Era One & Lesson in Magic 1

Liste des groupes Metal Industriel Samael Era One & Lesson in Magic 1
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Samael
Nom de l'album Era One & Lesson in Magic 1
Type Album
Date de parution 27 Janvier 2006
Labels Century Media
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album107

Tracklist

DISC 1
1. Era One 02:33
2. Universal Soul 04:19
3. Sound of Galaxies 04:21
4. Beyond 02:59
5. Night Ride 04:40
6. Diamond Drops 04:26
7. Home 01:36
8. Voyage 04:00
9. Above As Below 05:03
10. Koh-I-Noor 05:33
DISC 2
1. Connexion 04:28
2. Reading Mind 03:21
3. Red Unction 03:33
4. Flying High 04:04
5. Overcome 03:57
6. Inside Stairs 04:01
7. One with Everything 05:16
8. Silent Words 04:45
9. Wealth and Fortune 04:39
Total playing time 01:17:34

Chronique @ Matai

11 Décembre 2009
"Mais que nous ont-ils fait encore?"

Telle est la question que nous nous posons à chaque album de Samael. A chacune de leur composition, une nouvelle ambiance, un nouveau son et un nouveau concept apparaissent. Après le Black Metal bien cru de leur début, et leur Passage vers quelque chose de plus électronique, à quoi devons-nous donc nous attendre? La réponse sonne comme un oxymore...ce groupe de Black nous sort là un album purement électronique.
C'est réellement la dernière chose à laquelle on aurait pensé, et la découverte est assez surprenante. Je suis sûre que plus d'un auditeur s'est fait la remarque en écoutant le premier titre éponyme de "Era One" : rien que la mélodie au piano et les simples électroniques nous mettent sur la voix. Une intro ambiante peut-être? Râté. Ce titre est le reflet de l'album en lui-même. Dîtes adieu aux guitares et basses, vous n'en entendrez pas. Dîtes (re)bonjour aux claviers et samples qui alimentent cette composition.

Il faut savoir qu'il s'agit d'un double album, l'un se nommant "Era One", et l'autre "Lesson in Magic", album qui clot le contrat chez Century Media, après quelques problèmes chez le label. Samael a donc décidé de partir vers quelque chose de plus personnel, et très expérimental, tout en gardant les éléments qui font le charme de leur musique.

"Era One" nous fait entrer dans une ère nouvelle où froideur et électronique sont les maître mots. Le chant de Vorph est extrêmement envoutant et bien grave, chanté et non crié, pas agressif du tout mais parfois saccadé, se liant avec aisance aux claviers aux mille et un son. "Universal Soul" fonctionne un peu comme une introduction à la découverte d'un monde régit par les sciences et les mathématiques d'où les paroles très scientifiques et même philosophiques. Sur ce titre, l'électronique semble imiter le vrombissement des réacteurs tandis que la boîte à rythme, faisant office de batterie, est utilisée sans excès. "Sounds Of Galaxies" est totalement hypnotisant, le couplet est chanté et joué à l'infini, on est littéralement assomés par des claviers bien puissants et cosmiques, un chant assez incisif et limite robotique, et une boîte à rythme écrasante. Les effets donnent réellement l'impression de se trouver ailleurs que sur Terre.
Il est toujours possible de retomber sur notre chere planète, la preuve avec les titres "Beyond" et "Home", totalement instrumentaux et marqués par le mélange électro/musique orientale, d'où les percussions, et les instruments étrangers comme le didgeridoo. "Voyage" propose un tour du monde, ambiances arabisantes en prime, refrain accrocheur...pour le coup, Xy s'est vraiment transformé en sampler hors pair, et Vorph nous offre un chant clair, loin d'être grave ni faux, il est même très atmosphérique. Le titre de fin "Koh-I-Noor" sonne réellement comme une fin, planante à souhait, résolument électronique et magnifique, guidée par une seule phrase de Vorph, apportant un côté intimiste et mélancolique.

"Lesson in Magic", l'autre CD, nous montre que Samael excelle aussi bien dans l'instrumental. Pas de chant, juste de la musique, ambiante et froide. Ecrasante même, on est submergés par tous ces arrangements électroniques et ces claviers qui n'en font qu'à leur tête et nous plongent dans un abîme infini. "One with Everything" et "Silent Words" sont les plus cosmiques et pourraient bien être présents dans un film de SF tant ils sont sublimes. "Red Unction" est un retour vers les mondes orientaux, parsemés de bruitages très énigmatiques et de samples. Le dernier titre "Wealth and Fortune", est plutôt expérimental, les différents instruments arrivent petit à petit pour former un ensemble bien compact. Ca part un peu dans tous les sens, on ne sait plus du tout où on est, les sons sont trop nombreux. Très étrange.

Bon opus en somme, faîtes ce voyage intersidéral. Cet album ne dénature pas du tout l'identité de Samael, au contraire, même si on est loin de Ceremony of Opposites, ou même Passage, les éléments de base sont toujours présents : froideur, mystère et la petite pointe de philosophie. "Era One" pourrait être décrit comme étant l'ultime fin de "Reign of Light", son paroxysme...

3 Commentaires

9 J'aime

Partager
bojart - 11 Décembre 2009: pas mal ce Samael,j'ai préféré le Reign of Light pourtant.
Matai - 11 Décembre 2009: j'ai pas dit que c'était mieux que Reign of Light !!
jejehand - 01 Janvier 2010: J'ai découvert Samael avec cet album, autant vous dire que c'était la claque vu que mes goûts musicaux s'étendent à toutes sortes de musique électroniques, industrielles.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Eternalis

01 Juin 2009
L’appel des guitares, la puissance évocatrice des cordes, la noirceur d’un grain de cet instrument si particulier et indispensable…

Étrange, dès lors, pour un groupe de black métal aussi culte que Samael, de proposer un double album sans la moindre trace de guitare, de basse ou de batterie.
Le temps de "Worship Him" ou du grand "Ceremony of Opposites" est désormais bien loin, comme appartenant à une galaxie lointaine, mais néanmoins lié par une connexion psychique ou cosmique (représenté par la pochette ?).

Préférant l’appellation de projet annexe çà celui de véritable album, "Era One", divisé en deux parties bien distinctes, se veut finalement être la vision extrême du sixième opus "Reign of Light". Si ce dernier délaissait déjà de très nombreux éléments purement black pour se diriger vers un dark electro martial et pesant, "Era One" est son aboutissement artistique.
Initialement composé en 2003 (soit avant la sortie de "Reign of Light"), les problèmes liés à Century Media et le départ des Suisses chez Regain auront contribués au retard d’une sortie qui semble pourtant plus logique ainsi (du point de vue de l’évolution musicale).

Le premier disque distille une atmosphère électronique et glaciale sur laquelle le timbre si particulier et saccadé de Vorph. De l’ambiance intimiste au piano de "Era One" aux abysses emplis de ténèbres de "Koh-I-Noor", Samael effectue un voyages dans les profondeurs d’un minimalisme dérangeant mais superbement musical.
Mis en valeur par des textes ésotériques, mathématiques et sombres (les symboles parsemant le livret vont également dans cette dimension spatiale ritualiste), certains morceaux comme "Universal Soul" et sa musicalité mêlant nappes légères et grésillements malsains apportent réellement une nouvelle image d’un duo ayant eu l’inévitable envie de sortir des sentiers battus et stéréotypés.
"Sound of Galaxies" est, quand à lui, marqué par un refrain (peut-on appeler ça ainsi ?) se répétant indéfiniment dans une spirale hypnotique où Xy fait de véritables miracles.
"Home", ici, semble détenir une richesse spirituelle bouddhiste et sereine, tout en préservant cet aspect aliénant et répétitif (endoctrinement religieux ?) si typique du black métal, avant "Voyage", laissant un Vorph expérimenter au maximum en chant clair, plus proche de la narration que du chant.

Quand à "Lesson in Magic", dépourvu de ce seul élément de repère qu’est le chant, il nous laisse planer dans les ténèbres tout au long de ses neuf titres, sans jamais ressembler à d’autres groupes d’ambiant comme Vega ou Darkspace.
En faire ressortir une piste en particulier devient presque impossible, notre esprit étant condamné à errer dans les tréfonds d’un disque où le minimalisme ambiant trouve sa source la plus pure (écouter le superbe "Reading Mind" ou "Flying High" basé sur le même schéma narratif).
Se perdant parfois dans les méandres de la musique filmique ("Overcome") ou extrêmement expérimentale et difficile d’accès ("Wealth and Fortune"), ce projet annexe a le mérite de proposer une vision complètement différente des suisses sans pour autant complètement les dénaturer.

Une expérience à tenter, pour ceux qui n’ont véritablement pas peur de vivre une musique qui se veut plus subliminale qu’active…Samael est grand, et ce, a tous les points de vue !

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
Matai - 01 Octobre 2009: Très très bonne chronique !
Etant fan de Samael, j'avais acheté l'album à sa sortie, sans savoir ce qu'ils allaient nous livrer. Je m'attendais à du métal...et quelle surprise, pas du tout ! Donc je crois que sur coup là, le groupe gagne un point. Il faut savoir surprendre ses fans.
rickycosy - 06 Avril 2011: ayant découvert Samael il y a peu, je trouve que ce era one ressemble assez a ce que faisaient "Tangerine Dream" ou "Kraftwerk" dans les années 70 c'est-à-dire de la zique électronique (surtout le deuxième cd). Pourtant les Helvètes ont beaucoup modernisé le style avec cet album et franchement le résultat est assez surprenant !!!
Quel sera le style du prochain "Lux Mundi" qui doit paraitre fin de ce mois d'avril 2011 ????
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Nekrosmos

28 Juillet 2006
Era One est un projet créé par deux génies : Vorphalack et Xytraguptor (Vorph et Xy, c'est plus simple), les fondateurs du mythique Samael.
Le boîtier comporte deux CDs : Era One, l'album à proprement parler, ainsi qu'un CD de 9 morceaux de pure electro ambiant, Lesson in Magic.

Bien que Era One change relativement peu par rapport à ce que l'on connaît de Samael, cela n'en reste pas moins un projet bien à part : on retrouve certes le chant si particulier de Vorph, mais les guitares sont ici très effacées, voire absentes ; c'est un album très axé electro, beaucoup moins "metal", avec même sur certains morceaux une touche presque (j'ai bien dit presque) "techno" ("Song of Galaxies" par exemple). Mais qu'on se rassure, on retrouve parfaitement la patte inimitable du duo. Le morceau éponyme, qui sert d'intro, nous met tout de suite dans le bain : un piano + des samples = une ambiance typiquement "Samaelienne", avec toujours en plus ce côté oriental amorcé sur Reign of Light, et le refrain de morceaux comme "Song of Galaxies" ou "Voyage" (entièrement en chant clair) risque de résonner dans votre tête pendant un moment (c'est bon signe). Idem pour les paroles, toujours aussi "ésotériques", et qui peuvent inviter à la reflexion.
Cependant, l'atmosphère est beaucoup plus posée que par le passé, et certains morceaux sont même planants (comme "Beyond", uniquement aux percussions et au dijeridu). Mais elle reste assez proche de Reign of Light, voire même de Eternal (grâce à certains samples vraiment "cosmiques").

Certes moins fouillé qu'un album de Samael, moins puissant aussi, Era One n'en demeure pas moins une très bonne oeuvre qui vous emenera au fin fond du cosmos, grâce à ses ambiances particulières qui font de Samael ce groupe si unique…

Le second CD quand à lui, est un recueil de 9 morceaux d'ambiant, uniquement composés de percussions et de samples, savamment dosés pour n'être ni trop envahissants, ni trop effacés. Ici aussi, pour peu que l'on soit dans de bonnes conditions, on s'envole loin, très loin ; des espaces glacés de notre galaxie ("Inside Stairs", "One with everything") aux contrées orientales les plus lointaines ("Red Unction", "Overcome"), autant dire que vous n'êtes pas prêts de redescendre sur terre !!

Era One & Lesson in Magic est donc un excellent CD d'electro, aux ambiances riches et puissantes. Mais ceux qui s'attendaient à un autre album de Samael risquent d'être déçus, car la musique d'Era One en quelque peu différente…
A vous de voir !

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire