House of God

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe King Diamond
Nom de l'album House of God
Type Album
Date de parution 20 Juin 2000
Produit par Kol Marshall
Enregistré à Nomad Recording Studio
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album186

Tracklist

1. Upon the Cross 01:44
2. The Trees Have Eyes 04:46
3. Follow the Wolf 04:28
4. House of God 05:36
5. Black Devil 04:28
6. The Pact 04:10
7. Goodbye 02:00
8. Just a Shadow 04:37
9. Help!!! 04:22
10. Passage to Hell 02:00
11. Catacomb 05:01
12. This Place Is Terrible 05:34
13. Peace of Mind 02:32
Total playing time 51:18

Chronique @ cacaman

19 Août 2005
Déjà le neuvième opus studio pour le King en solo, qui parvient à mener de front le Mercyful Fate reformé, tout en composant la plupart des morceaux dans les deux formations. Le récent album du Fate, "9", avait démontré un net regain de forme, clouant le bec de ceux qui avaient décelé une perte de vitesse. Qu'en sera-t-il pour le très attendu "House of God", dont le traditionnel remaniement de line-up laisse désormais indifférent?

Si les premiers jets d'oreille sont plaisants, ce n'est qu'après plusieurs écoutes que l'on découvre la réelle profondeur, la divine maîtrise musicale et textuelle proposée par le Danois. En clair, "House of God" est excellent. Livret en main, on plonge dans l'étrange histoire contée par maître King, enchevêtrée dans un heavy metal mature, mélodique et anguleux ; si les textes sont peaufinés, on regrettera toutefois le manque de détails concernant quelques points importants du déroulement, comme par exemple l'origine du pacte signé de sang ou pour quelle raison le "passage vers l'enfer" s'ouvre alors que personne ne doit en connaître le contenu. Côté musique, le fan du King sera comblé ; en effet, celui-ci, non content de pondre des refrains donnant la chair de poule (The Trees Have Eyes, Catacomb, House of God) en utilisant ses vocalises incroyables et inimitables, compose une musique réfléchie, pêchue, riche et accrocheuse (Just A Shadow, le singulier Help!!!, This Place Is Terrible...), solidement secondé par l'inamovible Andy LaRocque. Quant aux nouveaux partenaires, ils se distinguent de belle manière, surtout Glen Drover, auteur de soli souvent assassins.

On ne peut que se prosterner devant une telle démonstration, une telle classe. "House of God" représente l'aboutissement du Danois, tant dans la narration, dans la composition que dans l'exécution. La contribution de cet étrange bonhomme au heavy est énorme, sans doute aussi forte que celle de Steve Harris ou de la paire de gâchettes de Judas Priest. Depuis "Don't Break The Oath" de Mercyful Fate et les classiques "Abigail" et
">"Them", King Diamond renoue avec l'excellence. La seule attente, ô combien exigeante, pour le prochain opus est la perfection.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
ZazPanzer - 11 Janvier 2010: Whhooooouuufff !! Eh ben, je l'ai pas écouté cui là, mais je sens que je vais replonger. Ta chronique donne envie en tous cas. Si j'arrive à m'extirper du trip Thunder dans lequel je nage depuis 1 mois, je vais racheter du King.
 
cacaman - 12 Janvier 2010: En fait c'est mon KD préféré (et non pas Abigail 2 que j'aime bien mais que j'ai un peu surnoté ici), cependant de nombreux fans n'accrochent pas... juste pour t'avertir ;) Ceci dit l'histoire est excellente et ça tout le monde s'accorde à le dire.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire