Symbol of Salvation

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Armored Saint
Nom de l'album Symbol of Salvation
Type Album
Date de parution 1991
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album152

Tracklist

1. Reign of Fire 03:56
2. Dropping Like Flies 04:39
3. Last Train Home 05:18
4. Tribal Dance 04:07
5. The Truth Always Hurts 04:19
6. Half Drawn Bridge 01:27
7. Another Day 05:31
8. Symbol of Salvation 04:36
9. Hanging Judge 03:45
10. Warzone 03:37
11. Burning Question 04:18
12. Tainted Past 07:04
13. Spineless 04:16
Total playing time 56:53

Chronique @ samolice

04 Juillet 2012

Sans Prichard point de salut? Que nenni!

Etonnante cette capacité de l'homme à (souvent) tirer le meilleur de lui même dans les moments les plus difficiles.

A la fin de l'été 1991, des palettes entières du black album des Mets sont vendues chaque jour. Seul Nirvana parvient péniblement à suivre la cadence.
A l'écart de ce tumulte, un groupe se fait tout petit : Armored Saint. Outre leur contrat avec le label Chrysalis, c'est à une perte bien plus dramatique à laquelle doit faire face le combo californien avec le décès de leur guitariste et principal compositeur Dave Prichard.

Se plaignant sans cesse et depuis longtemps déjà de maux de tête, il est foudroyé par une leucémie le 28 février1990, quelques mois seulement après que cette dernière ait enfin été diagnostiquée.
"Un véritable passionné avec un tempérament de feu, à l'image de sa chevelure rousse, un guitariste à part qui avait sa propre personnalité. Son talent était très certainement sous-estimé, il avait un jeu unique bien à lui et il a fait le son d'Armored Saint " (Bush, La Grosse Radio, avril 2012).

Sans Prichard, surnommé King of the Riff par ses camarades, point de salut pour le groupe? Et Ac/Dc en 1980 alors? Comme un symbole (of salvation), Armored Saint lui rend l'hommage qu'il mérite en signant ce magnifique album, le mieux produit (merci Dave Jerden) et le plus varié du groupe - je n'ai pas dit pour autant le meilleur... mais c'est tout comme -.

Lâché donc par Chrysalis mais récupéré par Metal Blade Records, le boss Brian Slagel ayant insisté pour obtenir la signature du groupe, Armored Saint se met au boulot. Ils n'ont pas les main vides. Depuis 1989, les gars planchent sérieusement sur leur quatrième album. Une première démo - qui se promène sur le web - a même déjà été enregistrée.
Outre cette dernière, Prichard a beaucoup composé. Il est ainsi crédité sur huit des treize titres de l'album. La version triple Cd éditée en 2003 par Metal Blade propose les versions démos de l'album produites par Pritchard et avec ses propres soli - super occasion d'entendre les derniers qu'il a enregistré avant sa mort - ainsi que des interviews de Slagel et des membres du groupe.
Phil Sandoval, de retour aprés avoir réglé ses problèmes d'alcoolisme, et Jeff Duncan, ami de longue date du groupe et qui a déjà fait une apparition en 1988, prennent le relais de Dave. Ils vont mouiller la chemise comme jamais pour leur ancien partenaire ("Hanging judge", "Symbol of Salvation").

Ok, mais concrètement, il donne quoi ce disque?
Messieurs, mesdames, ne vous battez pas, y'en aura pour tout le monde. Catchy and heavy.

A ma gauche, des compos plutôt calmes qui traduisent parfois une sensibilité pop ("Last train home", qui a tout du single évident, avec ce que cela signifie, à savoir notamment un côté commercial - osons le mot - qui pourra irriter certains, "The truth always hurts", plus faible malgré son groove et ses chouettes twin guitares, "Another day", "Tainted past").
Dans cette veine, ma préférence va à "Another day". La manière dont le titre s'enflamme en fin de parcours me fait penser, toute proportion gardée, au mythique Freebird - je sens que je vais me faire assassiner sur ce coup. Hé, j'ai bien dit toutes proportions gardées! -.
Un tout petit cran en dessous, l'épique "Tainted Past" peut être qualifié de power ballad survitaminée. C'est en outre le seul titre à présenter un solo de Prichard (apparemment tirée d'une démo de... 1984). Ca fait une nouvelle fois bien mal au cul d'entendre ce que nous avons perdu avec sa disparition.

A ma droite, les titres qui envoient du bois - la majorité - ("Hanging judge" et son riff presque punk, titre pour lequel Slagel a fait des pieds et des mains pour que le groupe accepte de l’inclure au tracklist). Les refrains cracheurs de feu ("Reign of fire", "Dropping like flies", "Symbol of Salvation", "Tainted past") et les riffs killers ("Warzone", "Symbol of Salvation") sont de retour. On va se gaver!
Dés l'entame du furieux "Reign of fire", titre composé par John Bush sur ordre de Pritchard, les étoiles s'alignent. Tout ce qui fait d'Armored Saint un groupe immense est réuni : vocaux écorchés et rageurs, rythmiques qui usent du médiator à la louche, refrain enjoué, solo majestueux.
On ne peut dés lors que ... "tomber comme des mouches" ("Dropping like flies"), deuxième bombe enquillée d'affilée avec un important travail sur les chœurs, ce qui n'est somme toute pas une habitude du groupe.
Gros coup de cœur également pour le morceau éponyme, trashy juste ce qu'il faut pour lever le point et headbanguer tout de long.

Après une baisse de motivation évidente sur "Raising Fear" - nous en avons proposé une explication lors de la chro consacrée à ce disque - pub -, Bush is back. Il tape en plein dans le mille du début à la fin de l'album. En "l'absence" de Prichard, la palme d'or est pour lui.
Armored Saint et Anthrax réunis, voilà l'album où je le trouve le plus attachant, alliant à la perfection rage et sensibilité (même si je ne suis pas archi-fan de "Last train home", sa performance y est bluffante). Entre Sebastian Bach pour l'énergie et la gouaille, et Rob Halford pour la technique et l'étendue de la palette vocale (d'ailleurs, à titre de comparaison, je trouve que l'esprit bien furibard d'un "Slave to the Grind" n'est pas loin tout au long de l'album).
Et si j'en trouve beaucoup pour me dire qu'ils préfèrent Bush sur l'album précédent plutôt que sur celui-ci, je pars m'installer sur une île déserte pour le restant de ma vie à me demander le pourquoi de ma présence sur terre. Je dis ça parce que j'ai déjà pu lire une telle connerie sur certains forums, et là je me suis fâché-tout-rouge. Non mais sérieusement, il est fuckin' monstrueux sur ce « Symbol of Salvation ».

Permettez moi également de décerner le prix spécial du jury au batteur, Gonzo Sandoval. Son jeu, plus varié que jamais, nous régale ("Tribal dance" et sa superbe intro d'influence sud-américaine, les roulements de "Symbol of Salvation") et l'assise rythmique qu'il propose avec Vera est cadenassée à double-tour ("Warzone","Burning question"). Carré, ça bouge pas d'un poil. Ce dernier point n'est pas une surprise pour quiconque connaît le groupe depuis ses débuts.

L'album de la consécration? A sa sortie, les critiques de « Symbol of Salvation » sont très positives et l'album se vend plutôt bien en Europe. Une nouvelle ère semble s'ouvrir pour le combo. Pourtant, après une tournée US avec Megadeth et Suicidal Tendencies, le groupe décide d'en rester là. Le cœur n'y est plus...

Le reste appartient à l'histoire. John Bush remplace Belladonna au sein d'Anthrax et Joey Vera rejoint Fates Warning.

Sniff. Comme dirait calimero, c'est trop injuste.

8 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

samolice - 04 Juillet 2012: Mais moi non plus je ne leur avais pas laissé une chance. J'ai juste perdu 20 ans!

Mais frametard que jamais -)
Elevator - 04 Juillet 2012: Encore une chronique bien réussie !

J'aime cet album mais il ne me fait pas un effet aussi fort que les 2 premiers car je le trouve inégal. Cependant, il y a des morceaux forts qui marquent quand même.
samolice - 11 Juillet 2012: Je viens seulement de me rendre compte que Dave Jerden a ensuite produit le
"Sound of White Noise" d'Anthrax avec l'ami Bush au chant. Impressionnés par le résultat sur "Symbol of Salvation" les gars d'Anthrax?
judasblade - 24 Août 2012: Merci pour la chronique-
J"ai un paquet de retard sur le saint...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire