Defective Epitaph

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Xasthur (USA)
Nom de l'album Defective Epitaph
Type Album
Date de parution 25 Septembre 2007
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album64

Tracklist

DISC 1
1. Soulless Elegy 02:42
2. Purgatory Spiral 04:29
3. Cemetery of Shattered Masks 06:03
4. Malignant Prophecy 05:40
5. Oration of Ruin 07:23
6. Legacy of Human Irrelevance 05:36
7. Dehumanizing Procession 04:52
8. Funerals Drenched in Apathy 05:29
9. Worship (the War Against) Yourself 07:34
10. A Memorial to the Waste of Life 08:44
11. The Only Blood That Pours Is Yours 08:15
12. Unblessed Be 08:13
DISC 2 - JAPANESE EXCLUSIVE CD
1. Untitled / Unreleased
2. Untitled / Unreleased
3. Morder Gjenklang av Tankegangen
4. Funerals Drenched in Apathy / Soulless Elegy (First Attempt)
5. Awakening to the Unknown Perception of Evil (Second Attempt)
New Idea Society / The World Is Bright and Lonely
Total playing time 1:15:00

Chronique @ Vinterdrom

29 Novembre 2008

Pas évident de traiter de manière objective un album de Xasthur, propriété du seul et unique Scott Conner (alias Malefic), projet black d'origine Outre-Atlantique le plus en vue depuis une demi-décennie, et souvent proclamé comme la superstar des atmosphères dépressives et suicidaires … vraiment pas évident !

D'un côté, on a une production des plus craspec, conférant aux guitares un son grille-pain et aux claviers un aspect dégoulinant, sans parler de la voix difficilement audible prononçant des paroles inintelligibles, et une musique techniquement à la ramasse, l'interprétation réservant son lot de pains et de loupés, entre breaks foirés et arpèges faux, le tout avançant sur un rythme poussif et mis en forme au travers d'un mixage souvent hasardeux, réalisé sur un bon vieux 8-pistes analogique rendant le son granuleux et ultra-compressé.
De l'autre, on a la même musique capable de faire ressentir tout le désarroi et la déchéance de l'être humain, véritable monument de décrépitude érigé à la gloire de la Dame Faucheuse. Les riffs lancinants possèdent une senteur de cadavre faisandé que les nappes de claviers hantées, plus proches du dark ambiant que des traditionnels synthés en vigueur dans le black, enveloppent comme un brouillard glacial, tandis que les dissonances et effets d'écho, employés à outrance, donnent à l'ensemble un aspect irréel.
Pas d'éléments techniques ni de fantaisies ou d'instants spectaculaires auxquels se raccrocher dans la musique de Xasthur, tout est sobre et marche au feeling … Par conséquent, certains jours ça fonctionne, d'autres jours moins, d'autres jours carrément pas, selon l'humeur du moment.

Pour ce nouvel opus intitulé "Subliminal Genocide", le topo reste sensiblement le même que sur ses prédécesseurs : on retrouve toute la panoplie des immuables qualités et défauts, cette dualité faisant toute la personnalité de Xasthur, si inimitable et immédiatement identifiable à la première écoute.
Cependant, on s'aperçoit vite qu'une sensibilité particulière en émane, permettant à ce dernier-né de se distinguer par rapport à ses ainés, Malefic ayant cette fois-ci appuyé sur le côté ambiant de sa musique : claviers placés en première ligne, usage intensif d'arpèges "clairs", guitares électriques mises quelque peu en sourdine, … en faisant certainement son album le plus morne, le plus funèbre. Un album baigné d'un climat paisible, dénué de toute violence, de toute colère, nimbé d'une atmosphère cotonneuse, d'une étrange sensation de bien-être, la sensation de s'abandonner enfin à la mort après une vie passée à lutter sans autre espoir que d'y succomber. La parfaite suite d'un "Subliminal Genocide" tout en colère contenue et pulsions d'auto-destruction.
Une sensibilité ambiante qui s'accentue dans la seconde partie de l'album, à partir de "Dehumanizing Procession" qui en constitue le point charnière, le point de non-retour, où la lente et hypnotisante valse des claviers nous entraîne tout droit dans les bras de Mère Faucheuse, et qui atteint son paroxysme sur les trois derniers morceaux de l'album (on retiendra surtout "A Memorial to the Waste of Life" essentiellement construit sur la base d'arpèges dissonants et vaporeux, ainsi que "The Only Blood That Pours Is Yours" avec son final à l'orgue) où les percussions ne sont plus que pulsations lointaines, tandis que l'âme quitte cette enveloppe charnelle dans laquelle elle a subi les pires tourments pour enfin connaître l'épanouissement.
C'est donc une curieuse impression de plénitude que laisse "Subliminal Genocide", une fois l'écoute achevée.

Une œuvre qui voit également Malefic rompre avec certaines de ses vieilles habitudes et proposer quelques surprises, pas toujours très heureuses cependant.
Première du lot et pas la moindre : l'usage d'une vraie batterie, correspondant à un véritable bouleversement sur l'échelle de l'évolution Xasthurienne. C'en est donc fini du cliquetis stérile de la boîte à rythmes en vigueur jusqu'alors. Place désormais à un son de percussion plus profond et un tempo plus lourd. Bien que la batterie organique conserve le même jeu que son homologue électronique d'antan, très binaire et dépouillé, son apport n'en est pas moins salutaire et confère davantage de consistance aux compositions.
On remarquera aussi l'absence d'intro et d'interludes aux claviers. Simple remarque, car il ne s'agit pas forcément d'un bien ni d'un mal.
Par contre, là où ça se gâte, c'est lorsque Malefic use d'un authentique violoncelle pour créer l'ambiance de fond de "Unblessed Be", intention louable de prime abord mais résultat très pénible pour les tympans, le bonhomme s'étant simplement contenté de déposer l'archet sur les cordes et de répéter scrupuleusement le même déplacement de va-et-vient, sans aucune extension ni démanché, durant les 8 minutes que dure le morceau, ce qui finit par rapidement taper sur le système et gâche malheureusement la fin de l'album.

Il faut également se farcir les habituels cris de Malefic, très étouffés, très lointains et que j'ai toujours trouvé plus gênants que véritablement utiles. Bien qu'il ait eu la bonne idée de les employer à plus faible dose et de les mixer encore plus en retrait que de coutume, leur présence reste fort déplacée dans le contexte de "Subliminal Genocide" qui aurait certainement gagné à être un album purement instrumental.
Sans compter certains morceaux à l'inspiration défaillante, tels que "Purgatory Spiral" et "Funeral Drenched in Apathy" faisant office de remplissage, s'oubliant vite et n'apportant rien de substantiel à cet album qui, comme de coutume chez Xasthur, aurait gagné à être plus condensé. Sans oublier non plus le morceau d'introduction "Soulless Elegy" se terminant en queue de poisson, le père Conner l'ayant certainement laissé tomber en cours de route, faute de savoir par quel moyen l'achever proprement.

De ces nombreux ratés ressortent toutefois de petites pépites, telles que "Cemetary of Shattered Masks" et "Oration of Ruin" se développant sur des mid-tempi ravageurs auquel les battements organiques, tels la marche lente et inexorable d'un troupeau de condamnés à mort se dirigeant vers leur funeste destin, confèrent une dimension écrasante et inéluctable.
Les morceaux "Legacy of Human Irrelevance" et "Worship (the War Against") Yourself" offrent davantage de relief dans leur construction, alternant mid-tempo, rythmes plus soutenus et breaks atmosphériques. Leur placement judicieux permet de se dégager un moment de la monotonie ambiante … pour pouvoir mieux y revenir ensuite. Au rayon des réussites, on notera également l'inquiétante complainte des claviers fantomatiques apparaissant dans la seconde moitié de "Worship…", retentissant comme les pleurs d'un cortège d'âmes en peine manifestant leur chagrin et leur douleur.

Certains aspects sont donc intéressants voire séduisants, mais il faut être capable de faire fi des faiblesses et insuffisances propres à la musique de Xasthur, que son compositeur met volontairement en avant. Dans le cas contraire, la musique de "Subliminal Genocide" peut se résumer en trois mots : chiante au possible.
Voilà bien tout le paradoxe de Xasthur : malgré le son et les atmosphères inhumaines qu'il dégage, ce projet est profondément humain. Car Xasthur n'est rien d'autre que Scott Conner : un être humain avec ses qualités et ses défauts. C'est comme un pote au fichu caractère dont je peux, au gré de mon humeur, apprécier la compagnie ou ne pas pouvoir voir en peinture.
Malgré tout, son jusqu'au-boutisme, sa volonté d'appliquer sa recette coûte que coûte, sans relâche, sans se soucier du "qu'en-dira-t-on" ni du relatif succès que connaît son projet (auquel il ne s'attendait certainement pas et qui semble glisser sur lui comme l'eau sur le plumage d'un canard) forcent le respect.
Et comme tout être humain, il sait parfois aussi, en dépit son intégrité, changer certaines de ses habitudes, comme le prouve ce "Subliminal Genocide" auquel je ne me risquerais pas à donner une simple et banale note, qui ne saurait aucunement refléter toute la complexité du cas Malefic et de son style, son œuvre … Une œuvre créée, accomplie et condamnée à perdurer pour le meilleur et pour le pire.

9 Commentaires

12 J'aime

Partager

Paganwinter - 01 Décembre 2008: Ouais belle chronique. Je pense néamoins que Malific ne laisse rien au hasrard, que rien ne se compare à de l'amateurisme. Il est évident que les instruments pris séparement sont de qualité moyenne, mais le tout forme quelque chose de vraiment unique et de fabuleux. Il est vrai que cet album est différent des précédents, avec des qualités et des défauts, mais je pense que même Xasthur peut evoluer.
Vinterdrom - 01 Décembre 2008: Même si la personnalité de Xasthur transparait à chaque nouvel opus, avec sensiblement les mêmes ingrédients appliqués, il est en effet capable d'évoluer en procédant par petites touches, et ce dernier opus le prouve. Jamais Xasthur n'aura été aussi "ambiant" que sur cet album, très différent de "Subliminal Genocide" très colérique et misanthropique, lui-même très différent d'un "Telepathic With the Deceased" plus triste et mélancolique. Il y a à chaque fois un petit quelque chose qui rend chaque opus différent.
En tout cas, ceux qui clament haut et fort que tous les albums de Xasthur sont EXACTEMENT identiques en tous points ne se sont certainement pas immergés comme il se devrait dans lesdits albums.
zinebmetal - 10 Décembre 2008: j ai bien aimer cet album .... le plus genial sur cet album : malefic a utilisé une vrai battrie ;j aime bien sa personnalité en fait héhéhéhé
Apophis2036 - 07 Avril 2010: * Une œuvre créée, accomplie et condamnée à perdurer pour le meilleur et pour le pire *
Dommage qu'il termine l'aventure Xasthur de façon si tragique avec deux galettes si... consternates (aux dires de quelques grands fans comme enthwane), mais ce qui est fait est fait.

S'il trouve une nouvelle grande inspiration autre part, ce sera bénéfique pour lui et ainsi, il le propagera oà nouveau aux autres tel une vague apaisante... comme la Mort ;)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Xeroth

12 Mars 2008
Dans ce dernier malheur de Malefic, nous avons droit à un album plus ambiant que les précédents. Il est toujours aussi dépressif, suicidaire... bref, il ne changera jamais ! Mais j'aime Xasthur pour ce qu'il produit. Malgré le peu de différence que Defective Epitaph apporte, il est tout de même plus varié que les autres. L'artwork est quand même bien fait, en digipack, avec un cimetière et avec cet effet de lumière, tout un travail quand même ! Et ce que j'ai aimé en enlevant le disque, c'est de voir (en dessous) tous les instruments dans le studio de Malefic ; batterie, les quatre guitares, la contrebasse (ou le violoncelle ?), le clavier et les consoles... on peut voir qu'il est bien équipé ce Malefic ! L'album dure très longtemps, 1:15:04. Xasthur me donnera toujours du frisson garanti et de l'inspiration pour écrire mes histoires d'horreurs, dans une sombre journée de pluie (ou de neige). Ce qui me turlupine un peu c'est que... je crois que Xasthur fait cette musique pour lui... et non pour les fanatiques du Métal... peut-être que je me goure ! mais avec toute cette inaccessibilité que Malefic dégage, toute cette misanthropie inhabituelle qu'il détient plus que les autres musiciens... c'est à ce demander s'il va faire longtemps carrière... mais bon, je m'avancerais pas plus sur ce sujet, car je ne voudrais pas choquer les lecteurs, mais moi c'est ce que je crois ! Pour finir, l'album en vaut la chandelle ! 17/20.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
enthwane - 29 Juillet 2009: Bonbne chronique, cependant vraiment courte. J'aimerais bien lire une de tes nouvelles d'horreur, est-ce possible ?

Réponds moi par MP =)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire