Delirious Nomad

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Armored Saint
Nom de l'album Delirious Nomad
Type Album
Date de parution Octobre 1985
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album119

Tracklist

Re-Issue in 2017 by Rock Candy
1.
 Long Before I Die
 02:47
2.
 Nervous Man
 04:01
3.
 Over the Edge
 04:51
4.
 The Laugh
 04:21
5.
 Conqueror
 04:28
6.
 For the Sake
 04:23
7.
 Aftermath
 05:31
8.
 In the Hole
 03:50
9.
 You're Never Alone
 04:37
10.
 Released
 03:05

Durée totale : 41:54


Chronique @ samolice

02 Juin 2012

Armored Saint enfonce le clou

La semaine dernière, j'ai failli gagner à l'Euro Millions. A 5 numéros et 2 étoiles prêts...

Comme quoi la destinée ne tient parfois pas à grand chose. Pour Armored Saint, j'ai un peu le même feeling. A la fois si loin et si proche de devenir énorme. Malgré des albums de qualité, il a sans cesse manqué au groupe le coup de pouce du destin. Ou de la chance, appelez ça comme vous voulez. La faute peut être aussi un léger manque de lucidité.

Ainsi, à la fin de l'année 1985, le groupe y croit dur comme fer. Environ un an après un « March of the Saint » plus que prometteur, les américains repartent en croisade avec la parution de « Delirious Nomad », toujours sur la major Chrysalis. Notons toutefois que l'album mettra quelques mois à nous parvenir depuis la côte ouest des USA pour n'arriver en France que vers la fin du mois de mars 1986. L'ambition avouée du groupe est désormais de conquérir de plus larges territoires : "We want to go down in history" clament-ils, eux qui veulent devenir aussi célèbre que Led Zeppelin (Hard Rock Magazine, Novembre 1986). Ben voyons. Nos chevalier préférés se prendraient-ils parfois un peu trop au sérieux ?

Pour ce deuxième album, ils ont décidé ... de ne pas trop se décider.
Ils hésitent entre poursuivre sur la lancée du premier effort - un heavy trés typé NWOBHM - et s'ouvrir à de nouvelles sonorités. Il faut dire qu'ils sont encore bien jeunes, la petite vingtaine en moyenne, et qu'ils semblent se chercher un peu (« je mets l'armure rouge sang ce matin ou la noire métal? »).

Pourtant, dés que l'on aperçoit la pochette, on se dit quand même que quelque chose a changé. Une sorte de mix new wave/punk aux couleurs orangées. Plutôt surprenant. Difficile de percevoir là un-putain-d'album-de-heavy-metal-qui-va-vous-trouer-le-séant!
Exit châteaux forts, motos ou épées, place à un "concept" plus complexe. L'espèce humaine est menacée, les survivants sont des nomades devenus fous et sauvages - d'où le titre de l'album auquel il est fait référence sur le morceau "Nervous man" -, à la recherche d'un abris et de nourriture. Les Saints abandonnent également leurs tenues en armure sur scène - trop lourdes? -.
Au verso de la pochette, apparaissent 4 musiciens légèrement floutés. Seulement 4? Et oui, Phil Sandoval est absent. Ejecté lors de l'enregistrement, les autres membres lui reprochant une tendance exagérée à se pencher sur les saveurs alcoolisées, il est remercié d'un "special special thanks, founding member". Plus surprenant encore, les membres du groupe ne sont même pas crédités. Quand on pense que le management était assuré par Q Prime, c'est à se demander si tout n'était pas fait pour ne justement pas faire d'ombre au combo montant de l'écurie, un certain Metallica. Parano? Moi? Peut être. Avouez quand même que pour de tels pros du business, voilà une manière étonnante de vendre ses poulains. Et ne comptez pas sur la pochette intérieure pour en apprendre plus, elle est d'un blanc immaculé.

Au niveau du contenu musical, nous tenons là un album avec des hauts et débats.
Des hauts parce que l'album plane toujours très au dessus de la mêlée.
Débat sur la perte de l'énergie brute du premier opus. L'album est en effet moins rentre-dedans, aucun doute là dessus. De même, les intros et refrains ne sont, dans l'ensemble, plus aussi marquants.
Débat sur la volonté du groupe de proposer un matériel moins direct ("Over the Edge", très groovy, avec un chant et un break tout en retenu et un jeu de batterie excellent, "For the Sake of Heaviness", avec sa montée en pression, son atmosphère angoissante et un magnifique chorus de guitare, "In the Hole").

Autre sujet à débat, le son de l'album. Frustrés par le rendu final de la production de l'opus précédent, les membres du groupe veulent un son massif et puissant. Ils enregistrent aux studios Can-Am de Tarzana en Californie en compagnie du vétéran Max Norman (Loudness, Savatage, Ozzy). Ils sont convaincus d'avoir enfin pu capturer sur disque leur son live. De nombreux fans ne partageront pas ce point de vue. A mon sens, beaucoup de bruit pour rien. Ni pire ni meilleur que celui du précédent, le son est, encore aujourd'hui, tout à fait correct.

Pour autant, l'auditeur n'est pas en territoire inconnu. La plupart des titres sont construits autour de superbes riffs ("The laugh", "Nervous man", "In the hole", "Conqueror"), l'énergie est bien présente (l'Acceptien "Long Before I Die", le rageur "Conqueror", l'épique "The aftermath", ou "Released" avec une basse omniprésente et un feeling très rock 'n roll branché sur du high voltage), et les breaks toujours forts bien pensés.
A ce titre, "The Aftermath" est un sommet dans la carrière du band. Une intro digne du plus grand Judas Priest, suivie d'un break en arpèges à la guitare sèche accompagné par le chant émotionnel de Bush qui prend quelques légères teintes Halfordiennes - j'ai dit légères -, puis le titre s'emballe sans dépasser toutefois les limitations de vitesse et se conclue par une perle de solo.

En outre, ce qui est bien avec Armored Saint, c'est que même sur le titres moins inspirés, il y a quelque chose à se mettre sous la dent. Ainsi, le solo de "The laugh" est à se taper les coui--es par terre et le saignant "In The Hole" propose un break illuminé par l'harmonie de guitare et un final qui emporte tout.

Plus hargneux qu'un pitbull qui te chope à la gorge, Bush balance un chant rageur, affirmé et puissant et que l'on sent de mieux en mieux maitrisé. Pour autant, c'est Dave Prichard qui éclabousse l'opus de tout son talent au point de largement voler la vedette à Bush. Tous les soli, sans exception, sont gorgés de mélodies et de feeling - celui de "Long Before I Die" est une merveille -. Il demeure à mon sens le guitariste le plus sous estimé du (heavy) métal. La grosse claque!

"We want to go down in history". Sévère désillusion. Au niveau des ventes, si « March of the Saint » avait fait un petit boum (autour de 100000 ventes), « Delirious Nomad » fera un gros pschittttttttt. Il n'en reste pas moins un superbe album qui s'illumine un peu plus à chaque nouvelle écoute.

Putain, et dire que moi aussi j'étais à deux doigts de devenir multi millionnaire...

11 Commentaires

7 J'aime

Partager

ZazPanzer - 03 Juin 2012: Superbe chronique qui tombe à pic, j'ai ressorti ce week-end mes vieilles cassettes de Delirious Nomad et Raising Fear, j'ai même retrouvé la démo de 1983 avec un superbe titre, No Reason To Live. Concernant ces deux disques, j'accroche beaucoup moins qu'au premier. Les titres sont pourtant excellents et il n'y a objectivement rien à redire, mais la sauce prend moins bien, en tous cas pour moi. Le seul morceau que je trouve vraiment extraordinaire sur ce disque, c'est le terrible Nervous Man qui donne son nom à l'album, je trouve d'ailleurs qu'ils auraient dû le placer en ouverture, même s'il "attaque" moins fort que Long Before I Die. Bref, quand même deux très bons disques, mais loin derrière March Of The Saint. Merci Sam, et je t'encourage vivement moi aussi à terminer la trilogie.
samolice - 15 Septembre 2012: Ton post m'avait échappé Zaz. "No reason to live" est présent (en version studio) sur l'excellent, et trop court, live "Saints Will Conquer".
ZazPanzer - 13 Janvier 2013: Racheté en cd alors que je n'avais qu'une copie cassette du vinyle depuis toutes ces années, je reviens sur mes propos précédents. Je trouve cet album excellent et le son énorme ! Il faut que je chope le "Raisng Fear" !
samolice - 13 Janvier 2013: Cool Zaz! Pour moi, au niveau des soli, c'est un de mes albums préférs tous styles confondus. Ta versioncd est-elle un remaster et si oui y'a t-il des bonus?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire