A Line of Deathless Kings

Liste des groupes Doom Death My Dying Bride A Line of Deathless Kings
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe My Dying Bride
Nom de l'album A Line of Deathless Kings
Type Album
Date de parution 09 Octobre 2006
Style MusicalDoom Gothique
Membres possèdant cet album225

Tracklist

1.
 To Remain Tombless
 06:06
2.
 L'Amour Détruit
 09:08
3.
 I Cannot Be Loved
 07:04
4.
 And I Walk with Them
 06:37
5.
 Thy Raven Wings
 05:22
6.
 Love's Intolerable Pain
 06:14
7.
 One of Beauty's Daughters
 05:40
8.
 Deeper Down
 06:28
9.
 The Blood, the Wine, the Roses
 08:22

Durée totale : 01:01:01


Chronique @ rafnagurr

16 Août 2008
My Dying Bride, un des plus grand pilier du Doom Death Métal, nous présente ici son neuvième album, successeur des excellents Songs of Darkness, Words of Light…, The Dreadfull Hours et The Light at the End of the World (qui offraient une identité oscillant entre le Doom Death dans ses moments hurlés et violents et le Gothic Doom avec ses passages mélancoliques et aériens). J’espérais donc un album dans la même veine de la part de My Dying Bride (ce groupe, qui plus est, avec cette immense puissance scénique car ils ont cette faculté de retransmettre leur désespoir lors de leurs concerts, ce qui les rend d’autant plus cultes - je vous invite d’ailleurs à ne pas les louper si l’occasion se présente).

Revenons tout de même au but de cette chronique :
A Line of Deathless Kings n’a pas eu du tout la même impact à la première écoute que les précédents. Il apparaît comme fade, insipide…
Aaron ne chante pratiquement que de son chant clair et mélancolique, les hurlements n’arriveront qu’à partir de la 6eme piste (Love’s Intolerable Pain), et encore, pas plus d’une phrase, et on ne les retrouvera pas avant le riff final de "The Blood, The Wine, The Roses" que je remarque comme très Death.

Après plusieurs écoutes, cet album nous dévoile une face cachée assez attachante, le « par cœur » peut avoir aussi ses bons côtés car les morceaux s’affinent, et l’on remarque d’excellents détails comme le jeu de charleston sur And I Walk With Them (à l’intro très sauce Candlemass d’ailleurs) ou la respiration de One of Beauty’s Daughters.
Il y a peu de clavier sur cet opus par contre, ce qui est une nouvelle surprise car My Dying Bride a une bonne gestion de ce dernier à mon goût, cet album n’en sort que plus amer au point de vue de cet instrument.
On peut finalement affirmer que c’est un bon album parce que de "My Dying Bride" (le nom aide alors beaucoup). Malheureusement la production n’est pas terrible car elle manque de violence. Le batteur de session, John Bennet, possède beaucoup moins de personnalité que Shaun Taylor-Steels, son jeu ne met pas assez en valeur les pourtant nombreuses bonnes parties guitares. Pour terminer, la pochette très grise (voulant sûrement représenter des trophées de rois morts) n’a pas non plus une super accroche, il faut dire que ce groupe n’a pas toujours fait les meilleurs choix de pochettes… exception faite pour Songs of Darkness, Words of Light.

Nous ne pouvons pas gagner à tous les coups, et j’espère très fort que My Dying Bride n’est pas reparti dans une période de recherche quant à sa personnalité musicale, à moins de trouver mieux encore. Donc, vivement le prochain !

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

11 Septembre 2006
My Dying Bride
Après 16 ans de carrière pendant lesquels ils ont réussi à se hisser à la place de leader de la scène doom metal, nos anglais préférés nous reviennent en cette année 2006 avec leur nouvel opus « A line of Deathless King » et autant le dire tout de suite, il me semble dur de détrôner la perle qu’est leur précédant album : « Songs of Darkness, Words of Light » tant la barre y avait été mise haute.

C’est donc dans cette optique que je me plonge dans l’écoute de cet album.
Et tout de suite, aucun doute, l’empreinte et tout le savoir faire de My Dying Bride est bel et bien au rendez-vous et l’on est rapidement pris par l’univers sombre et oppressant du groupe.
Les titres sont très lourds, souvent très lents et doté de gros riffs rythmiques tandis qu’Aaron nous offre une nouvelle fois son chant si captivant, alternant de passages langoureux à désespérés, mais toujours mélodieux.
Les titres s’enchaînent à la merveille, et tous les ingrédients sont là pour nous offrir un album riche et envoûtant, et parfaitement réussi… réussi certes… mais sans pour autant réussir à égaler « Songs of Darkness, Words of Light »… Comme s’il manquait un petit quelque chose, un petit rien qui aurait fait la différence… Mais sans doute s’agit-il là d’une histoire de goût et il n’en reste cependant que si vous êtes fan du groupe, cet album en vaut le détour et ne devrait pas vous décevoir !

1 Commentaire

8 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire