Counterparts

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Rush
Nom de l'album Counterparts
Type Album
Date de parution Octobre 1993
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album111

Tracklist

1. Animate 06:03
2. Stick It Out 04:30
3. Cut to the Chase 04:48
4. Nobody's Hero 04:55
5. Between Sun & Moon 04:37
6. Alien Shore 05:47
7. The Speed of Love 05:02
8. Double Agent 04:52
9. Leave That Thing Alone 04:05
10. Cold Fire 04:26
11. Everyday Glory 05:11
Total playing time 54:17

Chronique @ frozenheart

27 Mai 2016

Le retour en 1993 d'un des cadors de la scène prog des années 70.

Rush fait partie de ces groupes de légende, qui auront marqué à tout jamais le monde du Metal Progressif, du Hard Rock et de la musique en général. À commencer par une discographie exemplaire d'albums prestigieux certes, quelque peu techniques, mais grâce aussi à un sens inné de la mélodie et à un toucher imparable qui fait mouche. Rush, c'est aussi des compositions intelligentes et originales, avec le souci du détail, et cela, depuis maintenant 48 ans.

Dans les années 80, le groupe prendra le risque d'amorcer un virage plus commercial, en s'orientant vers un Hard FM, voire pop aseptisé en ajoutant des claviers à sa musique. Il ressortira de ce changement de cap des albums d'excellente facture, dont l'excellent Grace Under Pressure paru en 1984, rempli jusqu'à la gueule de tubes imparables tels que: "Distant Early Warning", "Red Sector A" et "The Body Electric". Il faudra attendre les années 90 pour que Rush revienne à ses premières amours, le Hard Rock aux touches progressives.

C'est donc le 19 octobre 1993 que sort dans les bacs l'album Counterparts. Première constatation: les guitares sont bien là et retrouvent leur place d'antan. Quant aux claviers, ils seront relégués au second plan et en de très rares occasions. Le résultat s'en trouvera à la hauteur de nos espérances, avec un son plus homogène et organique (mention spéciale à Geedy Lee qui signe ici des plans de basse carrément dantesques). Bien entendu, le groupe nous gratifiera, comme par le passé, de plusieurs morceaux mélodieux et riches en émotions.

La pochette et l'artwork de l'opus seront l'œuvre du cover-designer de renom Hughes Symes (Megadeth, Nevermore Dream Theater etc...). Il signera là une pochette tout à fait dans la thématique des groupes Rock et Metal Progressif, c'est-à-dire sobre, sans artifices, avec comme seule image une vis et un écrou sur un centre noir entouré d'un fond bleu roi rehaussé d'un simple logo aux lettres dorées, sans prétention.

La production sera une nouvelle fois dirigée par l'indéboulonnable Peter Collins connu aussi pour son travail au sein de formations aussi talentueuses que prestigieuses telles que Bon Jovi, Queensrÿche, Gary Moore, Suicidal Tendencies et bien d'autres. Alors, forcément le résultat est là: un son moderne et toujours en avance sur son temps, un mix puissant, clair, équilibré avec un toucher chirurgical et un savoir-faire imparable.

L'album débute par "Animate", titre en mid tempo où la basse sera à l'honneur sur un peu plus de 6 minutes, complété par le jeu très technique de Neil Peart et les interventions de guitare fluide et volubile d'Alex Lifeson, un guitariste encore trop sous-estimé.
Bien entendu, d'autres titres se distingueront sur l'album, comme le tubesque "Nobody's Hero" avec ses cordes légères et à la mélodie qui ne nous quitte plus! Intervention de cordes qui, pour la petite anecdote, fut conduite et arrangée par le regretté Michael Kamen (Metallica) lui-même.

Continuons, avec le superbe "Everyday Glory" et son superbe chorus de guitare. Vous l'aurez deviné, les guitares seront mises à l'honneur. A commencer par "Cut to the Chase", un mid tempo aux nombreux breaks et un étrange solo en son centre, tout comme "Alien Shore" soutenu par des polyrythmies de batterie très techniques du magicien des fûts qu'est Neil Peart.

Je n'oublierai pas de mentionner "Double Agent" et ses parties vocales en "phrasé parlé" avec des accélérations bien senties vers la fin annonçant le morceau suivant, l'instrumental "Leave That Thing Alone" à la technique à couper le souffle. Tout y est: guitares incendiaires et fluides d'Alex Lifeson, qui s'en donne à cœur joie, accompagnées de la batterie en contretemps de Neil Peart et de la basse claquante de Geedy Lee (ces gars-là ne doivent pas être humains pour nous sortir de tels morceaux!).

Pour conclure, je mentionnerai les titres les plus Rock du lot avec d'abord le splendide "Cold Fire" et ses slides guitares mélodieuses et délicates. Le reste des morceaux se situeront plus ou moins dans le même registre que celui-ci.
Pour un peu, j'allais oublier le titre "Between Sun & Moon" à la technique et rythmique en polyrythmie, doté d'un refrain et de chœurs exquis, qui nous démontrera encore une fois l'immense talent et tout le savoir-faire du groupe canadien.

Vous l'aurez compris, avec l'album Counterparts, le groupe Rush revient sous les projecteurs avec une musique moins formatée radio, qui remettra en avant les guitares et une dextérité technique un peu oubliée durant les années 80, et cela, avec la classe qu'on leur connaît.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le groupe, je leur conseillerais d'aller poser une ou deux oreilles sur cet album, mais aussi sur toute la discographie du groupe. Vous ne le regretterez pas.

7 Commentaires

8 J'aime

Partager

ericb4 - 27 Mai 2016: Merci pour le papier, très agréable à parcourir, ultra complet et témoignant d'un rare sens du détail informatif.

Comme le souligne choahardoc, les chros n'abondent pas sur ce groupe mythique, c'est un fait. Merci de nous rappeler à demi-mot de ne pas les oublier, à commencer par ce dantesque opus. Rien que le titre proposé à l'écoute donne envie de s'y (re)plonger...
frozenheart - 27 Mai 2016: Merci à tous pour ses retombés positives!
Par ailleurs c'est grâce à un commentaire d'Eliae que l'idée m'est venu de chroniquer ce superbe album de Rush.
Flandre - 27 Mai 2016: Un grand merci à toi, Frozenheart pour cet écrit sur cette formation qui aura marqué de son empreinte l'histoire du rock progressif.
Pour ma part, c'est toujours un réel plaisir que de se replonger dans cet album que j'ai toujours apprécié,au son teinté de rock plus traditionnel qu'à l'accoutumé, en totale adéquation avec les 90 s, je trouve.
La qualité au rendez-vous une fois de plus!
Silent_Flight - 28 Mai 2016: Album danstesque, un de mes préférés du groupe.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire