Sunrise in Eden

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Edenbridge
Nom de l'album Sunrise in Eden
Type Album
Date de parution 25 Septembre 2000
Style MusicalHeavy Symphonique
Membres possèdant cet album84

Tracklist

1. Cheyenne Spirit 05:35
2. Sunrise in Eden 08:32
3. Forever Shine On 05:02
4. Holy Fire 04:48
5. Wings of the Wind 05:04
6. In the Rain 04:30
7. Midnight at Noon 04:11
8. Take Me Back 04:13
9. My Last Step Beyond 10:44
Total playing time 52:42

Chronique @ dark_omens

08 Avril 2014

Tout ici, ou presque, est navrant...

Lorsque s’achève la décennie qui clôt le deuxième millénaire sur cinq années où les mutations artistiques diverses ont ouvert la voie à une nouvelle ère enthousiasmante avec, notamment, l’éclosion de la scène Heavy/Power Metal transalpine, la confirmation de celle venant des pays scandinaves, mais aussi le renouveau d’un Heavy Metal transcendé par l’école nordique qui en réinterprète, avec talent, le classicisme, ou encore sublimé par le plus illustre des Anglais qui vient d’en bousculer définitivement les conventions les plus conservatistes, réinventant le genre, on ne peut consciemment pas ignorer que cette nouvelle époque naissante est une terre promise propice aux changements. Même les femmes qui, jusqu’alors, n’avaient eu, déplorons-le, que des rôles souvent secondaires et mineurs, vont se révéler et donner naissance à de nouveaux styles. Ainsi Theatre Of Tragedy, The Gathering, Lacuna Coil, Artrosis, The Sins Of Thy Beloved, Within Temptation et d’autres encore vont définir la première ébauche d’une musique plutôt gothique à chant féminin de laquelle viendra bientôt s’extraire, y greffant des éléments plus mélodiques mais aussi certains issus de la musique classique, le Metal Symphonique à chant féminin.

Ce nouveau genre connaît déjà pléthores d’œuvres captivantes. Nightwish vient, par exemple, d’en écrire un chapitre exemplaire au son d’un excellent Wishmaster après les premiers pas prometteurs d’un Oceanborn attirant. After Forever, quant à lui, en dessine sa vision personnelle au son d’un intrigant Prison Of Desire dont il enrichit le propos à l’aide de quelques voix Death et de quelques relents gothiques, comme une sorte de retour aux sources, très prononcés que l’on pourrait croire issus des premiers Theatre Of Tragedy. C’est au cœur de ce paysage original qu’Edenbridge sort son premier album, Sunrise Of Eden.

Et d’emblée le malaise s’installe.
La naïveté incroyablement embarrassante, avec laquelle le riff d’introduction nous offre une mélodie à l’atmosphère dangereusement mièvre, est déconcertante. Mais, la désillusion se révèle plus amère encore lorsque sur ce Cheyenne Spirit résonnent les premières intonations d’une voix désespérément inexpressive, et gravement insipide. Dans ces mélopées exécrables, à l’horreur abyssale de cette platitude consternante, se cachent pourtant des titres plus immondes encore. En effet, Forever Shine On ou In The Rain sont autant de futilités niaises à la saveur aussi aigre que leurs refrains affreusement mélodiques et inutiles.

Et le temps passe et le trouble persiste.
Les titres s’enchaînent au son d’une production manquant singulièrement de vivacité. Les guitares semblent, en effet, parfois, très en retrait face aux sempiternels synthés, et face à cette voix à la banalité affligeante. Au-delà de ces défauts pénibles, il faut encore ajouter ceux, navrants, d’une construction au break parfois déplorables, tels que sur un ennuyeux Sunrise in Eden, par exemple.
Les soli de guitares, quant à eux, manquent souvent de spontanéité et semblent continuellement empruntés et gauches. Point d’orgue de cette faiblesse, ils possèdent un aspect démonstratif tout simplement ridicule au milieu de tant de cette épuisante et caricaturale œuvre.

Et le temps se termine, le trouble reste vivace.
Ce Sunrise in Eden n’est que l’expression fade d’une musique vide et dramatique. Développant un Metal mélodico-symphonique doucereux sans aucun attrait, ces musiciens, non-contents de n’avoir que peu d’inspiration, excellent dans l’exécution d’un art impassiblement et invariablement monotone.

4 Commentaires

2 J'aime

Partager
ericb4 - 09 Avril 2014: Je vois que cet opus d'introduction est loin d'être le must de ce groupe de MS. Ta chronique ne m'a pas donné envie d'acquérir ce disque résolument sans intérêt artistique. Merci pour ce sage conseil! Il a fallu attendre, en effet, quelques années avant d'y voir une évolution du combo. Depuis, Lanvall a peaufiné son jeu de guitare et Sabine, sa partie vocale. Pour moi, "Solitaire" demeure leur meilleure production, pas irréprochable pour autant mais quand même plus aboutie. Quant à "the Bounding", dernier opus du groupe, je le trouve plutôt pas mal mais pas excellent non plus. Peut-être le substantiel titre éponyme de l'album se détache-t-il du reste ? Quoiqu'il en soit, on ira chercher l'Eden ailleurs! Et les exemples ne manquent pas à l'appel!...
Matai - 09 Avril 2014: C'est vrai que les débuts sont vraiment pas bons...heureusement qu'ils ont remonté la pente par la suite. Merci pour la chronique.
dark_omens - 09 Avril 2014: J'ai écouté, de loin et très superficiellement, le dernier et je n'ai ressenti les changements spectaculaires que vous indiquez. Mais, pour être franc, c'est peut-être moi qui ne suis plus en phase avec cette musique-là maintenant que je suis entièrement converti aux arts plus sombres et extrêmes...

Merci en tous cas pour vos commentaires avisés...
Matai - 09 Avril 2014: Le dernier n'est pas exceptionnel de toute façon. C'est pas le meilleur du groupe, c'est même un peu mou par moment, et y'a pas mal de titres genre ballades ou trucs plus posés.
Par contre, "My earthdream" et "Solitaire" sont extras.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire