Demolition

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Judas Priest
Nom de l'album Demolition
Type Album
Date de parution 31 Juillet 2001
Labels Steamhammer
Style MusicalHeavy Speed
Membres possèdant cet album325

Tracklist

1.
 Machine Man
 05:35
3.
 Hell Is Home
 06:18
4.
 Jekyll and Hyde
 03:20
5.
 Close to You
 04:28
6.
 Devil Digger
 04:46
7.
 Bloodsuckers
 06:18
8.
 In Between
 05:41
9.
 Feed on Me
 05:29
10.
 Subterfuge
 05:13
11.
 Lost and Found
 04:57
12.
 Cyberface
 06:46
13.
 Metal Messiah
 05:13

Durée totale : 01:10:49


Chronique @ mattpriest

14 Juin 2008
Le problème qu’on eu certaines formations vers le début des années 90 aura été le fait de changer de chanteur. Iron Maiden, Judas Priest entre autre ont eu cette petite pointe de malchance (pour le groupe), et d’autres ont eu plus de mal à rebondir, c’est le cas des Metal Gods, qui reviennent avec un deuxième opus avec Ripper Owens, découvert avec Jugulator !

Est-ce que le groupe à réussi à faire l’entente avec la voie de ce chanteur plutôt talentueux, et sa musique atypique ? Voyons voir ça !

A l’instar d’un Defenders of the Faith où on avait droit à un son différent et mécanique, ici on à également le droit d’entendre un son différent, plus électronique du genre cyber espace, surtout les guitares et par moments le chant ! C’est un aspect qui surprend mais qui n’est pas trop désagréable à entendre. Et on commence pourtant bien ce nouvel album, avec une petite intro à la batterie sur « Machine Man » qui n’est pas sans rappeler « Painkiller », mais avec moins de puissance malheureusement. De bons riffs rapides et précis reviennent enfin hanter vos esprits. Mais la joie est de courte durée car quelques morceaux plus tard il y a une grosse baisse de régime, avec les effets électroniques cyber beaucoup plus présent, et qui agresse un peu. La voie est mieux maitrisé je dois dire, avec moins de cries suraigües du genre rob Halford qui, avec ripper Owens, sont difficile à avaler. Ils sont cette fois-ci placés aux bons endroit, avec pour suivre des petits solos dont on a l’habitude. Il y a un certain retour en arrière mais c’est quand même la ligne continue à Jugulator et même si cet opus semble meilleur, il n’en est pas moins très lancinant et endormant. Les effets sont trop présents, pour pallier, semble-t-il, le manque d’inspiration. Il n’y a plus de morceaux rapides, à part deux au début. Là c’est plus langoureux, et on le constate avec « Close to you » et « Lost and Found » qui sont acoustiques. On peut entendre des riffs plus puissants dans le son grave, mais les solos ne sont pas assez nombreux, c’est pour ça que l’on s’ennuie un peu vers la moitié de l’album ! Dès qu’on arrive à « Bloodsuckers » on sent beaucoup plus cette baisse de régime, et après la musique s’en ressent, avec des morceaux plus électroniques, moins puissants, même si la batterie reste égale à elle-même : maitrisées, des parties techniques et à la double très belles. On ne retrouve pas beaucoup d’aspect positifs, mais malgré tout plus que sur le précédent opus.

Les quelques aspects positifs sont que la batterie est toujours belle, la voie est mieux maitrisée, les effets du début plutôt bon, avec un retour à des petits solos dans les couplets, mais ça en reste là. Malheureusement les morceaux reste assez longs, et la deuxième partie de l’album n’est pas aussi entrainante que la première, où les morceaux restent plutôt facilement dans la tête ainsi que les quelques mélodies. On s’attarde assez vite sur les paroles, parfois plus engagés comme sur « Cyberface », écrit par Travis et Tipton.

A la sortie de cet album on ne s’avait pas ce qu’allait devenir ripper Owens, maintenant on se dit qu’il y a eu des pistes explorée, mais ce deuxième opus produit par Glenn Tipton, qui est très présent dans l’écriture de cet album, reste bien faible par rapport à ce que l’on à connu.
L’édition limité avec un sticker, un médiator et deux titres bonus à fait plaisir aux fans (et à moi), mais cet opus semble plus destiné aux nouveaux fans, car la musique semble plus abordable (malheureusement) pour ceux qui ne connaissent pas les débuts du groupe.

Un petit égarement, encore une fois !

4 Commentaires

3 J'aime

Partager
Yann.77 - 27 Décembre 2009: j'aime bien cet album, plus varié que "jugulator", mais peut-être un poil trop long....
metalhertz - 22 Mars 2010: Franchement ce disque, il est terrible, je trouve que ces un des meilleurs albums du Priest...
Seleucos - 08 Juin 2010: Je préfèr elargement Jugulator, qui restait, malgrès le son gras et la voie, dans l'esprit sans concession et puissant de Priest. Demolition est trop metal americain classique et sans surprises, très bof selon moi. Seul Lost and Found mérite son pesant d'or, et quel pesant, une chanson sublime très Priestienne celle la, la seule a vrai dire.
 
davidov - 21 Décembre 2013: j'aime beaucoup cet album aussi :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire