The Funeral Album

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sentenced
Nom de l'album The Funeral Album
Type Album
Date de parution 30 Mai 2005
Labels Century Media
Produit par Hiili Hiilesmaa
Enregistré à Finnvox Studios
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album149

Tracklist

1. May Today Become the Day 04:00
2. Ever-Frost 04:18
3. We Are but Falling Leaves 04:28
4. Her Last 5 Minutes 05:40
5. Where Waters Fall Frozen 00:58
6. Despair-Ridden Hearts 03:40
7. Vengeance Is Mine 04:15
8. A Long Way to Nowhere 03:26
9. Consider Us Dead 04:51
10. Lower the Flags 03:34
11. Drain Me 04:33
12. Karu 01:03
13. End of the Road 05:00
Bonustracks (Japanese Edition)
14. Nepenthe (Live)
15. Brief Is the Light (Live)
Total playing time 49:53

Chronique @ dark_omens

05 Fevrier 2019

Nous nous étions pourtant tant aimés...

Alors que depuis presque une décennie les Finnois de Sentenced avaient cultivé leur art dans le souci d'une émouvante mélancolie tourmentée, dont, soit dit en passant, White Cold Light et Crimson furent, selon moi, les deux démonstrations les plus marquantes et réussies, voilà qu'avec The Funeral Album, celui qui devait être leur épitaphe magnifique puisque le groupe avait décidé d'en finir et de se séparer, voilà, disais-je donc, qu'avec celui qui devait être le dernier chapitre d'une bible sombre et touchante, l'ultime pelletée de terre sur le cercueil contenant le corps pas encore tout à fait froid de la formation, l'apogée infinie d'une tristesse délicieuse, le quintette allait faire preuve d'une étonnante fébrilité quant à une expression dans laquelle pourtant on les croyait serein et passés maîtres depuis bien longtemps.

Mais que peut-on réellement reprocher à Sentenced sinon d'avoir fait l'album de trop ? Et surtout, comment blâmer quelqu'un qui aura chercher à glisser à nos oreilles contrits par sa disparition un dernier mot alors que, visiblement, tout avait déjà été dit ? Car le souci principal de ce disque, outre le fait que Sentenced y aura oublier un peu la facette la plus gothique et dépressive de son Rock Gothique au profit de quelque chose qui y ressemble, la sincérité et l'émotion en moins, sera de nous faire entendre des morceaux que, pour la plupart, il nous aura déjà servit et resservit auparavant. Prenons, par exemple, ce May Today Become the Day. Comment, au-delà de cette entame très Rock, ne pas y entendre les réminiscences d'un passé qui pourtant, à l'heure où sort ce Funeral Album, soit en 2006, datent déjà de 3 ans ? Comment ne pas considérer ce titre, pourtant pas désagréable, comme une énième variations d'une variation déjà proposé par Ville Laihiala et ses comparses ?

Avec Ever-Frost, là encore, la lumière semble éteinte et la piste nous traverse sans même provoquer le moindre frisson. Tout comme avec ce Vengeance is Mine dont on ne parvient pas à saisir l'essence profonde. Une essence ressemblant à du Sentenced sans vraiment en être. Ajoutons à cette liste peu convaincante un Lower the Flags où le quintet finlandais paraît emprisonné par ces automatismes.

Le peu de saveurs nouvelles qu'offrent ces pistes est une constatation malheureuse qui deviendra symptomatique alors qu'elles se suivent sans jamais vraiment parvenir à se différencier de celles proposées jadis. Sans jamais vraiment réussir à faire naître ne serait-ce que l'once d'un sentiment approprié.

D'aucun, nettement moins vindicatifs que moi, pourraient à ce stade faire valoir l’exagération critique avec laquelle il m'arrive parfois, pour ne pas dire souvent, de bâtir mes opinions tranchées et qui ici, une fois encore aura frappé. Ils pourraient ensuite défendre ces chansons qui, après tout, sorties de tout contexte (oubliant donc les travaux antécédents du groupe et des autres formations du genre) auront, qui sait, peut-être, quelques vertus à offrir. Même si je pense qu'elles se trompent en parti sur le contenu de ce Funeral Album, accordons nous sur le fait que rien n'y est affreux, inécoutables ou honteux, loin s'en faut. Mais que tout y est tellement convenus, attendus ou loin de cette excellence à laquelle Sentenced nous avait habitué, qu'on ne pourra être que déçu.

Ce Funeral Album est donc un dernier râle anecdotique exhalé par un moribond à l'esprit déjà envolé ailleurs. Manquant cruellement d'âme et de cette charge émotive dont Sentenced savait autrefois si bien alourdir ses disques, il laisse en nos esprits bousculés le goût amer d'une tâche inachevée ou du moins pas achevée comme elle aurait dû l'être.

Une douloureuse rupture alors que pourtant nous nous étions tant aimés...

6 Commentaires

1 J'aime

Partager

ilugtod - 05 Fevrier 2019:

moi c'est plutôt avec Crimson que j'ai du mal indecision

Icare - 06 Fevrier 2019:

Je pense que son problème majeur est sa prodction, plus froide et clinique, et le chant de Ville, encore plus rugueux mais qui semble plus détaché, moins habité. Du coup, même si objectivement, les compos sont globalement très bonnes, l'ensemble a du mal à nous immerger complètement, et on a souvent l'impression d'écouter des chutes de The Cold White Light sous mixées, en moins bien forcément, car avec l'émotion en moins.
Clairement un bon album en ce qui me concerne, mais très en deça du précédent qui, pour moi, reste intouchable dans le genre.  

dark_omens - 07 Fevrier 2019:

Nous sommes assez d'accord...sauf sur la hiérarchie puisque pour moi Crimson est au-dessus de Cold White Light. Les deux étant évidemment à des années lumières de ce Funeral...

Darksaucisse - 09 Fevrier 2019:

Aie ! Moi je l'aime bien pourtant celui- là malgré quelques faiblesses... Après il fait pas  le poids à côté de The Cold White Light. Pour le coup je rejoins ilugtod, n'ayant jamais vraiment accroché au pourtant très aprécié Crimson...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Julien

11 Avril 2005
Pour commencer cette chronique on pourrait utiliser cette maxime : il y a une fin à tout même aux meilleures choses.
Si vous ne le savez pas encore cet album marque la fin du groupe Sentenced. Ce n’est pas pour rien qu’il se nomme The funéral album. Après cette dernière offrande et quelques concerts le groupe splitera à jamais.

Parti du death mélodique, Sentenced arrive aujourd’hui avec un CD dans la plus pure tradition du gros heavy qui fait mal.
Le son est très moderne et renferme un puissance rare qui décape dès les premiers riffs. On sent que le groupe à jeter toutes ses dernières forces dans la bataille. La rythmique est très carrée et les riffs travaillés. Pour les fans d’harmoniques sifflées « May Today Become the Day » est le titre rêvé. Ca siffle dans tous les sens et je plein les guitaristes qui se risqueront à jouer ce morceau. La voix Ville se fait plus rocailleuse que jamais. On sent également une grande puissance dans sa voix mais aussi le désespoir de la fin. Bien sur il y a des titres mid tempo mais le son est la compo génialissime fait tout passe parfaitement. Cela rend même ce disque encore plus dur. On en voudrait encore des dizaines comme ça.
«Where Waters Fall FrozenWhere petite instrumental d’une minutes est assez particulière. Derrière du gros riffs vous reconnaîtrez sûrement un air connu (mais ne vous gâche pas la surprise).
Le CD se finit par le déchirant « End Of The Road » qui conclu admirablement bien la carrière du groupe. Il faut porté une oreille toute particulière aux paroles.

Merci les gars pour ce feux d’artifice final, bonne chance pour la suite.

A posséder ABSOLUMENT

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
 
Leviathan777 - 22 Décembre 2011: Définitivement leur meilleur cd. Combien de groupes réussissent à faire de leur dernier album, leur meilleur? Au niveau de la musique, de l'ambiance et des textes, c'est parfait ou presque.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ dark

27 Novembre 2008
C'est le premier album de Sentenced que j'écoute, tout simplement parce que le split du groupe est annoncé partout.
On voit bien déjà, de par les titres des morceaux, que la fin est sans équivoque et quand on commence à écouter l'album on ressent l'ambiance lourde, noire de cet état.
Les morceaux sont très bien maîtrisés aussi bien musicalement que vocalement, et la voix de Ville Laihiala nous fait tellement bien passer sa tristesse...et ses doutes à propos de ce que cette séparation va ou peut lui apporter (on le voit surtout au niveau des textes), car décider cela n'est jamais facile surtout après pratiquement 15 ans à jouer avec les mêmes personnes.
Et puis saluons aussi le "concept" de cet album, peu de groupes ont le courage de nous sortir un CD "final". On peut considérer cela comme une marque de respect envers leurs fans et eux-mêmes, pour mettre une touche définitive à leur carrière, ne pas la laisser en suspens.
Bref un excellent album, pratiquement rien à redire.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire