Feast

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Annihilator
Nom de l'album Feast
Type Album
Date de parution 26 Août 2013
Labels EMI Records
UDR
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album196

Tracklist

1.
 Deluxe edition features re-recordings of of the band's most well-known songs and a 3D cover.
 
2.
 Deadlock
 04:22
3.
 No Way out
 05:19
4.
 Smear Campaign
 04:15
5.
 No Surrender
 05:36
6.
 Wrapped
 03:46
7.
 Perfect Angel Eyes
 04:26
8.
 Demon Code
 06:22
9.
 Fight the World
 06:53

Durée totale : 40:59



DISC 2 - RE-KILL (DELUXE EDITION)
1.
 One Falls, Two Rise
 
2.
 Fun Palace
 
3.
 Alison Hell
 
4.
 King of the Kill
 
5.
 Never, Neverland
 
6.
 Set the World on Fire
 
7.
 W.T.Y.D.
 
8.
 No Zone
 
9.
 Bloodbath
 
10.
 21
 
11.
 Stonewall
 
12.
 Ultra Motion
 
13.
 Time Bomb
 
14.
 Refresh the Demon
 
15.
 Word Salad
 
16.
 Brain Dance
 

Chronique @ Eternalis

28 Août 2013

Feast or not to Feast, what is your choice ?

Alice en enfer. Ce jeune personnage de conte qui découvre à travers les pires horreurs de notre ère le monde adulte, sa folie, sa furie, sa sauvagerie malgré le flot de couleurs qui traversent le terrier dans lequel elle sombre inéluctablement.
Jeune fille principale d’histoires d’enfants parmi les plus glauques jamais écrites, aux niveaux de lecture multiples, a également été l’influence majeure de nombreux autres artistes puisque Lewis Caroll a touché de nombreuses cibles.

Annihilator fait office de pionner dans la musique Metal puisqu’il a en plus donné au personnage le nom de son premier album, justement intitulé "Alice in Hell". Fondateur d’un thrash Metal sortant des carcans américains du Big Four, le combo canadien de Jeff Waters créait déjà une musique plus mélodique, plus ambitieuse et dotée d’une richesse supplémentaire, notamment dans l’introduction d’arpèges originaux et de thèmes vocaux hérités de la musique classique. Never Neverland et King of the Kill ne firent que confirmer cet état de grâce mais les multiples changements de line-up (Waters aimant bien collaborer constamment avec de nouvelles têtes), le manque de liant entre certains albums firent qu’Annihilator resta souvent dans l’ombre de ses aïeuls, à tort considéré comme un second couteau.
Néanmoins, l’antre d’Alice ne s’arrêta jamais et c’est presque de manière providentielle que Jeff trouva l’homme qu’il cherchait depuis tant d’années : Dave Padden. Guitariste de talent doublé d’un vocaliste monstrueux, voilà désormais dix ans qu’ils travaillent ensemble et qu’Annihilator revient au plus haut niveau. Schizo Deluxe avait surpris par sa violence et sa tonalité très moderne, Metal avait alors déçu par son manque de créativité malgré une liste de guests affolante pendant que l’éponyme, voici trois ans, revenait à un thrash ultra vindicatif aux riffs monumentaux de technique et au chant arraché de Dave, qui marrie admirablement douceur et violence. Un album sur deux depuis All for You ? Qu’allait-il en être de Feast, arborant une Alice plus gore qu’elle ne l’a jamais été ?

Le constat est limpide après de nombreuses écoutes : Feast enterre de la tête et des épaules les albums de ces dix dernières années et s’avère le meilleur opus depuis Waking the Fury paru en 2002. Rythmiquement, Waters et Padden frappent très fort et vite puisque la vitesse d’exécution est toujours au centre des débats, alternée par une agressivité syncopée et d’intelligentes accalmies qui ne font que renforcer la puissance des phases rapides. Avec une nouvelle base rythmique basse/batterie, Waters a enrichi son répertoire pour livrer des parties acoustiques plus abouties que jamais et surtout un travail très important sur les ambiances, notamment vocales. Si Dave a prouvé depuis déjà quelques années qu’il était un incroyable chanteur polyvalent, il impressionne désormais dans chacun de ses registres (il est d’ailleurs, de l’aveu même de Jeff, le seul chanteur a assuré en live les parties lyriques d’"Alison Hell" et "The Fun Palace") et ose même chanter en clair sur l’intégralité d’un morceau que l’on pourrait considérer comme la première véritable ballade complète du groupe canadien ("Perfect Angel Eyes").

Les titres rapides ne manquent néanmoins jamais à l’appel puisque "Deadlock" est présent pour ouvrir le disque le plus furieusement possible. Un énorme riff rapide et sec fait office d’ouverture pour un premier tempo rapide sur lequel Dave chante d’abord avec stoïcisme et autorité avant de se montrer plus enfiévré et hargneux. La batterie de Mike Harshaw est saccadée et sèche au possible tandis que les soli s’enchaînent dans une virtuosité dont nous a habitué Jeff depuis tant d’années. Il est d’ailleurs l’un de ces rares guitaristes de son époque à ne pas avoir ramolli son jeu tout en ayant élargi sa palette d’expressions pour désormais pouvoir jouer sur de multiples tableaux.
Pour preuve, l’exceptionnel "No Surrender" au rythme clairement funk qui voit se mélanger une introduction presque lounge sur laquelle s’abat un riff à découper au hachoir, affreusement lourd et intensément énorme. On y retrouve d’ailleurs le côté plus moderne et sensiblement hardcore d’un titre comme "Plasma Zombies" (de Schizo Deluxe) mais couplé à cette ambiance funky mais également un pont apocalyptique et narratif faisant de cette composition un ovni musical extrêmement intéressant. Les titres déjà interprétés en live s’acclimatent parfaitement au style du groupe, notamment l’incisif "No Way out" aux phases solistes toujours aussi lunaires où Dave propose ce type de refrain semi-mélodique dont il a le secret. Il en va de même pour le lourd et impitoyable "Smear Campaign" qui ouvre les derniers concerts.

Ce n’est cependant pas tout, puisque Feast réserve d’autres surprises, entre justement "Perfect Angel Eyes", "Wrapped" et son refrain complètement allumé ou encore le génial "One Falls, Two Rise" de plus de huit minutes qui clôture de façon unique l’album. Débutant comme une ballade, Dave y chante initialement d’une voix très pure, symptomatique d’une prise de confiance encore plus grande, pour ensuite monter doucement en puissance. Un premier riff permet à l’intensité de monter, bien que le chant y soit toujours très mélodique (les mauvaises langues ne pourront s’empêcher d’utiliser le terme «emo»), avant qu’un second riff littéralement assassin ne vous cloue complètement à votre siège. La suite de la composition se veut sensiblement plus traditionnelle, bien que Waters se permettent de petites fantaisies guitaristiques inédites aux sonorités des plus intéressantes.
Si l’on ajoute à cet album déjà surpuissant un second disque des classiques ré-enregistrés avec le line-up actuel extrêmement bien fait (entendre "The Fun Palace", "King of the Kill", "Alison Hell" ou "Ultra Motion" avec la voix de Dave est un grand plaisir, de plus avec une production énorme) et un packaging sincèrement sublime (quel artwork !), Feast est l’album de la rentrée à ne surtout pas manquer pour les amateurs de Metal au sens très large. Et pour être toujours sous l’effet de leur dernier show, ils sont plus en forme que jamais. Feast or not to Feast, what is your choice ?

57 Commentaires

29 J'aime

Partager

Silent_Flight - 10 Juin 2014: Pour l'avoir écouté pas mal de fois, j'ai l'impression que Jeff Waters veut se faire passer pour un mec qui ne met pas de barrière à sa musique sauf que ce n'est pas toujours en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui (vous avez vu cette référence de ouf? haha) disons que le nom "Annihilator" n'a pas vraiment de sens sur cet album, on peut expérimenter tout en gardant une patte, un fil conducteur. C'est là qu'est à mes yeux, la magie d'un groupe qui n'a pas froid aux yeux.
swit35 - 23 Septembre 2014: je viens de rentrer ce disque et je le découvre en vous lisant... vous faites quand meme chier avec vos susceptibilités à la con !!! Merci à Eternalis pour sa chronique substantielle et argumentée. Comme ZEP, j'ai pris une grosse baffe avec Deadlock qui m'a fait directement penser à du Slayer... d'autres titres sont gaulés avec de gros relents Metallica et des intonations façon Hetfield.. là je me suis dit que Waters pouvait tout se permettre en matière de Thrash, il a le niveau pour tout imiter... et cet album est une démonstration, une de plus du canadien, un peu comme un cours magistral dispensé par un Professeur déblatérant les équations de Schrödinger, la théorie de la relativité d'Einstein et les principes ondulatoires de Louis de Broglie, sans avoir le dixième du génie de ses auteurs !!! Ce n'est pas l'album du siècle ni meme de la décennie pour Annihilator mais j'ai pris un bon plaisir à le découvrir.
MCGRE - 07 Novembre 2014: Ouai ben comme mon pote Breton cet album sans être l'ogive thrash de l'année passe quand même très bien , enfin moi j'aime et j'assume , maintenant Annihilator est la et pour un bout de temps et ça me satisfait pleinement .
mickael69 - 14 Mars 2015: Je connaissais juste le groupe de nom. Et oui c'est un super album pour tout fan ou amateur de thrash. Dès la 1ère écoute, j'ai eu un smiley sur mon visage.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire