The Land of Rape and Honey

Liste des groupes Metal Industriel Ministry The Land of Rape and Honey
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Ministry
Nom de l'album The Land of Rape and Honey
Type Album
Date de parution Janvier 1988
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album132

Tracklist

1. Stigmata
2. The Missing
3. Deity
4. Golden Dawn
5. Destruction
6. Hizbollah
7. The Land of Rape and Honey
8. You Know What You Are
9. I Prefer
10. Flashback
11. Abortive

Chronique @ Thekilling666

03 Juin 2009
La plupart des auditeurs connaissent sans doute le groupe Ministry comme l'un des groupes incontournables de la scène "Rock Industriel", et cette référence n'est pas ursurpée puisque le groupe de Al Jourgensen est effectivement reconnu comme un pionnier et une des pierres angulaires de ce style avec, entre autres, le groupe Nine Inch Nails (notamment). Pourtant il n'en fut pas ainsi à ses débuts puisque Ministry entama les années 80 en concoctant rapidement un album de New Wave dénommé "With Sympathy" (1983), album qui rencontra d'ailleurs un petit succès avec le tube "Work for Love".


Au milieu des années 80 la New Wave est toujours un style prisé et en 1986 le groupe continue sur sa lancée électro pour nous pondre l'album "Twitch", mais déjà plus expérimental et agressif, et qui ne restera pas lui non plus dans les annales. Ceci ne signifie nullement que ces deux albums sont mauvais, mais nous dirons qu'ils sont oubliables et pas foncièrement indispensables dans la discographie du groupe.


Toutefois le Ministry tel que nous le connaissons essentiellement ne débutera véritablement qu'en 1986 lorsque Al rencontre Paul Barker pour l'enregistrement de l'album suivant, ce "The Land of Rape and Honey" qui sortira deux années plus tard. D'ailleurs, cet album est un des préférés du groupe, la nouvelle orientation musicale et le plaisir pris à le jouer en studio n'y sont sans doute pas étrangers.


Ce "The Land of Rape and Honey" se trouve donc être en quelque sorte le vrai premier album pour les amateurs du Ministry nouveau, moderne, aux sonorités industrielles et binaires. Le Ministry nouveau mue et laisse derrière lui sa vieille peau pour endosser un nouveau style, une nouvelle sonorité, un peu par hasard d'ailleurs si l'on en croie le groupe. Et voilà l'ère de l'industrie qui se fait jour et s'allie aux guitares. Pourtant, la proximité due à la tournée avec le groupe belge d'E.B.M. (Electronic Body Music) Front 242 en 1984 est toujours sensiblement perceptible, à l'instar des titres très représentatifs "Abortive", "Flashback" et "You know what you are".


C'est donc là un album de musique industrielle certes, mais à l'enveloppe toujours électronique et martiale (cette sensibilité militaire et industrielle existe également dans ce courant de la musique électronique appelée E.B.M), le côté martial présent sur le titre "Destruction" ou l'inquiétant "The Land of Rape and Honey" - qui nous renvoie aux heures sombres de l'Histoire - étant par exemple renforcé par des samples ou des rythmiques typiquement exagérées et caricaturales (la rythmique de "Destruction" pourrait évoquer des bruits de marche et de bottes militaires). Mais il reste toutefois difficile de qualifier cette musique de "Metal", le groupe préférant d'ailleurs parler généralement de musique Industrielle, tout simplement.

Toutefois, il est clair que la puissance dégagée par les guitares, alliées aux rythmes hypnotiques et répétitifs des machines, lui permettront de rivaliser d'une certaine manière avec la puissance revendiquée par la musique de la scène Metal. Enfin, si l'on évoque les guitares, il faut encore préciser que le côté électronique l'emporte toujours largement ici sur celles-ci. Sans être discrètes, comme sur "Stigmata" ou "The Missing", les guitares sont quand même relayées à un rang moindre. Et les filtres pour les voix/hurlements largement utilisés. Comme sur certaines scènes Electro.


Cet album est également largement intéressant du fait qu'il participe indiscutablement du témoignage des origines de la musique industrielle, vue côté Rock ou Metal. Ecoutez par exemple un titre comme "You know what you are", aux accents typiques de l'E.B.M. de Front 242, elle-même largement influencée par des groupes comme Kraftwerk ou Cabaret Voltaire. Oui, cet album de Ministry est industriel mais encore et surtout par son côté électronique. Même un titre aux sonorités orientales comme "Hizbollah" est complètement enserré par elle.

Il faudra attendre l'album qui sortira l'année suivante "The Mind Is a Terrible Thing to Taste" (1989) pour que Ministry commence à se départir largement de cet héritage, lequel ne disparaîtra d'ailleurs jamais totalement. A partir de l'album de 1989 les guitares l'emporteront. Pour l'instant nous sommes en 1988 et l'électronique (inclus les samples, la programmation et la boîte à rythmes) domine encore largement les autres instruments.


Que dire en conclusion ? "The Land of Rape and Honey" n'est pas seulement le premier album qui a forgé l'identité Industrielle de Ministry ou une pièce d'archive historique, c'est également un très bon album. Et je dois vous avouer qu'il s'agit de l'un de mes préférés dans la discographie du groupe. On aurait tort de le considérer seulement comme le premier pas d'un Ministry nouveau sur une terre nouvelle. Non, plus que cela cet album est déjà, malgré son côté électronique très prononcé, un album très travaillé, bien que simple dans son songwritting et relativement binaire. L'identité nouvelle est déjà là, aussi bien dans l'esprit que dans la musique. Il faudra toutefois accepter sur ce disque une majorité de titres dont la génétique est plus Electronique que Rock ou Metal.
Note : 16/20.


2 Commentaires

5 J'aime

Partager
Lamikawet - 20 Mars 2011: Excellente critique sur cet album génial qui montre que l'agressivité n'est pas seulement due aux guitares.
Bien plus intense que certains groupes de hard rock "classiques"
Lepard - 19 Avril 2013: Bonne chronique, dont je partage l'avis (sauf sur "Twitch" mais c'est une autre affaire).
Étrange de ne pas citer le virulent "I Prefer", moment fort du skeud !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire