The Karelian Isthmus

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Amorphis
Nom de l'album The Karelian Isthmus
Type Album
Date de parution 01 Novembre 1992
Produit par Tomas Skogsberg
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album237

Tracklist

1.
 Karelia
 00:45
2.
 The Gathering
 04:15
3.
 Grails Mysteries
 03:04
4.
 Warriors Trial
 05:06
5.
 Black Embrace
 03:42
6.
 Exile of the Son of Uisliu
 03:45
7.
 The Lost Name of God
 05:34
8.
 The Pilgrimage
 04:41
9.
 Misery Path
 04:19
10.
 Sign from the North Side
 04:56

Bonus
11.
 Vulgar Necrolatry (Abhorrence Cover)
 04:21

Durée totale : 44:28


Chronique @ Fabien

18 Mai 2007
Formée dès 1990 en Finlande autour d’Esa Holopainen, Tomi Koivusaari, Jan Rechberger & Olli-Pekka Laine, Amorphis reste l’une des toutes premières formations ayant intégré très tôt des éléments mélodiques et atmosphériques à son deathmetal, tout comme les Anglais de Paradise Lost sur leur premier album paru en 1989, influence avouée du quatuor. D’une maturité étonnante dès ses premières démos, le groupe décroche un contrat avec la jeune écurie Relapse Records pour l’enregistrement d’un split-LP avec ses confères nord américains d’Incantation. Malgré six morceaux bouclés aux TTT Studios avec Timo Tolki en mai 1991, dont le titre Vulgar Necrolatry, repris du répertoire du groupe défunt Abhorrence, au sein duquel Tomi Koivusaari évoluait, le projet avorte et l’enregistrement dénommé Privilege of Evil ne verra le jour que deux années plus tard sous forme de mini-LP.

C’est donc directement par la grande porte qu’Amorphis officialise sa rentrée sur le label américain, à travers son premier album The Karelian Isthmus. Le quatuor reprend notamment quatre morceaux des précédentes sessions et change de lieu d’enregistrement pour un embarquement à Stockholm aux fameux Sunlight Studios de Tomas Skogsberg, en mai 1992, succédant ainsi à Darkthrone et Xysma qui n’avaient pas hésité non plus à s’exporter en Suède pour le bouclage de leur premier album. Relapse Records commercialise le disque en tout début d’année suivante avec une pochette de Miran Kim (l’illustrateur fétiche d’Incantation), l’écurie américaine bénéficiant à l’époque d’une précieuse distribution de Nuclearblast sur le territoire européen.

Possédant une forte identité, Amorphis évite une production bateau de Tomas Skoksberg, piège dans lequel de nombreuses formations sont tombées depuis le passage d’Entombed et Carnage fin 1989. Tout comme Xysma, le groupe apporte, au contraire, ce son typiquement finlandais, empli de feeling et d’un moelleux certain dans le son des guitares. Entre ses deux sessions, le groupe a également évolué vers un deathmetal plus accessible, ayant perdu en une seule année une partie de sa rugosité. En effet, si la structure des morceaux Black Embrace, The Pilgrimage et Misery Path présents sur les deux enregistrements n’a pas foncièrement changé, le rendu diffère sensiblement, les seconds jets comportant davantage de contraste et de douceur, et perdent en partie leur côté plus primaire.

Toutefois, The Karelian Isthmus reste un album relativement brutal, articulé sur une assisse rythmique d’une lourdeur toute particulière soutenant les growls très caverneux de Tomi Koivusaari. A cette époque, Amorphis tire justement sa force du contraste entre sa base foncièrement deathmetal et les nombreuses mélodies guidant chaque morceau, tout en exploitant des thèmes forts autour des traditions et légendes nordiques. A l’image des excellents Exile of the Son of Uislu et The Lost Name of God, le quatuor finlandais juxtapose ainsi sa section rythmique à des guitares leads somptueuses, pour offrir un véritable fil conducteur à son œuvre, lui apporter corps et profondeur, et installer une atmosphère poignante durant ses quarante minutes.

Soigné, original et de grande qualité, The Karelian Isthmus provoque ainsi l'enthousiasme immédiat des deathsters, à une époque où le sens des harmonies reste encore largement à définir sur la scène extrême, permettant ainsi à Amorphis de se bâtir directement une forte notoriété. Très tôt, à l'instar de ses homologues Edge of Sanity, Sentenced, Dark Tranquillty, Nighfall, Tiamat ou Paradise Lost, Amorphis a su apporter une dimension mélodique dans le deathmetal. Et ce, tout en respectant ses racines, permettant au style l’élargissement de ses horizons et la poursuite de sa formidable extension grâce à un intérêt sans cesse renouvelé.

Fabien.

5 Commentaires

17 J'aime

Partager

Fabien - 18 Mai 2007: Oui, Elegy represente un virage à 180° par rapport aux deux premiers albums. Mais en fait, leur évolution n'était pas très surprenante.

Pour ma part, j'ai laissé tombé Amorphis à ce moment ; leur approche était devenue trop mélodique et trop chantée, à une période où la frange la plus extrême du métal monopolisait ma platine,

Fabien,
eulmatt - 01 Octobre 2007: J'aime beaucoup cet album, bien mieux qu'un simple brouillon pour le superbe Tales of The 1000 Lakes à venir.
Cette sorte de grandeur austère et très mystique qui s'en dégage est assez remarquable.
Reigoth - 20 Août 2011: Mon préféré des finlandais, loin devant Tales !!!......

Cet album possède de bons passages bien bourrins sur fond assez lourd, mais c'est du bon old school....
Rheindarst - 13 Novembre 2011: Cet album fut un de mes favoris de l'année 92.

J'avais beaucoup aimé l'ossature des titres construit sur un schéma puissant mais avec une subtile touche mélodique. Et puis comme l'a si justement souligné Fabien la production "hors stéreotype" du Sunlight studios est vraiment de très bonne qualité et convient parfaitement à l'ambiance recherché par les finlandais.

Il reste mon préféré du groupe même si j'ai apprécié dans une moindre mesure "Tales from a Thousand Lakes". J'ai par contre complètement décroché après et depuis je n'ai quasiment pas réécouter le groupe mis à part le réenregistrement de leurs vieux titres sur "Magic & Mayhem" (qui ne m'a pas convaincu).

Cordialement.

Rheindarst
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Le Vinc

01 Août 2003
Cet album des Finlandais est tout simplement à mes yeux leur meilleur. il est unique dans le genre. On ressent la lourde atmosphère que pouvaient vivre des chevaliers pendant une bataille ou bien l'odeur des cadavres, la senteur du chaos, le goût de l'apocalypse pour celui qui en sortait vivant.

Tout ceci est mis en avant par une ambiance totalement saisissante. Ce n'est évidemment pas chose facile de créer cela, surtout quand on veut que tout cela sonne death metal. Alors une dernière chose à dire... Bravo !!

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire