Deathcrush

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Mayhem (NOR)
Nom de l'album Deathcrush
Type Demo
Date de parution 16 Août 1987
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album452

Tracklist

Re-Issue in 1993 by Deathlike Silence. Re-Issue in 2003 by Vinyl Maniac Records. Re-Issue in 2006 by Back on Black.
1.
 Silvester Anfang
 01:56
2.
 Deathcrush
 03:33
3.
 Chainsaw Gutsfuck
 03:32
4.
 Witching Hour (Venom Cover)
 01:49
5.
 Necrolust
 03:37
6.
 (Weird) Manheim
 00:48
7.
 Pure Fucking Armageddon
 02:09
8.
 Outro
 01:09

Durée totale : 18:33


Chronique @ ArchEvil

11 Mars 2008
- Putain, qu’est ce qu’il fout, Arch ? Y a une chronique à faire là…
- Il est aux chiottes, je crois.

- Ah, le voilà... mais… Râh ! C’est quoi ça, c’est répugnant !
- Et bien vois-tu, mon cher, je tenais à débuter mon descriptif par le biais d’un petit clin d’œil sur mon œuvre fécale.
- Ah, parce que tu lui as donné un nom en plus.
- Oui, Cervelle d’Uruk-Hai Lobotomisée sous Tas d’Excréments.
- Très subtil. Mais il vaudrait mieux raccourcir pour que tes lecteurs s’en souviennent.
- C’est déjà fait : CULTE
- Super cool. Mais et le rapport avec ta chronique ?

Ben… Deathcrush est culte. Culte comme ta mère en string-asperge assise sur un vieux joystick ATARI buvant du tord boyau, culte comme ton père torturant des pucerons dans un urinoir public en chiquant des préservatifs au roquefort.
Deathcrush est culte car il fut le fruit du rectum du chevelu norvégien le plus ambitieux de cette fin du millénaire et l’une des multiples racines secondaires formant la sève qui fera grandir l’arbre noir d’un genre tout entier, j’ai nommé le Black Metal.
Ceci dit, le milieu est encore jeune et étant lié de près ou de loin aux formations adultes des quatre coins du globe telles Hellhammer, Sarcofago, Vulcano tout aussi cultes ( sauf que le terme les concernant n’ayant aucun rapport avec cette bouillie qui commence à sentir ), Deathcrush sonne encore très différemment de ses successeurs . Un gros thrash en guenilles et con comme ses pieds + un proto-black chétif et maladroit + un pelage de sanglier sénile et incontinent.
Deathcrush est culte et Deathcrush est nul. Tellement nul qu’un développement analytique en serait trop luxueux pour décrire cette erreur de jeunesse. Mais histoire de ne pas vous quitter sur ces quelques mots méchants, j’ai donc préféré, chers amis, vous faire profiter d’un document historique inédit : la reconstitution de l’enregistrement du disque par votre serviteur. Jules ! Ferme les services et ouvre le pendrillon, un petit sac se trouve en dessous de votre siège au cas où l’envie de remettre se pointerait.

Il est 22 heures à Oslo et dans une petite habitation banlieusarde, on s’active. Ils sont quatre, ils sont musiciens, jeunes et fougueux et ils aiment Satan. Ils s’appellent Maniac, Necrobutcher ( alias Necro ), Manheim et Euronymous ( alias Euro ), le grand et fort, le guide de l’inspiration, la pasteur autoproclamé du grand cornu. Tel un cortège martial, la troupe s’avance d’un pas de majorette. Les caisses de fanfare sont épaulées en lanières et la progression commence tandis qu’un ou deux jolis minois vient charmer le public.

Necro : Balèze l’intro de Conrad Schnitzler. Mais on va pas l’utiliser pour nous…
Euro : Si justement. Il faut une introduction funeste pour approcher l’auditeur des portes de l’enfer. On fera avec celle-là, j’en ai pas trouvé d’autres.
Necro : On aurait pu en faire une nous-mêmes…
Euro : Ouais, si l’autre simplet de Manheim savait ce que rester en rythme signifie.
Manheim : Putain, tu fais chier, tu voulais un gars qui frappe comme un possédé. J’suis là pour ça pas pour faire mumuse avec la peau de ma caisse claire.
Euro : Et y a intérêt à ce que tu assures.
- Il se lève de son siège rouge écarlate –
Euro : Nous sommes là ce soir pour enregistrer la mort. Mon projet était d’élaborer la musique du démon dans toute sa pureté misanthropique et montrer que nous sommes l’incarnation même du malin, bien que j’en doute fort concernant l’un d’entre nous ( il jette un regard à Manheim qui lui tire la langue en réponse ). Nous sommes l’élite, le mal, la haine, l’antéchrist et Jean Paul pue du cul. Aussi nous commencerons sur le morceau titre de Deathcrush, par un riff que j’ai inventé en retournant le fumier du père Alphonse.
Necro : Parce que t’as bossé dans une ferme ? Spa truuue !
Euro : Fallait bien avoir de quoi acheter le multipiste d’occaz pour nous enregistrer. Y en a aucun qui serait assez intègre pour le faire. Bon, il arrive Maniac ?
Necro : Il m’a sonné d’une cabine. Il sort de chez l’Teub, le bar du coin. Il dit qu’il a un rhume… et il a l’air bien bourré aussi.
Euro : Bien ! Vous devriez prendre exemple sur lui. Ca, c’est un vrai taré, vous allez voir ce qu’il a dans le ventre.
Manheim : Ben… de la bière, quoi d’autre ?
Euro : … ouais, toi t’as rien nulle part ! Ah, le voilà.
- Maniac arrive en titubant, s’accroche à l’étagère, fait une courte valse et trébuche au beau milieu de la collection de bouteilles d’Euronymous. –
Euro : Mes bouteilles ! Espèce de vieux juif ! Chiure de nonne !
Maniac ( se relevant péniblement ) : Argh… Heuah ! Zalut Oysti ! Pitain, tu chantes bien tu zais ! … Houps… mzerde, je zaigne.
Euro : Tu t’es ouvert la lèvre, ducon. Mais tant mieux, ça fera plus d’effet. Et appelle-moi Euronymous, compris ? Allez, on a assez perdu de temps comme ça. Tout le monde en place, on commence.

-- Après quelques jours de travail, à l’écoute du produit fini –

Necro : … mouais
Manheim : Euh…
Maniac : Hips !
Euro : … quoi ??
Necro : Ben, sans vouloir te vexer, c’est un peu la teuhon là…
Euro : Tu es peut être trop trenddy pour apprécier . La preuve : On ne t’entend même pas.
Necro : Peut être que si Maniac n’avait pas vomi sur le mutlipiste, on m’aurait entendu.
Euro : Ca, ça a donné de l’effet. Hé, Maniac sait y faire…
Necro : Moui. En tout cas, ton riff est vraiment inspiré. Ca sent vraiment le fumier à Alphonse.
Euro : C’est quoi cette métaphore ? Une critique puérile encore ?
Necro : Tu l’aurais composé dans les Fjords, ça aurait été mieux sans doute.
Euro : Si Maniac ne s’était pas bêtement marré en braillant avant le blast, tu n’aurais rien dit. J’lui avait dit de hurler comme si il sodomisait une bonne sœur aux seins tranchés !
Maniac : Zoub… Ouais mais za m’a fait penser à une planche à voiles, z’pour ça que j’riais.
Euro : Fais le malin mais avec ton rhume, ça ne s’est pas amélioré. Une vache aurait fait mieux.
Necro : En même temps, t’aurais pas dû lui filer le cochon d’Inde de ta petite sœur, j’ai l’impression qu’il a vraiment joui en le prenant par derrière au début de Chainsaw
Euro : Comme si sodomiser un animal pouvait gâcher l’œuvre.
Necro : Mais ta sœur s’est ramenée et elle a balancé la cage dans sa gueule quand elle a vu la bête morte. L’ennui c’est que c’est Manheim qui se l’est prise.
Euro : La douleur est un très bon vecteur d’énergie malsaine.
Necro : Ouais mais vu comment il était stone après… ça s’entend en plus, on dirait qu’il vient de se faire attaquer par la thrombose.
Euro : Il n’avait qu’à arrêter ! J’aurais trouvé une vraie élite à la place.
Manheim : Si tu ne m’avais pas menacé de donner mon hamster à Maniac, j’aurais arrêté !
Necro : C’était quand même gros, entre Deathcrush et Chainsaw Gutsfuck enregistré le même jour dans ce bordel et le reste par après, on voit la différence.
Euro : Ah ! Un peu de lucidité chez toi ?
Necro : Je veux dire par là que Maniac a beau être plus ou moins à jeun, le fait que sa mère lui supprime son argent de poche n’a pas arrangé grand chose.
Euro : Je rêve… Je collabore avec des bien-pensants… Il a pu transmettre toute sa haine et c’est tout ce que tu trouves à dire ?
Necro : Je dis pas, mais là il ne manque que le hochet et le biberon. Et je sais pas si un moutard nourri au whisky frelaté fera assez true pour nos auditeurs.
Euro : Je vois… Il n’y a que moi qui ai fait du bon travail, quoi. C’est normal.
Necro : Ouais bon, tu sais tenir une guitare, c’est vrai. Mais fais gaffe avec ton vibrato, je crois que tu y as emmêlé tes chaînes sur Witching Hour.
Euro : Euh… Vibrato (kézako) ? Hum… tu ne connais pas la définition de chaos sonore dirait-on.
Necro : Oh pour ça oui et Manheim est son plus digne représentant ici, je trouve. Qu’est ce qui t’es arrivé à la fin de Necrolust ?
Manheim : Ben euh… y avait des mouches et euh…
Euro : … et tu espérais faire un fly-kill-combo avec tes baguettes, n’en rajoute pas !
- Euronymous s’affale dans son siège –
Euro : Et si on parlait de Pure Fucking Armageddon ?
Necro : Quand tu t’es énervé ? Ah oui, c’était violent !
Manheim : Ouais il m’a écrasé sa gratte sur le pied avant de botter le cul à Maniac.
Necro : C’est pour ça qu’on n’entend pas le kick sur le blast ?
Manheim : Ben oui. Et comme il a dit, j’ai essayé de faire passer la douleur dans la musique.
Necro : Ca s’entend… Les métatarses broyés, Manheim est brouillé. Laisse tomber, humour. Et pour Maniac ?
Euro : Il me lâche « J’en ai marre, je veux mon whisky ! ». Je l'ai forcé à obéir simplement. Je visais bien le point rectal pour que ça remonte bien depuis le ventre.
Necro : Vu les soubresauts, ça me fait penser à un jouet pour animal de compagnie. A vue d’oreille, je dirais un cochon en caoutchouc qui fait groin groin.
- Maniac sort de sa léthargie –
Maniac : Et me shooter dans le derrière chaque seconde, za t’empêche de jouer comme il faut donc la ramène pas.
Necro : C’est vrai, reconnais que ce final ressemble à l’orgasme d’un vieux bouc malade…
Maniac : Zénial ! Hip… Une chanzon animalière.
Necro : Ca doit être ça la source de l’essence bestiale de l’objet. Je commence à comprendre. Euro, je suis moins trendy maintenant.
- Euronymous, excédé, se lève furibond –
Euro : Vous savez quoi ? J’en ai ras le crucifix inversé de vos sottises de trends tout comme d’entendre parler de cette niaiserie de Deathcrush. Ok, c’est de ma faute, j’aurais pas du collaborer avec des morveux. Mais je ne vais pas m’arrêter là, mon projet est bien plus vaste que ça ! Bientôt, le nom de Mayhem sera craint aux quatre coins de la Norvège, croyez moi !
- Necrobutcher se lève à son tour calmement –
Necro : Ecoute Oystien… euh… pardon Euro, j’ai plus ou moins saisi là ou tu veux en venir et je sais que tu est le seul à pouvoir y arriver. Mais peut-être qu’avec une démarche plus personnelle ça irait mieux, non ?
Euro : Mmmh… Ta phrase est la plus sensée depuis le début du projet. J’y réfléchirais. En attendant, Maniac va se barrer et apprendre à se comporter dignement.
Maniac : Eeeh mais !
Euro : Discute pas, okay ? … Tandis que l’autre petit résidu incapable, il peut rentrer chez sa môman, faire des doudouces à son hamster et trembler en entendant mon nom !
- A son tour, Manheim se lève hystérique et hurle de sa voix fluette –
Manheim : Ouais et bien je m’en fous d’abord ! Et puis toi t’iras jamais nulle part, t’es trop nul !
Euro : Je devrais te torturer sur le champ mais je te laisse partir, tu réentendras parler de Mayhem, mais pas à ton avantage petit. Maintenant casse toi !
- Manheim s’en va d’un pas ferme, suivi de Maniac qui trébuche dans l’escalier –

C’est sur cette chute que le rideau se ferme laissant les deux compères à leur besogne. La suite de l’histoire ? Comme toute fin de n’importe quel nanard, le méchant Euronymous devrait se languir dans la nullité et son incompétence, tandis que le gentil Manheim danserait avec sa bestiole en chantant : C’est bien fait, nananèreuh ! Il n’en est rien.

Ce petit texte décrit par mots ce que Deathcrush signifie musicalement : Très mauvais, honteux, excrémentiel, ridicule, infirme, galeux, pitoyable, presque second degré… Ce qu’il ne dit pas ( et qu’il semble même renier ), c’est que le méchant Euronymous pondra sept ans plus tard autour de multiples tribulations ce que beaucoup considèrent encore aujourd’hui comme le plus grand album de black metal jamais paru. Et à l’écoute de ce De Mysteriis Dom Sathanas, force est de constater que cette ovation lui est d’un point de vue ou d’un autre fort méritée. Je dois vous l’avouer, chers amis, à cette époque, je n’écoutais pas encore de metal, j’étais un enfant. Et j’ai beau n’avoir jamais été un grand fan de Mayhem, si je me permet de cracher sur la catastrophe auditive ci présente, je me sens mal placé pour juger un personnage qui a, en réalité, tant fait pour la scène black metal. Une Norvège tant médiatisée par les actes et le folklore d’individus en mal de sensations mais aussi pays natal d’un jeune garçon qui tailla une fameuse pierre pour un genre tout entier. Et si Mayhem n’a pas tout inventé, il a été un pionnier de la seconde vague du black metal, la représentation même d’un chaos spirituel et d’une cause à laquelle Oystien Aarseth de son nom s’est dévoué, un nom dont la fascination du public n’a eu d’égal que le nombre de controverses et légendes urbaines à son égard et l’état de délabrement d’un milieu dans lequel Oystien perdit la vie. Un milieu qui aura d’ailleurs fait les titres et conquis l’esprit puéril de jeunes en crises trouvant en lui un semblant d’identité destiné à une certaine reconnaissance sociale ou à pallier un manque de sensationnel, mais peu importe.
Ainsi, je voudrais rajouter une raison au statut culte de Deathcrush, c’est qu’il fut avec Pure Fucking Armageddon ( que je n’ai jamais écouté et je m’en passerais, merci ) les premières fresques de ce qui reste aujourd’hui un mythe. Et ça, je ne pouvais pas le négliger.

- Ouais, ouais, ouais. Stop, sérieusement, ta chronique, c’est du foutage de gueule, mon vieux. C’est absurde, même pas drôle, une catastrophe littéraire. Et c’est pour introduire ton pavé maladroit que tu nous amène ce truc qui pue ? Mais qu’est ce que tu voulais faire au juste ?

- Je ne sais pas quoi te dire sinon ceci :


Nous avons tous fait des erreurs de jeunesse…


128 Commentaires

31 J'aime

Partager

ArchEvil - 13 Janvier 2012: Précisons bien dans ce cas : Je ne parlais pas de Oystien, mais bien de la chronique qui semble renier au premier abord le fait que Mayhem ait été important pour cette scène ( certains commentaires donnent raison à cette phrase, si ils n'ont pas été effacés )
MyLilith - 24 Mars 2012: Dzl, j'aime pas la chro.
Soli - 20 Juillet 2012: Pourtant moi j'aime bien cette petite merveille, on entend certes pas beaucoup les accords mais ça reste primitif et puissant pour cette époque du Black Metal.
Ta chronique m'a cependant bien fait rire, c'est une critique que je respecte tout à fait. Néanmoins je ne suis pas d'accord sur la manière d'apprécier Deathcrush, indiscutable.
16/20.
Fyrnael - 28 Avril 2018:

Chronique hilarante, merci! Cependant, après écoute, je ne pourrais pas être aussi dur que toi, vu l'énorme bouse (foutage de gueule volontaire?) qu'a été Total Fucking Darkness. Pour moi il s'agit juste d'un album de death-trash peu original et plutôt médiocre, un genre de mauvais mélange entre Morbid Vision et Pleasure To Kill. La moyenne est tout juste justifiée.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Allecannibal

18 Mai 2008
Amis de la poésie, de la légèreté et de la joie de vivre…au revoir car cet album n’est pas fait pour vous.

Après une démo on ne peut plus crasseuse et brutale, Mayhem nous a envoyé ce qui est sans doute un des meilleurs enregistrements de leur carrière (ça date un peu certes, mais ça vaut le coup de se retourner dessus). Bon c’est sûr, c’est du vieux black, donc ça sent le macchabée, le vomi et la sueur, mais honnêtement, un peu de bestialité dans ce monde où le black métal a une fâcheuse tendance à s’édulcorer, autant retourner aux vieux trucs.

Car ici, point de clavier, ni de violoncelle, que des bons vieux instruments poussiéreux et un chanteur d’exception : Maniac. C’était à l’époque où Mayhem jouissait encore d’un line up limite douteux avec en plus de Maniac, Euronymous à la guitare, Hellhammer à la batterie et Necrobutcher à la basse, et cette bande de tarés ne faisait pas dans la dentelle. Rythmique de bourrins avec du blast à foisons, on est loin de la musique light que l’on nous sert aujourd’hui. Cet album regroupe tous ces vieux titres mythiques du black que l’on a tendance à oublier comme « Deathcrush » ou « Necrolust » et j’en passe, de toutes façons, tout est à prendre, rien à jeter, encore moins la chanson « (Weird) Manheim » qui finit l’album en apothéose (parce que la version rééditée chez Deathlike Silence ne contient pas l’outro d’Euronymous... dommage).

Enfin bref, on ne va pas passer la nuit à ovationner ce MCD (quoi qu’il le mériterait presque). Tout ça pour dire que si vous êtes en manque de bon vieux black à l’ancienne, courrez sur Deathcrush comme la Vérole sur le bas clergé !

23 Commentaires

6 J'aime

Partager

psyk - 10 Juillet 2011: Mayhem est culte pour les histoires sordides qu'il y a eu autour,et c'est un des premiers groupe à avoir inventer le black! mais musicalement c'est qd même pas terrible à part dom' ! et puis deathcrush est intéressnt pour voir voir les prémices du black mais ça reste quand même un étron inaudible!! ça serait de mauvaise foie de dire que c'est bien ou alors faut vraiment avoir mauvais gout!
LuneNoire - 12 Juillet 2011: "Le son est plutôt bon si tu compares avec d'autre production comme le premier Bathory."

Absolument d'accord.
psyk - 13 Juillet 2011: ouép, j'ai réécouté c'est moins dégeux que ce que je croyais, c'est leur premiére démo qui est inécoutable! je revois donc mon jugement!Je suis plutôt death metal mais je m’intéresse pas mal au black quand même !
Seul - 13 Juillet 2011: Oui je te l'accorde, leur première demo est innécoutable. Même moi qui aime beaucoup le son cradung j'ai du mal... En plus à se qui parait, ils auraient réenregistré leur demo car la version original était trop mauvaise. C'est pour dire !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MetalMatt92

13 Août 2007
Par quoi pourrait-on commencer pour décrire cet E.P mythique?

Oublions le terme mythique et penchons nous sur la musique que nous a concocté Mayhem sur ce disque .

Un son crade, bien pourri, une production foirée ...

Quant à la voix de Maniac on ne va pas aller jusqu'à dire que c'est une catastrophe ... On va dire que c'est un début . Une voix que l'on "distingue", on entend des "bruits" bizarres comme dans la chanson Necrolust .

Ah c'est le chanteur... Ouais =/
A noter aussi une reprise de Venom ... Merci à Manheim si vous voyez ce que je veux dire

Bref un EP qui s'est vendu à 73 exemplaires en France me semble-t-il ... Un EP à réserver aux plus puristes.

A posséder juste pour dire que vous l'avez ... Personnellement je n'y trouve vraiment rien à part le fait que Mayhem va émerger avec cet EP . Quant à la pochette elle se rapporte au reste ...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Panzerfrost666

24 Décembre 2017

Une crasse pure

En cette année 1987 dominée par les mannequins tout beaux tout propres du Glam Metal, un jeune Norvégien du nom d'Øystein Aarseth décide de se faire connaître sous le terrifiant pseudonyme d'Euronymous, littéralement "Le Prince des Morts". Il publie avec son groupe Mayhem un premier EP, Deathcrush, juste après sa première démo, Pure Fucking Armageddon. Bien que paraissant lambda aujourd'hui, la pochette colle assez bien au titre de l'opus et avait tout pour, à son époque, éblouir tout adolescent métalleux (et boutonneux) amateur de musique aussi incandescente, le laissant pantelant après l'écoute du skeud.

En effet, les chansons présentes ici ne font aucun cadeau à l'auditeur, la vitesse d'exécution globale étant écrasante. Et c'est, à mon sens, ce que le groupe a voulu faire passer en nommant la chanson éponyme "Death" (comprendre ici à la fois Mort mais aussi Death Metal, ou plutôt devrais-je dire "Total Death Metal") "Crush" (qui peut se traduire par "réprimante","écrasante"). Attention, quand je parle d'exécution, ce qui est vrai ici, je ne parle absolument pas de virtuosité, tant le placement rythmique se trouve ici évincé au même titre que la bonne qualité sonore. Et la technique? Qu'elle crève! La mélodie? Aux chiottes! Seule l'agressivité compte, et c'est tant mieux car, ce qui était à l'époque perçu comme un défaut, a finalement contribué au statut culte de cette abomination jouissive.

Si on arrive a passer au-delà de cette piètre qualité d'enregistrement, les compositions sont loin d'être inintéressantes. L'intro de la rondelle, "Silvester Anfang" débute sur des pulsions tribales d'un ancien temps, avant que le riffing-tronçonneuse de "Deathcrush" ne vienne inaugurer cette boucherie d'une crasse absolue. La deuxième chanson, "Chainsaw Gutsfuck", ressort, quant à elle, grâce à son texte détaillé à en vomir (merci Maniac) et à son riff plus lent et lourd préfigurant déjà de ceux de certains titres emblématiques du Black Metal (songez au "In the Shadow of the Horns" de Darkthrone) ; même si ici ça n'est pas vraiment du Black que nous avons au menu, car l'ensemble a beaucoup plus le cul entre deux chaises. Imaginez un Gorgoroth des trois premiers albums qui aurait violemment copulé avec un Slayer époque Hell Awaits et vous aurez une image assez juste de ce qui nous est proposé ici.

Les autres titres phares de cet EP sont, selon moi, les très speedés "Pure Fucking Armageddon" (paru auparavant sur la démo du même nom) et le bien nommé "Necrolust" (réenregistré bien plus tard pour un split avec Zyklon-B) avec son tout à fait... "necro(sound)", terme utilisé en ces temps pour décrire ce son si recherché dans les groupes qui entouraient Euronymous, signe de déflagration et de "j'm'en-foutisme" punk. Attitude qu'a en commun un certain Venom sur le titre "Witching Hour". Même si le morceau a été massacré, cette reprise est appréciable car elle est vraiment personnelle, tant et si bien que lors de ma première écoute je n'ai pas deviné qu'il s'agissait de ce classique.

Un EP à posséder pour tout blackeux avide de connaître les fondations de ce genre et son évolution.

Ma note: 13/20

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire