The Graveyard

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe King Diamond
Nom de l'album The Graveyard
Type Album
Date de parution 30 Septembre 1996
Produit par King Diamond
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album186

Tracklist

1. The Graveyard 01:22
2. Black Hill Sanitarium 04:28
3. Waiting 04:27
4. Heads on the Wall 06:20
5. Whispers 00:31
6. I'm Not a Stranger 04:04
7. Digging Graves 06:56
8. Meet Me at Midnight 04:47
9. Sleep Tight Little Baby 05:38
10. Daddy 03:22
11. Trick or Treat 05:10
12. Up from the Grave 03:18
13. I Am 05:51
14. Lucy Forever 04:57
Total playing time 1:01:11

Chronique @ JeanRaoulDucable

25 Juillet 2008
En guise de première chronique, je me lance dans celle du "cimetière", septième album solo du théâtral King Diamond et de ses talentueux musiciens, en particulier Andy LaRocque.

Comme à son habitude, le King enchâsse son oeuvre musicale au sein d'une histoire lugubre et torturée. Point de fantômes, d'inquisition ou de mamie voyante comme sur les précédents opus; cette fois ci il s'agit de la charmante histoire d'un "malade mental" fraîchement évadé d'asile, trouvant refuge "naturellement " dans un cimetière, décidant par la suite de se venger d'un homme qui s'avère avoir abusé d'une jeune enfant ( la petite Lucy dont il sera question quasi tout au long de l'album ). Idéal comme cadre pour se laisser aller aux névroses, paranoïas et autres délires dans lesquels le King expose tout son talent narratif et vocal.

Musicalement parlant, c'est du propre ! Tous les titres sont carrés et précis alternant pistes rapides ( Black Hill Sanitarium, Waiting, Meet Me at Midnight ) et d'autres, la majorité, beaucoup plus lancinantes et malsaines aux rythmes lourds et pesants ( Digging Graves, Heads on The Wall, Sleep Tight Little Baby ...). La section rythmique est irréprochable faisant son travail sans rajouter de superflu. Les nombreux breaks et solos sont tranchants et remarquablement négociés par les guitaristes (qui sont tout sauf des manches). Ces derniers s'en donnent à cœur joie, se renvoyant la balle avant de reprendre des riffs et mélodies qui restent accrochés dans la tête, un peu comme ces voix harcelant le protagoniste à qui le King prête sa voix toujours aussi impressionnante. Grimpant dans les aigus (en me paraissant moins strident néanmoins que sur les précédents albums ) avant de changer pour un chant plus bestial et carnassier, alternant entre ricanements entrecoupés de spasmes et sanglots persécutés d'homme au bout du rouleau, notre frontman exprime tout son talent vocal, nous plongeant au cœur de l'histoire. La musique met particulièrement en valeur les qualités narratives du King, s'adaptant à tous les changements de tons avec une fluidité impeccable, nous permettant de mieux nous fondre dans la peau du personnage à grands renforts d'orgues, clavecins et synthés. Et c'est là une des qualités première de cette œuvre, c'est sa capacité immersive ! On ressent toute son exultation enfantine et malsaine lorsqu'il prononce sa sentence ( I Am ), on l'imagine en train de s'arracher les cheveux par poignées entières alors qu'il ne supporte pas les pleurs de Lucy ( Sleep Tight Little Baby ) tout comme on peu palper le conflit interne qui le ronge comme un cancer tout au long de l'histoire ( The Graveyard, Digging Graves, I'm not a Stranger ) etc... C'est dérangé, c'est tourmenté, c'est à bout de nerfs ! et en plus on s'y croit !
Comme pour les précédents albums, il convient de prendre son temps pour savourer cette œuvre qui me parait une des plus abouties de sa discographie. Une histoire, une ambiance dérangeante, un éventail complet de dégénérescence mentale humaine somptueusement interprété par un King au top de ses performances vocales, le tout servi et soutenu par des musiciens au diapason et vous obtenez un Graveyard glacial et vibrant de noirceur !
Pour moi un bon 15/20.
Merci pour votre lecture et bonne écoute !

3 Commentaires

15 J'aime

Partager
nonometaltatts - 28 Juillet 2008: Ouah!!!Je n'ai pas écouté cet album mais ta chronique donne envie en tout cas.Pour une premiere c'est plutot pas mal du tout
ZazPanzer - 11 Janvier 2010: Très belle chronique, bravo. Fan du King à l'époque, j'avais bien aimé cet album à sa sortie -sauf la prod comme d'hab très moyenne- mais ça commençait à me lasser. J'avais adoré le précédent, plus direct et plus simple, qui tranchait avec ce qu'il avait fait avant. Là il repartait dans quelque chose d'un peu plus complexe sans toutefois arriver aux riffs alambiqués et complètement fous de l'époque Abigail / Them/Conspiracy. J'ai encore acheté le suivant, puis ça m'a gavé. Mais il faut préciser qu'à cette époque j'écoutais Abigail et Them en boucle depuis 2 ans. Oui je sais c'est grave. En fait j'ai fait une overdose de King. et là j'en ai pas écouté depyuis une paire d'années, mais ça me démange un peu de reprendre. Ma femme va encore criser :-))
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire