777 - Cosmosophy

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Blut Aus Nord
Nom de l'album 777 - Cosmosophy
Type Album
Date de parution 21 Septembre 2012
Style MusicalBlack Avantgardiste
Membres possèdant cet album66

Tracklist

1. Epitome XIV 08:55
2. Epitome XV 06:14
3. Epitome XVI 10:18
4. Epitome XVII 09:27
5. Epitome XVIII 11:02
Total playing time 45:56

Chronique @ nothingleft

02 Juillet 2013

La fin et le début d'une odyssée au delà du Black Metal.

La trilogie initiatique de BLUT AUS NORD s'achève avec « Cosmosophy », dernière pierre apportée à un édifice imposant, 19 mois séparent le premier volet de la conclusion, 18 épitomes, comme autant de jalons d’un projet qui prend fin en apothéose.

Epitome : abrégé d’une histoire, précis d’histoire: sainte, grecque, latine, etc…

De manière plus extensive, l’idée de "condensé" s’impose, à propos de l’œuvre en question, et plus encore concernant le présent opus.
Quel chemin parcouru depuis « Ultima Thulée » et son Black Metal rocailleux et tranchant, d’inspiration scandinave ! Blut Aus Nord est sans conteste un groupe qui a su trouver sa voie propre, « MoRT » bien que plutôt décrié et il faut bien le reconnaitre difficile d’accès, est à mon sens la première manifestation de l’esprit qui aujourd’hui anime le combo : recherche de l’harmonie dans la dissonance la plus obscure, et l’âpreté.
Quoique, ceci ne vaut pas forcément pour « Cosmosophy », ce qui en fait un album vraiment à part. Même si « Memoria Vetusta II » a magistralement réalisé la synthèse en proposant la quadrature du cercle entre les pulsions Black primitives et le vaste champ d’expérimentations qui s’ouvrent à coup sûr devant les esprits fertiles.

777 semble être l’aboutissement de la réflexion et de l’expérience.
Si tant est que l’on puisse retranscrire avec des formules intelligibles le sentiment éprouvé sur ce chemin :
« 777 Sect(s) » : chaos, violence, désordre, dispersion, épreuve (gare à l’épitome VI !).
« 777 The Desanctification » : contrainte, condensation, refroidissement (gare à l’épitome XII !).
Et enfin :
« 777 Cosmosophy » : Gnose, Illumination, Humanité (gare à toi !)

777 se découvre, l'indicible est énoncé, les vocaux dévoilent l’humain caché dans les ténèbres imposantes et torturées des volets précédents. Dès les premiers accords, le sentiment de plénitude est envahissant, mélodique, incantatoire, un en mot : rock. Même si la rythmique, cauchemardesque, imperturbable, tel un balancier, suit son chemin et les thèmes de la saga, dans le maelstrom réverbéré qui est la marque de fabrique des Normands. Rythme ralenti, pulsation.

« Epitome XV » opère la mutation (alchimie?) la plus frappante, BAN met en œuvre des mélodies et des effets qui évoquent les moments les plus torturés du « Pornography » de The Cure (coldwave 80). Le décor n’est plus, c’est la vérité crue qui apparait, sensible, charnelle. Lyrics en français, en anglais, parlés, chantés, intelligibles, plus que de coutume, et surtout totalement poignants. « le temps ne martelait plus, rien n’avait été, rien ne serait plus jamais… ». On est loin, très loin du Black Metal , même avant-gardiste.

« Epitome XVI » affiche la sérénité trompeuse d’une intro aux nappes de synthés et guitare solaire, puis mêle à l’obsession morbide de 777 un chant émouvant et une montée, aux harmoniques diffuses, qui s’abîment dans un marasme sonore aux frontières d’un post rock incandescent.

« Epitome XVII » évoque les fresques sonores oversized de la new-wave sonique la plus exigeante. Le break est un coup de cutter sur les cordes, aussitôt tempéré par un partie de guitare élégiaque, et enfin une plongée en apnée dans l’univers métronomique familier à 777.

Qui l’eut cru ?
le projet tient la route : 777, une œuvre, au sens le plus noble du terme.
Metal ou pas ?
Ce qui fut n’est plus, et ce qui sera n’est pas, …… et le chaos se tut.
La suite?
A l’heure de ces lignes, « Memoria Vetusta III » est annoncé. Ils n’ont pas fini de nous surprendre.


3 Commentaires

1 J'aime

Partager
Schwy - 04 Juillet 2013: Enfin une chronique, merci! Il me semble avoir lu que Vindsval avait précisé que la fin du troisième album avait pour suite logique le début du premier, comme un cycle, et que la trilogie 777 prenait tout son sens écoutée d'une traite. L'ayant fait, je le recommande!
Razort - 10 Septembre 2013: Je recommande aussi l'écoute de la trilogie d'une traite. Même si on peut reprocher à BAN sa lenteur, le côté chiant et répétitif parfois, ça n'en demeure pas moins un groupe incroyable, bien loin du Black Metal classique comme dit dans cette chronique. Et puis quel artwork... sublime ! A la fois truché de symboles et épuré au possible. Tout comme la musique de ce dernier opus, qui est le meilleur à mon sens dans la trilogie 777.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire