Opus Mortis VIII

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Vomitory (SWE)
Nom de l'album Opus Mortis VIII
Type Album
Date de parution 25 Avril 2011
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album140

Tracklist

1.
 Regorge in the Morgue
 02:32
2.
 Bloodstained
 03:03
3.
 They Will Burn
 04:03
4.
 The Dead Awaken
 05:03
5.
 Hate in a Time of War
 04:06
6.
 Torturous Ingenious
 03:31
7.
 Forever Damned
 03:32
8.
 Shrouded in Darkness
 03:36
9.
 Combat Psychosis
 03:41
10.
 Requiem for the Fallen
 03:17

Bonus
11.
 Nervegasclouds 2011 (Digipack Edition)
 05:30
12.
 Raped in Their Own Blood 2011 (Digipack Edition)
 03:25
13.
 Redemption 2011 (Digipack Edition)
 04:09
14.
 The Voyage 2011 (Digipack Edition)
 05:14

Durée totale : 54:42


Chronique @ BEERGRINDER

11 Mai 2011

Vomitory jouera du Death Metal jusqu’à sa dernière goutte de sang

Figure de proue historique du brutal Death suédois aux côtés de Deranged, Vomitory a pourtant connu un début de carrière chaotique, ne parvenant à trouver un contrat discographique que tardivement et sur une petite structure (Fadeless Records). C’est Hammerheart Records qui va tout faire basculer pour les suédois en rachetant les droits des deux premiers albums et notamment du bon Redemption. S’en suivra une signature chez Metal Blade Records et une carrière enfin lancée avec des sorties régulières.

C’est comme le port salut, c’est marqué dessus : Opus Mortis VIII (2011) est le huitième full-lenght des suédois en un peu plus de vingt ans d’existence, dont sept ces 11 dernières années, un stakhanovisme qui ne semble pas influer sur la motivation du groupe, remonté comme jamais pour composer du bon vieux Death Metal. Bien sûr ceux qui recherchent une quelconque innovation ou des plans raffinés et originaux en seront pour leurs frais, mais les adeptes du style direct et percutant des frères Gustafsson seront aux anges.

Coup de cœur tout d’abord sur l’artwork de Lukasz Jaszak et ces quatre (comme les membres du groupe) soldats ensanglantés ayant troqué leurs armes contre des contrebasses et autres violons. Derrière ce côté fun se cache une symbolique très simple et tellement vraie : Vomitory ne fait pas dans la dentelle, leur musique c’est la guerre et ils ne se rendront jamais !
Bien sûr lorsque Regorge in the Morgue déboule, on en prend plein la gueule avec cette puissance et ce riffing caractéristique, et même si quelque part on à l’impression d’avoir déjà entendu ça, l’effet est toujours aussi décoiffant. Le growl de Erik Runsqvist est rugueux comme il se doit et la production toujours aussi robuste, Rikard Löfgren (invité à lâcher quelques backing vocals) et son Leon Music Studios a fait le boulot.
Il faut attendre Bloodstained pour la première baffe du disque, et c’est un euphémisme, le terme adéquat serait prendre un camion sur le coin de la figure, tout l’art de ce titre est de maintenir la pression tranquillement à coups de rythmiques bétons mid tempo, pour mieux nous prendre en traître vers la fin avec une accélération dévastatrice genre un vieux GMC de 30 tonnes qui défoncent une vitrine place Vendôme, génial !
Depuis leurs débuts Vomitory a toujours laissé transparaître un léger côté Motörhead, sur Forever Damned il n’y a pas d’erreur possible sur les influences, on dirait presque Ace of Spade joué en Death Metal.

Tous les morceaux ne sont peut-être pas inoubliables, mais la patte Vomitory est là, c’est à dire un Death brutal aux racines anciennes, se moquant totalement des démonstrations techniques, à l’image des soli slayeriens de The Dead Awaken. Toutefois pour les profanes, ne croyez pas que les suédois soient des manches, ça joue grave carré, c’est même la marque de fabrique de Vomitory, seulement c’est sans fioriture.
Le carton Torturous Ingenious permet d’admirer le jeu de Tobias G ., marteleur pas forcément d’une rapidité extrême, mais à la frappe régulière et destructrice, ajoutez à cela la basse grasse de Erik Rundqvist et les riffs sans pitié de Peter Ôstlund / Urban G. , vous avez un putain de morceau de « Pure Death Metal » comme indiqué fort justement sur le sticker Metal Blade…

Malgré des moments très réussis, Vomitory commence a légèrement faiblir, ne parvenant à se montrer implacable qu’épisodiquement. Toutefois pour les chanceux se penchant sur la version digipack, celle ci contient 4 pistes bonus qui sont des vieux morceaux réenregistrés, notamment le culte Redemption dont la production plus actuelle donne une puissance rare, mais les vieux cons comme moi préfèreront toujours la version d’origine, notamment grâce au chant terrible de Jussi Linna.

Qu’on se le dise, Vomitory jouera du Death Metal jusqu’à sa dernière goutte de sang, attention à l’essoufflement tout de même.

BG

11 Commentaires

16 J'aime

Partager

NICOS - 13 Mai 2011: Merci BEERGRINDER. J'ai adoré VOMITORY, ayant tous leurs albums. Cependnat, j'ai été décu par leur dernier album Carnage Euphoria, que je trouve en dessous de leur discographie. J'achèterai celui ci, mais sans passion. Ils devraient prendre plus de temps entre chaque albums, celà couperait une certaine monotonie qui s'est installée
MCGRE - 13 Mai 2011: Je trouve personnellement cet album de VOMITORY excellent , il y a un petit côté thrash metal que j'adore donc un bon cru cet album mais je comprend que certains fans soit déçu car il est beaucoup moins violent que les précédents .
Soulofnorth - 15 Mai 2011: Comme dit plus haut, je fais parti de ceux qui viennent de découvrir le groupe. Donc avec une écoute de novice dans Vomitory je dois avouer qu'il m'a énormement plu, après je comprend que ceux qui suivent le groupe depuis le début puissent être déçu par le côté classique de l'album.
albundy57 - 05 Décembre 2012: Re la compagnie!

Un an et demi après mon premier commentaire j'ai écouté un paquet de fois cet opus de VOMITORY.

Et je dois dire qu'au fil des écoutes j'ai trouvé ce skeud bien moins fade qu'au départ.

Je reste sur mon avis quant aux plus fréquents ralentissements de tempo; cependant cela amène plus de contraste avec leur brutalité qui s'en retrouve du coup plus marquante.

J'adore particulièrement le titre "Hate in a time of war", parfait exemple de morceau riche en alternances de tempos et de puissance.

Un très bon album de pur death brutal à l'ancienne, sans prise de tête et toujours cette défense de la bannière
death de la part de VOMITORY.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire