Svidd Neger

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Ulver
Nom de l'album Svidd Neger
Type Album
Date de parution 15 Septembre 2003
Style MusicalDark Ambient
Membres possèdant cet album28

Tracklist

1.
 Preface
Ecouter01:42
2.
 Ante Andante
Ecouter00:53
3.
 Comedown
Ecouter02:19
4.
 Surface
Ecouter03:17
5.
 Somnam
Ecouter02:41
6.
 Wild Cat
Ecouter02:32
7.
 Rock Massif Pt. 1
Ecouter01:41
8.
 Rock Massif Pt. 2
Ecouter02:05
9.
 Poltermagda
Ecouter00:28
10.
 Mummy
Ecouter01:02
11.
 Burn the Bitch
Ecouter00:52
12.
 Sick Soliloquy
Ecouter00:21
13.
 Waltz of King Karl
Ecouter03:17
14.
 Sadface
Ecouter02:43
15.
 Fuck Fast
Ecouter00:20
16.
 Wheel of Conclusion
Ecouter06:26

Durée totale : 32:39

Acheter cet album

Ulver



Chronique @ Svartolycka

18 Novembre 2004
Ce mini-disque est comme « Lyckantropen », c’est-à-dire une bande sonore d’un film. Donc, certains titres sont très courts, d’autres s’enchaînent, tous les ingrédients d’une bande-son d’un film. On sent que cet enregistrement n’est pas éloigné de « A Quick Fix of Melancholy ». La musique n’est pas vraiment électro, mais lorgne plus dans l’utilisation d’instruments à vent, de cuivres, bref c’est plus du classique avec quelques touches de piano, une batterie très jazz à certains moments ainsi que des incursions de cris dés fois enregistrés tel quel soit transformés donnant un aspect plus industriel que l’on connaît avec Ulver.

L’ensemble est fort joli, certaines parties sont poignantes. Un cri suffit pour montrer une brutalité humaine et les parties à la batterie, bien que surprenantes, ne donnent pas qu’un rythme mais aussi une ambiance mélancolique, néanmoins plus rentre-dedans.
Cependant tout n’est pas rose dans cette pièce d’Ulver. Le truc qui coince, c’est que sur cette galette, ça sent la commande. Là où le groupe avait su brillamment jouer de sa personnalité sur « Lyckantropen » n’est plus visible ici. Là où « Lyckantropen » transformait une simple bande-son en un magnifique voyage émotionnel dans l’inconscient de nos esprits, ici l’aspect est plus hermétique et n’arrive pas à la sensation éthérée de « Quick Fix… ».

Donc, déception pour ce nouvel enregistrement de Ulver qui n’arrive pas à dépasser le cadre de musique de film se contraignant dans un exercice carré, honnête, mais sans la grandeur qu’on lui connaît. Attention, cela ne veut pas dire que ce disque est à jeter dans la cuvette des chiottes, c’est un bon album de musique de film et un album très moyen d’Ulver quand on connaît le potentiel du groupe.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire