Voimasta Ja Kunniasta

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Moonsorrow
Nom de l'album Voimasta Ja Kunniasta
Type Album
Date de parution 26 Novembre 2001
Produit par Ahti Kortelainen
Enregistré à Tico-Tico Studio
Style MusicalBlack Viking
Membres possèdant cet album260

Tracklist

1.
 Tyven
 01:52
2.
 Sankarihauta
 07:41
3.
 Kylän Päässä
 07:38
4.
 Hiidenpelto (Häpeän Hiljaiset Vedet)
 09:21
5.
 Aurinko Ja Kuu
 08:14
6.
 Sankaritarina
 13:51

Durée totale : 48:37


Chronique @ Opalescente

27 Décembre 2008
Traversant depuis quelques mois une période où je n'aspire qu'à courir à demi vêtue dans des bois touffus peuplant nos chères contrées nordiques, une épée ondulant sur ma hanche au rythme de mes hurlements frénétiques effrayant les touristes imprudents, je me suis naturellement un peu plus tournée vers le vaste genre "viking/épique/folklorique" pour mieux préparer mon immersion.
Grand bien m'en a pris, car je dois avouer, à ma grande honte, que jusqu'il y a peu, j'ignorais tout de l'existence de Moonsorrow. Cette lacune impardonnable réparée, je dois reconnaître qu'en plus de me permettre de frimer parmi les hordes de païens en étalant mes connaissances "metallistiques", j'ai découvert une perle rare.

Le contenu de cet album, tout d'abord, est assez dense. Peu de morceaux, mais ils ont tous une durée importante, l'intro exceptée. Généralement ce genre de constat m'effraie un peu. Je crains toujours une démonstration de virtuosité avec des solos d'une implacable longueur donnant envie de casser son poste à coup de masse. Fort heureusement, ce n'est pas le cas ici.

Les compositions ont un tour résolument épique et grandiloquent. La modestie n'est vraisemblablement pas le point fort de Moonsorrow, mais leur prétention est à la hauteur de leur talent, alors ont leur pardonne volontiers cette suffisance.

Il est difficile de mettre des mots sur ce que l'on ressent en écoutant cet album de Moonsorrow. Je me suis personnellement immédiatement sentie prise au piège de leurs fresques. Dès les premières notes de leur somptueuse intro, j'ai compris que je ne pourrais pas lâcher si facilement cet album.

Ne parlant pas plus d'un mot de finnois, l'immersion dans leur univers paraissait difficile. Et pourtant, la beauté de leur musique transcende la simple barrière du langage. Sans parvenir à les comprendre, on parvient aisément à "ressentir" leurs histoires, à frissonner, s'émouvoir, se ragaillardir. Assez étonnant dans le monde du metal pour être relevé.

Kylan Paassa, par exemple, malgré un certain nombre d'ajouts "folk" (et la légèreté inhérente au genre), conserve cette même imposante maîtrise de la saga musicale qui nous laisse stupéfait une fois le morceau achevé. Et il s'agit du morceau que j'ai le moins apprécié...

Le très long Sankatarina, et ses chœurs et mélodies mélancoliques, est une grande réussite de l'album. Judicieusement scindé en son milieu par des cris et des applaudissements prend son envol et offre une deuxième partie plus "martiale". L'imagination suit immédiatement et on se prend à rêvasser d'anciennes légendes et conquêtes..

Le meilleur morceau restera néanmoins pour moi Sakanrihauta. Peut-être est-ce parce que j'ai découvert Moonsorrow par celui-ci ? Ou tout simplement car cette chanson, plus encore que ses consœurs, m'arrache des émotions vives et intenses, tant les qualités des musiciens et leur inénarrable talent sont évidents. D'une beauté à couper le souffle.

Bref, je ne vais pas faire étalage de tous les superlatifs de mon vocabulaire, pour vanter les qualités que, vous l'aurez compris, cet album excellent recèle.
J'ai assez peu parlé de l'aspect technique de leur musique tant cela m'a semblé secondaire, face à cet album d'une dimension un peu surnaturelle qui se vit et se ressent, bien plus qu'il ne se détaille.

Je ne vais pas m'en lasser de si tôt !

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
 
GLADIATOR - 28 Décembre 2008: Je t'avoue que je ne connais pas ce groupe , mais je vais y remédier bientôt . Tu mets l'aspect technique au second plan , au profit de l'ambiance et du côté surnaturel , et je suis assez d'accord avec toi .
Toutefois , couvre toi mieux car les températures ne sont guère clémentes ces temps-ci...Glad.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ EternalTearsOfSorrow

20 Fevrier 2012

Moonsorrow frappe si fort avec cet album qu'encore aujourd'hui, il reste une aventure mémorable.

Lorsque l'on pense au Black Metal, la Scandinavie, et plus précisément encore la Norvège nous vient en tête en premier. Et lorsque l'on pense au Viking Metal, avec ses dérivés Black, c'est également la Scandinavie qui nous éblouit en premier. Allant du mythique et pionnier Bathory, jusqu'à Enslaved, les excellents Windir et Falkenbach (Groupe allemand certes, mais habitué à nous livrer des paroles en Islandais), en passant par d'autres talents, cependant plus discrets, comme les excellents Skalmold, par exemple. Mais dans tout ceci, il en est un qui est connu de presque tout fan de Viking qui se respecte. Il s'agit de Moonsorrow, bien entendu.

Les Finlandais nous ont toujours habitués à une musique des plus aventureuses, caractérisée par son chant déchirant, ainsi que la grande présence d'instruments folkloriques et une moyenne de durée de morceaux très longue. Moonsorrow a toujours eu cette manie de donner du suspense et de l'intensité dans les morceaux, notamment dans l'ambiance de la musique, souvent attirante et d'une subtilité rare, travaillée à souhaits. En début 2001, Moonsorrow sort son premier album studio, qui prit alors le nom de Suden Uni. Celui-ci fut déjà bien décisif et le style du groupe était déjà donné (A noter qu'à nos jours, le groupe n'a toujours pas changé de style et présente toujours actuellement le même concept).

Il aura donc fallu à Moonsorrow moins d'une année, à la fin 2001 pour que leur deuxième album sorte, du nom de Voimasta Ja Kunniasta (Signifiant « Force et Honneur »), et la pochette donnera une somptueuse impression d'aventure ainsi qu'une favorable idée de ce deuxième opus, non seulement par les couleurs, mais également par le paysage offert par cet artwork.

Et pour la musique, autant dire que ce deuxième voyage finlandais nous comblera de toutes sortes d'ambiances, Moonsorrow restant toutefois dans le même style que celui de son précédent album. Voimasta Ja Kunniasta saura satisfaire largement l'auditeur durant tout le suspense et l'intensité qui accompagnera les moments calmes, sans pour autant que celui-ci parvienne à se lasser de la musique de ce nouveau méfait. La totalité de l'album sera concentrée sur une aventure pleine de rebondissements et sera remplie de vie, de punch et d'énergie.

Chaque morceau est en quelque sorte un chapitre du voyage. L'intro « Tyven » saura donner une jolie mélodie douce, et servira de préparation à l'aventure, qui démarera directement avec le morceau suivant, portant le nom de « Sankarihauta », celui-ci rejouant la même mélodie de l'intro plusieurs fois durant son écoute, mais sera plus décisive et directe. Le reste du morceau sera plein d'émotion et de passages somptueusement mélodieux, tandis que « Kylän Päässä » symbolisera une véritable bataille durant toute sa durée, l'intensité et le suspense ne décroissant pas une seule seconde et la vitesse augmentant tout au long du morceau.

Le reste de l'album saura également satisfaire, et oscillera entre passages violents et résonnants, passages discrets et plus concentrés sur une ambiance plus douce et reposante. Cet album possède toujours cette capacité incroyable de donner des frissons, de par sa variation gigantesque et ses ambiances plus vraies que nature.

Moonsorrow frappe si fort avec ce deuxième album qu'encore aujourd'hui il reste l'une des meilleures aventures proposées par le groupe, avec l'énorme et légendaire Kivenkantaja. Chaque morceau provoque des frissons, et chacun d'eux raconte sa propre version de l'histoire, qui ne cessera d'être passionnante tout au long de sa durée. Une incroyable réussite, qui reste encore mémorable plus de 10 ans après sa sortie, et digne d'une aventure passionnante et magnifique.

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
swit35 - 21 Fevrier 2012: Ta chro tombe à un moment ou je rentre dans ce groupe - je viens d'ajouter l'intégralité de la discographie à ma CDthèque - et après 2/3 écoutes par album, ce qui est encore peu pour apprécier tout le jus qu'il y a là dedans, j'ai commencé par le dernier (j'ai du mal avec les noms) et il m'a impressionné d'entrée avec ses ambiances lourdes, oppressantes et mélodiques à la fois. Mais j'ai pris ma véritable baffe avec ce 2ème album et ses ambiances plus folkloriques- ta chro confirme mon impression.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Psychosic

26 Avril 2011

VJK est un très bon album de Black épique, faisant oublier les défauts de son prédecesseur.

Après 4 démos qui les avaient faits remarquer et un album assez bon ( « Suden Uni » ), les finlandais de Moonsorrow reviennent après seulement 1 an de silence. Sur leur précédent opus, les frères Sorvali, maîtres du combo, montraient une certaine aptitude à assembler et composer des musiques montrant plusieurs facettes très travaillées : des guitares Black, un côté épique démentiel et des parties tendant vers le Folk. Seulement, voilà, Suden Uni souffrait d’un manque de consistance, et plus de titres longs aurait profité à l’album.

Voimasta Ja Kunniasta sort donc en 2001, et de suite le principal défaut de son aîné apparaît être un mauvais souvenir. En effet, VJK totalise une durée de quasi 50 minutes, pour seulement 6 titres, en comptant l’intro. Il est clair que cet album est celui où Moonsorrow vas prendre l’habitude de composer des titres très longs, possédant des structures et donc une durée pouvant être qualifiées de progressives. La recette initiale, exceptée cette nouvelle facette qui s’y rajoute, reste la même : guitare à tendance Black, le côté épique très travaillé aux claviers de Henri Sorvali, et la facette Folk, mettant en évidence la maîtrise de la mélodie par ce même Henri, notamment à l’accordéon ( « Kylän Päässä » ).

Le côté épique est prôné dans VJK, les chansons étant toutes très guerrières. On peut facilement entendre des cris de guerre, ou des épées s’entrechoquer ( « Kylän Päässä » ). Les claviers distillent une ambiance très forte, et les guitares Black accentuent l’impression de se trouver au cœur d’une bataille. L’album peut par contre pêcher par une certaine linéarité, notamment dans les riffs, assez simplistes au demeurant ( « Sankarihauta » ). Par contre, l’authenticité de la musique est renforcée par ce chant toujours aussi particulier de Sorvali, oscillant entre le Black et le cri du guerrier pur et simple, hurlé.

Néanmoins, malgré une évidente maîtrise dans l’art de composer des mélodies Folk, et une bonne utilisation des instruments traditionnels et acoustiques, les passages joués par ces instruments se révèlent trop peu nombreux. Ils sont tout de même essentiels sur des titres comme « Sankaritarina » ou « Aurinko Ja Kuu ».

Voimasta Ja Kunniasta est tout de même un très bon album, faisant oublier les défauts de son prédécesseur. Mais il en fait apparaître de nouveaux. En effet, VJK est certainement l’album le plus épique jamais composé par Moonsorrow, et surtout le plus guerrier. Mais le groupe semble de ce fait avoir oublié les très belles mélodies folkloriques qu’il était capable de composer et placer dans sa musique. Cependant, VJK reste un excellentissime album de Black épique.
Il ne restait alors plus qu’à retravailler la facette Folk pour la prochaine offrande. Mais ceci est une autre histoire …

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ morgothduverdon

02 Juin 2007
Hoï, fiers guerriers scandinaves!! Voici le 2ème album de Moonsorrow (si on ne compte pas la demo Tämä Ikuinen Talvi), sortie aprés Suden Uni. Bon, vous connaissez le style de Moonsorrow? Des chansons travaillées, accrocheuses, épiques, mélancoliques, belles, flokloriques... Pour faire simple, du epic heathen metal (ou epic pagan metal). J'y ajouterai le terme de progressif.

Si vous avez aimé le précédent opus, vous aimerez celui là. Et si ne vous connaissez rien de Moonsorrow, cet album est une très bonne initiation.

Le line up reste le même.

Et la musique? On reconnait Moonsorrow (pour ceux qui connaissent déjà, évidemment).

Mais cet album est plus "guerrier" que le précédent. Chaque album de Moonsorrow a son propre paysage, sa physionomie... Suden Uni, c'était une forêt plutôt... Le nom de l'album signifie "Un rêve de loup".

Pour Voimasta Ja Kunniasta, le concept n'est plus le même... Le titre signifie "De force et d'honneur"... Plus guerrier donc.

L'album est donc très épique, la musique est toujours aussi belle, à en pleurer parfois...

On commence tranquillement, par la magnifique intro : Tyven. Un mélodie au piano, puis à l'accordéon, des cordes, de la flute... Magnifique.

Et on enchaine immédiatement sur Sankarihauta. Un titre guerrier et épique à souhait. On entend un cheval qui hennit (du verbe hennir, sans blague!!). L'accordéon reprend la mélodie de Tyven plusieurs fois dans la chanson, une sorte de refrain musical, si je puis dire... Mais ce n'est pas mon titre préféré. Il est très bon pourtant, mais avec moi, le courant passe moins... C'est mon impression au moment où j'écris (enfin, je tape plutôt, non, pas le voisin, le clavier. Non, il ne m'a rien fait, mais un clavier est là pour se faire taper gentiment dessus. Sans ça, il n'a plus de raison d'être (non, pas le groupe), et s'étiole, devient fade comme un concerto de Schönberg... Oui, c'est de Desproges, pas de moi... Retour à nos vikings finnois?), il est 13 h 39, le ciel est bleu, la température doit être de 25 degrés (celsius hein!), je suis à Nice. Nice est une ville du Sud Est de la France, dans les Alpes maritimes précisément. Ici, il y a des racailles, des vieux cons (ou pas cons), des metalleux (ouaiiiiiiiiiis!!!!), un magasin de métal qui 'a pas son pareil en France, Assacrentis, Nohellia, Artefact, Sorrow, Morgothduverdon (ben oui), In Vitraux, la promeade des anlais, la place Masséna... Bref...

Un merle, habitant vers la résidence universitaire Saint Antoine, 69 chemin de Saint Antoine de Ginestiére, 06200 Nice (hé hé, au cas où vous voudriez m'écrire, pour me féliciter pour mes MERVEILLEUSES chroniques, d'un pertinence inégalable, ou alors pour m'envoyer un colis piégé) vole de branches en branches, en chantant, ou plutôt en sifflant. Il se pose sur un olivier, pas loin de la fenêtre de Morgothduverdon, et soudain, il s'arrête de siffler. Il écoute. Une espèce de bruit lourd, quelque chose qui martèle, et des bruits d'épées... Très vite un cri, et une mélodie. "On se bat en musique chez lui?" se dit-il.

Que nenni, en fait, Morgotduverdon, en l'occurrence moi, ce qui a son importance, puisque je vais recommencer à écrire (oui, à taper sur mon clavier, qui s'il ne se fait pas taper n'a plus de raison d'être, patati patata... Schönberg) à la première personne. Donc, je (Morgothduverdon) suis en train de faire cette chronique, et je viens de faire un retour au sujet orchestré magnifiquement. Je suis donc en train d'écouter la 3ème piste de l'album Voimasta Ja Kunniasta de Moonsorrow, qui se nomme Kylän Päässä. Que dire de cette chanson? Si ce n'est que c'est ma chanson préférée de l'album... Elle est magnifique, épique, folklorique, guerrière... La fin me file les larmes aux yeux, vers 6 minutes, quand Ville Sorvali hurle du haut d'une colline, tel un guerrier. A t-il gagné la bataille? A t-il perdu? Est-il le dernier survivant? Un cri de rage? De désespoir? De fierté? Tous cela à la fois je pense... Et je vais mettre les paroles, en Finnois d'abord, en Anglais ensuite, de ce moment crié :

"Ylpeys, tuo kavalin tauti päällä maan,
näin on vienyt taas yhden uhrin muassaan,
Kumpi lie se epatto, kilpi alhaalla ja mickka koholla
teilleen mennyt vaiko hän joka hautoja kaivaa saa?"

"Thus pride, that most insidious illness on all earth,
once again has taken its prey.
Which one might be the failure, he who left with a lowered
shield and sword held high or he who has to dig the graves?"

Un moment inoubliable... Le reste de la chanson est monstrueux également... Passages acoustiques, folkloriques, épiques, bourrins... Une grande chanson, un chef d'oeuvre!!!!

Hidenpelto est une chanson qui commence en mid tempo, avec de la guitare acoustique en fond omniprésente durant un bon moment. La fin est majestueuse : la double pédale spécialité Moonsorrow (double pédale rapide, caisse claire plus lente : 7 coups de double pédale, un coup de caisse claire sur le huitième, ainsi de suite...), choeurs... Magnifique également.

Aurinko Ja Kuu est une bonne chanson aussi, elle commence à la guitare acoustique et à l'accordéon. Ensuite, ben du Moonsorrow... ça progresse, on ne s'ennuie pas, et le résultat est magnifique...

Et enfin, on termine avec Sankaritarina, le titre qui résume la pochette : le chef viking qui part pour le Valhalla, son corps en tenue de combat, sur un Drakkar, qui est mis à flots, et brulé, tandis que ses hommes lui rendent hommage de la berge (oui, ils ne peuvent pas aller sur le drakkar, puisqu'il brule. Ensuite, l'eau est très froide. Et enfin, allez nager avec votre épée, votre heaume, et surtout votre armure!!! Vous marcherez sur le fond en disant bonjour aux poissons, et adieu à la vie!!)

On entend la mer, des tintements de cloche (également présents au début de la chanson Raunioilla, qui sera sur l'album suivant Kivenkantaja), une mélodie lente, mélancolique et magnifique (oui, je sais, ces mots reviennent souvent, mais la musique de Moonsorrow se caractérise en partie ainsi). Le cor est présent, comme en hommage à Bathory (et la chanson Valhalla)... Cette chanson serait un très bel hommage à Quorthon. Mais il était encore de notre monde à l'époque. . Tout d'un coup, un feu commence à crépiter au milieu de tout ça. Le bruit de la mer disparait. La mélodie s'amplifie légèrement, la guimbarde entre dans la danse, et la chanson commence, sur la même mélodie. Elle progressera durant 13 minutes 50... Magnifique encore une fois. Elle finit par un souffle de vent, la mélodie de Tyven (l'introduction) très lointaine, étouffée par ce vent... Le guerrier est mort, il entre dans la légende (oui, la chanson signifie "The warrior's tale, la légende du guerrier)....

Un album monstrueux.

19/20, comme pour tous les albums de Moonsorrow... Ou presque.

6 Commentaires

8 J'aime

Partager

morgothduverdon - 02 Juin 2007: Havitetty?
Oui, spécial en effet. 2 chansons d'une demi heure... Il vaut mieux connaitre les autres moonsorrow avant. Mais je le trouve trés bon. Même si je ne l' ai pas cerné complétement (on se demande pourquoi)
Katla - 18 Août 2007: Viides Luku Havitetty est vraiment somptueux.
Mais sur V.J.K. le titre que je prefere est Sankaritarina, je trouve que c`est le plus varié...
 
Mardal - 05 Novembre 2011: c'est pour moi le meilleur de Moonsorrow avec kivenkantja . je lui met 20/20
Vaernima - 16 Juin 2013: Tiens, si je peux rajouter un tout petit détail : à 6:00 de Kylan Paassa, c'est Henri Sorvali qui chante, et non Ville (ce qui est d'ailleurs assez rare pour le remarquer). Voilà, sinon très bonne chronique d'un album mythique !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire