Caress of Steel

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Rush
Nom de l'album Caress of Steel
Type Album
Date de parution Septembre 1975
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album114

Tracklist

1. Bastille Day 04:37
2. I Think I'm Going Bald 03:37
3. Lakeside Park 04:08
4. The Necromancer 12:30
a/ Into the Darkness
b/ Under the Shadow
c/ Return of the Prince
5. The Fountain of Lamneth 19:59
a/ In the Valley
b/ Didacts and Narpets
c/ No One at the Bridge
d/ Panacea
e/ Bacchus Plateau
f/ The Fountain
Total playing time 44:51

Commentaire @ Defnael

14 Fevrier 2008
En 1975, Rush tourne avec pas mal de groupes dont Kiss avec lesquels naîtra une amitié profonde. Pourtant, "Fly by Night" Tour ne leur ouvre pas encore les portes de la gloire. Bien vite, ils rentrent à nouveau en studio pour enregistrer "Caress of Steel" leur troisième opus.

La pochette de toute beauté, (et très chargée, voir kitsh mais on aimait ça à l'époque) laisse présager du meilleur. Sur le vinyl, elle s'ouvrait et contenait les textes comme gravés dans la pierre. Cet album est le premier du groupe à contenir une face conceptuelle. Une longue suite fortement inspirée du Seigneur des Anneaux de Tolkien.

Mais revenons au début, à l'ouverture sur une pièce assez décalée pour l'époque car elle parle de la révolution française. "Bastille Day" nous renvoit à notre passé sur un riff Hard syncopé et parsemé de breaks. Titre sympathique mais pas exceptionnel si l'on excepte le thème final à la guitare qui a tout d'un hymne.

"I Think I'm Going Bald" ("Je pense que je deviens chauve") ne retient pas vraiment l'attention et c'est, pour moi, le maillon faible de l'album. Heureusement, "Lakeside Park", un titre nostalgique ou Neil Peart raconte une période de son adolescence prouve que Rush sait écrire de belles chansons, originales et techniques tout en sachant privilégier une belle mélodie. Ce titre avec "Bastille Day" sera joué régulièrement en concert par la suite.

"The Necromancer", une longue suite de plus de 12 minutes tout droit sortie d'un récit d'Heroic Fantasy est une véritable pièce de Hard Rock Progressif. Alex Lifeson y est omniprésent avec ses chorus trépidants et ses riffs survitaminés. La section rythmique n'est pas en reste et nous assène une véritable démonstration technique. Mais j'en terminerais avec ce titre en signalant l'apothéose de la fin et son solo de guitare magnifique.


La longue suite épique "The Fountain Of Lamneth" qui couvrait à l'époque toute la deuxième face de l'album (20 minutes) peut paraître archaïque aujourd'hui. Même le groupe reconnaît qu'elle contient des longueurs. Pour ma part, je trouve que Geddy Lee chante magnifiquement sur l'introduction guitare/voix. L'autre partie interessante est un solo de batterie de Neil Peart qui n'utilise quasiment que les toms (laissant les cymbales juste pour appuyer les pêches). On note la rapidité du bonhomme. La suite est assez anecdotique sauf pour les fans qui en veulent toujours plus (comme moi).

"Caress of Steel" est le digne succésseur de "Fly by Night" et même si on a l'impression que parfois Rush se perd un peu dans des compositions trop compliquées, on va se rendre compte rapidement que la maîtrise arrive toujours à force de travail.

"Bastille Day", "Lakeside Park" et "The Necromancer" sont les trois titres à écouter pour l'homme pressé que nous sommes tous un peu devenu aujourd'hui.

Ce disque sera le moins vendu de toute la carrière du groupe.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
ZazPanzer - 08 Mai 2010: Belle chronique très complète qui donne envie de se replonger dans cet album, qui est pour moi le moins intéressant de toute leur carrière. Cependant, tes précisions techniques m'intriguent et je vais ressortir mon vinyle dès ce soir. Merci, c'est un plaisir de te lire !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire