Release from Agony

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Destruction
Nom de l'album Release from Agony
Type Album
Date de parution Décembre 1987
Enregistré à Karo Music Studio
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album220

Tracklist

Re-Issue in 2018 by High Roller Records
1.
 Beyond Eternity
 01:11
2.
 Release from Agony
 04:44
3.
 Dissatisfied Existence
 04:30
4.
 Sign of Fear
 06:46
5.
 Unconscious Ruins
 04:27
6.
 Incriminated
 05:22
7.
 Our Oppression
 04:49
8.
 Survive to Die
 05:31

Durée totale : 37:20


Chronique @ sargeist

25 Juillet 2007
Deux années à peine après l'excellent et intense "Eternal Devastation" qui aura marqué les esprits, Destruction, un des 3 piliers du Thrash Germanique avec Sodom et Kreator, nous revient avec ce "Release from Agony", doté, avouons le, d'une pochette assez hideuse. Mais comme l'habit fait rarement le moine, passons ce détail. Changement de batteur, mais aussi ajout d'un deuxième guitariste, Harry Wilkens, doté au dos de la pochette d'une coupe bien laineuse.

Dès le début, et cette intro mélodique assez appliquée, on comprend: Destruction s'est posé. Ce qui frappe au premier abord, c'est la relative sophistication des morceaux. Oh certes la rage est encore présente, mais elle est mieux gérée. On sent le travail en studio plus appliquée que par le passé. Quand auparavant Destruction se contentait d'envoyer la sauce pleine face, ici il se fait plus tortueux, empruntant divers chemins, enrichissant son Thrash de passages plus complexes, à la limite des fois de la démonstration. On aime ou on aime pas. Je pense bien que certains fans de la première heure ont dû être quelque peu décus.

Pour le reste, et avec un peu d'objectivité, nonobstant le passé, il s'agit de très bonne musique. Le seul hic, c'est la production franchement faiblarde, sans ampleur, habituel des productions d'époque, ainsi que ces fréquences basses un peu trop marquées. Mais ne pinaillons pas, Destruction a fait du beau boulot.

"Release from Agony", le morceau titre, se revèle un morceau de choix, un hymne à mon sens. Il y a tout ce qui fait un bon titre de Thrash, riffs, accélérations, refrain scandé, solis impeccables. Le reste est (presque)du même accabit. Je pense au riff de couplet de "Dissatisfied Existence", qui envoie bien le boulet et échauffe les nuques. Une petite pause avec "Sign Of Fear", mid tempo, bourré d'excellents arpèges, de dissonance, aux structures quasi progressives. A l'écoute de ce dernier, c'est une évidence, Destruction a évolué. "Unconscious Ruins" et son break de folie ("Death is knocking, at your backdoor, don't turn your back, this is the fall of humanity, nuclear holocaust... paroles d'époque), malgré un refrain un peu répétitif.

Les 3 derniers titres sont moins marquants, je pense encore au refrain un peu faible de "Our Oppression", mais contiennent néanmoins de bonnes parties musicales (Mike shredde à mort sur ce même titre). C'est moins direct, je le répète, on est loin d'un "Curse The Gods " ou d'un "Invincible Force"... à noter à la fin du dernier titre assez sombre "Survive To Die", la ritournelle du célèbre titre rock n'roll "In The Mood", comme pour souligner le second degré de tout cela.

Destruction nous offre donc un album plus matûre, moins speed et plus rythmique. Schmier hurle toujours de sa voix éraillée avec conviction, Mike place toujours le bon solo ou il le faut, et les 2 nouveaux musiciens se révèlent à la hauteur. Que demander de plus? Destruction est au top, et la tuerie de live qui va suivre ne pourra pas nous contredire. Que peuvent ils leur arriver? Des dissentions internes, le départ de Schmier? Hélas ca ira très vite.

Suite au prochain épisode...

15/20

Tuerie absolue: "Dissatisfied Existence"
Plus bof: "Our Oppression" (trop de choeurs tue le choeur).


3 Commentaires

8 J'aime

Partager
Fabien - 25 Juillet 2007: Je fais partie de ces fans de la première heure préférant le thrash speed et hargneux d’Infernal Overkill et d’Eternal Devastation. J’ai toujours trouvé Release From Agony et Cracked Brain un peu trop poussifs à mon goût.

Les compositions de Release From Agony ne sont effectivement pas mises en valeur par la prod’, mais trouvent une toute autre dimension sur le Live Without Sense d’anthologie, sorti l’année suivante, balançant des Unconscious Ruins, Dissatisfied Existence & Release From Agony beaucoup plus agressifs en live.

Fabien.
tonio - 26 Juillet 2007: Je l'ai jamais écouté celui là ! J'adore les 2 premiers, ta description de l'album me fait rudement envie. Dès que je le vois, je le choppe !
LeMoustre - 15 Décembre 2014: Clairement, une production ayant ruiné les efforts mélodiques entrevus sur le EP "Mad Butcher", autrement plus convaincant dans un style similaire. Quel dommage, tant Destruction aurait pu, fort de ses premiers disques très réussis, devenir l'équivalent en popularité de Kreator. Et, comme l'évoque Fabien, le live rendit peu après justice à des compositions prenant en public toute leur dimension. Grosse déception pour ma part à sa sortie, et je ne fus pas le seul.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire