Worship Him

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Samael
Nom de l'album Worship Him
Type Album
Date de parution 01 Avril 1991
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album234

Tracklist

Re-Issue in 2005 by Century Media
1.
 Sleep of Death
 03:44
2.
 Worship Him
 06:30
3.
 Knowledge of the Ancient Kingdom
 05:05
4.
 Morbid Metal
 04:55
5.
 Rite of Cthulhu
 02:02
6.
 The Black Face
 03:30
7.
 Into the Pentagram
 06:47
8.
 Messengers of the Light
 02:42
9.
 Last Benediction
 01:23
10.
 The Dark
 04:29

Durée totale : 41:07


Chronique @ Fabien

09 Janvier 2008
Alors que l’on croyait le blackmetal d’Under the Sign of the Black Mark (Bathory) définitivement enterré, gommé par la suprématie insolente du deathmetal de 1988 à 1990, Samael ravive pourtant la flamme du mouvement, grâce à son album Worship Him en 1991. Le trio helvète se forme en 1987 et après plusieurs démos, décroche un contrat avec le jeune label Osmose Productions, qui réalise alors sa toute première signature. Enregistré au Taurus Studio en mars 1990, le premier disque de la formation sort ainsi tardivement, au mois d’avril de l’année suivante.

D’inspiration Bathory et Celtic Frost évidente, Worship Him distille un blackmetal middle tempo relativement primaire, servant ses paroles sataniques, à l’image de son titre pour le moins évocateur. Dès l’ouverture de Sleep Of Death, Samael dégage une ambiance occulte et oppressante, qui ne faiblit pas tout au long de l’album, renforcée par les vocaux très noirs de Vorphalack.

Depuis l’obscur Morbid Metal jusqu’au mystique (et désormais classique) Into The Pentagram, en passant par l'instrumental Rite Of Chluthu, le black minimaliste de Samael s’avère ainsi convaincant, sans chambouler toutefois l’ordre établi par le standard Under the Sign of the Black Mark, quatre années auparavant. Parfois même poussif et un brin répétitif, Worship Him séduit en revanche par la noirceur et la lourdeur de ses atmosphères.

Manifeste de magie noire et témoignage d’une véritable vénération au malin, Worship Him représente ainsi le retour du black que beaucoup d’âmes sombres attendaient, imposant son art noir et cru, et s’opposant fièrement au règne du deathmetal, que l’on croyait pourtant indétrônable. Véritable détonateur de la scène désormais baptisée revival black, Samael rouvre ainsi les portes aux côtés de formations telle que Beherit, Immortal ou Darkthrone, qui scelleront définitivement l'essence pure et underground du style, aujourd’hui incontournable.

Fabien.

4 Commentaires

14 J'aime

Partager
eulmatt - 11 Janvier 2008: Je réitère mon com', je ne suis pas sûr que tu aies eu le temps de le voir hier...
Je trouve que juste qu'à Ceremony Of The Opposites Samael a pondu des albums cultes, en perpétuant l'héritage de Celtic Frost au niveau du métal le plus sombre, et en faisant le lien avec la scène black renaissante.
Pour le reste de sa discographie, Samael reste de toute façon au-dessus du lot.
Wyndorel - 08 Avril 2009: De ce que j'ai pu en écouter, je préfère toutefois le suivant dont la personnalité est plus marquée, selon moi, et qui possède des atmosphères sombres plus fines et profondes que celui-ci, sans en perdre cette âme brute et exemplaire d'authenticité et de sincérité. Néanmoins ce côté cru me plaît tout à fait.

Par contre pour ma part la discographie du groupe s'arrête là, le suivant (Ceremony) ne m'ayant pas convaincu et le reste ne me convenant pas.
Scylla69 - 30 Mai 2010: L'album vraiment Black Metal de Samaël, qui inspira entre autre, le génialissime A Blaze In The Northern Sky d'un certain Darkthrone, quelqu'un connait?!!
Malgré des compos archi basique, tout l'album parrait comme envouté par une odeur de souffre comme aiment tant décrire les fans de Black et force est de reconnaitre que c'est plus que vrai pour cet album. L'instru "Last Benediction" est carrément simpliste mais occulte à souhait et je n'ai malheureusement jamais réecouter d'album avec une aura aussi satanique que celui ci !
ANDRAS - 11 Octobre 2013: Bonne chronique, merci. sleep of death et into the pentagram sont de grosses tueries. Je profite pour demander : est-ce que quelqu'un peut me dire où trouver des musiques instrumentales du même genre que "last benediction", svp? Merci beaucoup.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Paganwinter

26 Janvier 2010
En 1991, quelques mois ou semaines, voir peut-être un année pleine, avant l'avénement de la seconde vague Black Metal, plus particulièrement en Norvége, Samael faisait alors parler de lui en réscussitant le mythe du black Metal, dénomination d'origine, innitiée quelques années plus tôt par les légendaires suédois de Bathory, et avec de grosses influences de leurs compatriotes de Celtic Frost. Tout ce passe donc, en Valais, à un quinzaine de bornes de chez moi, ou Vorphalak et 2 amis, la petite vingtaine, se mettent dans l'esprit d'occulter un peu les esprits tourmentés de l'Underground en replongeant l'auditeur dans les frasques sataniques du genre de Bathory, Under the Sign Of The Black Mark, et franchement, le style est très proche. On dit, aujourd'hui, que Samael, avec ce Worship Him, aurait influencé Euronymous, qui aurait, lui, donner l'envie, toujours avec ce Worship Him, à Fenriz et Nocturno Culto de Darkthrone à faire du Black Metal, style que l'on connaît amplement de nos jours.

Concernant donc ce Worship Him, que dire alors si ce n'est que l'ensembe musical est fortement minimaliste et que la réussite de l'époque réside dans le fait que le concept est particulier et que l'ambiance qui s'en dégage est particulièrment malsaine, chose passablement rare à l'époque. En fait, le Black et ses débuts font une sérieuse ombre au Death Metal, qui avait alors clairement le monopole en matière de musique extrème. Comme je l'ai dit, l'influence des jeunes membres de Samael est donc la première et très minimaliste trilogie de Bathory, mais en incluant un coté Celtic Frost, voir même Venom, très particulier. Worship Him, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ne bénéficie pas d'un son cradingue, mais d'un son plutôt bon, héritage de Celtic Frost. La basse est plutôt présente et l'ensemble est assez grave, lourd. Basée sur des rythmiques fort simples mais accrocheuses, la musique de Samael souffre tout de même du syndrome du répétitif. L'album original propose 10 pistes, qui mis à part une interméde au clavier, sont quasiment tous de la même étoffe, changement de rythme mis à part. Lourdeur et simplicité pour un résultat digne de l'Underground que l'on connaît que trop bien. J'ai apprécier par ailleurs la sonorité de la batterie, des fûts, très bien mis en avant, sans qui, la musique ne serait pas aussi saisissante. Les vocaux, quant à eux sont novateurs et excellents. Ecouté plutôt les vociférées d'Abbath sur le premier album d'Immortal, pour comprendre d'ou vient l'inspiration. Plus propre que les vocaux de Quorthon, plus malsain que ceux de Celtic Frost, le juste milieu en fait. Des vocaux qui vont marquer à tout jamais l'univers du Black Metal.

Que dire de plus, si ce n'est que Worship Him est un vieux classique, qui marchait fort en 1991, mais qu'aujourd'hui, tout ça à l'air bien dérisoire. Je respecte ce genre d'album précursseur, mais je ne cours pas non plus après. Disons simplement qu'il s'agit là d'un pilier de discographie, un monument de collection. A noter que l'album rééditer sur Century Media propose en plus des 10 morceaux d'origine de la version Osmose Productions, une cover de Venom, Manitou, et huit titres en Live. Pas indispensables, mais certains fans en seront ravis.

Quoique l'on puisse dire aujourd'hui du mythique groupe valaisan de Samael, ceux-ci ont toujours été à la pointe du progrès. Rarement l'évolution sur l'ensemble d'une carrière n'a été aussi fulgurante, en bien ou en mal. Les inspirations sont diverses et variées, en passant par ces premiers méfaits black Metal, par le mythique Passage, par les modernes Solar Soul et Rain Of Light et l'avangardiste dernier album en date. Samael est indéniablement un grand groupe.

Paganwinter

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire