Heading for Tomorrow

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gamma Ray
Nom de l'album Heading for Tomorrow
Type Album
Date de parution 26 Fevrier 1990
Produit par
Enregistré à Horus Sound Studio
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album343

Tracklist

Re-Issue in 2002 by Noise International with 3 bonustracks.
Re-Issue in 2010 by Cooking Vinyl with Sigh No More album in Double CD with bonustracks.
Re-Issue in 2015 by Ear Music in Double CD with a new cover.
1. Welcome 00:57
2. Lust for Life 05:19
3. Heaven Can Wait 04:28
4. Space Eater 04:33
5. Money 03:38
6. The Silence 06:23
7. Hold Your Ground 04:49
8. Free Time 04:55
9. Heading for Tomorrow 14:30
10. Look at Yourself 04:44
Bonustrack (Japanese Version)
11. Mr. Outlaw 04:09
Bonustracks (Re-Issue 2002)
11. Mr. Outlaw 04:09
12. Lonesome Stranger 04:58
13. Sail On 04:24
DISC 2 (2015 RE-ISSUE)
1. Who Do You Thing Are ?
2. Heaven Can Wait (EP Version)
3. Money (Demo)
4. Sail On (Demo)
5. Heading for Tomorrow (Live)
6. Space Eater (Live)
7. The Silence (Demo
8. Mr. Outlaw
9. Heaven Can Wait (Demo)
10. Heading for Tomorrow (Karaoke Version)
11. Space Eater (Karaoke Version)
12. Lonesome Stranger (Demo)
Total playing time 54:16

Chronique @ Eternalis

18 Décembre 2008

"solide, inspiré, mélodique et technique, ce premier essai n’est pas l’œuvre d'un débutant"

La naissance de la légende ! Kai Hansen, si tôt parti de Helloween, n’a pas mis longtemps avant de retrouver le chemin des studios. Aidé de son ami Ralf Schiepers au chant, notre ami Kai sort ce "Heading for Tomorrow" à peine un an après le second volet des "Keeper of the Seven Keys".

Et quel album : solide, inspiré, mélodique et technique, ce premier essai n’est pas l’œuvre d'un débutant en la matière et cela s’entend dès les premières secondes de cette magnifique et culte introduction "Welcome" (qui ouvre encore aujourd’hui presque tous les concerts du groupe). Un brin orchestral, elle donne le ton avant le massacreur "Lust For Life" et son riff d’ouverture énorme et précis. On nage avec bonheur dans ce power speed que seul Kai savait vraiment composer à cette époque ("Hold Your Ground"). Et si les citrouilles disposaient de Micheal Kiske derrière le micro, Kai n’avait pas à rougir d’un Ralf impérial au chant, atteignant des notes suraiguës autant que des graves plus profond, un travail qui le comparera souvent avec Rob "Metalgod" Halford.

Il n’y a qu’à l'écouter sur "Space Eater" pour s’en convaincre, ce gars ne peut pas être humain, c’est impossible. Ses envolées sont non seulement aigues, mais elles possèdent quelque chose en plus, comme si elles étaient hors du temps, immortelles.
"Heaven Can Wait", à la mélodie de clavier entrainante et au refrain splendide d’un Rapf côtoyant les cieux, continue de s’incruster dans notre esprit pour nous faire comprendre que la magie d’Helloween existait en partie grâce à Hansen. Car Gamma Ray représente sans aucun doute la suite logique du premier ep ("Starlight" et "Victim of Fate" restant selon moi deux des plus grands morceaux du speed jamais composés !) et de "Walls of Jericho", c'est-à-dire une musique avant tout misée sur la puissance et la technique (dans le sens où les solos sont nombreux et les structures relativement complexes !).

On retrouve également cette folie complètement barré sur le délicieux "Money", aux lignes de chant folle et très rapides (limites accélérées !) ainsi qu’à un riff central assez drôle et décalé, pour arriver sur un refrain bien plus solennel et ambitieux avant de replonger dans la connerie d’un solo typiquement allemand et de chœurs enfants qui feront le succès d’un certain Edguy quinze ans plus tard. Un morceau rafraichissant avant de s’attaquer au splendide "The Silence", ballade par excellence du power metal (et si c’était la plus belle de Kai ?) débutant sur une ligne gracieuse de guitare avant de se dépouiller sur un piano/chant superbe et enchanteur. Ralf Schiepers monte une nouvelle fois très haut, mais montre son grand talent en calant sa voix au plus près de la musique et sans jamais trop en faire. Douce ou bien plus tranchante sur les pulsions volcaniques du titre, elle est parfaite de bout en bout en complètement angélique sur le passage précédant la partie solo.

Sans doute pour prouver qu’il pouvait très bien vivre sans l’appellation envahissante d’Helloween (d’après ses termes), Kai nous propose un pavé d’un quart d’heure en guise de titre éponyme, qui verra d’ailleurs un grand lifting sur sa version 2000 du "Tribute From The Past" (chanté par Kai et ayant des parties vocales sur le long pont du milieu).
S’ouvrant sur le refrain, le morceau part ensuite dans une grande fresque épique à laquelle de nombreuses écoutes seront nécessaires avant d’en faire le tour. D’abord relativement traditionnel, la chanson calme le jeu et devient ambiante pendant presque cinq minutes, au rythme de douces et reposantes arpèges. Les cinq dernières minutes ne seront qu’une continuelle montée en puissance, de plus en plus speed avec des solos volants de toutes parts dans un déchainement de puissance heavy.

Kai Hansen ne pouvait composer meilleur premier album, car il engagea le meilleur des vocalistes pour ce défit. Vocaliste qui enregistrera le fabuleux "Insanity and Genius", apogée de la période expérimentale du combo allemand et de toute une époque marquée par la gloire éphémère du grunge et la polémique engendrée par l’éclosion du black metal.
Un grand chapitre de heavy metal !!!

7 Commentaires

14 J'aime

Partager

choahardoc - 08 Décembre 2010: Une bombe! Cet album part dans tous les sens tout en gardant une unité par le niveau exceptionnel de ses compos. Les paroles de The Silence me glacent toujours le sang quelques vingt ans plus tard. Merci Kai, Ralf (les gars sur la pochette) et, of course, Eternalis.
swit35 - 22 Juin 2011: En grand (très grand) nostalgique du Helloween de Kai Hansen, cet album est un incontournable... on y retrouve tous les ingrédients d'Helloween première époque avec la créativité de Hansen.. même si on est loin de Walls of Jericho ou de Victim of Fate, cet album fait du bien... Ah oui je trouve la pochette nulle, mais c'est pas essentiel.
Seleucos - 28 Juillet 2011: Excellent album, mais je préfère le titre éponyme version 2000! Enfin, ça n'enlève rien au charme de ce classique du heavy!
Merci pour ta chro!
David_Bordg - 12 Mars 2015: un must
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire