Imaginations from the Other Side

Liste des groupes Power Mélodique Blind Guardian Imaginations from the Other Side
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Blind Guardian
Nom de l'album Imaginations from the Other Side
Type Album
Date de parution 05 Avril 1995
Produit par Flemming Rasmussen
Enregistré à Sweet Silence Studios
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album481

Tracklist

Re-Issue by Virgin in 2007 with 3 bonustracks
1. Imaginations from the Other Side 07:19
2. I'm Alive 05:31
3. A Past and Future Secret 03:47
4. The Script for My Requiem 06:09
5. Mordred's Song 05:29
6. Born in a Mourning Hall 05:14
7. Bright Eyes 05:16
8. Another Holy War 04:32
9. And the Story Ends 06:00
Bonustracks (Japanese Release)
10. The Wizard 03:17
11. The Script for My Requiem (Extended Demo Version) 07:01
Bonustracks (Re-issue 2007)
10. A Past and Future Secret (Demo Version) 03:35
11. Imaginations from the Other Side (Demo Version) 07:11
12. The Script for My Requiem (Demo Version) 07:01
13. Bright Eyes (Video)
14. Born in a Mourning Hall (Video)
Total playing time 59:24

Chronique @ MightyFireLord

24 Mai 2011

Sans piste faible, c'est et cela restera une des pièces maîtresses de la discographie des Guardians.

Après des débuts en 1988 avec un style heavy speed allemand dans la veine du Helloween de l'époque "Walls of Jericho" (1985), parfois se rapprochant du thrash dans la vitesse et la hargne, Blind Guardian s'est rapidement tourné, tout comme les citrouilles d'ailleurs, vers un style beaucoup plus mélodique. Avec les Keeper I et II (1987-88) de la bande de Kai Hansen, les Guardians font, à leur manière, partie des groupes instigateurs de tout un genre, le power metal. Déjà sur "Tales from the Twilight World" (1990), des compositions se détachent de par leur côté mélodique beaucoup plus poussé, chose qui se confirmera sur "Somewhere Far Beyond" (1992), parfois au détriment de l'agressivité présente sur leurs deux premiers opus. Après quatre albums en cinq ans, la bande de Hansi Kürsh prendra cette fois-ci trois années pour préparer "Imaginations from the Other Side", le succès grandissant et les tournées obligeant à écarter les sorties studio. D'autant plus qu'un album Live ("Tokyo Tales", 1993) se glisse dans l'histoire entretemps.

Autant le dire tout de suite, nous nous trouvons ici en présence d'un album puissant, direct et sans temps morts (ou presque). Le groupe, dans son évolution, n'oublie pas d'où il vient. La recette ici semble mêler l'agressivité et la hargne de "Batallions of Fear" (1988) et de "Follow the Blind" (1989), tout en conservant la mélodicité de "Somewhere Far Beyond" dont il est le successeur logique. Mais ce n'est sans doute pas pour rien que l'album a été plus long à préparer que les précédents, les compositions sont encore plus travaillées, menant vers un niveau qui deviendra par la suite une des exigences du groupe. Les guitares des sieurs Olbrich et Siepen ont trouvé la sonorité si spécifique qu'elles la gardent encore aujourd'hui, quinze ans après.

Ne tournons pas plus autour du pot, et soyons comme l'album : directs. La première piste, du même nom que l'album, est une pure bombe. Ce n'est pas devenu au fil du temps un des classiques du groupe pour rien, et que ce soit sur CD ou sur scène c'est la claque assurée à chaque fois. Elle dure plus de sept minutes, mais on ne les voit pas passer. Son intro est intrigante et mystérieuse, puis monte en puissance et déjà le rythme est soutenu. La cavalcade, menée par tous les instruments, ne s'arrête que rarement pour laisser place à Hansi Kürsh qui envoie des vocaux hargneux de sa voix rocailleuse. Sur le reste de l'album, on retrouvera le même esprit. La musique se veut, la plupart du temps, agressive et tranchante, tout en étant toujours très construite et travaillée : les changements de rythmes et de mélodies sont légion, avec des passages instrumentaux nombreux qui étalent les capacités techniques du combo, qui n'a rien à envier à personne. Le tout sans tomber dans la démonstration stérile et insipide, ici chacun des membres est à sa place quand il le faut et chacun a droit à son moment de gloire (sauf la basse, qui ne sera jamais réellement mise en avant par le groupe).

Mais, à côté de tout ça, le groupe continue à développer aussi une de ses facettes phares, à savoir leur côté médiéval façon "chanson de ménestrel" (déjà présenté avec les superbes "Lord of the Rings" et "The Bard's Song") qui leur sert à nous donner d'admirables histoires racontées par Hansi sous forme de ballades, mais aussi quelques répits au long de cet album au rythme fou. "A Past and a Future Secret" nous fait croire faussement à une accalmie, avec sa guitare acoustique et sa flûte légers et entraînants, tout comme le chant qui sait aussi se faire doux et envoûtant tout en gardant force et conviction. Placée entre les deux brûlots "I'm ALive" et "The Script for my Requiem", aux ambiances lourdes et sombres, elle ne dénote pourtant pas et s'intègre très bien à la tracklist. Les autres chansons plus "calmes" (mais qui ne sont néanmoins pas des ballades), "Mordred's Song" et "Bright Eyes", trouvent, de même, très bien leur place. Le mot calme est entre guillemets, car comme le disait Albert Einstein en tirant la langue (rock'n'roll !), "tout est relatif". On est quand même en train d'écouter l'un des albums les plus percutants du groupe. Elles sont simplement dotées d'un tempo moins effréné que la piste qui les sépare, comme par exemple, "Born in a Mourning Hall", un nouveau titre à rendre fou, composé de passages speed et puissants, au refrain simple mais efficace et jouant avec ces chœurs typiques du groupe et la voix caractéristique de Hansi.

En prenant du recul, on s'aperçoit que le tout est très cohérent, à l'échelle de l'album entier, comme d'une chanson seule. La construction est similaire, à savoir cette judicieuse alternance de passages bruts et directs avec d'autres plus posés et mélodieux, la musique comme le chant suivant ces schémas. Mais attention, aucune piste ne se ressemble. La richesse de composition fait que chacune est basée sur plusieurs rythmes et mélodies distincts. Les 50 minutes de cet album passent vraiment très vite, et ce, même après avoir écouté l'album plusieurs fois.

Comme pour nous redonner un peu de souffle, l'album, assez sombre et belliqueux, se termine sur "And the Story Ends" (original comme titre pour la dernière piste, non?). Une chanson qui est portée par son tempo ralenti (sauf pour le solo de guitare, non mais vous avez cru quoi ?) et ses chœurs qui donnent une note d'espoir, sûrement la chanson la moins sombre de l'album. Mais attention avec les mots, encore une fois l'ombre de tonton Albert plane…

L'album "Imaginations from the Other Side" fait donc partie des travaux les plus agressifs des bardes, avec les deux premiers albums. Mais, ces derniers sont desservis par un défaut de puissance dû au manque de moyens d'un groupe débutant, ce qui n'est plus le cas ici. Blind Guardian étale son power metal qui, tout en étant typé allemand, possède des sons (voix et instruments) caractéristiques assez à part, qui en font un de ces groupes reconnaissables entre mille. Que ce soit avec leurs bombes speed ou bien leurs chansons plus tranquilles et leurs ballades, le tout tient debout et forme un album solide, compact, mais également très riche, si on prend la peine de fouiller un peu plus profondément. Sans réelle piste faible (sauf peut-être sur la fin qui ralentit le rythme déchaîné lancé avant), "Imaginations from the Other Side" est et restera sans grand problème une des pièces indispensables du groupe.

Et il faut croire qu'ils aiment alterner du direct avec du plus subtil. L'album suivant "Nightfall in Middle-Earth" en sera la preuve…

18/20.

14 Commentaires

16 J'aime

Partager

metalpsychokiller - 11 Janvier 2014: Près de 20 ans après sa sortie, toujours un pur brulot sans "presque" une ride... Là après tant de recul, on peut parler d'album culte! (clin d'œil à tous les djeuns en voyant de partout de ces raretés).. (-;
edenswordrummer - 16 Juillet 2014: Ho ouais il est vraiment bon ce Blind Guardian...un voyage coloré dont chaques pistes est un travail d'orfèvre. Et ce titre final..."and the story end..." On pourrait presque y verser une larme de déception d'être déjà à la fin de l'album...
David_Bordg - 09 Fevrier 2015: Un chef d' oeuvre!
MightyFireLord - 09 Fevrier 2015: Ma chronique ? Merci ! :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

24 Juillet 2013

En à peine trois albums Blind Guardian se sera forgé une légende dont Imaginations from the Other Side est le summum...

L’éclosion de la scène Heavy/Speed germanique se sera avérée être, jusqu’alors, l’une des plus créatives et inspiratrices. De ce formidable vivier d’où s’exprimeront superbement, parfois, les groupes les plus influents, régis par les obligatoires poncifs teutons d’un temple dont certains musiciens aux idées bien trop formatées se feront les gardiens les plus austères et les plus acharnés, l’école germanique nous offrira, avec Blind Guardian, la quintessence la plus emblématique de ce qu’elle peut être. S’appuyant pourtant sur les valeurs les plus singulières de cette scène, telle que cette rigueur métronomique de rythmes enlevés, caractérisée par la double-croche de double grosse-caisse qui devient alors un exercice de style quasi indispensable, ou encore tels que les rugissements âpres, et non moins superbes, d’une voix très belliqueuse, mais aussi tel que cet accent mis sur les riffs de guitares, Hansi Kursch et les siens auront su sublimer leurs talents, dépassant ainsi leurs sclérosants héritages culturels, pour nous en proposer leur propre vision. Une conception où le souci de composition d’un propos à la musicalité de mélodies fédératrices, de refrains communiants, reste prépondérant.

Et ce Imaginations from the Other Side, véritablement enfant mature né de ce souci, est une œuvre dans laquelle il est impossible de s’immerger sans en ressentir immédiatement tous les délicieux émois d’une parfaite perfection. Bien vain celui qui voudra, effectivement, tenter d’en extraire quelconques infimes défauts.

S’inscrivant véritablement comme le point culminant de la carrière d’un Blind Guardian au paroxysme de son talent, cet album constitue l’un des plus aboutis d’un genre. Nul ne saurait réellement décrire pleinement l’exemplarité d’un titre éponyme qui ouvre admirablement cette œuvre. En réalité ce morceau est bien plus qu’un simple préambule, il nous invite divinement, à l’aide de ses constructions savantes, de ses refrains délicieusement mélodiques, de ses chœurs subtilement grandiloquent, de ses voix rugueuses sublimes, de ses rythmes variés et de ses guitares enchanteresses incisives, à pénétrer profondément au cœur de l’univers épique et magnifique de ces Allemands. Cette œuvre, sans aucun doute la plus agressive du groupe, sur laquelle la fougue de ces titres rageurs où la vélocité combattive de couplets hargneux laisse place aux mélodies rédemptrices de refrains éminemment réussis, tels que sur I’m ALive, Born in the Mourning Hall ou encore Another Holy War, nous régalent pleinement. D’autres morceaux, élaborés de manière moins directement directe, restent pourtant délectables. Citons tout d’abord Imaginations from the Other Side, mais aussi un exceptionnel The Script of my Requiem, dont le refrain inaltérable est d’une rare beauté, ou encore un très bon Bright Eyes qui, même s’il est sans aucun doute l’un des titres les moins prompts de ce disque et certainement l’un des plus harmonieux, n’en demeure pas moins très satisfaisant. Ajoutons encore, à la liste de ces pièces inoubliablement éternelles et délicieuses, celles, non moins impérissables et savoureuses, de titres moins « rudes » tel que la douce ritournelle médiévale d’un A Past and Future Secret agréablement savoureux, ou encore d’un Mordred’s Song, mid-tempo aux allures de ballade bien plus classique. Mais que peut vouloir dire « classique » pour un groupe aussi talentueux ?

En, à peine, trois albums, Blind Guradian se sera, fort de ces qualités de musiciens d’exceptions, forgé une légende très largement méritoire. Indiscutablement la plus coupable de ce sacre, ce Imaginations from the Other Side, s’inscrit formidablement dans l’histoire du groupe. Mais bien au-delà, cet album s’inscrit, aussi, dans l’intemporalité d’une histoire plus vaste où son statut d’œuvre culte, tous horizons confondus, est largement justifié.

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
MightyFireLord - 27 Juillet 2013: Je vais être bref : pareil. (si avec nos chroniques les gens ne se jettent pas sur cet album, je ne sais plus ce qu'il faut faire...) ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ bigoud

28 Novembre 2008
Après un Somewhere Far Beyond très convaincant et un Tokyo Tales époustouflant, Blind Guardian sort l’album Imaginations from the Other Side. Les Allemands, devenus un groupe à part entière, et après avoir sorti une bombe nommée Somewhere Far Beyond, continuent leur chemin tout en imposant leur style si unique.
Le titre éponyme est doté d’une intro sombre, puis là, ça commence : Riffs puissants, chants violents. Un très bon titre d’ouverture, I’m ALive, est aussi doté d'un chant assez violent et d’un rythme très rapide.
Past and Future Secret calme les esprits : Chanson très calme, ambiance médiévale, chant assez doux. Magnifique !
Arrive ensuite The Script for my Requiem, chanson très rapide et dotée d’un puissant refrain que l’on retient facilement.
Les chansons qui suivent sont toutes très bonnes et rendraient toutes bien en Live.
Cet album est rempli de refrains accrocheurs, de jolies mélodies, de chansons puissantes. Bref, un pur régal! Plus rapide que Somewhere Far Beyond, cet album fait partie des pièces maîtresse du groupe, et on verra que le groupe ne va pas s’arrêter là, bien au contraire !!
Si je devais choisir entre Somewhere Far Beyond et Imaginations from the Other Side, j’aurais du mal, car ce sont tous deux des albums exceptionnels.

Blind Guardian enfonce encore plus le clou, et nous pond ici un album puissant, rapide et beau !! Une bombe !!!!!


0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire