Ithyphallic

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nile
Nom de l'album Ithyphallic
Type Album
Date de parution 17 Juillet 2007
Produit par Bob Moore
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album499

Tracklist

1. What Can Be Safely Written 08:15
2. As He Creates So He Destroys 04:36
3. Ithyphallic 04:40
4. Papyrus Containing the Spell to Preserve Its Possessor Against Attacks from He Who Is in the Water 02:57
5. Eat of the Dead 06:29
6. Laying Fire Upon Apep 03:25
7. The Essential Salts 03:51
8. The Infinity of Stone 02:04
9. The Language of the Shadows 03:30
10. Even the Gods Must Die 10:01
Bonustracks (Digipack Edition)
11. As He Creates So He Destroys (Instrumental) 04:50
12. Papyrus Containing the Spell to Preserve Its Possessor Against Attacks from He Who Is in the Water (Instrumental) 02:56
Total playing time 57:34

Chronique @ Julien

31 Juillet 2007
Nile fait parti de ces groupes qui ne laissent personne indifférent, pour la simple et bonne raison qu’ils possèdent ce petit truc qui fait la différence. En effet, qui aurait pu imager que l’on puisse mélanger du gros death métal bien brutal avec des ambiances égyptiennes ! A l’époque, ça ne serait venu à l’idée de personne, sauf dans l’esprit inventif de Karl Sanders et ses potes. Quelques années et quelques albums plus tard, le groupe nous revient en pleine forme avec Ithyphallic, premier acte de l’ère Nuclear Blast (vous verrez, ça a son importance).

Ce disque n’est pas facile d’accès, ceux qui avaient été déçus par l’opus précédent risquent de mal digérer cette écoute. Beaucoup de similitudes de prime abord entre les deux réalisations, mais au final il y a quand même des différences. Les ambiances typiques qui ont fait la renommée du groupe sont plus discrètes et c’est bien vrai que ça manque un peu. Mais l’avantage de ce disque est son aspect ultra compact qui en fait un véritable bloc de granit massif. C’est sur ce point que l’on doit faire un choix, rester dans le passé ou accepter cette nouvelle mouture qui est différente, mais quand même excellente.
Bien que cet album ce montre différent, on retrouve dans Ithyphallic les traits du groupe. Prenez par exemple « The Infinity Of Stone » qui est le titre le plus « egyptisant », il n’a rien a envier aux titres du passé et est heureusement là pour apaiser un peu les grincheux. On retrouve également une grosse session rythmique avec l’excellent George Kollias derrière les fûts. Le mixage est comme d’habitude très axé sur la batterie et c’est un vrai régal d’entendre le colosse grec martyriser sa batterie. Même si il est difficile d’oublier le bon Tony, il faut reconnaître le talent du bougre. Les grattes sont comme souvent beaucoup trop en retrait. C’est une question de goût ! Les batteurs vont me contredirent et les guitaristes seront d’accord avec moi. Ceci dit, ce n’est pas nouveau et c'est une particularité du groupe à accepter. Dommage de ne pas entendre plus la gratte quand même…
Pour en revenir à l’aspect compact du disque, il est vrai qu’il est difficile de retenir un titre en particulier. C’est pour moi un point fort de Ithyphallic, pas de fioritures ni de remplissage, que du bon ! Karl & Co ont fait un excellent travail.
Comme je le disais en intro, la venue du groupe chez Nuclear Blast a tout de même fait un bien fou à la prod‘. Karl nous le disait, le label allemand a mis le paquet pour son nouveau poulain. Résultat, Nile possède un son plus cinglant que jamais, il est aussi puissant que clair et c’est un véritable régal auditif. C’est tout simplement le meilleur son qu'ils ont jusqu'à présent obtenu.

Convaincant à plus d’un titre, ce disque risque peut être de ne pas trop plaire aux fans de In Their Darkened Shrines. Pour les autres, ceux qui sont à la recherche d’un disque vraiment brutal et totalement excellent, Ithyphallic est fait pour vous. Reste à voir quelles vont être les différentes versions cd qui nous seront proposées...

18 Commentaires

14 J'aime

Partager

fabkiss - 23 Septembre 2007: Hé bah! moi qui le trouve trés travaillé et éxotik vous me donner envie de pousser mes investigations avec ce groupe trés inventif
Wyndorel - 13 Juillet 2008: Poussif?! J'ai envie de dire quelle injure ^^!
Certes moins marquant (et non pas "ambitieux", je n'apprécie pas particulièrement ce terme d'ailleurs...) que ses prédécesseurs, cet album reste d'une richesse et d'une inspiration exemplaire, encore faut-il en palper l'essence (à l'image d'un 'Eat Of The Dead' qui peut s'avérer ennuyeux pour une écoute passive et superficielle) et pour ma part je considère vraiment chaque chose pour ce qu'elle est, sans la comparer aux autres mais tout en faisant le lien entre elles, pour ne pas les dénaturer, car on pourrait aisément alors reprocher au groupe de jouer du Nile, encore... ce qui serait totalement stupide, d'autant plus qu'ils savent parfaitement se renouveler.
Malgré tout, il est vrai que cet album n'atteint pas l'apogée ultime des joyaux que tu cites Fabien, mais aucunement décevant, loin de là.
Enfin, en toute subjectivité évidemment.
 
MALEVOLENT - 27 Fevrier 2009: NILE restera pour moi juste un groupe de death sans relief. Je m'explique: leur compos sont juste bassées sur la rapidité des tempos et le jeux guitare/basse hyper compréssé au mixage. Seulement la rapidité extrème enlève la puissance et le relief des morceaux. Allez les voir sur scènes, mis à part l'effort physique de Kollias ce groupe me laisse vraiment indifferent. Quant aux ambiance égyptiennes reproduites sur les intros des morceaux aller dire qu'ils ont su allier death et egypte va un peu loin.
metaleciton - 25 Avril 2014: Ce disque est vraiment complexe à tous les niveaux, c'est d'ailleurs le seul point négatif de l'album.

Comme beaucoup de groupe de "Death Technique" ce "Ithyphallic" manque de feeling et d'impact.
La production ne me dérange pas tellement, je la trouve bien lourde et étouffante.

Les ambiances sont grandioses, le groupe me fait toujours autant voyager, comme sur l'excellent "Eat Of The Dead" ou encore "What Can Be Safely Written".

Note: 15/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Paganthrasher

12 Fevrier 2008
Nile est un groupe qui s’est forgé une solide réputation au sein de la scène Extrême, surtout célèbres pour le côté très occulte et pharaonique de leur musique par l’utilisation d’instruments orientaux, samples et guitares criardes. En plus de cette touche d’originalité marquante, Nile, c’est avant tout un Death épais couplé à une surenchère de brutalité et de rythmiques en béton armé. Tout cela de par les talents du maître à penser Karl Sanders, guitariste de talent, passionné d’histoire égyptienne et moyen-orientale et principal compositeur.
Depuis ses débuts au milieu des années 1990, Nile est aujourd’hui devenu une valeur sûre, une pointure, de la scène Death mondiale.

C’est en cette fin de mois de juillet plutôt maussade, après un début d’année fructueux au niveau des sorties d’albums, voilà que s’abat sur nos têtes la nouvelle offrande du groupe américain, 2 ans après l’excellent Annihilation of the Wicked. Je l’attendais de pied ferme ce Ithyphallic !
Quelques petits changements à noter entre temps :
-Changement de label tout d’abord, adieu Relapse, bonjour Nuclear Blast ! Ca se sent au niveau de la qualité du son.
-L’artwork change vraiment du Nile traditionnel, on n’a plus à faire à des pochettes super hiératiques et statiques, celle-ci donne une identité et une ambiance particulière à l’album.
-Le titre de l’album : Ithyphallic, plutôt déroutant, surtout que Nile nous avait habitué à des titres plus longs, aussi et surtout de par sa signification (Ithyphallique : phallus en érection…), Karl nous donne quelques explications à ce sujet (Cf. Interview vidéo).
-George Kollias est crédité sur une bonne partie des chansons, ce qui montre la créativité et le talent du bonhomme, arrivé trop fraîchement pendant le processus de composition de l’album précédent, sur lequel il a montré qu’il était un batteur digne de succéder au grand Tony Laureano.
-Plus de bassiste officiel sur cet album, Jon Vesano nous a quitté il y a 2 ans, c’est donc Dallas qui s’occupe des parties de basse (pour l’importance que ça a la basse dans le Death… Moi pauvre bassiste…)
-Moins de compos épiques, seules deux pistes dépassent les 8 minutes (la première et le dernière), l’accent est mis sur la brutalité et la lourdeur.
-Moins important mais… Où sont passées les Liner Notes dans le booklet ??? Nile nous avaient habitués à ces écrits qui donnent plus d’infos sur les paroles et la musique, qui montrent l’étendue de leur talent ! Pour des personnes comme moi friandes de ce genre de détail, ça fait un choc…

Au niveau de la prod rien à dire, c’est compact, clair, et plus épuré que sur l’effort précédent, sans en faire une pièce surproduite, merci à Nuclear Blast de mettre gros sur ce groupe génial !
Au niveau du mixage, la batterie est toujours autant mise en avant, sans devenir assourdissante, elle en devient plus agréable à l’écoute, mettant de plus en plus en valeur le talent et la technique indéniables du batteur Grec.
Les guitares, elles en revanche, sont un peu plus en retrait, mais gagnent en clarté, même si elles en deviennent moins incisives.
Les vocaux eux, sont toujours partagés par trois membres du groupe (dont ceux de Chris Lollis, nouveau venu et futur bassiste de tournée), et on remarque une nette amélioration à ce niveau, c’est plus compréhensible qu’avant, sans toutefois devenir clairement articulé, surtout les vocaux de Karl, Chris Lollis s’en sort très bien aussi. C’est la patte du groupe la plus remarquable, en effet, avoir trois ‘growler’, ça rend l’écoute de l’album moins monotone.
Au niveau des textes, Nile change un peu de thème, bien sûr on a toujours le droit aux thèmes de l’Ancienne Egypte, mais cette fois-ci les thèmes relatifs à l’écrivain H.P. Lovecraft (dont je suis un fan hardcore ^^) sont bien plus présents que par le passé, où ils étaient très implicites. On se retrouve donc avec deux odes respectives au Grand Cthulhu et au « Sultan des Démons » Azathoth sur les deux premières pistes ! C’est l’Ange Morbide qui va être content !
Petite note globale sur les soli, ils restent « nilien » dans l’âme, mais on note plus une manière de créer une ambiance plutôt que de faire de la démonstration technique, dont les membres du groupe sont indéniablement pourvus. C’est en soi une petite évolution pour le groupe !

Au niveau des compos, c’est dans la droite lignée d’un Annihilation of the Wicked, l’accent est mis sur les morceaux rapides et la brutalité.
Le premier titre, le cthulhien « What Can Be Safely Written » et son intro grandiloquente, est le titre qui selon moi, se rapproche le plus d’un « Cast Down the Heretic » sur AOTW, avec le gros riff survitaminé qui déboule après l’intro, Ce titre n’en est pas moins excellent et les soli sont très réussis !
Parmi tous ces bons morceaux, difficile de choisir LE morceau qui tue, toutefois j’ai une préférence personnelle pour « Papyrus Containing the Spell… » (à répéter 50 fois sans se gourrer !^^), avec son refrain mid-tempo magistral surplombé de grosse grattes rugissantes, c’est le genre de break qui me donne envie de headbanger comme un malade, à l’instar d’un « Sacrifice Unto Sebek » et de son break magistral, souvenez-vous! Ce morceau risque de bien péter en Live !
Autre palme pour « Eat of the Dead », morceau, plutôt original pour du Nile, tout en lenteur, ce monolithe s’inscrit dans un contexte de lourdeur permanent, très oppressant, les guitares sont grasses et malsaines au possible, ça suppure la haine et la putréfaction! Avec des paroles traitant de la vanité de l’Homme et de sa fatalité.
Une dernière pour la seule compo épique (et magnifique) du disque, tout en mid-tempo, « Even the Gods Must Die », de 10min et 1sec, on est replongé à la grande époque d’un certain « Sarcophagus » sur In Their Darkened Shrines! L’ambiance est très prenante, des guitares sépulcrales et mortuaires chantent le funeste destin des Grands Anciens.
Après 7min de pur bonheur, on a droit a de superbes parties Solo de Mr. Sanders, sur un unique fond de percussions orientales, rien de mieux pour clotûrer un disque de Nile !
On a droit à une pause de 2min avec « The Infinity of Stone » ; dernière réminiscence du Nile ambiant des débuts, belle pièce nappées de Baglama et autres cithares. Reposant.
Les autres morceaux ne sont pas en reste, assénant tout sur leur passage, ils sont d’une efficacité redoutable de par le superbe travail de George à la batterie. Le bougre est vraiment très bon, digne successeur du frappeur Tony Laureano !

En conclusion, j’avais ressenti comme une lueur de déception à la première écoute, il faut dire que ce disque ne s’apprivoise pas facilement, car c’est une masse compacte, un imposant monolithe granitique gravé de symboles et d’écritures complexes qu’il est nécessaire de déchiffrer au bout de plusieurs écoutes attentives, à la fin il se révèle être du grand Nile comme on aime.
C’est le genre d’offrande qui s’écoute d’un trait, et qui ne peut s’apprécier autrement, son côté compact lui confère une grande homogénéité, ce qui facilite grandement son écoute, mais qui du coup ne fait pas ressortir de morceau « tubesque ». Qualité ou défaut ? A vous d’en juger.
En tout cas pour ceux qui s’attendait à un retour à la « In Their Darkened Shrines », la déception pourra se lire dans vos yeux, car cet album marche dans les (déjà grands) pas de son prédécesseur, mais le surpasse de loin.
Nile réussi une fois de plus un coup de maître avec cet « Ithyphallic », ce titre prend tout son sens après l’écoute de ces 47min de bonheur intense : on a vraiment la trique tout le long ! C’est peu dire ! La recette est appliquée à la perfection !

J’hésite pour la note… Bon aller ! Un bon 19/20 bien mérité !
(Je lui aurais mis à peine 13 ou 14 à la première écoute)

See You on Stage !

NB : La jolie version Digipack contient 2 titres bonus ma foi intéressants, ce sont deux versions instrumentales de « Papyrus… » suivie de « As He Creates, So He Destroys », on se fait ainsi une bonne idée de la complexité des compos sans les parties vocales.
Pour ceux qui ont les fonds nécessaires ou 50€ à dépenser, vous pouvez vous procurer la très jolie version « Pyramide » ultra-limitée, contenant l’album et quelques objets sympas.

6 Commentaires

12 J'aime

Partager

eulmatt - 04 Mars 2008: Très bien ta chro, elle est traite le sujet de manière exhaustive avec beaucoup de précision.

Sur le fond, je n'ai pas tout à fait la même appréhension que toi du disque, lui préférant son prédecesseur, qui pour moi constitue une avancée décisive dans la brutalisation du death de Nile. Pour le coup, j'ai trouvé Ithyphallic un poil en retrait par rapport à AOTW, on pourrait parler de stagnation.

Et puis concernant le mix mettant en avant la batterie, j'ai l'impression que cette tendance se généralise, et je ne m'en plains pas, tellement j'y vois un surplus de puissance, pour autant que le batteur soit de ce niveau...
Paganthrasher - 04 Mars 2008: Merci beaucoup :)

Et bien en fait aux premières écoutes j'ai pas vu beaucoup d'évolutions par rapport à AOTW, que j'adore et que j'ai aussi énormément écouté. Après pas mal (même beaucoup) d'écoutes je n'ai fait plus qu'un avec le disque, il m'a pris aux tripes, d'où ma note.
Etant un fan des Black Seeds et Darkened Shrines, j'espère que pour le prochain il nous en feront un
avec ce mix si original entre ambiances moyen-orientales et un gros Death bien burné, après 2 albums se tournant plus vers le deuxième aspect, j'en attend encore plus d'eux, évolueront-ils? Ces ambiances ont décru sur AOTW pour se retrouver en minorité sur ce Ithyphallic.
Concernant le mix, cette mise en avant du son de batterie, rend cet album quand même plus puissant que son aîné, le travail abattu par Kollias sur les deux est magistral de toute façon, prod énorme mettant en avant un batteur qui l'est tout autant :).
En toute objectivité c'est sûr on pourrait plus parler de stagnation, mais en toute subjectivité ça reste de l'excellent cru et j'ai pris mon pied à mort sur l'album! :)
J'ai aussi été étonné de voir sur le booklet, que Kollias est crédité sur pas mal de titres, je ne sais pas quelles incidences ça a pu avoir sur la musique... Et puis les fameuse liner notes manquantes argggggh!
Abyssion - 16 Juin 2008: superbe chronique pour les dieux du death metal! Encore une fois, Nile ne m'a pas déçu, leur death est tout simplement excellent, mais néammoins moins imposant sur cette album! Vive Nile, et gloire aux dieux égyptiens ^^!!
Spirit_Of_Deathiny - 13 Octobre 2010: Très bonne chro mais essaye de condenser ça car la plupart des gars qui vont aller sur cette page vont preferer lire la chro de dessus qui est beaucoup plus courte mais tout y est.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire