Minutes to Midnight

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Linkin Park
Nom de l'album Minutes to Midnight
Type Album
Date de parution 30 Avril 2007
Produit par Rick Rubin
Enregistré à NRG Recording Studios
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album602

Tracklist

1. Wake 01:40
2. Given Up 03:09
3. Leave Out All the Rest 03:29
4. Bleed It Out 02:44
5. Shadow of the Day 04:49
6. What I've Done 03:25
7. Hands Held High 03:53
8. No More Sorrow 03:41
9. Valentine's Day 03:16
10. In Between 03:16
11. In Pieces 03:38
12. The Little Things Give You Away 06:23
Bonustrack (iTunes Version)
13. No Road Left 03:52
Total playing time 43:23

Chronique @ Kovalsky51

16 Janvier 2009
Je vais ici tenter de chroniquer de la manière la plus objective dont je suis capable, cet album qui m'a littéralement fait lâcher l'affaire Linkin Park.

Tout d'abord il faut savoir que c'est avec ce groupe que j'ai commencé a écouter du metal et que même si je me suis orienté par la suite vers des sons plus violents, je gardais toujours une certaine affection pour ce groupe. Il est bien vrai qu'il n'a jamais brillé par son intégrité et que son coté pop est assez gonflant a la longue. Mais voila j'ai toujours pas mal de plaisir a me passer quelquefois leurs deux premiers albums.
Alors que déjà j'avais commencé a me dire que LP devenait plus mercantile que musical après l'atroce Collision Course, c'était donc avec une certaine appréhension assez prononcée que j'attendais de voir ce que donnerait ce troisième album.

Après plusieurs écoutes et le temps nécessaires pour passer outre mes idées préconçues (a savoir que cet album était une daube sans nom), je l'ai pris pour ce qu'il était: un album de rock mainstream a mort mais plutôt bien composé et joué.

Alors oui c'est pas metal, et non je ne l'affectionne pas mais je reconnais quand même que le groupe a du talent pour trouver des belles mélodies et arrive toujours a faire passer des émotions dans sa musique.

Donc musicalement qu'avons nous ici? Et bien un album de rock dont le style pourrait rappeler certaines chansons douces de 30seconds to mars. Des mélodies superbes a même de faire monter le quota de roulage de pelles de n'importe quel campus US. Du chant magnifique et très bien interprété même si il est a regretter que Mike Shinoda ne pose quasiment plus son flow (a part sur Bleed It Out qui est un de meilleurs morceaux de l'album). des guitares tout sauf incisives (mais ce n'était pas le but). Bien sur quelques morceaux sauvent le tout et sont la pour montrer qu'on écoute bien du Linkin Park (Bleed It Out, Given Up) mais on est ici dans un album résolument rock. Le groupe enchaine les balades et les tubes comme des perles (ce qui n'est pas donné a tout le monde non plus) et offre un album tout en douceurs et en nuances.

Au final que dire de cet album? Que Linkin Park a définitivement tourné sa veste qu'il ne me procure plus aucunes sensations et que les metalleux n'ayant pas encore écouté leur nouveau style (est-ce possible avec le battage médiatique?) vont finir de les détester. Pour ma part et bien je n'ai pas accroché d'où la note, mais je reconnais volontiers que cet album est loin d'être mauvais pour quiconque cherche de belles balades.







19 Commentaires

13 J'aime

Partager

ChazyMetal - 04 Juillet 2012: Bonne album moi Pop Electro même si le son le4s encore pas mal mais dans l'emssemble bien meilleur que A Thousand Suns alors voila la note qu'il mérite 17.5/20
ChazyMetal - 04 Juillet 2012: Moin Pop*
kiss33 - 04 Septembre 2012: given up, no more sorrow, bleed it out... des bombes !!!
lovemedo - 20 Octobre 2013: Je suis bien loin d'être un spécialiste de métal comme les éminents prédécesseurs aux commentaires ci-dessus, mais pour ma part, je ne peux pas écouter "shadow of the day" sans chanter les textes de "with or without you" de U2. Et ça colle parfaitement ! Même structure, même montée, bref, une pâle copie de la plus belle facture ! Y'en a qui se sont pris des procès de plaggiat pour moins que ça ! Pour le reste, même si je dois passer pour un indécrottable "rockeux" aux yeux de certains, je préfère de loin le "breaking the habit"
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ thetriptych

09 Septembre 2009
C’est en révolutionnant délibérément leur style que les 6 confrères californiens de Linkin Park sortent le 15 mai 2007 le tant attendu Minutes to Midnight. Pas moins de quatre ans auront été écoulés entre leur précédent album studio Meteora et ce dernier opus (sans compter Collision Course en collaboration avec Jay-Z), c’est dire combien les fans ont attendu pour acheter ce 12 titres surprenant. Cet album détache de façon presque radicale le groupe de l’étiquette neo-metal qu’il portait depuis le succès planétaire du premier album Hybrid Theory (14 millions d’exemplaires vendus et meilleure vente d’album de l’année 2000).

Cet album semble orienter la musique de Linkin Park vers un rock plus accessible que jamais où les particularités qui en faisait autrefois un groupe hors du commun se sont dissipées dans la probable volonté de se fondre dans la masse des groupes populaires de musique actuelle. C’est bien ce qui semble d’ailleurs déranger à l’écoute de cette galette, construite sur une idée de simplicité. Linkin Park ne se sont certes jamais présentés comme des virtuoses en tant qu’instrumentistes - c’est du moins ce que diront les musiciens exigeants – mais ils furent autrefois un groupe phare du mouvement neo-metal qui connaissait son apogée dans les années 1990 avec des groupes comme KoRn et Limp Bizkit dont Linkin Park se sont parfois inspirés. Dans Minutes to Midnight, le rap ne tient plus qu’une place mineure, Mike Shinoda nous faisant ouïr son chant plutôt séduisant notamment dans les morceaux In Between et The Little Things Give You Away. Même le rap de Hands Held High n’a rien à voir avec l’énergie de Papercut, Figure 0.9 ou bien Forgotten. Le jeu de batterie de Rob Bourdon est devenu très classique, quand à Joseph Hahn, il semble que son travail de DJ ait été oublié sur cet album. Le bassiste Poenix comme d’habitude ne fait preuve d’aucune originalité ni de virtuosité et ici, suit simplement le pas des autres instruments. Brad Delson et sa guitare sont définitivement bien loin de lécher ne serait-ce qu’une cheville de John Petrucci mais se résigne enfin à jouer dans les aigus plutôt que de gratter constamment des power chord sans intérêt technique comme autrefois.

Les structures des morceaux sont elles aussi très simple. Prenons pour plus flagrant exemple le morceau phare de l’album sorti en single peu avant le 15 mai : mesures binaires et constantes tout le long du morceau, pas la moindre modulation ni même la moindre altération accidentelle, une suite d’accords platement répétée et surtout déjà entendu des centaines de fois, une rythmique basique et elle aussi répétitive, des couplets et refrains très courts sans transition particulière et enfin un semblant de solo de guitare on ne peut plus convenu.

Et malgré tout, What I’ve Done constitue un morceau très sympathique que nombre d’entre nous humains ne se lassent pas d’écouter et de fredonner. C’est là le secret de Linkin Park, celui de savoir plaire à beaucoup d’oreilles. Il faut admettre que cet album contient quelques idées artistiquement abouties bien que rien ne fasse preuve d’indéniable génie. D’autant plus que cette musique un tantinet emo transporte son auditeur parmi les émotions (sans doute ce qui fait qu’elle se laisse si bien approcher par le grand public) avoisinant majoritairement la tristesse et la mélancolie, ce qui peut éventuellement se voir dans les nouvelles façons de se vêtir des musiciens. Les morceaux sont d’ailleurs de ceux qui composent avec les états d’esprit comme avec l’agressivité et la vivacité d’une valse (No More Sorrow), ou avec sobriété et apaisement (comme The Shadow of the Day que l’on entendrait volontiers pour se réveiller). Les textes sont quelque peu engagés et plus lyriques qu’auparavant, traitant du thème de la repentance dans What I’ve Done (« let mercy come and wash away what I’ve done »), des conflits de guerre dans Hands Held High ou de sentiments de regret et de tristesse dans Valentine’s Day ou The Shadow of the Day.

Linkin Park a évolué en cette année 2007. C’est le moins que l’on puisse en conclure et ceux qui reprochait à Meteora d’être une copie conforme de son prédécesseur devront changer de discours. Minutes to Midnight perd énormément de l’agressivité qui faisait des premiers albums qu’ils étaient classés dans les rayons metal des distributeurs de musique. Pas moins de poésie et plus d’occasions de se poser et d’explorer des sonorités encore inconnues à ce groupe sont offerts par cet album. Sans être l’album du siècle, Minutes to Midnight s’assure tout du moins de prendre un place de premier plan dans le rock populaire et laisse découvrir ce dont on ne serait jamais attendu de Linkin Park.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Ririss

16 Juin 2012

Un énorme écart par rapport à Hybrid Theory.

Peu après la sortie de Meteora, le combo planifie une tournée habituelle pour la promotion de l'album cité. Il fait également l'objet d'une réédition incluant quelques morceaux lives de la tournée. Pour conclure, le groupe sortira aussi un album live intitulé Live in Texas.

Ensuite, nos américains lâchent un Collision Course plutôt bien apprécié par le public général. En effet, il est le deuxième EP le plus vendu de toute l'histoire du Metal, après Jar of Flies de Alice in Chains. Le rappeur Jay-Z le produira avec le groupe et posera son rap tout le long. Enfin, le groupe respire un peu. Shinoda forme Fort Minor, un projet Hip-Hop, et Bennington forme Dead By Sunrise, peloton de rock.

1 an et demi plus tard, Linkin Park retourne en studios pour le 3ème album. Selon Bennington, l'album sera beaucoup plus Rock et que Shinoda sera beaucoup plus présent au niveau des instruments qu'au niveau du chant. What I've Done, premier single de l'opus, débarque et étonne les fans par son feeling Pop Rock. En mai 2007, le 3ème rejeton est envoyé chez les vendeurs et disquaires.

Après l'écoute de celui-ci, on remarque l'influence des groupes de Rock comme U2, à l'image de Shadow of the Day et Valentine's Day. Heureusement, la bande n'a pas complètement oublié ses fans et son style averti, en faisant connaître Given Up et No More Sorrow, deux morceaux qui envoient du lourd et qui gardent une certaine agressivité. Par ailleurs, l'album sera étiqueté de l'écriteau Parental Advisory par la cause de mots choquants incorporés dans leur nouvelle musique. Bleed It Out et Hands Held High sont les seuls morceaux où Shinoda pose son rap. Sur Bleed It Out, on retrouve la hargne Néo des débuts, sans toutefois l'égaler. Leave Out All the Rest nous transporte néanmoins dans une sublime ambiance romantique. Cet album reste certes une petite pause par rapport à l’agressivité des 2 premiers, mais qui sera vraiment de courte durée et pouvant rapidement lasser.

Nos californiens ont à présent divisé les fans avec d'un côté ceux qui restent dans le Néo, et le nouveau grand public plus susceptible d'apprécier. Pour ma part, Linkin Park a délibérément abandonné ses fanatiques en expérimentant trop loin. Malgré cela, il faut bien avouer que Meteora n'apportait pas grand chose à Hybrid Theory. Si vous avez un goût pour le Pop Rock classique, passez l'oreille sur cette galette.

Les américains alignent leur 3ème méfait et écoulent plus de 8 million d'exemplaires, ce qui est régressif par rapport à ce qu'ils faisaient précédemment. Ils continueront d'expérimenter en apportant des éléments Electro à leur Rock, en contrastant complètement avec leurs préambules. A prendre ou à laisser concernant Minutes to Midnight.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Silent_Flight - 16 Juin 2012: Ouais, on a beau être ouvert d'esprit, la p'tite pilule pop-rock de Minutes To Midnight a toujours eu du mal à passer.

Par contre "Meteora n'apportait pas grand chose à Hybrid Theory", ça doit faire la centième fois que je vois/entend ça alors que pour ma part, il y a tant de choses qui différencient ces deux albums: la production, le côté plus "pro" de Meteora, j'sais pas, y'a un truc qui m'échappe depuis toutes ces années ...
Ririss - 19 Juin 2012: Meteora a pour ma part suscité pratiquement le même intérêt qu'Hybrid Theory par son côté calqué sur certains plans, mais sonne moins Néo et moins Pop que son grand frère.

Minutes to Midnight est vraiment un album chiant et difficile d'écoute pour les fans de guitares saturées. Malgré cela Given Up reste un excellent morceau de Metal Alternatif avec un superbe break !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ nimadmetal

17 Août 2008
Alors, que dire sur ce nouveau album de Linkin Park tant attendu ? Tout simplement, cet album peu être décrit comme décevant parce qu'il ne reflète pas le vrai talent de ce jeune groupe californien.
Après Hybrid Theory et Meteora, qui restent les meilleurs oeuvres de ce groupe, Linkin Park a essayé de se surpasser et de se faire distinguer sur la scène Metal américaine et mondiale.

Après plus de trois ans d'absence, Linkin Park présente Minutes to Midnight (joli nom pour un album mais le contenu n'est pas du tout convaicant) en 2008.
On trouve, dans cet album, que le groupe a changé radicalement de style et on trouve pas les effets sonores lourdes de la guitare de Brad ni la présence assez remarquable du DJ hahn. Les chansons sont plutôt pales et vides de rythme motivant. Autre chose : on remarque l'absence du fameux Mike Shinoda dans la plupart des tracks (chose qui a influencé négativement l'interprétation de l'album).
Mais même que Minutes to Midnight est un album plutôt médiocre, il contient des chansons bien composées et bien jouées, à l'instar de "What I've Done" et "Leave Out All the Rest" (sans oublier "Shadow of the Day") mais malheureusement ceci n'était pas suffisant pour que Minutes to Midnight soit un vrai succès pour la formation, qui pourrait présenter mieux que ça !

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire