Back from the Grave

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Grave (SWE-1)
Nom de l'album Back from the Grave
Type Album
Date de parution 21 Octobre 2002
Labels Century Media
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album123

Tracklist

1.
 Intro
 00:43
2.
 Rise
 05:25
3.
 Behold the Flames
 04:32
4.
 Dead Is Better
 03:48
5.
 Receiver
 05:02
6.
 No Regrets
 03:34
7.
 Resurrection
 04:17
8.
 Below
 04:41
9.
 Bloodfed
 04:49
10.
 Thorn to Pieces
 06:22

Durée totale : 43:13


Chronique @ Fabien

14 Août 2007
Après le départ de Jorgen Sandström chez Entombed, et le décevant Hating Life sorti en 1996, Grave, l’un des pionniers de la scène deathmetal suédoise, décide de séparer. Mais, d’une détermination sans faille, Ola Lindgren reforme le groupe, rappelant au passage Jonas Torndal & Jensa Paulsson, qui officiaient tous deux sur les premiers albums. En octobre 2002, la bande sort ainsi son cinquième album, judicieusement nommé Back from the Grave.

Délaissant le groove de Soulless, Grave revient avec le style sombre et 38 tonnes qui le caractérise le mieux, celui des terrifiants Into the Grave & You'll Never See... En effet, la double grosse caisse, très présente, distribue des rafales en middle-tempo, sur lesquelles les guitares assènent des riffs particulièrement lourds, à l’image de Rise, le bon titre d’ouverture. Enfin, les morceaux basés sur des structures simples, et dotés d’une production Tomas Skogsberg relativement connue, donnent ce côté old school très marqué.

Figé dans le temps, et n'affichant pas un niveau technique exceptionnel, la musique de Back from the Grave se veut avant tout sombre et sans fioriture. Mais l’intensité de l’opus n’égale pas les deux premiers brûlots du groupe, qui renferment des morceaux d’une puissance renversante, renforcée par la voix de Jorgen Sandström si gutturale, et plus profonde que celle d’Ola Lindgren.

Sans se hisser à des sommets, Back from the Grave lâche en contrepartie un deathmetal authentique, loin des productions aseptisées du moment, et plaira à ce titre aux fans irréductibles des early's Grave, sans toutefois laisser un souvenir impérissable. Toutefois, pour décider les indécis, Centurymedia a eu la joyeuse idée de sortir l’album accompagné d’un CD bonus, contenant les trois premières démos de la formation (Sick Disgust Eternal, Sexual Mutilation, Anatomia Corporis Humani), et là, l'achat devient indispensable !

Fabien.

3 Commentaires

7 J'aime

Partager
sargeist - 14 Août 2007: Même entre des vacances il nous sert des chroniques le Fab' lol
tonio - 17 Août 2007: Le seul album de GRAVE que je n'ai jamais écouté.
Par contre, le précedent, "hating Life", ne m'avais pas du tout déçu, je l'ai trouvé au contraire bien superieur à "Soulless"...
Goneo - 17 Novembre 2020:

Ils s'annoncent bien ce retour, Ola Lindgren revient avec le batteur Jens Paulsson qui comme lui est là depuis le début de Grave, le guitariste Jonas Torndal qui était là sur Into the grave et comme bassiste Fredrik Isaksson
(ex-Excruciate et Therion).

Malheureusement si la première minute de "Rise" donne le ton, du lourd, on se dit que l'album va nous briser la nuque, la mayonnaise retombe assez vite, faute de rebondissement, et des morceaux qui trainent en longueur.
Un peu trop simpliste à l'image de "Behold the flames", il ne se passe pas grand chose.
L'inspiration n'est pas dingue sur ce retour de GRAVE, si le son rappelle leur 2 premiers albums, l'intensité et la qualité des compositions en sont loin. Il est pataud je trouve cet album (Receiver),ça manque de vivacités dans les compositions.

Ce n'est pas jojo, mais ce n'est pas nul non plus, l'album s'écoute plutôt facilement, quelques morceaux fonctionnent bien sans être marquant comme "Dead is Better" ou "Thorn to pieces" .

Je rejoins ta chronique Fabien,même si je trouve qu'il reste des traces des 2 précédents albums comme sur la groovy "No regrets", je mettrais la même note 12/20.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire