To Violate the Oblivious

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Xasthur (USA)
Nom de l'album To Violate the Oblivious
Type Album
Date de parution Juillet 2004
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album111

Tracklist

Re-Issue in 2005 by Moribund Records with 1 bonustrack.
1. Intro 01:58
2. Xasthur Within 06:09
3. Dreams Blacker than Death 05:18
4. Screaming at Forgotten Fears 08:15
5. Consumed by a Dark Paranoia 03:30
6. Marked by Shadows 06:39
7. Apparitional Void of Failure 04:33
8. A Gate Through Bloodstained Mirrors (Re-Recorded) 12:01
9. Walker of Dissonant Worlds 05:36
Bonustrack (Re-Issue 2005)
10. Reflecting Hateful Energy 05:52
Bonustracks (LP Version)
10. Reflecting Hateful Energy 05:52
11. At the Pagan Samhain (Graveland Cover) 08:10
Total playing time 53:59

Chronique @ Nattskog

14 Août 2004
Après une introduction à faire pâlir n’importe qui, nous voilà chargés par un char d’assaut de double grosse caisse dont la marche semble inexorable… Le nouveau Xasthur, dont la sortie, à peine quelques semaines après « Telepathic with the Deceased » pourrait choquer les auditeurs les moins conscients du génie de Malefic : tous les titres, à l’exception de « A Gate Through Bloodstained Mirrors » ont été écrits entre janvier et mai 2004. Quel vitesse ! Certes, la musique est toujours basée sur une même structure, mais tout de même, les ambiances sont encore pires qu’avant, le climat de haine amplifié jusqu’à son paroxysme, le désespoir est à son comble...

Vous savez à quoi cet album me fait penser ? A l’onde de chaleur qui se dégage d’une explosion nucléaire. Je n’en ai jamais vu en vrai, sinon je ne serais pas là pour le dire, mais c’est comme ça que je l’imagine : implacable et invincible. Xasthur incarne le Mal d’une humanité entière, corrompue et faible, et il s’en donne les moyens ! Chaque note pointe du doigt notre misère, chaque mot nous envoie par le fond, dans des Abymes de solitude… qu’a t’il vécu pour nous en vouloir autant ?
Encore une fois, la violence de Xasthur ne se perçoit pas au travers d’une musique brutale. On est même relativement proche du Doom, mais le chant et les guitares morbides à souhait font de ce cadavre quelque chose d’au delà du black et du doom.

Voilà pour la musique… sauf peut-être qu’il faut préciser que les claviers sont un peu moins an avant que sur les premiers albums… et la batterie carrément exposée, surtout pour les grosses parties de double (« Xasthur Within » et « Marked By Shadows » sont de bons exemples de titres où la batterie mérite un son imposant).
La pochette est superbe, le livret pourrait l’être plus (on y voit trois textes de chansons sur une photo de cimetière rappelant implacablement le cimetière que l’on voit dans « The Fearless Vampire Killers » de Roman Polanski (1966). On y voit même notre propre tombeau à l’arrière de la jaquette...

Si vous ne devez posséder qu’un seul album de Xasthur, que ce soit celui-ci ou « Nocturnal Poisoning ». On touche le fond, on ne ressort pas indemne d’un voyage chez Malefic : le moindre "cui-cui" d’oiseau devient intolérable, la lumière vous brûle, vous vous haïssez.
Xasthur est une drogue pour les dépressifs… ça devrait presque être interdit en vente libre.
… AAH ! Le jour se lève !! Excusez moi, je dois filer…

3 Commentaires

12 J'aime

Partager
GOLLUM - 04 Avril 2006: Bonjour Nattskog.

Pour ce qui concerne ce dernier méfait sonore du Seigneur Malefic, je suis entièrement d'accord avec tes impressions. Oui, vraiment, comment un seul homme peut transcrire autant de haine avec juste quelques instruments (et beaucoup, beaucoup de travail) ? Cela demeure un mystère, et pour moi, relève du défi.

C'est seulement tout au fond des endroits les plus glauques, au sein des ambiances les plus tordues, pour lesquelles même le temps suspend son vol et ferme son regard, que notre préposé aux horreurs sonores agit.

Et c'est avec une anxiété (qui pourrait inquiéter n'importe qui, compte tenu du style recherché) que j'attends la parution du prochain opus Xasthurien, en souhaitant qu'il voie le… "jour".

Amitiés à tous.
GOLLUM
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire