Pure Holocaust

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Immortal
Nom de l'album Pure Holocaust
Type Album
Date de parution 30 Novembre 1993
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album762

Tracklist

1.
 Unsilent Storms in the North Abyss
 03:14
2.
 A Sign for the Norse Hordes to Ride
 02:35
3.
 The Sun No Longer Rises
 04:20
4.
 Frozen by Icewinds
 04:40
5.
 Storming Through Red Clouds and Holocaustwinds
 04:40
6.
 Eternal Years on the Path to the Cemetary Gates
 03:30
7.
 As the Eternity Opens
 05:31
8.
 Pure Holocaust
 05:17

Durée totale : 33:47


Chronique @ Fabien

21 Novembre 2007
Après un premier album ressuscitant l’esprit du blackmetal, aux côtés de Worship Him ou A Blaze in the Northern Sky Northern Sky (Samael, Darkthrone), mais encore trop typé Under The Sign of the Black Mark (Bathory) et manquant dès lors d’une pleine identité, Olve Eikemo et Harald Naevdal (Abbath, Demonaz) retournent en 1993 aux Grieghallen Studios sous la houlette d’Eirik Hunvind (Pytten), avec une toute autre ambition. Le duo affiche désormais une personnalité très affirmée, transcendant son blackmetal en un art d’une froideur et d’une brutalité encore inédites.

Sous couverture de l’excellente écurie Osmose Productions, Pure Holocaust sort ainsi dans les mêmes temps que l'Ugra-Karma d'Impaled Nazarene, avec une pochette dévoilant le nouveau visage d’Immortal, apparaissant sous forme de trio, bien que le batteur Erik Brødreskift (Grim), le troisième homme, n’ait pas participé à la conception et à l’enregistrement de l’album.

Dès les deux premiers titres, les redoutables Unsilent Storm et Norse Hordes, Immortal affiche un niveau de brutalité dévastateur, dépassant A Blaze in the Northern Sky en terme de vitesse pure, avec les blast-beats cataclysmiques d’Abbath soutenant les riffs infernaux de Demonaz. Pourtant, au-delà d’un tel déchaînement de violence, Pure Holocaust dégage une atmosphère indescriptible, terriblement profonde, grâce aux guitares froides de Demonaz et aux vociférations d’Abbath, qui glacent littéralement le sang de l’auditeur.

Par ailleurs, entre deux martelages rythmiques, Immortal ralentit judicieusement la cadence, le temps des superbes The Sun No Longer Rises et As The Eternity Opens, apportant un relief considérable à l’ensemble et renforçant toute la puissance de Pure Holocaust. Et que dire du titre éponyme final, ce concentré de puissance noire et de froideur peu communes, véritable étalon du style.

Brutal, glacial et hypnotique, Pure Holocaust s’inscrit parmi les standards incontournables du blackmetal, confirmant toute la force de la scène norvégienne dans ce domaine, et subjuguant ainsi des hordes de métalleux, qui depuis A Blaze in the Northern Sky ont déjà les yeux rivés vers Oslo, Bergen ou Trondheim. En cette année 1993, Immortal dégage en effet une intensité et une magie pure qu’il n’a jamais dépassées à ce jour, lui permettant d’imposer définitivement son blackmetal nordique à l’échelle internationale.

Fabien.

12 Commentaires

31 J'aime

Partager

Kjellson - 04 Novembre 2012: Cet album est glacial, noir, brutal, à souhait, la pochette pose le décor, çà ne moufte pas, et c'est un régal pour les oreilles, le bon vieux temps de "Opus Nocturne" de l'autre côté de la frontière:) ces deux albums resteront exceptionnels.
Le style est totalement maitrisé, énorme de mélanger les subtiles mélodies et la brutalité à tout va.
Chapeau Immortal, et leur évolution reste du tout bon même si la bestialité des premiers albums n'est plus présente, c'est un groupe cultissime.
17blunt - 08 Décembre 2012: C'est album est une tuerie absolu, le meilleur album du groupe et dans le top 5 des albums de black metal toutes périodes confondus ! Un album qui vous choppe littéralement et qui met tout le monde d'accord !
 
David_Bordg - 14 Janvier 2015: enorme
Ghul - 21 Août 2015: Le meilleur album d'Immortal, avec le premier. Ici, la guitare acoustique présente sur certains passages de Diabolical Fullmoon Mysticism, disparaît au profit d'une brutalité hallucinante pour l'époque. Cependant, l'atmosphère ne disparaît pas, loin de là. Elle reste et se renforce sur les passages plus lents. Bref, cet album comprend ce dont le Black Metal a besoin. La suite de la carrière du groupe, par contre, j'aime encore bien mais je n'y trouve pas autant de charme que dans les deux premiers albums.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ molay

07 Septembre 2008
Immortal - Pure Holocaust, album sorti en 1993.

POINTS GENERAUX ET POSITIFS

- Un an après Diabolical Fullmoon Mysticism, le groupe Immortal nous propose un album plus énergique, à la hauteur d'un véritable Black Métal. C'est un pur holocauste, une rentrée inquiétante vers le sacrifice. L'atmosphère est mystérieuse, la peur rôde. Du début à la fin, il n'y a pas un morceau moins brutal qu'un autre, le tout va en s'aggravant. Des riffs qui ne stagnent pas, changent, accélèrent et rétrogradent sans cesse le rythme.
Plus mélodieux, plus froid… mais un froid qui brûle. Cet album nous donne donc un peu plus de couleurs ; allant du noir au rouge. L'on se sent traqué jusqu'à la fin. Point de répit.
D'ailleurs, la fin de chaque morceau surprend : tous les instruments s'arrêtent nets au milieu d'un rythme et d'un riff. Les morceaux s'enchaînent donc. Le tout est plus tordu, plus strident.
La batterie donne des rythmes originaux et change ainsi l'atmosphère d'un titre : elle est plus rapide, plus énergique.
La voix est torturée, guttural, avec un effet d'écho (ce qui rajoute l'aspect effrayant de l'oeuvre).

POINT NEGATIFS

- Finalement, avec toute cette progression, cet album est plus touffu et arrive parfois à s'égarer ou bien à perdre en tension, notamment avec ces deux titres : " Storming Through Red Clouds and Holocaustwinds" et "Eternal Years on the Path to the Cemetary Gates". Sinon, tout le reste est parfait !

MON MORCEAU PREFEREE :
"As the Eternity Opens"

DEFINITION DE L'ALBUM EN UNE PHRASE :
La peur qui traîne, une traque ne donnant point de répit… c'est inquiétant, c'est un pur holocauste !

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
ArchEvil - 09 Septembre 2008: Bon, voilà. Le groupe s'est enfin trouvé. Et Pure Holocaust marque déjà l'aboutissement des efforts du duo Abbath/ Demonaz. Des morceaux inoubliables : Unsilent Storms, The Sun no Longer Rises, As the Eternity Opens... Les guitares possèdent un grain puissant et couvert de givre, comme la production très garage maintient bien les oreilles conditionnées au massacre. Le tout exécuté savamment. dommage que certaines pièces ( deux pour être précis ) faiblissent un peu... m'enfin, le meilleur Immortal de toute façon.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ EternalTearsOfSorrow

28 Juillet 2010
Si vous voulez faire aller la tête pendant un peu plus d'une demi heure, voici votre album !!! Le premier album Diabolical Fullmoon Mysticism prouvait déjà toute l'imagination de terreur et de machiavélisme que peuvent nous jouer Abbath et Demonaz. En revanche c'est la démo Suffocate qui ne m'a pas mais alors pas du tout convaincu du tout, c'était du death plutôt que du black... Mais on peut pardonner ceci, ils étaient encore tout jeunes, une petite erreur avant le commencement des véritables tueries !! Globalement, ce disque est bon, vraiment très bon, il n'y a pas de défauts majeurs...

Donc, musicalement, ça donne quoi ?

Une fois ce disque inséré dans un lecteur, la première chose qu'on entend est un riff de true black metal toute en puissance et en coordination parfaite entre la guitare et la batterie, pour enchaîner directement avec le premier vers que grogne Abbath... Vous l'aurez bien compris, je parle de Unsilent Storms In The North Abyss, le premier morceau de l'album, et vraiment, il me convainc beaucoup. Contrairement à l'album précédent, la batterie semble avoir plus de détermination. Dans l'album précédent, lorsqu'on écoute par exemple The Call of the Wintermoon, la batterie ET la guitare ne semblent ne pas vouloir donner du piment à ce morceau. Bref, A Sign For The Norse Hordes To Ride est dans la veine du premier morceau, un peu plus rapide, mais toujours autant de motivation, de rage, de froideur, il n'y a rien de plus à ajouter...

Le troisième morceau, The Sun No Longer Rises m'a encore plus convenu que les autres, un riff rapide et mélodique, répété 2 fois, laissant place à un couplet dans une musique sombre, lente, une caisse claire qui résonne, le tout dans une atmosphère plongée dans la dépression, la noirceur, l'horreur, le drame avec les fidèles paroles sur le nord. Frozen by Icewinds, pareil, toujours autant de haine de perspicacité dans la voix d'Abbath.

Jusqu'à maintenant le seul point négatif est le manque de solos, je sais que c'est plutôt dans l'habitude d'Immortal de ne pas mettre considérablement de solos, mais cela se fait souvent remarquer quand même... C'est assez dommage de leur part...

Bon, revenons en à la deuxième partie de ce superbe album... Storming Through Red Clouds and Holocaustwinds et Eternal Years on the Path to the Cemetary Gates se ressemblent assez mais ce sont les deux morceaux qui d'après moi, ont le plus de motivation et de détermination, dans cet album. Je tiens également à parler du riff qui débute Eternal Years on the Path to the Cemetary Gates, de la guitare précisément. Mais quelle magnifique mélodie !! Avec la batterie toujours aussi rapide, cela forme sans conteste le meilleur morceau de cet album, totalement plongé dans la pestilence et l'obscurité, il n'y a rien dire !

As The Eternity Opens est également un très bon morceau, plus lent et plus obscure, le chant d'Abbath n'a pas moins de perspicacité que dans les autres morceaux, on a surtout l'impression que Demonaz gratte les cordes de sa guitare avec un poignard, le son est vraiment tranchant.

Et Pure Holocaust, le morceau de l'album est dans le genre de A Sign For The Norse Hordes To Ride dans le riff du début, qui sera d'ailleurs répété quelques fois dans le morceau, et plutôt dans le genre de The Sun No Longer Rises dans le couplet, assez lent, sombre... Bref, de quoi conclure l'album en beauté !

Donc vous l'aurez surement compris, Pure Holocaust est le meilleur album de Immortal, avec juste un manque de solos, et peut être également trop court, sinon, il n'y a rien à redire, même si les derniers albums comme All Shall all ou Sons of Northern Darkness sont très bons, Pure Holocaust détruit tout !!
HAIL Immortal !!!

19/20

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
 
David_Bordg - 14 Janvier 2015: super opus. du tres lourd.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire