le groupe semble alors plus soudé et tente enfin de sortir de l’image heavy metal dans laquelle il se sent sans doute un peu à l’étroit en cette période de crise grunge où le heavy se faisait cracher dessus par la presse et la foule. Pas étonnant que des expérimentations naissaient…
Comment ne pas penser au titre éponyme à la structure…déstructurée et au refrain complètement inattendu et à la mélodie vocale assez délirante. Ou "The Cave Principe" à l’intro de basse psychédélique pour ouvrir sur un morceau lourd et lent, sur lequel le chant de Ralf fait toute la différence et les riffs de Kai écrasent la concurrence d’un Helloween à ce moment hors-sujet, d’un Blind Guardian encore naissant ou d’un Iron Maiden bientôt à l’agonie. Le final, une montée en puissance toute en accélération, est d’ailleurs un modèle. Le clavier se fait indispensable sans être envahissant, et la double pédale procure ce sentiment de puissance jouissif renforçant les chœurs.

"Future Madhouse", excellent et excessif dans les solos volants de partout et ses effets conférant encore un aspect expérimental, est un bon exemple du caractère résolument différent de ce troisième disque (le petit passage de quelques secondes limite country est tout de même génial !), alliant presque à la perfection puissance brute du power metal et expérimentations barrées plus typiquement "Hanseniennes" (qui était quand même bien plus barré dans sa jeunesse qu’aujourd’hui !).
Je pourrais aussi citer "Gamma Ray" comme le titre avec le refrain le plus étrange du groupe, très saccadé mais en étant presque dans l’obligation de vous octroyer un sourire la première fois, notamment pour le mix des plus réussis entre les vocaux ultra rapides, les riffs hachés et les claviers grandiloquents.

Dans le fond, je dirais que c’est un album beaucoup plus difficile à décrire que les autres opus de Gamma Ray, car incroyablement varié, partant un peu dans tous les sens sans pour autant (et c’est là que c’est génial !) perdre de son homogénéité. Que de paradoxe pour ce qui reste, selon moi, le meilleur disque du groupe. Loin d’être le plus emblématique, mais sans doute le plus musical et fouillé (énormément de claviers par exemple), et toujours diablement couillu.
Néanmoins, il détient la plus magnifique ballade du groupe (elles ne sont pas très nombreuses mais…) en la présence de "18 Years". Schiepers y étale tout son savoir faire pour des vocalises déchirantes de beauté et de splendeur. Un talent sans bornes, des envolées lyriques d’anthologies, des parties que seules lui pourra égaler un jour, entre poésie, mélancolie et déchirements émotionnels. Une baffe qui agrippe le cœur à jamais.
"Heal Me" restera, quand à elle, dans les mémoires comme la matérialisation idéale et parfaite du "madman" (vous savez, cet homme à chapeau haut de forme...), de l’excentrisme (sur le break très théâtral !) et de la musicalité pure. Un très grand morceau, repris magistralement par Kai au chant sur "Blast from the Past" en 2000.

Unique, parfois dérangeant mais toujours inspiré, Gamma Ray sortait alors un grand disque, un de ceux qui marque un style à tout jamais…et les esprits endoloris par un tel déferlement de notes.

7 Commentaires

12 J'aime

Partager

BEERGRINDER - 27 Janvier 2009: La consécration peut-être mais ce n'était déjà plus vraiment du Heavy Metal...

La vrai consécration dans le cœur des vieux "hardos" c'est Somewhere Far Beyond.
Eternalis - 27 Janvier 2009: Oui, c'était déjà plus complexe, une ouverture vers le Blind Guardian d'aujourd'hui!
Samarkande - 22 Juillet 2012: Excellente chronique, Insanity and génius a été l'album de l'année 93.Il n'a rien à envier à la majeure partie des titres d'helloween (sauf pour les slows)...Enfin le premier titre : tribute to the past est un pur bijou du speed mélodique !
 
David_Bordg - 19 Août 2018:

Mon préféré de GAMMA RAY avec son prédécesseur. Les deux meilleurs pour moi. L’un pour la force de ses compositions et l’autre pour son originalité et ses compos différentes et barrées.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire