Domination

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Morbid Angel
Nom de l'album Domination
Type Album
Date de parution 09 Mai 1995
Enregistré à Morrisound Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album657

Tracklist

1.
 Dominate
 02:40
2.
 Where the Slime Live
 05:27
3.
 Eyes to See, Ears to Hear
 03:52
4.
 Melting
 01:21
5.
 Nothing But Fear
 04:32
6.
 Dawn of the Angry
 04:39
7.
 This Means War
 03:12
8.
 Caesar's Palace
 06:21
9.
 Dreaming
 02:17
10.
 Inquisition (Burn with Me)
 04:34
11.
 Hatework
 05:48

Durée totale : 44:43


Chronique @ Fabien

25 Septembre 2007
Enregistré fin 1994 aux Morrisound Studios et sorti en mai de l’année suivante, Domination est le quatrième album de Morbid Angel (sans compter la K7 Abominations of Desolation rapidement renié par Trey Azagthoth), distribué par la major Giant sur le territoire nord am&ricain, tout comme son prédécesseur. Il constitue une étape importante dans la carrière des floridiens, représentant non seulement le premier album sans titre repris d’Abominations of Desolation, mais intégrant aussi Erik Rutan en tant que guitariste et compositeur, aux côtés de Trey, habitué à faire souvent cavalier seul dans l’art de l’écriture musicale.

Grâce à l’apport d’Erik, ayant composé pas moins de cinq morceaux d’une étonnante qualité, Domination possède beaucoup de relief, alternant brillamment les titres accrocheurs aux accents Covenant, à l’image des redoutables Eyes To See & Dawn Of The Angry, à d’autres beaucoup plus lourds & écrasants, comme les intenses Caesar’s Palace & Inquisition, pointant en direction du culte Blessed Are the Sick. Au delà des parties purement metal, Domination contient parallèlement une coloration très sombre grâce aux interludes Melting & Dreaming, et à son final Hatework, transpirant une magie noire de toute instant.

Enfin, sur le jeu phénoménal de Pete Sandoval et les riffs inimitables de Trey Azagthoth et Erik Rutan, David Vincent éructe avec son charisme habituel des vocaux d’une épaisseur sans égale, renforçant l’immense caractère de l’album. Bill Kennedy livre également une production admirable, dotant Domination d’un son massif et particulièrement profond, tout en respectant l’essence même et l’extrême pureté de ses compositions.

D’une technique et d’une brutalité sombre incomparables, Domination confirme une nouvelle fois la suprématie de Morbid Angel au sein de la scène deathmetal. Mais paradoxalement, nombre de métalleux lâchent le groupe à cette période au profit d’une scène blackmetal renaissante, ignorant ou survolant dès lors et désespérément la richesse et les subtilités du grand Domination.

Fabien.

7 Commentaires

23 J'aime

Partager

Fenrisulfr - 21 Novembre 2010: Je trouve que domination apporte au contraire un souffle nouveau au groupe (intro de ceasar palace, rythme militaire, synthé et cloches de hatework, voix un peu différente et qui varie plus) alors que je vois plutot covenant comme un compris entre altars et blessed.
D'ailleurs j'ai remarqué que la tendance chez morbid angel etait d'alterner des albums plutot sombre et lourd (B-D-G) avec des albums plutot accés sur la violence (A-C, je ne connais très mal forumulas et heretic).
Quelqu'un peut confirmer ou alors je délire vraiment?
Si c'est vrai c'est une demarche semblable à Beethoven avec ses symphonies.
albundy57 - 21 Décembre 2010: Un album assez spécial qui pourrait dérouter les fans des 1ers opus...
Au final, on se retrouve avec un album massif dégageant une ambiance puissante et lourde.
Ici, le chant de Vincent se révèle encore plus grave, renforçant ainsi cette ambiance pesante.
Effectivement ,"Domination" est sorti lors d'une période difficile pour le death, dont de nombreux fans se sont tournés vers le black.
En cette année 1995, MORBID ANGEL prouve qu'il faut toujours compter sur les grands ténors du style, la flamme du death est immortelle...
Kjellson - 04 Novembre 2012: Depuis l'achat de ce cd, donc depuis sa sortie, il tourne très très régulièrement dans mes oreilles, je le vénère cet album, en même temps vu les musicos derrière chaque instrument, on ne peut rêver mieux. Bref quasi parfait (car rien ne l'est) il est avec "Covenant" selon moi le summum du groupe.
avis perso:)
Eaque - 06 Novembre 2014: Pour ma part (en ce qui concerne Morbid Angel) je suis passé directement d'Abominations Of Desolation à Domination. J'esquiverai la démesure de puissance que m'infligeait Abominations qui me rendait complétement dingue !!! Bref, voyons la cover de Domination chez le disquaire, je me suis dis que ça devait encore tuer du feu de dieu ! Mais premières impressions, archi dépité (ça n'avait strictement rien à voir avec les démos et je n'avais écouté aucun album en transition, je vous laisse imaginez ! ^^). Bien sûr, qq'ues années plus tard je l'ai adoré et même mis en première position des albums (sans compter la démo). Le choque de cette voix bien collante sur le pachydermique "Where The Slime Live" et le véhément Dawn Of The Angry" me parcourent toujours autant l'échine du moment ou je l'ai adoré , soit la même année tout de même de sa sortie !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ blackpsychoz

06 Octobre 2007
"Extrem music for extrem people"

Telle est la devise de MORBID ANGEL. Vous me direz, rien que le nom du groupe en dit long sur les zouzous et la bouillabaisse sonore qu'ils produisent. De plus leur renommée ne saurait s'amaigrir malgré un dernier album assujetti aux mauvaises critiques. MORBID ANGEL fait parti de ces groupes ricains qui ont démocratisé le death metal aux cotés des autres piliers (vous savez très bien de qui je parle !).
Sorti de leur Floride (le "zizi des Etats-Unis" comme le dit si bien Homer sans renier son indémodable classe !), qui est en quelque sorte le berceau du death metal US, Ils créaient la surprise en 1989 avec un Altars of Madness au rythme thrashy, s'inscrivant dans la lignée d'un Scream Bloody Gore ou d'un Slowly We Rot. Cependant le son des Anges Morbides se veut être encore plus lourd et puissant. Et le jeu de Pete Sandoval à la batterie, exilé de Californie, met tout le monde d'accord. Son jeu de baguettes puissant et précis le cataloguait à la place des meilleurs batteurs de l'époque.

Mais j'avais plutôt prévu de parler de Domination plutôt que d'Altars of Madness. Je pense inutile de préciser que Domination est le quatrième album du groupe, les albums étant classés - suivant la première lettre du titre - par ordre alphabétique. Il est marqué par quelques changements, premièrement de producteur, et deuxièmement de guitariste rythmique puisque Erik Rutan (Hate Eternal) fait son apparition. On avait déjà pu observer une évolution de leur musique sur Covenant, l'album précédent, s'éloignant déjà bien loin des sentiers old school des premières productions. Domination se place donc dans la lignée de Covenant, envoyant des riffs tourbillonnant à la lourdeur extrême. "Lourdeur et puissance", telle est la ligne de conduite que MORBID ANGEL se tue à respecter et franchement sans ces caractéristiques leur musique n'aurait pas le même goût ! Et quel goût ! Les sonorités paraissent tellement diaboliques qu'on ressentirait presque la chaleur des ténèbres nous brûler les fesses, ce que je ressens beaucoup moins sur les productions qui sortent de nos jours. On ne retrouve plus cette même haine machiavélique que l'on pouvait retrouver sur les galettes d'il y a une quinzaine voire une douzaine d'année.
Where The Slime Live en serait une bonne représentation, morceau au tempo plutôt lent où David Vincent nous dégueule ses tripes ensanglantées nappé des soli aux tapping hypersoniques et totalement déstructurés de Trey Azagthoth.
Dawn Of The Angry représente à lui seul le savoir-faire de MORBID ANGEL : brutalité extrême. Lancé par une ouverture ravageuse, Dawn Of The Angry est un peu à l'image d'un Rapture qui ouvrait le bal sur Covenant.
Caesar's Palace fait un peu figure d'OVNI, avec ses riffs extrêmement pesants et totalement accrocheurs, ce titre garantit, si votre système hi-fi vous le permet, vibration des murs à en faire tomber les jolis cadres de maman. Du moins il m'en fait vibrer les tripes.
Hatework clôture l'album de la même manière que God of Emptiness ferme Covenant, et laisse s'échapper les démons avec une rage malgré tout retenue mais diaboliquement efficace.

MORBID ANGEL confirme qu'il est bien inscrit en haut de l'affiche en signant un album efficace, aux ambiances chaotiques et à la brutalité destructrice littéralement apocalyptique ! On aurait malgré tout pu se passer des morceaux que sont Melting et Dreaming , instrumentaux qui, je trouve, sont plutôt dénués d'intérêts et cassent plus le rythme de l'album qu'autre chose. Mais bon je ne vais pas descendre la note de Domination pour 3 minutes de faux pas, on appuie sur suivant puis on relance le mode headbanger !


A écouter : Where The Slime Live, Caesar's Palace, Dawn Of The Angry, Hatework...

Note : 17/20

Extrait de mon blog death-and-black.skyblog.com

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire