Take a Look in the Mirror

Liste des groupes Néo Metal Korn Take a Look in the Mirror
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Korn
Nom de l'album Take a Look in the Mirror
Type Album
Date de parution 24 Novembre 2003
Produit par Jonathan Davis
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album753

Tracklist

DISC
1. Right Now 3:10
2. Break Some Off 2:35
3. Counting on Me 4:49
4. Here It Comes Again 3:33
5. Deep Inside 2:46
6. Did My Time 4:04
7. Everything I've Known 3:34
8. Play Me (ft. Nas) 3:21
9. Alive 4:29
10. Let's Do This Now 3:18
11. I'm Done 3:23
12. Y'all Want a Single 3:17
13. When Will this End (includes hidden track One [live version] - Metallica cover) 14:24
Total playing time 56:43
DVD - BONUS
1. Korn Kut Up
2. Right Now Mirror Mix Video
3. The Untouchables 2002 Tour

Chronique @ MercuryShadow

26 Mars 2007
Aujourd'hui, le thème de notre leçon sera "La panne d'inspiration, ou comment faire croire à vos fans que vous avez encore quelque chose à dire quand vous préfèreriez prendre votre retraite".

En cette année 2003, Korn a accompli à peu près tout ce dont un groupe de métal peut rêver. Le groupe a touché un public exigeant avec ses deux premiers albums, a atteint le sommet des ventes avec "Follow the Leader", a montré sa face sombre et mélodique avec le splendide "Issues", et a même exploré des contrées inattendues avec l'expérimental (et abouti) "Untouchables". Comme pour tout groupe parvenu au faîte de sa gloire, la question du trou d'air se pose: que faire lorsqu'on a tout fait? De quoi rêver, que désirer lorsqu'on a presque tout? Et surtout, que proposer de nouveau à son public lorsqu'on a exploré toutes les facettes de sa musique?

A ces interrogations, Korn répond de la façon la plus désagréable qui soit. Non, aucun membre n'a les épaules d'un Steve Harris, capable de réinventer Iron Maiden après plus de vingt ans de carrière; en fait, Korn n'est même pas capable de suivre le chemin qu'avait emprunté Metallica avec "Load", c'est-à-dire de se remettre en question à défaut de proposer un album transcendant. Alors que les fans et les critiques attendent le chef-d'oeuvre qu'aurait pu annoncer "Untouchables", les musiciens de Korn sortent "Take a Look in the Mirror",un disque à la fois passéiste et indigne de ce glorieux passé. Au moins le groupe a-t-il le mérite de la franChise; tout dans la présentation de cet album, du titre au livret en passant par l'impression du cd, annonce la couleur: "Take..." est placé sous le signe du retour aux racines, de l'abus des formules qui ont fait le succès phénoménal des cinq de Bakersfield.

Le morceau d'ouverture, le puissant "Right Now", fait illusion grâce à ses grognements très typés death-métal, surprenants chez les parrains du néo. Malheureusement, ce sera la seule surprise de cette galette. Le reste n'est qu'un assemblage bancal de morceaux faciles ("Let's Do This Now", "Deep Inside", "Alive", "I'm Done"), voire carrément insupportables lorsque Korn donne dans le clin d'oeil appuyé à son passé ("Play Me" avec le rappeur Nas, grotesque ersatz d'Ice Cube qui lorgne vers "Children Of The Korn" sans jamais arriver à la cheville de ce morceau). Et quand déboule "Y'All Want a Single", c'est carrément la nausée qui s'empare de l'auditeur: débile, musicalement risible et thématiquement grotesque avec son pseudo-message de rebellion à deux francs, on tient peut-être ici le pire titre jamais enregistré par le groupe.
En fait, ce disque sent l'opération bouche-trou à plein nez. Le seul titre qui retient l'attention est le très bon "Did My Time", sorti quelques temps plus tôt sur la B.O. de "Tomb Raider. La ficelle qui consiste à attirer le chaland avec un morceau bien ficelé, paru depuis quelques semaines, afin de lui refourguer quarante minutes de remplissage est un peu grosse, et carrément inacceptable de la part d'un groupe qui se vantait dix ans plus tôt de la proximité qu'il entretenait avec ses fans. On se retrouve donc avec un disque reposant sur des recettes éculées, certes efficaces ("Counting On Me" et "Everything I've Known" fonctionnent bien) mais à des années-lumières des espoirs qu'avait fait naître "Untouchables". Korn se repose sur ses acquis sans jamais chercher l'originalité, et l'absence totale de prise de risque et d'innovation finit par lasser même le fan le plus dévoué.

"Take a Look in the Mirror" est sans doute le contrepoint de toute la carrière de ses géniteurs. En 1994, cinq musiciens ont pris tout le monde de court en inventant un style qui allait connaître par la suite un succès aussi fulgurant en termes de ventes que de durée; alors qu'une génération de jeunes un peu paumés s'engouffraient dans la brêche, Korn était toujours parvenu à avoir une longueur d'avance sur ses suiveurs, à être là où on ne l'attendait pas. Cet album, au contraire, sonne comme un aveu d'échec, d'absence totale d'inspiration camouflée sous des morceaux qui deviennent putassiers à force de rechercher l'efficacité facile. Quand on a tant aimé un groupe, ça fend le coeur de le voir tomber si bas...

13 Commentaires

8 J'aime

Partager

Aergoth - 09 Octobre 2012: Pour moi, un très bon album! Qui se défend, Korn ne se réinvente mais possède son propre style que nous aimons tant et on le retrouve sur cet album! En tout cas je préfère celui-ci qu"un "The path of totality!"
Game_system - 31 Août 2015: Je ne suis pas du tout d'accord ni avec la chronique ni avec la plupart des commentaires. S'il est vrai que cet album est bien différent musicalement de l'excellent Untouchables, il reste plaisant à écouter. C'est sans doute l'album le plus brutal de la carrière du combo, c'est le but de l'album: envoyer du steak avec une musique directe !! Le résultat est loin de déplaire tout fan de la première heure comme moi.

C'est sûr, ça n'atteint pas le niveaux des deux premiers albums, mais les riffs sont là, la basse si unique du groupe s'entend à merveille, les passages extrêmes sont vachement défoulant, l'émotion reste présente dans certaines chansons qui bénéficient d'une touche Untouchables des plus remarquables,... Sérieux, je ne vois pas en quoi un album pareil peut-être considéré comme un ratage, puisque c'est du 100 pour 100 Korn !!
joueviteetfort - 30 Juillet 2017: Par réflexe c'est l'album de Korn que par je réécoute le plus . Il a la patate , des bonnes compos donc vraiment un des tout meilleur Korn si ce n'est le meilleur reste que pour les fans ultras le 1er album c'est l'intouchable Holy Bible mais là on est sur de l'affectif .
Cris001 - 23 Décembre 2018:

J'arrive pas à trouver cet album mauvais ! frown (ainsi que Path of Totality, d'ailleurs)

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ ComeBack

12 Fevrier 2017

À défaut de ne pas se réinventer sur cet album, Korn a tout de même le mérite d'être diablement effi

Chers confrères Neo Metalleux, me voici de retour afin de chroniquer pour vous et pour le plaisir le très bon "Take a Look in the Mirror" que j’ai beaucoup apprécié malgré les critiques des fans de la première heure à l’égard de cet album qui sonnait pour eux comme le manque d'inspiration total voire même comme l'arrêt définitif du groupe car, pour certains, Korn ne se renouvelle pas, et préfère se reposer sur ses lauriers en nous resservant la même soupe indéfiniment...

Revenons brièvement sur la carrière des cinq musiciens qui commence en 1994 avec leur disque éponyme "Korn" grâce auquel le groupe s’était d'ores et déjà défini un style bien à lui à l’époque, et avait réussi à s'imposer par la suite grâce aux trois albums successifs Life Is Peachy, Follow the Leader et Issues, qui vont faire sa renommée grâce aux ventes réalisées. Tout cela traduit l'immense talent du groupe ainsi que sa qualité musicale, qui le propulseront au sommet. Puis la formation désormais devenue culte nous sort en 2002 "Untouchables". Un album particulier, plus mature, qui saura malgré tout conserver l'esprit Korn dans ses chansons.

Après "Untouchables", le groupe maintenant arrivé à l’apogée de son succès se devait de faire un choix qui allait être déterminant pour sa carrière, entre se remettre en question afin de s'engager dans une nouvelle voie, d’expérimenter et d'explorer de nouveaux horizons, en prenant le risque de se planter, ou bien continuer à faire ce qu'il a toujours su faire de mieux jusque là.

Le groupe opte finalement pour la sécurité en choisissant de se reposer sur ses acquis, annonçant pour son prochain album un retour aux sources, avec un son plus rentre-dedans. Korn voulait en quelque sorte rattraper le flop commercial de "Untouchable" pour ensuite choisir de s'engager un peu plus tard dans une voie plus expérimentale et indus avec l’album "See You on the Other Side"

Revenons maintenant au fameux "Take a Look in the Mirror" sorti en 2003, et sur lequel on peut déjà observer une cover très sympa, dans des tons et des couleurs sombres, qui collent parfaitement à l'esprit du groupe.

Musicalement, l'album possède une construction assez linéaire avec des compositions d'une durée moyenne de 4 minutes, mais ne recherche pas la facilité autant qu'on pourrait le croire, car il n'est pas aisé pour un groupe avec une carrière aussi longue de refaire un album d’une qualité musicale similaire aux précédents tout en restant agréable à l’écoute et correct dans son ensemble.

Take a Look in the Mirror tient son pari gagnant finalement dès les premiers riffs de « Right Now ». Il n'y a pas à dire, le groupe nous met une grosse claque : des guitares lourdes et agressives à souhait, des rythmiques écrasantes accompagnées d'une basse encore plus monstrueuse et percutante que d’habitude, sans oublier le chant gueulard de Jonathan Davis, sur des refrains mélodiques comme sur certains breaks très puissants et fracassants tout sur leur passage ; tous les ingrédients d’un album de Korn sont présents afin de créer un son plus sombre, proche des deux premières prod du groupe.

À défaut de ne pas se réinventer sur cet album, Korn a tout de même le mérite d'être diablement efficace en sachant rester fidèle à lui-même, et ce, pour le plus grand plaisir des fans et de nos oreilles!
Pour ma part ce sera un 14/20.

3 Commentaires

2 J'aime

Partager
Game_system - 18 Fevrier 2017: Tiens, enfin une chronique qui sur cet album tant décrié qui partage le même avis que moi ! J'ai bien aimé Take a Look in the Mirror, un album certes peu original mais efficace.
ComeBack - 18 Fevrier 2017: Merci pour ton commentaire

Tout a fait d'accord avec toi! ;)
Game_system - 19 Fevrier 2017: De rien ! Mes préférés sont I'm Done, Y'll Want a Single, Everything I've Known et Did my Time. Pour moi c'est carrément des classiques de Korn. Le reste ça va du bon au médiocre, il y a un peu de tout, mais ça reste un bon album.

J'ai oublié de dire, bonne chronique !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ taylor13

23 Octobre 2006
Dès les premières secondes de "Right Now", on sent que l'on va se prendre une immense claque. La basse gronde, les grattes aussi, la batterie nous entraîne, la voix se fait malsaine et puissante, Jonnathan sort le gros jeu ! Le passe du "shut up or fuck you up" rappelle un peu le break de "Freak On Leach", sauf que Jonathan ne fait pas de skat (gargouillement nottament sur "Twist", dont lui seul à le secret).

Vous avez aimé "Right Now" ? Ce n'était qu'un échauffement, "Break Some Off" revient à la charge avec une intro surpuissante et un couplet mélodique, mais le refrain plonge dans une abysse puissante pour toucher un fois de plus le fond au couplet. Les guitares sont incisives au possible et la basse rend tout son soufle pendant le break "Fuck I Can Smell This". La chanson se termine en apothéose pour nous renvoyer sur la suivante.

"Counting On Me" est plutôt douce après les deux morceaux précédants. La voix rappelle "Issues" et les années d'or, avant le malheureux âge sombre de "Untouchable" (album que j'adore). "Couting On Me" apparait comme un chanson pur jus Korn : basse puissante, refrain grosse voix avec parallèlement une petite voix mélodique. Le morceau se termine tout doucement.

"Here It Comes Again" commence groovy pour arriver progressivement au riff principal. Cette chanson est semblable à la précédante (dommage), sauf le break plus puissant à sa reprise.

"Deep Inside" envoie la sauce dès le debut, rappelant franchement l'album éponyme, embrayant sur un refrain typique et un couplet, heureusement, un peu plus violent que les deux précédants. Le break ressemble pourtant en plus lent à celui de "Here It Comes Again". Cette chanson est assez courte.

Tout cela nous ammenne presque à la moitié du disque avec "Did My Time", B.O. de Lara Croft (?!). L'intro est assez longue, comme un "Blind" saturé ; le refrain avance déja le style qu'ils vont exploiter dans 2 ans sur "See You on the Other Side".

"Everything I Know" annonce une ambiance glauque, sombre, Kornienne en fait, et le riff n'en pas moins lourd. Jonathan chante avec une voix déchirée, en moins d'une minute le refrain est embrayé. Notons une certaine évolution dans le break sur le chant de Jonathan qui, sûrement, aurait été incapable de chanter avec son coeur y mettant ses tripes il y a dix ans.

"Play Me", avec le rappeur Nas, s'annonce de suite plus groovy (on s'en serait douté). Le rappeur envoie la sauce et chante le refrain avec une platitude profonde. On a presque l'impression qu'il s'emmerde. Jonathan, qui ne fait que les coeurs sur les refrains, chante entièrement le break...

"Alive" est un titre d'une dizaine d'années, et ça s'entend. La basse est plus puissante que sur les autres titres. L'intro du refrain "Alive!" est un bougonnement de grosse voix, le refrain lui-même semble suspendu au dessus de ça. L'originalité vient du fait que le refrain se termine par sa propre intro. Sur le deuxième refrain, l'intro n'apparaît pas. Le son Korn prend bien place dans le refrain. On se remémore toutes ces chansons torturées qu'a écrites le groupe. Le break nous plonge finalement dans l'intro du refrain et son refrain suspendu. Le titre se termine par "Know I'm Alive!". Au moins, avec cette chanson lente et efficace, on en est sûr.

La cornemuse est de retour sur "Let's Do This Know". Après une petite intro donc (comme d'hab'), ils envoyent la sauce, le couplet est parsemé de grosses voix, le refrain chanté par Head et Jonnathan apparaît comme une jungle dansante et furieuse, embrayant sur un break mélodique avec un magnifique hurlement de consécration Kornienne. À peine le temps de reprendre son souffle que le refrain revient à la charge avec une mélodique ressemblant à un solo, mais la chanson est coupée net.

"I'm Done" commence par une atmosphère feutrée à l'effet chorus, avec une batterie donnant la rythmique. Dès que la basse rentre c'est coup de feu pour rouler vers le couplet chanté et son refrain assez posé. Le deuxième refrain augmente un peu l'intensité du morceau. Le break est chanté à capella avec pour seul accompagnement la batterie et ses gros tomes, avec un passage un peu plus dur. Le dernier refrain est un croisement du couplet et du refrain en plus lourd.

"Y'All Want a Single, Say Fuck That" suit. L'intro est groovy avec une voix d'outre tombe, quasiment perverse, puis "Y'All Want a Single" prend son ampleur avec un riff qui trotte dans la tête. Le couplet, à la limite du rappé, vaut dix fois mieux que "Play Me". Le refrain casse tout, il donne envie de jumper et de tout casser comme dans le clip. Le break, contrairement aux titres précédents, se place au dessus dans des tons aigus sans pour autant être entraîné vers des abysses. Le refrain revient à la charge une denière fois.

"When Will This End" annonce effectivemnt une fin. Le titre n'en est pas pour autant surprenant. Il rappelle "Did My Time" au refrain. Le break arrive sur une vague de violence où Jonathan hurle le titre de sa chanson à de nombreuses reprises. Le morceau se finit par un refrain et une espèce de fade-out comme si le disque ralentissait.

Apres 7 minutes d'attente, Korn envoie en hidden track une version écourtée, mais fidèle, de "One" des 4 Horsemen. La voix de Jonathan colle finalement. Fieldy se charge des "Hold my breath as I wish for death. Oh please God, wake me" avec une espèce de piano avant le solo d'Head. Cette chanson redonne une fraîcheur au disque de Korn.

Ce disque est fidèle à Korn et même un peu trop. Ils auraient dû essayer plus de contructions différentes, pas au point de "See You on the Other Side", mais peut-être bien qu'un "Untouchable" version éponyme aurait eu plus de succès... C'est un bon disque mais il n'est pas essentiel pour "comprendre" le mythe Korn.

13/20

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire