Exécution

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe ADX
Nom de l'album Exécution
Type Album
Date de parution Avril 1985
Style MusicalSpeed Metal
Membres possèdant cet album219

Tracklist

Re-Issue in 1997 by XIII Bis Records.
1. Déesse du Crime 04:27
2. Prisonnier de la Nuit 05:33
3. L’Étranger 05:25
4. Exécution 04:34
5. Le Fléau de Dieu 04:15
6. Prière de Satan 04:49
7. Vampire 03:42
8. Caligula 04:54
Total playing time 37:43

Chronique @ ZazPanzer

07 Décembre 2011

French Connection

Avez-vous remarqué que certaines blagues foireuses peuvent vous suivre toute une vie ?

Ainsi, le lendemain du jour où je découvris ADX [1995, un peu sur le tard], j'arrivai en répét' excité comme le gamin que j'étais à l'idée de pouvoir partager verbalement la claque nationaliste qui m'avait été administrée la veille : transport des amplis, branchement du matos, ouverture des canettes et échange traditionnel des derniers achats avant les premiers coups de charleston... Rendant à mon bassiste le vinyle d'Exécution qui avait donc tourné toute la soirée précédente, je lâchai fièrement à mes collègues une tirade hautement philosophique et remarquablement pertinente du genre : "'Tain, il assure grave, Bétor !"

[...]

Après un silence de mort de quelques nanosecondes, j'eus largement le temps d'accorder mes deux guitares en faisant la tronche pendant que mes quatre potes pleuraient de rire. Induit en erreur par la police de caractère gothique un peu cheap présentant le line-up sur la back-cover, je finis par être moi aussi mis dans la confidence : le gratteux sensationnel n'était pas Bétor, Bétou, Albator ou Terminator, mais plus logiquement Bétov'... On m'a évidemment ressorti cette allusion à "Bétor" plus que régulièrement, et j'y pense, vous l'aurez compris, à chaque fois que je ressors le disque, c'est à dire bien souvent...

ADX, patronyme faisant référence à l'ancienne norme de classification des aciers selon leur ductilité, signifie Acier DouX et symbolise musicalement l'alliance d'un côté dur/heavy à une face plus mélodique. Formé non pas à Paris comme on peut trop souvent le lire, mais dans la petite commune picarde de Pont-Sainte-Maxence, à trente kilomètres de Compiègne, par le batteur Didier "Dog" Bouchard et le guitariste Hervé "Marquis" Tasson, le combo est rejoint par le fameux Bétov', de son vrai nom Pascal Collobert, ainsi que par Frédéric "Deuch" Deuchilly (basse) en mars 1981, puis enfin par le chanteur Philippe "Phil" Grelaud début 1982. En avril 1984, Metal Attack chronique élogieusement leur maquette éponyme auto-produite contenant quelques titres enregistrés façon Mac Gyver, ce qui incite le groupe gonflé à bloc à investir pour réenregistrer la démo dans un véritable studio. Et c'est grâce à cette seconde version qu'ADX décroche un deal chez Devil's Records, label incontournable du Hard français mid-80s (Vulcain, Killers, Sortilège, Morsüre, Epsylon et j'en passe). Devil's Records réserve alors l'habituel "Studio Garage" du XXème arrondissement parisien pour le mois de février 1985, et "Exécution" arrive finalement dans les bacs dix ans précisément avant cette cocasse scène champenoise introductive, en avril 1985 donc.

A l'écoute de ce premier full-length, qui comme les deux suivants d'ailleurs, est un véritable coup de maître, on ne peut immédiatement que s'interroger sur l'éternelle question en suspens : la France ???

Mais putain, comment, avec des musiciens de cette trempe, qui dès ce coup d'essai, maitrisaient à la perfection tous les codes mélodiques inhérents à la NWOBHM et qui, influencés par le Thrash naissant, avaient, dans un élan visionnaire, incorporé des éléments plus agressifs et violents que le Heavy classique, oui, comment ces artistes ont-ils pu passer à côté de la reconnaissance internationale qu'ils méritaient, à l'instar d'un Helloween, qui démontrait exactement les mêmes influences sur le cultissime mini-LP (sorti le mois précédent, en mars 1985 !) ? Certes, cet album fut, heureusement, bien accueilli par le public, mais on ne m'ôtera pas de l'esprit que ce disque eut pu connaître une destinée autre, de plus grande envergure.

Les compositions d'ADX se caractérisent par des guitares incisives bien qu'extrêmement mélodiques emmenées par un tempo très rapide, carte d'identité de ce groupe pionnier au milieu de quelques autres qui créèrent le sous-genre aujourd'hui connu sous le nom de Speed Metal. Les musiciens font preuve d'une technique redoutable pour l'époque, Bétov' et Marquis n'ayant absolument pas à rougir face à des paires mythiques telles que Murray/Smith ou Tipton/Downing, leurs sublimes harmonies à la tierce bien souvent mises en valeur par des passages instrumentaux soutenus par la basse omniprésente de Deuch et les rythmes baston de Dog, qui ne sont pas sans évoquer la grande époque d'un certain Lars Ulrich. On notera également la variété et l'originalité des structures proposées, passant de bombes speed sans concessions (Déesse du Crime, Le fléau de Dieu, Caligula) à des cavalcades cassées par un break (Prisonnier de la Nuit), d'une géniale utilisation de la pédale Delay (L'étranger) à un instrumental épique (Exécution) ou encore à un up-tempo servi par de délicieuses interventions lead (Prière de Satan) ...

Bien qu'ayant pris un léger coup de vieux, la production, avec ses guitares très aigues, sa basse bien métallique et son son de caisse claire très sec, est caractéristique de son époque mais pas si vétuste que ça. Là où H-Bomb réalisait un coup de (Metal) génie en partant produire ses disques en Hollande, et où Killers divisait avec des productions déplorables faute de moyen, ADX se situe au milieu avec un son somme toute sympathique, même si très typique de ce milieu de décennie. S'il y a bien quelque chose à reprocher aux isariens ou peut-être à leur management, c'est la quasi-absence d'évolution de la production sur les opus suivants. Alors que les musiciens gagnaient en maturité, proposant des titres plus complexes bien qu'autant inspirés que sur ce premier effort, la production ne progressait pas, voire reculait, l'exemple le plus fragrant étant le son de synthé Bontempi du break pourtant génial de "Marquis du Mal"... Si le son de ce premier disque est bien compréhensible, et même tout à fait légitime, la suite aurait à mon humble avis mérité plus d'investissement et d'ambition pour ce groupe qui, je me répète, est passé à côté d'une autre carrière.

Quant au chant, même s'il faut reconnaître que les paroles en français ne réussissent pas à tous, elles font partie intégrante de ce gang, sans pour autant aller très loin comme j'ai pu le lire un peu partout. Phil assure grave, et on se fout un peu de ce qu'il déblatère car ça le fait, point barre. Il est même difficile de l'écouter brailler autrement que dans la langue de Victor Hugo, peut-être pas autant qu'un Bernie franchouillard baragouinant "In the Name of the Race" ou qu'un Pat Diamond ridicule peinant à reprendre un "Space Station N°5", mais quand même. Et s'il est bien légitime qu'en 1991, ADX se soit enfin décidé à se battre pour une reconnaissance étrangère après trois albums et des tournées avec des pointures comme Coroner, le charme s'est malheureusement et inévitablement cassé avec l'abandon de notre patrimoine.

Et si vous n'avez jamais, à 07h53 un lundi matin, dans les embouteillages, votre vieil autoradio crachant ses tripes, regardé votre alter égo de la file de droite, les yeux dans les yeux, pour lui faire lire sur vos lèvres " Un vieil homme pleure agenouillé au milieu d'un cercle de fumée - Dans un spasme il implore son Dieu -Le Dieu du Mal et des esprits malins" avant de redémarrer hilare, c'est qu'il est grand temps que vous remettiez "Exécution" dans votre platine. Vos débuts de semaine n'en seront que meilleurs.

53 Commentaires

24 J'aime

Partager

Goatphoenix - 12 Fevrier 2016: De mon côté j'ai découvert le groupe avec celui-ci, et j'ai du mal à écouter les autres tellement je le mets sur un piédestal héhé. Je le trouve plus speed, plus cru, plus inspiré, les paroles plus entêtantes... Il y a souvent un amour un peu aveugle sur les albums qui nous font découvrir les groupes!
LeMoustre - 12 Fevrier 2016: C'est clairement ça, Antoine, le premier album reste souvent gravé dans le cœur et la mémoire (de l'éternel, héhé). C'est le cas pour toi aussi, je vois. Après objectivement, je crois que les 3 premiers sont de niveau à peu près égal. Voilà en tout cas un CD dont le seul reproche est l'absence des paroles dans la réédition XIII bis, malheureusement très cheap. Je recherche toujours la version LP pas trop onéreuse (vœu pieux), d'ailleurs.
Goatphoenix - 13 Fevrier 2016: Effectivement, j'ai du imprimer les paroles pour pouvoir les apprendre! Ahah!
Chab - 06 Mai 2017: Bon depuis le temps, je connais par cœur les 3 premiers albums et j'ai vu le groupe 3 fois sur scène haha !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire