The Funeral of Being

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Xasthur (USA)
Nom de l'album The Funeral of Being
Type Album
Date de parution 21 Octobre 2003
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album95

Tracklist

Re-Issue in 2004 by Displeased Records with 2 bonustracks.
1. The Awakening to the Unknown Perception of Evil 07:12
2. Tyrant of Nightmares 06:47
3. Intro 01:03
4. Sigils Made of Flesh and Trees 05:18
5. Blood from the Roots of the Forest Pt. 2 01:32
6. Blood from the Roots of the Forest Pt. 1 08:51
7. Intro 01:12
8. Bleak Necrotic Paleness 02:29
9. Reflecting Hateful Energy 07:55
10. Tyrant of Nightmares (Darkened Winter Promo '01 Version) 05:29
11. Outro 01:04
Bonustracks (Re-Issue 2004)
12. Dwelling Beneath the Woods 05:09
13. Dimension of the Blackest Dark (Forgotten Woods cover) 08:05
Total playing time 48:52

Chronique @ Nattskog

30 Mai 2004
A la vue du titre, on saura que c’est encore un black bien suicidaire qui se prépare.
Même la pochette laisse perplexe : est-ce une blague, une imitation, du dérisoire ?
Au risque de vous décevoir, non, ça n’est rien de tout ça : c’est juste le dernier album de Xasthur ! (sans compter les splits CDs)
Donc on reprend le même, et on recommence ! Toujours aussi dépressif, monstrueux et malsain, Xasthur nous transporte encore une fois dans son antre, un royaume où la lumière ne passe point, où l’espoir est absent du vocabulaire… à se demander si la vie n’est pas une aberration pour l’âme égarée dans ces plaines…
Malefic, le seul membre de cette formation, n’est-il pas un fou évadé de l’asile ? Si ce n’est pas le cas, il n’est jamais trop tard pour y entrer (idem pour nous, faibles auditeurs…).

Le concept est le même que sur « Nocturnal Poisoning », bien que je trouve celui-ci moins poussé dans l’horreur. Déjà, il est plus court – seulement 48 minutes, certains titres sont très courts, mais l’esprit est bien là, les guitares, la batterie, le chant et les claviers aussi pour vous envoûter, vous torturer, vous achever. Donc pas d’innovation de ce côté là… vous avez « aimé » le précédent, n’hésitez pas pour celui-ci !
J’aurai toujours une certaine admiration pour des gens comme ça, capables de créer une musique aussi implacable, Noire comme le fond d’une mine de charbon sans aucune lumière, véritable crépuscule sans lendemain, puits sans fond ni ouverture, bref, un univers à part, inimitable et putride… mais qui malgré tout attire irrésistiblement quelques faibles créatures égarées comme moi dans ses contrées, pour grossir les rangs des légions chargées du Message de Mort destiné à une humanité déchue par son égoïsme.

Et oui, malgré tout cela, j’ai toujours plaisir à écouter ces albums ! Alors soit je suis bon pour la cellule capitonnée – ce qui, j’espère, n’est pas le cas ; soit il y a quelque chose d’attirant dans le malheur et la souffrance… Ceux qui connaissent pourront en juger.
A la vue du tracklisting, je dirai que cet opus a été composé en au moins trois périodes. Et effectivement, si l’ambiance reste la même, on peut entendre des différences dans l’enregistrement. La troisième est la plus obscure. L’oppression est totale et en écoutant cela, je me laisserai volontiers aller à comparer ces titres avec la description que Tolkien fait du pays de Mordor dans le « Seigneur des Anneaux ». Une contrée recouverte de cendres grises, faiblement éclairée par une Lune sur son déclin, avec arbres et buissons épineux séchés par plusieurs décennies sans vie.
Âmes perdues, ce disque est pour vous !

Nattskog

0 Commentaire

10 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire