Forged in Fury

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Krisiun
Nom de l'album Forged in Fury
Type Album
Date de parution 07 Août 2015
Labels Century Media
Produit par
Enregistré à Mana Recording Studios
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album70

Tracklist

1. Scars of the Hatred
2. Ways of Barbarism
3. Dogma of Submission
4. Strength Forged in Fury
5. Soulless Impaler
6. Burning of the Heretic
7. The Isolated Truth
8. Oracle of the Ungod
9. Timeless Starvation
10. Milonga de la Muerte
Bonustracks (Digipak Edition)
11. Earth's Cremation
12. Electric Funeral

Chronique @ growler

16 Septembre 2015

il est peu probable que cette offrande vous laisse un souvenir impérissable

Les trois frères sont de retour !! Il n’est nullement question du navet des Inconnus mais bel et bien de Krisiun, fer de lance du brutal-death metal à l’ancienne de la scène brésilienne, qui joue du hachoir depuis plus de 25 ans. Après un « The Great Execution » globalement encensé par la critique, le trio nous revient avec sa nouvelle bavette saignante intitulée « Forged in Fury », dont le véritable changement émane de la production, assurée cette fois par Erik Rutan (Hate Eternal, Cannibal Corpse).

Malgré les éloges qu’avait pu recevoir « The Great Execution » lors de sa publication, votre humble serviteur se trouva en désaccord avec la grande majorité de ses frères et sœurs de son. Ce disque, qui avait ouvert une nouvelle voie aux Brésiliens, avec un ralentissement global des rythmiques, atténuant quelque peu sa brutalité (surtout au regard de ses premières productions), même si j’en conviens totalement, « The Great Execution » est un disque qui a ravi mes cages à miel pendant quelques écoutes.

« Forged in Fury » démarre sans aucune introduction avec « Sons Of The Hatred » et les grincements de dents commencent. Ce morceau s’inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur avec l’accroche, l’inspiration et la puissance en moins. De plus, dès ce premier titre, quelques longueurs apparaissent amenant, de ce fait, une certaine lassitude et, « Ways Of Barbarian », le titre suivant, ne relèvera malheureusement pas le niveau. « Forged in Fury » joue sur l’alternance des rythmiques, passant d’un blast furieux (trop rare, malheureusement), à un break massif et lourd, donnant un semblant de vie à l’ensemble. Aussi, même si une certaine puissance ressort de certains riffs, il faut bien reconnaître que la majorité des accords sont génériques ou quelconques et ne restent dans votre cortex qu’un laps de temps assez court, les nombreuses longueurs qui émaillent ce disque, ne vont pas vraiment l’aider non plus.

Pourtant Krisiun sait encore faire mal et retrouve une certaine vélocité sur les furieux « Dogma Of Submission » ou « Strength Forged in Fury » mais également sur « Burning Of The Heretic », doté d’un riff puissant et, rehaussé d’un solo incisif d’Erik Rutan himself. Aussi, des compositions d’obédience mid-tempo comme le vicieux « Soulless Impaler » et « Timeless Starvation » ont su trouvé écho à mes oreilles, mais ce sont bien là les seuls points positifs de « Forged in Fury ».

La production d’Erik Rutan est à l’avenant car chaque instrument est parfaitement audible. Mais elle s’avère, au final, moins puissante que celle d’Andy Classen. Les musiciens sont au diapason. Pas grand-chose à reprocher à l’interprétation des compositions que renferme cet opus, le gros bémol venant du chant éructé d’un timbre monocorde, habituel pour les connaisseurs du groupe. Mais, en comparaison aux autres œuvres de Krisiun, il semblerait que l’organe vocal d’Alex Carmargo manque de profondeur et s’avère nettement moins agressif que par le passé.

Tout comme le dernier Skinless, « Forged in Fury » m’en touche une sans faire bouger l’autre. Ce disque trouvera certainement son public, toutes celles et ceux qui ont apprécié « The Great Execution » y trouveront certainement leur compte. Quant à ceux qui sont adeptes de l’adage « c’était mieux avant », il est peu probable que cette offrande vous laisse un souvenir impérissable. Krisiun fait du Krisiun, les Brésiliens savent, néanmoins, encore accoucher de bons morceaux de death-metal old-school, mais ne tiennent visiblement pas sur la longueur d’un long format. Heureusement, la scène est leur domaine de prédilection et, nul doute que le trio règlera le compte de tous ses détracteurs, au vu de ma chronique, je risque d’avoir mal, très mal.

9 Commentaires

7 J'aime

Partager

 
David_Bordg - 17 Septembre 2015: bonne chro de mon ami growler, je ne peux pas encore debattre avec toi, je ne l ai pas encore ecoute!!
eclectic - 09 Octobre 2015: Je pense qu'il faudra s'y habituer. Krisiun a décidé de poser son jeu, de ralentir un peu les temps pour développer davantage les strutures et les riffs. Et je dois dire que ça me convient parfaitement, j'avais mis 16 à la grande exécution, je mets 15 à celui-ci car il est un poil en dessous.
Fabien - 11 Octobre 2015:

J’aime bien ce nouvel album de Krisiun, plus convaincant à mes yeux que Southern Storm, et qui s’inscrit durablement sur ma platine. J’apprécie particulièrement le début d’album, avec de belles montées en puissance sur Scars of the Hatred, Ways of Barbarism, Dogma of Submission ou Timeless Starvation. Quant au bon Earth's Cremation, il aurait mérité une meilleure place que simple bonus sur l'édition digipack. Bien que Krisiun ait sensiblement ralenti la cadence, il n’en conserve pas moins le même visage, et m’impressionne avec les sacrées parties de batterie du talentueux Max Kolesne. Enfin, mention spéciale à la prod' agressive et équilibrée d'Erik Rutan, qui dote notamment la basse d'Alex Camargo du son si claquant d'Infernus. Fabien.

Metalder - 22 Novembre 2015: Un bon album de Krisiun, certe ils ralentissent la cadence, ça ne me dérange pas j'aime beaucoup! 16/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire