The Light at the End of the World

Liste des groupes Doom Death My Dying Bride The Light at the End of the World
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe My Dying Bride
Nom de l'album The Light at the End of the World
Type Album
Date de parution 12 Octobre 1999
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album231

Tracklist

1.
 She Is the Dark
 08:26
2.
 Edenbeast
 11:23
3.
 The Night He Died
 06:25
4.
 The Light at the End of the World
 10:36
5.
 The Fever Sea
 04:05
6.
 Into the Lake of Ghosts
 07:09
7.
 The Isis Script
 07:08
8.
 Christliar
 10:31
9.
 Sear Me III
 05:26

Durée totale : 01:11:09


Chronique @ bojart

26 Octobre 2010
Alors que le dernier album de My Dying Bride, l’excellent « For Lies I Sire », est sorti il y a un an, pourquoi ne pas se tourner vers le passé et réécouter les précédent opus des britanniques ? Parmi eux, « The Angel and the Dark River », « A Line of Deathless Kings », « Turn Loose the Swans », “The Dreadful Hours” ou encore “The Light at the End of the World” (que je vais chroniquer ici) m’ont marqués…peut-être est-ce leur style unique qui m’as séduit? Allez savoir!

L’album ne profite pas d’un artwork très plaisant à regarder si bien que je cache la jaquette du disque à chaque écoute. L’habit ne faisant jamais le moine, un cover moche peut signifier que le contenu du disque est, au contraire, très agréable à écouter…

L’album débute par « She Is The Dark », un parfait exemple du genre de doom death produit par My Dying Bride. On débute par la rafale guitaristique avant l’arrivée d’un chant obscur et mélancolique (doom mélo quoi !) ; lent et un brin théâtral ; pour enchaîner sur une composante typique de la musique dite doom (Et c’est quoi ?) je vous la donne en mille : l’accélération ! (dans le mille !). Et là, notre cher Aaron lâche son chant death, accompagné de samples symphoniques, et puis le rythme décélère, tranquillement, avec ce riff de guitare d’Andrew. Celui-ci traînasse poétiquement sur la ligne de basse de Ade et le combo cymbales/tambours de Shaun ; alors on apprécie en fermant les yeux (on a tout notre temps, ce n’est pas du Cannibal Corpse) et on profite de ce joli pont musical car de suite, la cadence redouble d’intensité et d’efficacité avec la basse aux ordres, ces vocaux bien plus death métal désormais et ce discret et malicieux riff de gratte…un arrêt puis le chanteur reprend ses chants gutturaux et la composition d’inspiration dark-goth roule sa bosse avant le baroud d’honneur du second couplet. Une très belle chanson qui reste l’une de mes favorites des british…

« The Isis Script » parle, comme son titre l’indique de la « Grande Déesse » de la mythologie égyptienne, qui ressuscita Osiris (son frère et époux) le temps de copuler et donner naissance à Horus. Un superbe duo de guitare ouvre le morceau comme un vaisseau du Pharaon ouvrait le Nil en des temps légendaires…les deux guitares, sous la direction des baguettes de Shaun, s’accordant très bien au chant si atypique d’Aaron, qui en peu de temps chante le pont avec ses vocaux rauques avant d’enchaîner le long refrain de son chant sombre et poignant. L’interprète semble rentrer à merveille dans le drame qu’il raconte car la performance est fort attrayante, la composition sonne comme une ballade orientale tout en gardant ce côté sinistre et triste propre au doom des britanniques. Les samples gothico-atmosphériques fonctionnent particulièrement bien, donnant un certain cachet à la tragédie racontée comme dans un véritable papyrus. Certainement le meilleur morceau de la galette ! « Into the Lake of Ghost » commence…guitares frémissantes, rythme lancinant et chant tragico-ténébreux habitent, que dis-je ? hantent la chanson de plus de sept minutes. Celle-ci peut paraître répétitive mais le doom death de My Dying Bride est ainsi fait ! (si ça ne vous plaît pas, dirigez vous vers le métal progressif, merci !). Blague à part, le jeu de guitare d’Andrew est somptueux, typé dark doom lors des couplets et orienté doom traditionnel lors des nombreux refrains de ce titre (je dis beaucoup « doom » je trouve, pas vous ? doom, doOM, DOOM ! voila ! j’perds la boule !). Notons l’admirable pont musical où guitares, cymbales, tambours et basse s’entrechoquent pour une partie à quatre du plus bel effet. Les larsens mettent fin à une nouvelle ballade morbide et enchanteresse dans sa noirceur.

Les guitares et percussions sont à la fête au commencement de « The Night He Died ». Aaron Stainthorpe donne à sa voix un aspect malsain qui personnellement, m’a plu énormément dans cette chanson. Et puis, à l’habituel changement de tempo, les riffs de 6-cordes se font plus stridents et âpres, un rythm-switch réussi ! Le thème (le meurtre, l’assassinat aussi appelé homicide) est abordé de manière crue sans en devenir vulgaire et le chanteur garde ses vocaux lugubres jusqu’à la fin, car le titre se termine sur le dernier couplet. Une ambiance macabre pour une œuvre pleine de ténèbres et donc, d’humanité. Par contre, la brutalité de « The Fever Sea », bien trop dark/death atmosphérique dans son développement, ne m’as pas franchement accroché, tout comme « Edenbeast » et son intro des plus longuettes …ce petit côté épique est bien charmant et c’est une bonne idée, si seulement le titre ne trainait pas autant en longueur et en langueur ! Parce que si un titre de doom death doit durer plus de dix minutes, autant qu’il y ai de quoi grailler : de nombreux couplets et un schéma musical bien défini. Comme dans le morceau-titre de l’album par exemple, car même si on baille un moment, on est vite réveillé par un sursaut doom à la Cathedral, et c’est bien sympathique !

Un des meilleurs albums de My Dying Bride. « The Light at the End of the World » dégage une atmosphère doom-gothique prenante et profite de compositions, certes redondantes, mais vigoureuses et brillamment exécutées. Un modèle du genre.

Bj

7 Commentaires

7 J'aime

Partager
Sullivan - 26 Octobre 2010: Chronique excellente, tout comme she is the dark!
merci Bj de partager ton talent^^
Haaveellinen - 26 Octobre 2010: Toujours aussi fluide et agréable à lire. Un groupe que je connais peu mais que j'apprends à apprécier petit à petit.
Celldweller55 - 26 Octobre 2010: Merci pour la découverte. Le doom je ne suis pas grand connaisseur, mais j'aime bien Katatonia, alors pourquoi pas
Krokodebil - 26 Octobre 2010: J'aime beaucoup la pochette de cet album moi. Et l'album aussi d'ailleurs, c'est le premier que j'ai écouté du groupe avec SoDWoL.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

01 Octobre 2003
Avec « The Light at the End of the World », les anglais de My Dying Bride nous offre un doom metal toujours aussi dépressif, mais plus teinté de heavy, en comparaison d’albums précédents dont notamment « The ange land the dark river ». Les guitares sont bien plus présentes, les violons et les pianos portés disparus et certains morceaux dont notamment « the fever sea » sont d’une violence proche du death metal. Bien évidement les autres titres sont pour la plupart langoureux et beaux, alternants souvent entre passages puissants et passages lents, donnant ainsi beaucoup de relief à l’album.

11 Commentaires

2 J'aime

Partager

Krokodebil - 20 Juillet 2010: J'aime beaucoup cet album également, mais je ne renie absolument pas 34.788% qui est un grand album !
Krokodebil - 21 Juillet 2010: Je le préfère à Like Gods of Sun que j'aime beaucoup mais qui accuse un certain manque d'inspiration et de prise de risque selon moi .
Je compte de toutes manières faire une critique de tous leurs albums quand j'aurais le temps et l'envie !
Krokodebil - 23 Juillet 2010: Je trouve que c'est l'apanage des grands groupes de savoir explorer -avec succès dans ce cas précis je trouve) de nouveaux horizons musicaux !
urguth - 26 Octobre 2010: Bonne chro, bon album.

Juste pour info:

Le meurtre est un homicide volontaire. L'assassinat aussi, mais l'assassinat c'est le meurtre avec préméditation.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire