Eclipse

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Amorphis
Nom de l'album Eclipse
Type Album
Date de parution 24 Fevrier 2006
Labels Nuclear Blast
Enregistré à Sonic Pump Studios
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album297

Tracklist

1. Two Moons 03:22
2. House of Sleep 04:10
3. Leaves Scar 03:38
4. Born from Fire 03:59
5. Under a Soil and Black Stone 04:13
6. Perkele (the God of Fire) 03:31
7. The Smoke 03:39
8. Same Flesh 04:40
9. Brother Moon 04:47
10. Empty Opening 05:48
Bonustrack (Digipack Version)
11. Stone Woman 03:35
Total playing time 45:22

Chronique @ Selfdestruction

08 Novembre 2011

Cette pochette sublime illustre parfaitement la beauté qu’un tel album recèle.

Amorphis, c’est trois albums qui posèrent les bases d’un death metal progressif-mélodique innovant, aux ambiances folk bien ancrées, et qui trouva son apogée avec le sublime « Tales from the Thousand Lakes » (même si « Elegy », qui suivra deux années plus tard, est une franche réussite lui aussi). Les trois albums qui suivirent quittèrent les terres sombres du death metal pour mieux développer les côtés folk et jazzy/psychédéliques/expérimentaux du groupe. Mais death metal ou non, le talent du groupe restait intact, à l’exception peut-être du petit dernier : « Far from the Sun ». Tout ceci pour simplement aviser celui qui aimerait s’aventurer dans les contrées finlandaises propres à Amorphis que chaque album – ou plutôt chaque « ère » – du groupe ne ressemble à nul(le) autre, et que, selon ce qui vous plaît le plus chez Amorphis, vous aimerez plutôt un album ou un autre.

Mais seulement voilà, l’avenir du groupe semblait bien compromis avec le départ du chanteur Pasi Koskinen et les deux derniers albums qui rencontrèrent un succès mitigé. En effet, trop influencés par le rock psychédélique des 70's pour plaire au public de « gros bourrins aux cheveux longs » qui était tombé amoureux du groupe sur « Tales from the Thousand Lakes ». Et si la plupart de leurs albums restaient de franches réussites, « Far from the Sun » manquait vraiment de panache et « d’envie ». On sentait donc un groupe au bout du rouleau et on se demandait franchement comment ils allaient s’en sortir.

Du coup, où en est-on avec « Eclipse » ? Hé bien, après une longue recherche pour trouver un remplaçant à Pasi Koskinen – et qui a bien failli déboucher sur un album instrumental – Amorphis recrute un certain Tomi Joutsen. (Presque) parfait inconnu de la scène metal, on pouvait vraiment se demander sur quoi cela allait déboucher.
Il s’avère que Tomi était un grand fan d’Amorphis et il proposa ainsi plusieurs retours aux sources, qui se ressentent sur « Eclipse ». Ainsi, la dualité chant clair/ growl, qui avait complètement disparu avec Pasi, refait (gentiment) surface. Les textes reviennent, comme à l’origine (Karelian et Tales), sur la mythologie finlandaise et sa fabuleuse littérature. Ainsi, « Eclipse » raconte l’histoire de Kullervo, « héros tragique de l'épopée nationale le Kalevala. Maltraité dès l'enfance, il devient un homme sans foi ni loi, ignorant et violent. Ayant violé celle qu'il découvre être sa sœur, il finit par se suicider avec son épée » pour reprendre les mots de Wikipedia.

Mais « Eclipse » est loin d’être un simple retour aux sources. Il incorpore un passé retrouvé (le côté death, les textes), qui viendra s’ajouter aux nombreux bagages cumulés ou développés par les derniers albums : le folk plus développé sur « Elegy » et « Tuonela », et le psychédélisme et les expérimentations (qui vont de pair avec l’arrivée de Sakari Kukko au sein du groupe) de « Am Universum ».

Enfin, signalons tout de même que Tomi Joutsen est loin, très loin, du chant de Pasi Koskinen (à comprendre de manière élogieuse). Non seulement il dispose d’un growl puissant mais il est aussi capable de beaucoup de finesse et d’émotion. Totalement à l’aise, il passe aisément d’un type de chant à un autre (bluffant sur « The Smoke »), et pour vous dire la vérité, je suis bien heureux du changement de chanteur. Bien qu’il n’ait pas contribué à l’écriture de l’album, qui n’attendait que de trouver un chanteur pour sortir, son influence reste considérable sur « Eclipse ».
Ainsi, on a droit a de véritables pépites, provenant d’influences en tout genres et des apports de chaque membre et ex-membre du groupe, qui ont chacun contribué à faire d’Amorphis ce qu'il est à ce jour. « Perkele (The God Of Fire) » ou « The Smoke » en sont de bons exemples : ils sont folk, progressifs, death et psychédéliques par moments. Le clavier occupe une place très importante dans beaucoup de morceaux. C’est un constat qui ne fera que se confirmer au fil des albums. Toutefois, il n’occupe pas toujours le même rôle : très jazzy dans « Same Flesh » (qui est du genre à vous rappeler les expérimentations de « Am Universum ») mais beaucoup plus ambiancé dans « The Smoke ». Le folk, qui avait presque disparu sur le dernier album du groupe, « bouffé par le côté rock/psyché», refait gentiment surface sur « Brother Moon » ou « Leaves Scar », mais concrètement il s’agit du grand absent de ce disque. Effectivement, « Eclipse » est encore bien marqué par la patte « Am UniversumFar From Sun », plus rock et moins folk que leurs premières productions. Cependant, rassurez-vous, cet aspect du groupe refera surface de plus belle manière sur l’album suivant. Pour l’instant, il n’est vraiment présent que par petites touches de clavier, quelques riffs et surtout les textes.

Je peux bien vous raconter tout ce que vous voulez, c’est très difficile à expliquer ce que l’on ressent à l’écoute de cet album. Une chose reste sûre tout de même : il est très bon, bien meilleur que son prédécesseur. Personnellement, il reste l’un des albums qui me plaît le moins dans « l’ère Joutsen » car il est plutôt avare en ce qui concerne le côté folk/progressif du groupe, que je trouve bien plus développé dans « Silent Waters » ou « The Beginning of Times ». Sans parler du fait que le son de l’album est encore très rock.

« Eclipse », c’est donc et surtout le retour triomphal d’un groupe qui semblait en difficulté. Il comporte ainsi d’indéniables qualités, tant au niveau de la production (enfin ! Merci Nuclear Blast !) que dans son écriture (la plupart des morceaux ne font que 3 à 4 minutes, composés avec génie), ou encore cette sublime pochette qui illustre parfaitement la beauté qu’un tel album recèle.

13 Commentaires

5 J'aime

Partager

Selfdestruction - 08 Novembre 2011: Merci,
@FBD5367: Et juste après : "(même si « Elegy », qui suivra deux années plus tard, est une franche réussite lui aussi)."
C'était peut-être formulé de manière un peu maladroite, mais c'était pour dire que l'apogée du death metal à la Amorphis pour moi c'est plutôt "Tales" que "Elegy"
FBD5367 - 09 Novembre 2011: C'est bien ce que je me suis dit, Selfdestruction, en relisant.
Sinon, je me suis réécouté Eclipse, Silent Waters et les deux derniers d'une traite. Du coup ça fait un peu comme si j'avais écouté un seul et très long album. La recette est toujours la même (mais ce n'est pas le seul groupe à pondre des albums quasi identiques). En même temps, c'est leur style et je ne dis pas ça en terme de reproche !
Selfdestruction - 09 Novembre 2011: Non, je te l'accorde, c'est pas un groupe qui change beaucoup depuis "Eclipse"! Mais quand même, je trouve que chaque album a une personnalité propre, à part peut-etre les 2 derniers très "dans la même vague". Silent Waters et Eclipse me semblent assez différents, mais je vais faire comme toi, je vais les réécouter à la suite pour comparer.
De toute façon je vais tous les réécouter car je pense chroniquer les albums qui n'ont pas encore eu cet honneur...et qui le méritent.
LeMoustre - 23 Fevrier 2016: Le seul Amorphis présent sur mes étagères avec "Tales...". Déjà, on sent quand même la filiation avec le groupe qui a pondu Tales sur certaines sonorités ou mélodies. Le chanteur est excellent, et si on ne navigue plus dans le deathmetal, ben, c'est quand même dans son style un foutu bon disque. Mélodique, prenant, enjôleur, et bigrement efficace. Les thèmes s'incrustent pour ne plus lâcher même après l'écoute. je ne sais si tous les Amorphis sont du même niveau, et je doute en racheter d'autres, mais quand je veux "câliner" mes oreilles avec autre chose que de l'agression, ce Eclipse fait régulièrement son apparition dans le lecteur CD. 15/20.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kivan

02 Fevrier 2006
Amorphis, pas moins de 10 albums et pourtant pas moyen de classer le groupe… Death mélodique, rock folklorique… les facettes que nous font découvrir le groupe à chaque nouvel album semblent innombrables. Et ce tout nouvel opus, Eclipse, ne viendra pas démentir cet état de fait… surtout quand le groupe s’arme d’un nouveau chanteur : Tomi Joutsen, qui vient remplacer son prédécesseur Pasi Koskinen.
Un tel remplacement avait fait craindre le pire à bon nombre de fans, mais cet album viendra sans aucun doute les rassurer. Tomi Joutsen s’en sort admirablement bien !
Sachant à merveille alterner chant death et chant clair, cet album s’annonce comme une pure merveille du groupe, plus proche de l’époque Elegy, que « Tales from the Thousand Lakes ». Les chants death sont très présents avec des passages très puissants et lourds, mais se mélangeant magnifiquement avec des refrains plus mélodiques et aérés.
Individuellement, chaque morceau apporte sa propre touche à l’album, soit plus lents, soit plus mélodiques ou plus lourds et puissants. Mais, dans l’ensemble, il ressort un album intense et compact, s’écoutant facilement d’un bout à l’autre avec la même émotion, qui viendra une fois de plus nous emmener voyager vers les pays nordiques !
Si vous aimez Amorphis, et que vous n’êtes pas totalement fermés à toute idée de nouveauté, alors nul doute que cet album saura vous convaincre !

2 Commentaires

7 J'aime

Partager
clek - 17 Juillet 2010: Je préfère le chanteur actuel, son chant me transporte.
Selfdestruction - 07 Novembre 2011: Le chanteur actuel, c'est le chanteur d'Eclipse. Mais oui, je te l'accord, je le préfère largement.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire