Saturday Night Wrist

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Deftones
Nom de l'album Saturday Night Wrist
Type Album
Date de parution 27 Octobre 2006
Labels Maverick
Produit par Bob Ezrin
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album271

Tracklist

1. Hole in the Earth 04:09
2. Rapture 03:25
3. Beware 06:00
4. Cherry Waves 05:17
5. Mein (ft. Serj Tankian of System of a Down) 03:59
6. U, U, D, D, L, R, L, R, A, B, Select, Start 04:12
7. Xerces 03:42
8. Rats! Rats! Rats! 04:00
9. Pink Cellphone 05:04
10. Combat 04:46
11. Kimdracula 03:15
12. Rivière 03:45
Total playing time 51:34

Chronique @ NeoBaBa

18 Janvier 2009
Ce que l'on peut dire de Deftones, c'est que c'est un groupe qui prend son temps. 3 ans entre chaque depuis Around the Fur, c'est beaucoup pour un groupe de ce genre. Surtout quand les autres neo-métalleux que sont Korn et consorts sortent en moyenne un skeud tous les deux ans. Enfin, peu importe si le dernier bébé des Deftones a été un peu long à venir, le voici enfin dans les bacs, prêt à être acheté. Que nous réserve-t-il?

Nombreux sont les fans de la première heure qui pensent ( et qui n'ont pas tout à fait tort d'ailleurs ) que Deftones est en déclin, qu'il tourne en rond depuis White Pony. Certes, après un éponyme assez décevant et un B.sides and rarities inutile, on est en droit de se demander ce que vaut Deftones au jour d'aujourd'hui. Mais cependant, Deftones n'est pas mort pour autant, et même si cet album n'est pas d'une originalité absolue, on passe un (très) bon moment en l'écoutant.

Cet album se situe dans la même veine que White Pony. Ici donc, pas de Hexagram tonitruant et brutal en guise d'introduction, ni de retour aux sources aux albums Adrenaline et Around the Fur. Les influences Trip-hop de Chino et son travail avec la Team sleep se font nettement ressentir sur l'album. La voix de Chino, plus sensuelle encore que sur White Pony, se fait aérienne et caressante, soutenue par des instruments qui se font nettement moins rentre-dedans que par le passé, plutôt axés sur la recherche de nouvelles sonorités que sur des rythmes et riffs efficaces et implacables. On pourrait le regretter mais ce que nous avons dans ce skeud est, malgré tout ce que diront les nostalgiques, trés bien rendu ici. Alors peu importe que nous ayons affaire ou non à un nouveau " Around the Fur "...

Cet album, même si il n'a rien de révolutionnaire, cache cependant quelques perles, qui méritent amplement le détour. Nous ne nous attarderons donc ni sur le titre "Pink cellphone" (car parfaitement inutile), ni sur "Mein" (qui, malgré le duo avec Serj Tankian, s'avère être assez faiblard), ni même sur "Hole in the Earth", qui, malgré son statut d'hymne d'album et son côté punchy, manque cruellement d'originalité. En revanche, nous nous pencherons sur des titres comme "Beware", qui possède un refrain accrocheur et ou Chino nous fait montre de son talent vocal, et sur "Combat" et "Rats! Rats! Rats!",qui sont les 2 chansons bourrines de l'album qui raviront les fans des deux premières œuvres du groupe. Enfin, l'incroyable " U,U,D,D,L,R,L,R,A,B select, start " , véritable joyau jazzy de créativité, qui tâche de nous bluffer et de nous prouver que Deftones n'est pas un simple groupe de Métal comme les autres. Aucune parole, seule une batterie possédée qui s'entremêle avec guitares et sons électros. La sensation éprouvée alors est vraiment difficile à décrire, l'impression d'être dans une bulle chaleureuse et accueillante, qui éclate à la fin du titre. Un titre qui me transcende, me transporte comme seul un Pink floyd, un Tool ou même un Gojira de "From mars to sirius" en a le pouvoir...

Deftones nous livre non seulement une galette très sympathique à écouter, mais nous prouve aussi qu'il sont encore prêt à nous étonner, et que non, ils ne sont pas voués à disparaitre. Certainement pas leur meilleur album, mais autrement mieux que leurs précédents. Alors peu importe si ce n'est pas un nouveau Adrenaline, Saturday night wirst se trouve être un très bon CD, relativement facile d'accès et s'écoutant d'une traite. Après tout, c'est là l'essentiel, non ?

8 Commentaires

8 J'aime

Partager

katchoke - 20 Janvier 2009: j'disais manque d'originalité, pas dans le genre néo métal mais en général, enfin ce jugement n'engage que moi, peut etre que mes influences m'ont fait voir cet album comme plutot banal ...
Chacun sa vision, je l'ai réécouté plusieurs fois et je me dis toujours la meme chos,e je suis définitivement bloqué au début de leur carriére et reste quasi hermétique au reste, certe quelques morceaux comme beware sortent du lot et sont vraiment à écouter mais pour les autres je cherche toujours le p'tit truc qui faisait des albums précédents des bijoux.
peut etre plus de brutalité, de simplicité et de sincérité...
les morceaux planants de cet album me font penser à un white pony 2, décidement...
 
David_Bordg - 11 Août 2014: Cet album est superbe comme tous les autres. Même si effectivement je préfère moi aussi les derniers aux deux deux premiers étant un grand fan du métal en général jusqu au black bien évidemment. D' ailleurs l une de mes nouveautés coup de cœur et le dernier mayhem, alors l un n empêche pas l autre!!
 
David_Bordg - 11 Août 2014: Cette album est superbe comme tous les autres. Même si effectivement je préfère moi aussi les derniers aux deux derniers étant un grand du métal en général jusqu au black bien évidemment. D' ailleurs l un de mes nouveauté coup et le dernier mayhem, alors l un n empêche pas l autre!!
Game_system - 01 Novembre 2016: Mais quel album !! Je me suis pris une claque inattendue avec ce disque. Je trouve ce disque d'une richesse incroyable et d'un feeling phénoménal. C'est bien simple, ce Saturday Night Wrist ne comporte aucun temps mort ni aucun titre faible, à l'exception bien sur de Pink Cellphone qui est juste inutile. Sur cet album, les émotions sont toujours présentes et sont maintenues tout au long de l'écoute, la puissance est également présente avec les riffs légendaires de Stephen Carpenter. La voix de Chino est agréable comme elle ne l'a jamais été, elle nous transporte complétement dans ce tourbillon émotionnel. Un disque à écouter de nombreuses fois encore et encore et encore pour en savourer toute la grandeur.

Concernant la chronique, je la trouve excellente car elle rend justice à l'album. La seule chose qui me dérange, ce sont les commentaires sur Mein et Hole in the Earth, qui sont à mon sens de véritables pépites et réussissent leurs paris.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire