Def Leppard

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Def Leppard
Nom de l'album Def Leppard
Type Album
Date de parution 30 Octobre 2015
Labels Ear Music
Enregistré à Joe's Garage
Style MusicalNWOBHM
Membres possèdant cet album83

Tracklist

1.
 Let's Go
 05:01
2.
 Dangerous
 03:26
3.
 Man Enough
 03:54
4.
 We Belong
 05:06
5.
 Invincible
 03:46
6.
 Sea of Love
 04:04
7.
 Energized
 03:23
8.
 All Time High
 04:19
9.
 Battle of My Own
 02:42
10.
 Broke 'N' Brokenhearted
 03:17
11.
 Forever Young
 02:21
12.
 Last Dance
 03:09
13.
 Wings of an Angel
 04:23
14.
 Blind Faith
 05:33

Durée totale : 54:24


Chronique @ dark_omens

04 Novembre 2015

Un coup de griffes que personne n'attendait plus...

De l'aveu même de son chanteur emblématique, Joe Elliott, la situation actuelle d'un Business Model à la dérive, pousse certains groupes à plus ou moins abandonner l'idée de sortir un produit qui, de toute façon, ne sera pas rentable, puisque téléchargé, piraté et, n'ayons pas peur des mots, volé. Face à une industrie qui cherche un remède viable, mais qui semble de plus en plus démunie, certains artistes redeviennent donc des artisans. C'est le cas de Def Leppard qui, pour la première fois depuis bien longtemps, à l'aube de cette année 2015, s'est retrouvé seul face à sa destinée. Sans maison de disque. Sans label. Sans soutien. Libre de tout contrat. Le groupe le plus célèbre de Sheffield aurait pu alors se contenter de tourner sur les scènes du monde entier et se satisfaire de quelques sorties Live proposant de nouvelles versions de ces titres passés enregistrées en public agrémentées de quelques rares nouveautés. C'est d'ailleurs exactement ce qui était prévu à l'origine de ce nouvel opus qui ne devait être qu'un EP. Mais derrière chaque instrumentiste, il y a un passionné. Derrière chaque guitariste, vocaliste, bassiste ou batteur rémunéré par le système, il y a ce même guitariste, vocaliste, bassiste ou batteur qui se souvient des caves où il répétait rêvant d'offrir au monde sa vision. Son message. Avant d'être des salariés au service d'une entreprise et d'un commerce, les musiciens sont des créatifs qui se nourrissent d'idées. Des gens qui aiment écrire, composer et jouer. Cette vérité est vraie même pour Def Leppard. L'EP de quelques titres a donc grandi et s'est mué en un album éponyme de 14 qui sort en cette année 2015, soit 7 longues années après Songs from the Sparkle Lounge.

Let's Go est le premier morceau de ce nouvel opus. Il a le doux parfum de ce Hysteria, auquel, soit dit en passant, Joe Elliott ne voudrait plus que son travail soit comparé, fort de ce riff le démarrant et le clôturant, nous évoquant immanquablement Pour Some Sugar on Me et dont le refrain aurait gagné à être moins alourdi de certaines onomatopées (les fameux "oh oh oh"). Dangerous, Invincible, un Sea of Love aux couplets très énergiques, un ardent et superbe All Time High, un somptueux Broken 'N' Brokenhearted, ou encore un excellent Forever Young sont, eux aussi, construits sur l'identité forte, et reconnaissable, de ces Anglais à laquelle viennent s'ajouter les fantômes d'influences marquantes remarquablement intégrées (Lenny Kravitz, Queen, David Bowie, Mott The Hoople, The Faces, T. Rex, Deep Purple, Sweet...). Def Leppard fait donc ici ce qu'il sait faire de mieux en nous proposant des pistes dont un certain nombre, pour ne pas dire la plupart, est à ranger quelque part entre Hysteria, Adrenalize et Euphoria. En prenant soin, tout de même, de mettre en exergue sa facette la plus "rugueuse", la plus vive au travers, notamment, de guitares très présentes. La plus spontanée aussi. Il y a, en effet, sur ce disque, un vent de liberté qui souffle et qui se ressent.

Energized est, quant à elle, la seule dont le visage "électro-expérimental" nous ramène quelque peu à Slang.

Il y a donc sur ce nouvel album de cette saine diversité qui caractérise le meilleur tout en assurant à l'ensemble une cohérence tenue par le caractère affirmé et connu de l'auteur.

En outre, au-delà de ces chansons certes très réussies mais pas nécessairement à même de nous conduire sur d'inattendus chemins, surtout auprès d'un public aussi aguerri que celui de ce quintette originaire de la perfide Albion, il en est d'autres qui, au contraire, éveillent nos sens fort de leurs singularités. En d'autres termes, alors que d'aucuns pensaient Def Leppard incapable de nous surprendre, le miracle se produit.

Man Enough est une de celles susceptible de nous étonner. Elle nous offre un beat de basse tout le long d'un morceau qui n'est pas sans nous faire songer au Another One Bites The Dust de Queen et à son côté très groovy, mais aussi, lorsque la piste prend des atours plus gras et épais à ZZ Top (durant le solo notamment). Il est à noter que le contraste entre ces couplets très sinueux et charmeurs et entre ces chorus aux guitares particulièrement efficaces est saisissant. Battle of my Own et ses parties acoustiques tendues très Country Rock, Bluesy, qu'un épisode plus sauvage, et électrique, vient superbement conclure, en est une autre. Blind Faith est, quant à elle, vraiment surprenante aussi. Elle démarre sur les notes de guitares dissonantes d'un esprit Grunge atypique (on pense notamment à Soundgarden et à son Black Hole Sun), auxquelles viennent succéder des passages très britanniques dans lesquels, pêle-mêle, on peut entendre les Beatles, Queen mais aussi Def Leppard, se côtoyer.

Bien évidemment Def Leppard ne saurait être Def Leppard sans ces mythiques ballades qui firent sa renommé. Parmi elles, on peut retrouver ici, un We Belong dont la spécificité est de nous offrir, en plus de celle de Joe Elliott, les voix de chacun des autres membres du groupe. On trouve aussi, par exemple, un Last Dance, sans doute un peu plus classique. Comme à leur habitude, les Anglais auront néanmoins eu la bonne idée de ne pas surcharger leur nouvel effort de trop de titres de ce genre-là maintenant un équilibre parfait entre leurs velléités les plus électriques et les plus romantiques.

Concernant la production de ce nouveau disque, il nous faudra dire qu'elle est particulièrement soignée. Enregistré dans des conditions particulières et avec des moyens limités, du moins pour une formation telle que Def Leppard, le résultat est pourtant superbe. La liberté a beau être effrayante, elle a aussi ses bons côtés.

Il y avait bien longtemps que le groupe n'avait pas été aussi inspiré, impulsif et déchainé nous proposant une œuvre sur laquelle les guitares interviennent de manière incisive et pertinente. Sur laquelle on peut entendre des morceaux Hard Rock que seul des refrains très mélodiques viennent ramener dans la sphère du Hard FM. Sur laquelle cette fougue et cette énergie dont, à vrai dire, d'aucuns, et moi le premier, ne croyaient plus Rick Allen et ses camarades capables, nous régalent. Et à cela il faudra encore ajouter des titres plus singuliers sur lesquels nous ne nous étendrons pas davantage.

In fine, on obtient donc un album riche, attachant et pluriel mais qui pourtant ressemble trait pour trait à du Def Leppard.

13 Commentaires

17 J'aime

Partager

kiss33 - 05 Décembre 2015: Merci pour ta chronique. Un groupe que j'adore mais que j'avais arrêté de suivre depuis Slang. Pour moi cet album est un sous Adrenalize, quelques bons morceaux (pour moi Let's Go le même de morceau que Let's Get Rocked, bien réussi lui pour sa part) et pas mal de remplissage, ça vaut une note moyenne pour moi, genre 12/13. C'est dommage parce qu'ils arrivent encore à faire de bonnes choses mais il y a un manque de constance, après comme les autres le disent évidemment qu'on est loin des 80's !
D'autres groupes ont réussi à mieux se reprendre, je pense notamment à Scorpions et Europe, vu que je viens de les voir en concert ahah
alcajuar10 - 19 Décembre 2015: Excellente chronique qui résume aussi tout le bien que je pense de cet album. Quelle agréable surprise je n'en attendais pas tant après avoir été si souvent déçu
choahardoc - 26 Décembre 2015: Le léopard sourd a mis 20 ans à se faire poser des prothèses auditives et le résultat est inespéré!!! Je n'en reviens pas. Bonne chro qui rend un hommage mérité à ces vétérans, merci Dark_Omens.
gubtrent - 08 Janvier 2016: Pour moi def Leppard c'est fini avec L'album Hysteria...Depuis il ne font que de la soupe pour les radios US...Et Malheureusement ce n'est pas cet album qui change cela dommage...Je retour m'écouté leur chef d’œuvre High'n'dry............
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire