Hexed

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Children Of Bodom
Nom de l'album Hexed
Type Album
Date de parution 08 Mars 2019
Labels Nuclear Blast
Style MusicalHeavy Black
Membres possèdant cet album53

Tracklist

1.
 The Road
 04:33
2.
 Under Grass and Clover
 03:33
3.
 Glass Houses
 03:27
4.
 Hecate’s Nightmare
 04:09
5.
 Kick in the Spleen
 03:34
6.
 Platitudes and Barren Words
 04:13
7.
 Hexed
 05:03
8.
 Relapse (The Nature of My Crime)
 03:26
9.
 Say Never Look Back
 04:23
10.
 Soon Departed
 04:54
11.
 Knuckleduster
 03:27

Bonus
12.
 I Worship Chaos (Live)
 03:34
13.
 Morrigan (Live)
 04:58
14.
 Knuckleduster (Remix)
 05:29

Durée totale : 58:43


Chronique @ Eternalis

31 Mars 2019

"Hexed" est un constat d’échec. L'histoire se répète. Encore et encore ...

Children of bodom depuis quinze ans, c’est un peu l’histoire sans fin d’un renouveau qui n’arrive jamais. Depuis l’acclamé et génialissime "Are You Dead Yet ?", premier disque à marquer la rupture avec les débuts beaucoup plus techniques et néo-classiques (bien que certains considèrent que ce changement était déjà amorcé avec "Hate Crew Deathroll"), chaque album est annoncé comme un retour aux sources. A chaque fois, ou presque, ce n’est non seulement pas le cas mais la musique est qualitativement bien en dessous.

D’un décrié "Blooddrunk" (pourtant pas si mal et très cru) à un soporifique "Halo of Blood" en passant par le rock n’roll mais inégal "Relentless Reckless Forever" ou le dernier "I Worship Chaos" qui revenait timidement à une musique plus proche de leurs standards, Children of Bodom ne vit pour ainsi dire qu’en courant après un glorieux passé, une jeunesse oubliée et une innocence perdue dans l’alcool, les drogues et les tournées non stop (il suffit de voir les setlists, toujours composé pour la moitié du duo "AYDY ?" et "HCD", d’un quart des trois premiers opus et de quelques titres du dernier album en date).
Une fois n’est pas coutume, "Hexed" est présenté par le public et, dans une moindre mesure le groupe, comme un retour aux débuts techniques des finlandais et faisant écho aux deux premiers albums. Vous l’aurez compris (toute l’introduction amène donc à ça !), une fois n’est pas coutume ... il n’en est rien !

Alexi a depuis longtemps rangé au placard son chant black et s’évertue toujours à hurler dans son phrasé si typique qu’il ne fait plus évoluer d’un iota depuis 15 ans, sans variation aucune. Le son est lourd, la basse présente et si les soli sont toujours ciselés, les riffs renvoient bien plus au thrash désormais.
Henkka Seppälä déclare que "This Road" est une introduction atypique et qui ne ressemble à rien de ce que le combo a déjà proposé. Une nouvelle preuve qu’avoir la tête dans le guidon n’est pas un très bon signe d’objectivité car aucune surprise ne vient à nos oreilles lorsque l’album commence. Plutôt mid tempo, avec un riff qui aurait pu appartenir aux trois derniers albums, avec de petits leads bien sentis sur le pré-refrain et un refrain surmonté de chœurs guerriers comme à leur habitude, on est clairement face à un pur produit « made in COB ». Plutôt bon mais assez inoffensif. Et malheureusement représentatif de ce que nous réserve la faucheuse cette fois-ci.
S’il se veut peut-être plus cohérent que ses prédécesseurs, "Hexed" ne comporte cependant pas de vrai single à même de porter l’album, là où les précédents avaient des morceaux plus simples mais cartonnant en live. Difficile de trouver ceci dans ce nouveau disque, non dénué de qualité mais franchement agaçant quand on possède autant de talents que les natifs d’Espoo. "Hecate’s Nightmare" sort bien du lot par son introduction très « horror n’roll » à la Alice Cooper grâce à ses claviers menaçant et sa ligne de basse imposante mais Alexi Laiho ne fait tellement aucun effort pour varier sa voix qu’on a surtout l’impression de passer à côté de quelque chose. Là où son chant (tel qu’il est aujourd’hui j’entends) intensifiant considérablement les compositions plus sombres et désespérées de "Are You Dead Yet ?" ou crues de "Blooddrunk", on a plutôt l’impression ici d’avoir un vocaliste en pilotage automatique faisant le taf sans vraiment s’investir dans son rôle.

Le temps de quelques flagrances, COB retrouve ses esprits, notamment sur "Platitudes and Barren Words" et son intro frissonnante (cette mélodie) ou "Under Grass and Cover" qui pourrait bien devenir un excellent moment de la future tournée dans la puissance mélancolique qu’il dégage (comme un oasis dans cet album) renvoyant pourtant étrangement à "HCD" par l’introduction de quelques bidouillages électroniques que le facétieux Janne Wirman n’avait plus sorti récemment. A côté de cela, nous aurons un titre éponyme assez quelconque dans le riff (comme si Slayer rencontrait COB mais en plus mou ...) qui se sauve sur son refrain très guerrier. Le rapide Kick in a Spleen aurait pu être tellement mieux tant il dégage furie et violence mais semble une fois de plus freiné par la fatigue d’un groupe en roue libre depuis désormais trop d’années (l’introduction d’un nouveau guitariste n’y a rien changé puisque Alexi fait toujours tout, en grande partie seul). Le fait de réenregistrer "Knuckleduster" (tiré de l’époque "Are You ..." justement) n’est qu’un camouflet évoquant un retour à cette époque mais il n’en est malheureusement rien. Là où, malgré les critiques, des groupes comme In Flames ou Soilwork ont évolué et ce sont éloigné de leur son des débuts, Children of Bodom n’évolue plus, ne parvient pas à retrouver la force des débuts mais ne propose rien non plus de nouveau, jouant bien trop peu avec leurs tripes et restant assis sur de solides acquis techniques.
"Hexed" est un constat d’échec. Beaucoup de groupes pourraient être fier de ce disque mais c’est beaucoup trop peu quand on a composé "Hatebreeder" et "Hate Crew Deathroll". L’histoire se répète. Encore et encore. Mais les sales gosses finlandais pourront toujours se reposer sur leur passé...et des titres qui résonnent avec toujours autant de furie en live. Jusqu’au jour où ...

6 Commentaires

10 J'aime

Partager

Cris001 - 31 Mars 2019:

"Under Grass and Clover" sent la reprise (auto-plagiat). Mais addict...

davidenancy - 01 Avril 2019:

C'est juste un album pour pouvoir repartir en tournée . Les tournées rapportent plus que les ventes d'album. Ils ont fait du C.O.B et s'est reparti.

 

 

 

les

Lucays - 18 Avril 2019:

Je suis très souvent d'accord avec toi mais pour une fois non! Je suis de nature à être un assez bon client (même si je ne me fais pas avoir par les pires etrons disponibles sur le marché) donc j'ai vraiment beaucoup aimé cette galette même si certains morceaux sentent un peu le réchauffé  (Hecate's nightmare ou Say Never Look back pour ne citer qu'eux) .Je pense que c'est le meilleur album depuis AYDY ou même HCD  (Je ne suis pas un grand d'AYDY, même si je suis assez sensible à son efficacité) ;Alexi ne force plus sur son chant (ça reste médiocre c'est sûr, mais c'est audible) , les morceaux bien rentre dedans sont là (Kick in a spleen ,Glass houses, mon petit préféré) . A défaut d'être en désaccord avec toi c'est toujours une excellente chronique que tu nous offres ici.

taliesin - 10 Mai 2019:

Comment ce groupe plein de talent a pu tomber si bas.
Rien à garder de cet album !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire