Diabolical Fullmoon Mysticism

Liste des groupes Black Metal Immortal Diabolical Fullmoon Mysticism
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Immortal
Nom de l'album Diabolical Fullmoon Mysticism
Type Album
Date de parution 01 Juillet 1992
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album543

Tracklist

1.
 Intro
 01:34
2.
 The Call of the Wintermoon
 05:39
3.
 Unholy Forces of Evil
 04:28
4.
 Cryptic Winterstorms
 06:08
5.
 Cold Winds of Funeral Dust
 03:47
6.
 Blacker Than Darkness
 04:16
7.
 A Perfect Vision of the Rising Northland
 09:03

Durée totale : 34:55


Chronique @ valentheris

22 Juin 2010
Alors que le célèbre trio de Bergen formé d'Abbath, Demonaz et Horgh nous a gratifié d'une nouvelle offrande musicale en 2009, sobrement intitulée "All Shall Fall", leur permettant de poursuivre leur périple dans le royaume gelé de Blashyrk après plus de sept années d'absence très douloureuses pour les fans, il est temps pour nous d'opérer un retour dans le passé jusqu'aux premières heures de la seconde vague de black metal scandinave, plus précisément en 1992 lors de la sortie du premier opus du groupe.

C'est donc sous la bannière d'Osmose Production et après un investissement au sein des non moins connus Grieghallen Studios en avril 1992, que ce premier méfait de la part du combo Norvégien voit le jour. Décidément chez Osmose on ne donne pas sa chance à n'importe qui et si ce premier album d'Immortal ne sera pas aussi marquant que certains de ses successeurs, il n'en reste pas moins un disque qui s'écoute sans difficulté et disposant de passages méritant le détour en dépit d'une certaine linéarité dans la composition et quelques faiblesses, mais nous y reviendrons.

Après une courte introduction aux allures forestières, toute de sonorités venteuses, de murmures et de touches acoustiques composée, "The Call of the Wintermoon" fait son apparition et offre un premier aperçu de ce que va être le contenu de la galette (ainsi qu'un clip mémorable dans un certain sens... mais je n'y reviendrai pas). Les guitares disposent de l'habituel son grésillant typique du black metal et nous livrent des riffs restant dans la même trame générale tout au long de l'album (sans pour autant que les morceaux se ressemblent), mais qui nous lâcherons de temps en temps des touches acoustiques non négligeables et qui se doivent d'être soulignées étant donné que ce n'est pas un élément très prisé par le groupe et qu'elles sont bien employées, comme en témoignera "Cryptic Winterstorms" et sa mélodie pouvant être revendiquée comme clef de voûte de l'atmosphère de l'album.
La basse ne peine aucunement à se faire entendre tout au long de l'écoute et gardera un niveau équivalent avec les autres instruments ce qui ne sera pas toujours le cas malheureusement dans la suite de discographie.
Pour ce qui est de la voix d'Abbath, celui-ci ne nous gratifie pas encore de ses fameux "Abbath's Burps" et abordera une tessiture de voix plus commune au black metal en général : agressive, profonde et du coup changeant ses transitions lyriques par des hurlements plus communs en lieu et place de ses fameux grognements, "Cold Winds Of Funeral Dust" étant un très bon représentant des capacités gutturales de l'homme en question.


L'album dispose de moments épiques tout à fait savoureux, le titre final "A Perfect Vision Of The Rising Northland" sera d'ailleurs un superbe dernier souffle pour la galette en reprenant les points forts de l'album tout en y ajoutant certaines nouveautés non négligeables et savoureuses. Au programme nous avons le chant d'Abbath abordant un aspect "clair" et profond sur certains passages , des notes de synthé se feront entendre en plein morceau ainsi qu'à la fin, ce qui encore une fois sera rare dans la suite de la discographie et apporte ici un certain cachet tant au niveau de l'atmosphère que de la variation que cela offre dans la ligne directrice de la composition. Les guitares offrent des variations intéressantes bien que simples à la manière de "Unholy Forces of Evil", montant en crescendo ou diminuant avec maîtrise, faisant varier le rythme et clôturant donc d'une superbe façon l'album.

Cependant, certains points viennent faire tâche à la qualité de l'album. La prestation à la batterie de Armagedda est certes bonne, mais manque de folie et se contente du minimum. Pour être plus explicite, le jeu est bon, mais on a l'impression que le bonhomme est là à contrecœur et s'ennuie derrière ses fûts, se contentant de fournir tout ce qu'il peut afin d'en finir au plus vite (mais peut être suis-je le seul à penser ceci et aborder la prestation de cette sorte...).
Ensuite, une certaine linéarité est présente au sein de ce premier opus et même si les titres se distinguent tous facilement au fil des écoutes et malgré certains éléments sonores venant s'ajouter sur les différentes pistes, le tout reste prévisible et ne surprend pas, ou très peu, avant le final. Ce dernier point peut être douloureux pour le rendu final car cela donne l'impression d'un essoufflement de la part de Demonaz et de la force de composition que nous lui connaissons si bien et qui en était ici à ses débuts.


On peut donc dire que si le groupe affirmera d'une plus juste manière son identité et son talent sur "Pure Holocaust" ou encore "Battle In The North", ce premier jet reste néanmoins correct et agréable à l'écoute, faisant de lui un des moins bons albums du combo scandinave, mais qui sera tout de même écouté avec plaisir de temps en temps par les adeptes du genre.
La forme est plus classique, mais n'en reste pas moins délectable, permettant à Immortal de prendre son envol et d'acquérir de solides bases pour un prochain album qu'il n'est plus nécessaire de présenter de nos jours.

Valentheris.

6 Commentaires

15 J'aime

Partager

maximus666 - 23 Juin 2010: Une chronique intéressante, qui situe bien le disque dans son contexte en reprenant les différents moment qui ont marqués l'histoire du groupe.
Tu a une certaine objectivité sur le disque, ce qui permet à ceux qui ne le connaissent pas encore, comme moi, de s'en faire une vraie idée.
Ca change de ceux qui mettent 19 à tout les albums de leur groupe fétiche en tout cas.

Un grand merci
 
zvlorg - 16 Décembre 2010: Niveau musique, ça se tient à peu près, difficile de reconnaitre le black metal "superstar" de leurs productions récentes, là on peut parler de true black, un peu crade, pas très varié, mais assez efficace, surtout Unholy Forces Of Evil. Le hic, c'est The Call Of The Wintermoon, très brouillon dans l'ensemble, et surtout doté d'un clip vidéo absolument ridicule, détournant maladroitement les clichés du black metal, j'en ai pleuré de rire quand je l'ai vu la première fois! Bref si la qualité globale de cet album n'est pas géniale, il n'a rien à envier à d'autres premiers albums de black metal, et figure même plutôt bien.
Lordmike - 30 Septembre 2011: Le pire dans ce clip c'est la chapeau de sorcière. Parce que le reste, on est en 1992 donc c'est pas encore du cliché, c'est les codes du Black Metal. M'enfin c'est quand même très ridicule et je crois que ce chapeau de sorcière était vraiment le truc en trop.
17blunt - 08 Décembre 2012: Merci pour cette chronique qui m'a donné envie de réécouter ce disque qui dormait depuis un bon moment. Pour moi c'est un très bon album de black metal avec quelques défauts certe mais c'est ce qui fait le charme de ce 1er album. Alors nous somme loin des blast beats et de l'ambiance inqualifiable du monument " Pure Holocaust " qui viendra derrière mais un album qui est bon d'avoir pour tous amateurs de black metal, ne serait ce que pour sa culture personnelle!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ molay

07 Septembre 2008
Immortal-Diabolical Fullmoon Mysticism

Premier album, sorti en 1992.

POINTS GÉNÉRAUX ET POSITIFS

- Paradoxalement parlant, ce premier album est un album assez agréable à écouter. Sans rentrer dans le stéréotype du Black Metal, il nous mène, à travers ces sept morceaux, dans une longue marche solitaire. A noter tout de suite, les quelques touches d'acoustique, bien placées, qui marquent encore plus profondément, de temps à autre, l'aspect solitaire de cet album.
- Deux, trois accords saturés qui tournent un peu comme une base. L'autre guitare se rajoute et évolue sur cette base: des riffs en quatre ou cinq notes qui nous projettent d'un seul coup sur la pleine lune, grâce notamment à des notes aiguës. A noter deux trois solos qui montrent le thème de la fuite que l'on retrouve ; des solos simples et organisés pour ne pas s'égarer du long chemin où l'on marche. Jamais (donc) cet album ne s'emballera véritablement, mis à part une petite montée de tension que l'on ressent dans "Cold Winds of Funeral Dust" et "Blacker Than Darkness", musiques de fin.
- C'est le rythme, la batterie qui fait tout le travail ensuite. Elle évolue, elle aussi, sur la base d'accords en lui donnant une tension ou bien un calme, suivant qu'elle s'accélère ou pas. Souvent, elle suit les riffs tantôt rapides... et tantôt lents, de la seconde guitare (point la rythmique, donc). Là où elle donne l'apogée à un morceau, un semblant de calme, c'est quand elle s'arrête, laisse parler les guitares et reprend son chemin plus rapidement, pour ensuite rétrograder.
La voix sait qu'elle ne doit pas emballer l'album et n'est pas omniprésente ni poussée à son extrême. Elle se contente souvent de cris pâles et nostalgiques.

POINTS NÉGATIFS

La batterie semble malgré tout ne pas vouloir, au fur et à mesure des morceaux, donner de l'originalité dans ses rythmes. D'un point de vue général, il semblerait que cet album montre un côté assez plat, à cause notamment,de ces deux morceaux "The Call of the Wintermoon" et "Unholy Forces of Evil" (par ailleurs, cette dernière ressemble à celle qui la précède,donc) : des riffs qui n'évoluent pas, un rythme assez linéaire.

MON MORCEAU PREFERE :
"A Perfect Vision of the Rising Northland"
Morceau qui instaure tout les points positifs et rajoute même une énergie en plus, l'apogée de la longue marche solitaire.

DEFINITION EN UNE PHRASE DE L'ALBUM :
Une marche solitaire vers le chemin de la pleine lune...

3 Commentaires

1 J'aime

Partager
ArchEvil - 09 Septembre 2008: Description originale et cartésienne. Excellente piqûre de rappel pour un album que je déteste malheureusement. Trop brouillon et fantaisiste pour que je le prenne au sérieux. Et malgré le fait qu'elle semble être produite dans la sincérité, son manque de personnalité vient gâcher ce beau panorama qu'on se préparait à voir.

Enfin, Immortal fera beaucoup mieux plus tard cela dit.
vince666 - 09 Janvier 2010: Bonne chronique... au moin tu dit le point fort et faible de l'album. mais t'as oublier de parler du son.. il est plutot bon ou crade?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire