Slang

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
13/20
Nom du groupe Def Leppard
Nom de l'album Slang
Type Album
Date de parution 14 Mai 1996
Style MusicalNWOBHM
Membres possèdant cet album186

Tracklist

Re-Issue in 2013 by Primary Wave
DISC 1
1. Truth ? 03:00
2. Turn to Dust 04:21
3. Slang 02:37
4. All I Want Is Everything 05:20
5. Work It Out 04:49
6. Breathe a Sigh 04:06
7. Deliver Me 03:04
8. Gift of Flesh 03:48
9. Blood Runs Cold 04:26
10. Where Does Love Go When It Dies 04:04
11. Pearl of Euphoria 06:21
Bonustrack (Japanese Release)
12. Move with Me Slowly 06:19
DISC 2 - LIMITED EDITION
Recorded Acoustic live in Singapore, 1995
1. Armageddon It 04:16
2. Two Steps Behind 04:01
3. From the Inside 03:28
4. Animal 03:47
5. When Love and Hate Collide 04:18
6. Pour Some Sugar on Me 04:08
TRACKLIST (RE-ISSUE 2013)
DISC 1
1. Truth?
2. Turn to Dust
3. Slang
4. All I Want Is Everything
5. Work It Out
6. Breathe a Sigh
7. Deliver Me
8. Gift of Flesh
9. Blood Runs Cold
10. Where Does Love Go When It Dies
11. Pearl of Euphoria
12. Move with Me Slowly
13. Truth? (Original Version)
14. Burn Out
15. Worlds Collide
16. Can't Keep Away from the Flame
DISC 2
1. Turn to Dust (1st Draft)
2. Raise Your Love
3. All I Want Is Everything (1st Draft)
4. Work It Out (1st Draft)
5. Breathe a Sigh (Rough Mix)
6. Deliver Me (Rough Mix)
7. Black Train
8. Blood Runs Cold (Rough Mix)
9. Where Does Love Go When It Dies (1st Draft)
10. Pearl of Euphoria (Rough Mix)
11. All on Your Touch (2012 Revisit)
12. Anger Me (Deliver Me -1st Draft)
13. Move on Up (Viv Demo)
14. Gift of Flesh (Phil Vocal)
Total playing time 1:16:13

Chronique @ Loloceltic

09 Avril 2013

Une remise en question riche et variée.

Alors que Def Leppard a réussi une triplette magique avec ses albums "Pyromania", "Hysteria" et "Adrenalize", et ceci malgré une accumulation de coups du sort, le groupe britannique commence à se voir reprocher par certains, de ne pas renouveler son style. Profitant de l’intégration de Vivian Campbell en lieu et place du regretté Steve Clark, le combo de Sheffield reste 4 ans sans sortir de nouvel album en dehors d’un "Retro-Active" regroupant faces-B et inédits. Voici donc "Slang" qui vient mettre un terme à cette attente, et qui va sans doute être l’album le plus polémique de la discographie des Léopards Sourds.

En effet, ceux qui imaginaient déjà que Joe Elliot et sa bande allaient continuer à capitaliser sur un style dont ils sont les géniteurs, en seront pour leurs frais. Dès les premières notes de "Truth ?", Def Leppard nous cueille à froid avec un titre mélangeant sonorités grunges et indus, solo orientalisant et dénué des chœurs qui ont fait la renommée du groupe. Si la plupart des amateurs apprécieront la prise de risque et le renouvellement de la musique du combo, certains, installés dans le confort d’un style musical semblant établi pour encore de longues années, ne s’en remettront pas. D’autant, que nous ne sommes pas au bout de nos surprises, tant cet album est une véritable caverne aux trésors dont la variété des sonorités et des thèmes ne nuit pas à l’unité de l’album.

"Turn To Dust" hypnotise avec son intro aux sonorités indiennes et son riff lourd. "Slang" est irrésistible avec son refrain immédiat, ses couplets 'rapisants' et son riff à faire sautiller un paralytique. "DeDie8" data-toggle="tooltip" data-html="true" data-title="
Def Leppard
Live
">Liver Me" est sombre avec ses variations de tempo et il s’enchaîne sur un "Gift Of Flesh" à l’énergie punk et à la puissance métallique. Pas étonnant que certains se soient perdus au milieu de toutes ces surprises, même si Def Leppard laisse quelques repères au sein de ce déchaînement. Les chœurs et harmonies vocales restent présents sur de nombreux titres alors que le groupe creuse le sillon qu’il avait ouvert avec "Love Bites" sur "Hysteria", et poursuivi avec "Two Steps Behind", son succès tiré de "Retro-Active".

En effet, plusieurs ballades sont présentes sur "Slang", sans pour autant faire sombrer l’ensemble dans la mièvrerie. Le style est abordé sous différents angles qui rendent l’exercice varié et réussi. "All I Want Is Everything" se déroule sur un mid-tempo avec quelques accents 'countrysants', alors que "Breathe A Sigh" nous installe dans un confort aussi délicat que son intro acoustique et ses guitares aériennes. Le sommet du genre est atteint avec un "Blood Runs Cold", magnifique hommage à Steve Clark qui nous élève sur le matelas d’une basse ronde et profonde et des guitares et des chœurs vaporeux. Enfin, "Where Does Love Go When It Dies" voit Def Lep renouveler l’exercice semi-acoustique déjà réussi avec "Two Steps Behind", un break aérien remplaçant le classique solo. Tout juste pourrons-nous regretter son enchaînement avec "Blood Runs Cold" qui a un peu tendance à faire retomber la pression, avant que le mystérieux "Pearl Of Euphoria" ne vienne nous hypnotiser avec son majestueux crescendo dans un style mystique qui n’est pas sans rappeler "White Lightning".

"Slang" est donc une véritable remise en question qui, loin de fragiliser le groupe, nous fait découvrir l’étendue de son talent à travers 11 titres d’une variété et d’une richesse hors du commun. Et si certains ont préféré critiquer cet album sous le coup de la surprise, nous leur conseillerons de se s’y replonger car, s’il n’a pas le côté immédiat de ses prédécesseurs, il a l’avantage de livrer ses secrets après chaque écoute. Vivian Campbell traduit d’ailleurs bien l’esprit de ce disque au travers des paroles de l’excellent "Work It Out" : 'We show the world a brand new face, it’s taken us all this time, all of this doubt'. Voilà qui a le mérite de résumer cet album aux facettes multiples qui mérite plus qu’une réhabilitation: une véritable reconnaissance !

7 Commentaires

4 J'aime

Partager

OVERKILL77 - 11 Avril 2013: Merci pour le texte l'ami...

Slang regorge de petites pépites et mérite vraiment que l'on s'y attarde un peu plus.



Yann.77 - 21 Avril 2013: très belle découverte en son temps, je l'ai apprécier de suite, même si je l'écoute pas énormément, je le trouve toujours bon encore aujourd'hui.
samolice - 28 Octobre 2013: Ré-écouté ce jour. Rien à sauver pour moi, je passe complètement à côté de ce disque. Dommage... pour moi.
Loloceltic - 29 Octobre 2013: Dommage... et surprenant ! ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

25 Août 2014

Etonnant et audacieux mais pas nécessairement indispensable...

Soucieux de ne pas réitérer ses erreurs passées, Def Leppard va nous proposer, avec ce Slang, une vision plus nuancée de sa musicalité. Si Adrenalize portait indéniablement certains des stigmates les plus similaires à l’excellent Hysteria, en en proposant une variation dans un ensemble plus cohérent mais moins marquant, ce nouvel effort s’inscrit assurément dans une volonté salutaire de changement.

Pourtant si le groupe a le désir réel d’élargir et de faire évoluer sa démarche créative, cela ne signifie pas nécessairement qu’il a dans l’idée, comme il est de rigueur parfois, pour ne pas dire souvent, de se réfugier dans le confort aisé d’une antique, et glorieuse, ère originelle. A contrario, les Anglais vont, en effet, poursuivre leur dessein sur ce chemin d’une mélodicité toujours plus affirmé. En rapprochant son concept artistique d’un propos de plus en plus Pop Rock, où les guitares fantomatiques ne sont, désormais, et de plus en plus, que pâles apparitions, Joe Elliott et ses compagnons vont tenter de nous convaincre.

Et pour ce faire, Def Leppard va parer certaines de ses compositions d’apparats singuliers. Ainsi voit-on naître un Truth aux atmosphères urbaines particulières, mais aussi un Turn To Dust aux climats délicieusement orientaux ou encore un Slang aux phrasés possédant des intonations syncopées surprenantes, aux limites, toutes proportions gardées, de la culture rurale Hip Hop. Si ces morceaux sont, sans conteste, le signe fort d’une respectable visée créative plus courageuse, le résultat de ces constructions moins immédiatement immédiates, et surtout inhabituelles pour ces Anglais, est déconcertant.

Dans une création dénuée de la plupart de ces rugosités, inhérente au Hard Rock, même FM, les Anglais continuent de proposer une musique où la délicieuse véhémence n’est qu’un état d’esprit, et encore. Et seul des titres tels que le sympathique DeLiver Me et le dispensable Gift Of Flesh possèdent encore quelques riffs de guitares, à peine, suffisant pour affirmer que Def Leppard n’est pas encore tout à fait devenu le sosie radiophonique de toute cette scène Pop/Rock anglaise. Mais, mon dieu, que le fil est ténu.

Au chapitre des versets romantiques, où l’émotion et le sentiment nécessaire doit poindre avant qu’une larme fictive ne vienne envahir nos esprits, Def Leppard nous propose un recueil solennel concerné où les sensations émouvantes et poignantes côtoient parfois l’ennui profond. Effectivement si des titres tels que, par exemple, Blood Runs Cold ou encore Where Does Love Go When It Dies peuvent apparaître comme la ressasse inutile d’un exercice totalement éculé, d’autres sont, heureusement, bien plus captivant. Ainsi au cœur de ces complaintes charnelles, la découverte d’un intéressant Breathe A Sigh mais surtout d’un exceptionnelle All I Want Is Everything vient sauver nos croyances vacillantes. Ce dernier, déclamé en une simplicité belle et déconcertante, épuré de tous artifices inutiles, est purement bouleversant. Il s’inscrit, selon moi, comme l’une des meilleures ballades composé par ces britanniques.

Avec une approche artistique audacieuse, où il devient néanmoins de plus en plus complexe d’apprécier les aspérités indispensables d’une âpreté, aux accointances Hard Rock, tant appréciés par les adeptes du genre, Def Leppard nous offre, avec ce Slang, un visage plus humain et plus nuancé que sur ses précédents efforts. Pourtant le résultat, bien que plus respectable, laisse indubitablement amer.

3 Commentaires

2 J'aime

Partager
AlonewithL - 25 Août 2014: Deliver Me est très bon, excellent même, tout le reste poubelle.
dark_omens - 25 Août 2014: Perso j'adore All I Want is Everything...
AlonewithL - 25 Août 2014: J'ai lu que tu l'aimais celle-là. Mais, même en revisionnant le clip, ça me gonfle toujours autant. J'avais acheté Slang et Retro Active en même temps, et c'était mes tous premiers Def Leppard. Retro Active ne m'avait pas laissé une grande impression, mais c'était encore pire pour Slang qui jouait à fond son époque, très années 90 pour la tournure pop rock, et je ne me repassais à force qu'un seul titre, ce fameux Deliver Me, qui avait un bon côté grunge que j'appréciais.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire