Timebomb

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe UDO
Nom de l'album Timebomb
Type Album
Date de parution 03 Avril 1991
Produit par Stefan Kaufmann
Enregistré à Dierks Studios
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album139

Tracklist

Re-Issue in 2010 by Nuclear Blast
Re-Issue in 2013 by AFM Records
1. The Gutter 01:04
2. Metal Eater 03:42
3. Thunderforce 03:39
4. Overloaded 01:04
5. Burning Heat 03:13
6. Back in Pain 03:46
7. Timebomb 03:57
8. Powersquad 04:12
9. Kick in the Face 03:46
10. Soldier of Darkness 04:11
11. Metal Maniac Master Mind 05:40
Bonustrack (Re-Issue 2013)
12. Metal Eater (Live) 04:15
Total playing time 42:29

Chronique @ dark_omens

19 Juin 2013

Timebomb est un album varié dans lequel Udo aura su s'inspirer de l'ère du temps sans trahir son identité...

Les anglais de Judas Priest avec leur excellentissime Painkiller avait instauré, en ce début des années 90, les fondements d'une ère naissante dans laquelle l'agressivité, la rapidité et la puissance brute devenait la norme. Cette révolution, Heavy Metal plus véloce et plus hargneux aux confins même parfois des contrées Thrash, véritable nouvelle tendance, aura pour conséquence bénéfique de réinventer un genre jusqu'alors pleinement satisfait par un conformisme commode. Ce bouleversement aura aussi pour résultat de décimer nombre de musiciens et de groupe incapable de réinventer leur art et continuant de vouloir se contenter de se complaire dans une habituelle oisiveté créative confortable. Sur ce champ de batailles sanguinolent les moins progressistes seront des proies faciles. Sur cette terre laminée les créatifs allemands seront laminés. Néanmoins, fait assez curieux lorsqu'on sait à quel point ce peuple rigoriste est peu enclin aux changements, certains saxons trouveront les ressources pour s'inscrire dans ce nouvel ordre mondial. Udo Dirkschneider, désormais définitivement affranchis du joug artistique de ces camarades d'Accept, fait partis de ces exceptions germaniques.

Car, en effet, incontestablement, son quatrième effort intitulé Timebomb, est un album qui se nourrit de cette tendance plus crue, plus sauvage et plus prompte. Tant et si bien que, sans pour autant singer de manière imbécile ce nouveau souffle anglais, Udo nous y propose l'exercice périlleux d'une variation sur le thème crée par le quintette de Birmingham. Citons pour illustrer cette consanguinité des titres tels que le très bon Metal Eater, Thunderforce, Burning Heat, ou encore, par exemple, le remarquable Timebomb.

Toutefois, souvent présenté comme un manifeste dévoué à la nouvelle cause instaurée par les britanniques, et le contraire serait l'expression d'une malhonnêteté manifeste tant le lien de parenté est évident, cet opus recèle pourtant de quelques richesses propre à l'école allemande en général, et à Udo Dirkschneider en particulier. Et, en effet, si l'œuvre est assurément plus sauvage et plus âpre que ne le fut les précédents méfaits du vocaliste, il n'en demeure pas moins que ce Timebomb garde un socle mélodique très marqué. Une aptitude à la musicalité qui demeure, peu ou prou, un des trait de caractère symptomatiques des travaux du chanteur teuton.

Et ainsi, au détour de ces morceaux de bravoure dévolus à la puissance, à la vigueur, à la vélocité parfois et à virilité presque toujours, il n'est pas rare de retrouver un refrain, un air succinct, un solo ou encore un enchainement harmonieux dans lequel on reconnait la signature de cette formation. Evoquons donc ici, afin d'étayer l'argument des pistes telles que Back in Pain, Kick in the Face ou encore, par exemple, le lourd et lent Metal Maniac Master Mind. Ces morceaux, outres l'énorme avantage de ne pas dénaturer l'âme profonde du groupe, auront aussi celui de nuancer, quelque peu, un propos que certains pourront, peut-être, trouver trop dense et uniforme au cœur de cet univers où la virulence et la vélocité priment souvent.

Au chapitre des autres divergences existante entre ce plaidoyer allemands et entre celui des britanniques, mentionnons en une autre de taille. Si les anglais auront, sans conteste, puisé une partie de leur inspiration au sein de la scène Thrash, il n'en sera pas de même pour les germaniques qui, quant à eux, auront composé ce nouvel effort en se nourrissant de leur culture Heavy qu'ils auront radicalisé. Pas d'influences Thrash pour ce Timebomb.

Timebomb est donc, quoiqu'on en dise, un album varié dans lequel Udo Dirkschneider aura su, avec discernement, s'inspirer de l'ère du temps sans pour autant trahir l'identité artistique profonde de sa propre musicalité. Une prouesse que, finalement, peu seront parvenus à accomplir.

7 Commentaires

8 J'aime

Partager

ZazPanzer - 19 Juin 2013: Réécouté trois fois cette après midi pour me le remettre en tête. Un bon cru d'UDO effectivement, plus méchant mais peut-être mais moins marquant pour moi que les trois premiers.
On sent l'influence du Painkiller, mais l'impression de plagiat que j'avais eu il y a quelques années n'est pas aussi forte aujourd'hui. Il faut dire que depuis j'ai écouté quelques "compositions" récentes de Kai Hansen...
Merci pour la redécouverte.
ELECTRICMAN - 23 Juin 2013: Je suis en phase avec le commentaire d'Elevator. Fan d'UDO c'est l'album que j'aime le moins, et de très loin.
Vinarius - 24 Mai 2014: Merci pour la chronique, surtout qu'a propos d'UDO il y en a bien besoin. L'album est moins rapide et violent que Painkiller mais il est cependant plein de fougue et de hargne, comme les autres UDO me direz-vous mais on est quand meme ici un cran au-dessus dans la vélocité, tout en conservant une mélodie.
Sperma_frost - 19 Décembre 2018:

De loin plus nerveux que ces prédécesseurs... malheureusement la batterie sonne creux !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire