Raped in Their Own Blood

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Vomitory (SWE)
Nom de l'album Raped in Their Own Blood
Type Album
Date de parution 1996
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album71

Tracklist

Re-Issue in 2007 by Animate Records.
1.
 Nervegasclouds
 05:19
2.
 Raped in Their Own Blood
 03:22
3.
 Dark Grey Epoch
 03:16
4.
 Pure Death
 03:11
5.
 Through Sepulchral Shadows
 04:56
6.
 Inferno
 02:44
7.
 Sad Fog Over Sinister Runes
 04:51
8.
 Into Winter Through Sorrow
 04:22
9.
 Perdition
 02:51
10.
 Thorns
 05:41

Durée totale : 40:33


Chronique @ BEERGRINDER

09 Octobre 2008
En 1996 les groupes de Death suédois “historiques” ont tendance à s’éloigner de ce style (Hypocrisy, Grave,...) ou à proposer du réchauffé qui commence à coller un peu à la casserole (Dismember, Unleashed,…). Heureusement la seconde vague commence à pointer le bout de son nez (Deranged avec Rated-X notamment) et après quelques démos Vomitory sort enfin son premier album Raped in Their Own Blood (1996) chez Fadeless Records (réédité plus tard par Hammerheart).

Une photo représentant une scène de meurtre orne le CD nous mettant de suite dans l’ambiance même si rien qu’au nom de l’album on pouvait s’en douter. Nous sommes donc en présence d’un Death Metal sans concession ni fioriture mais cependant plutôt axé sur du mid-tempo. Le son manque hélas un peu d’attaque et les très bons riffs de Ulf Dalegren et Urban Gustafsson n’ont pas forcément un impact à leur juste valeur.

Si Nergasclouds ouvre le bal assez sobrement, le deuxième morceau Raped in Their Own Blood est nettement plus enlevé avec notamment un break de derrière les fagots suivi d’un martelage en règle. Une fois les bonhommes lancés ils ne s’arrêtent plus : les mélodies sont bannies ici, une seule règle : une bon riff Death et roulez jeunesse ! On sent parfois des relents Punk dans les compos sur Pure Death notamment, en effet Ulf Dalegren et ses sbires ont un petit côté fun, ils dédient d’ailleurs leur album aux « Forshaga Metalcoholics » de Karlstad (leur ville).

On précisera que la voix de Ronnie Olson est particulièrement gutturale sans perdre sa capacité d’articulation : ce qui rend les titres assez intenses, Through Sepulcral Shadows est l’exemple type ou le chant permet de tirer un bon titre d’une base assez moyenne et répétitive.

En tout cas malgré quelques imperfections le côté direct de Raped in Their Own Blood est appréciable et tranchait à l’époque avec cette tendance qu’avait le Death Metal à se ramollir.

A conseiller aux fans de Death Metal cru et direct.

BG

0 Commentaire

8 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ wodulf

02 Décembre 2012

Un groupe encore hésitant quant à son orientation musicale

Formé en 1989 par le guitariste Urban Gustafsson, les débuts de Vomitory se placent en accord avec la scène death metal suédoise de l’époque. Donc un groupe fortement influencé par Bolt Thrower et Carcass qui nous délivre sur ses deux premiers enregistrements (la démo de 1992 et le 7’’ Moribund de 1993) un death metal typiquement suédois entre Grave et Entombed.
Puis le groupe va assister un peu en spectateur à l’évolution de la scène suédoise pour enfin sortir ce premier album en 1996, période charnière de la scène death metal. Pourtant Vomitory ne va pas du tout faire partie de ce renouveau. En effet, contrairement à Angelcorpse, Krisiun ou Deeds Of Flesh qui vont radicaliser le genre, Vomitory va un peu rester entre deux eaux et va surtout nous donner l’impression d’un groupe encore hésitant dans son orientation musicale. En effet, d’un côté on reste dans un gros death metal à l’ancienne plutôt mi-tempo d’ailleurs qui rappelle assez Grave mais on sent également sur d’autres morceaux que le groupe n’est pas insensiblement à leur scène death black de l’époque. De nombreux passages plus mélodiques nous ramènent ainsi à DissectionSad Fog Over Sinister Runes » « Thorns ») ou à Necrophobic (« Into Winter Through Sorrow »). Un album qui n’aura donc pas marqué son époque mais qui reste agréable à écouter.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire