Viva Emptiness

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Katatonia
Nom de l'album Viva Emptiness
Type Album
Date de parution Mars 2003
Produit par Jens Bogren
Style MusicalDoom Gothique
Membres possèdant cet album264

Tracklist

1. Ghost of the Sun 04:07
2. Sleeper 04:08
3. Criminals 03:47
4. A Premonition 03:33
5. Will I Arrive 04:09
6. Burn in the Remembrance 05:22
7. Wealth 04:22
8. One Year from Now 04:02
9. Walking by a Wire 03:32
10. Complicity 04:01
11. Evidence 04:36
12. Omerta 02:58
13. Inside the City of Glass 04:08
Total playing time 52:45

Chronique @ fl0)))

11 Mai 2011

Un disque plus frontal, dans lequel Katatonia montre une volonté d'avancer et de se renouveler

Viva Emptiness, comme son nom l'indique, est une ovation au vide, au manque, et à une dépression latente. C'est aussi un album de transition, dans lequel Katatonia rompt avec une tradition musicale peaufinée depuis 3 albums.

Ce qui frappe à la première, c'est le grain des guitares et l’atmosphère générale, qui se veut plus agressive, avec des riffs plus "Metal" et un son plus lourd. Globalement rentre dedans, l'album semble perdre, à première vue, la douce fragilité et la mélancolie teintée de désespoir qui caractérisait le Katatonia passé 1998-2001. En revanche, après une 4eme ou 5eme passage sur votre platine, Viva Emptiness déploie tout son pouvoir d'attraction. Des hits tubesques "Sleeper" et "Criminal" , descendants directs d'un "Teargas/I Am Nothing" sous xanaax, en passant par les balades dépressives et rêveuse "Premonition" et "On Year From Now", les riffs dévastateurs quasi noise de "Will I arrive" "Wealth" ou "Walking By a Wire", pour finir sans une apothéose Doomesque sur "Inside The City Of Glass", Katatonia frappe fort, amorçant un virage là où on ne les attendait pas forcément, et qui sera confirmé avec le non moins mélancolique "The Great Cold Distance" 3 ans plus tard...

Niveau chant, pas de réelle surprise, Jonas Renske conserve son style tantôt feutré et mélancolique, tantôt désespéré. Une articulation parfaite, des mélodies saisissantes, du pur Katatonia. Les textes sont toujours bien écrits et libre à l’interprétation, si bien qu'on se retrouve souvent dans les paroles su suédois.

En bref un album de qualité, plus frontal que les précédents et donc moins atmosphérique, dans lequel le groupe montre une volonté de défricher des terrains plus extrêmes, quitte à proposer une musique plus simple et directe. L'artwork de Travis Smith est toujours en parfaite adéquation avec l'ambiance du disque, ce qui rend très agréable la lecture du livret en même que l'écoute. Pas moins bon qu'avant, pas mieux, juste un pierre de plus à une édifice musical construit avec patience et dont tout les éléments sont taillés par de véritables artisans du son, mais avant tout de l'émotion.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Vengeful

29 Octobre 2007
Pour succéder au solide Last Fair Deal Gone Down, nos suédois suicido-dépressifs, nous proposent leur sixième album. De plus en plus, Katatonia nous font passer à travers plusieurs émotions. Cette diversité de moods entre les chansons vient malheureusement moins creuser nos entrailles que Tonight Decision ou Brave Murder Day. D’entrée de jeux, on remarque que le son des guitares est beaucoup plus lourd qu’avant. L’ambiance est aussi plus sombre et plus agressive à cause de la prestation de Daniel Liljekvist aux drums. La voix et les paroles de Jonas Renkse demeurent uniques et dérangeantes. Les trois premiers morceaux sont Katato-dépressifs comme on les aime, mais par la suite ça se gâte avec des genres de ballades moins bonnes que celles enregistrées à la session précédente. Malgré son inconstance, Viva Emptiness deviendra sans aucun doute un incontournable de Katatonia. Leur musique devient lentement plus accessible et attire l’oreille d’un public plus large que jamais.

-M-A-

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire