Queensrÿche

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Queensrÿche
Nom de l'album Queensrÿche
Type Album
Date de parution 25 Juin 2013
Labels Century Media
Style MusicalHeavy Progressif
Membres possèdant cet album72

Tracklist

1. X2
2. Where Dreams Go to Die
3. Spore
4. In This Light
5. Redemption
6. Vindication
7. Midnight Lullaby
8. A World Without
9. Don’t Look Back
10. Fallout
11. Open Road
DISC 2 (Digipack Edition)
1. Queen of the Reich (Live)
2. En Force (Live)
3. Prophecy (Live)

Chronique @ Ebrithil

25 Juillet 2013

Queensrÿche est en convalescence mais semble retrouver ses marques

Le destin de Queensrÿche est un beau bordel, c'est peu de le dire.

Geoff Tate, l'icône, le leader, le symbole du groupe, n'est plus là, renversé par son équipage, jeté à la mer avec ses idées douteuses symbolisées par l'atroce Operation Mindcrime 2 et par la tournure musicale de moins en moins heavy qu'il donnait au groupe.

Si l'ancien héros continue sa route seul, en sortant notamment un album qui tente de donner le change en renouant avec du "vrai" metal mais qui n'est malheureusement rien moins que médiocre, ses ex-collègues en font de même. Exit Geoff Tate, welcome Todd La Torre,impressionnant vocaliste spécialiste du remplacement de géants car il n'était rien d'autre que le successeur de l'extraordinaire Midnight au sein de Crimson Glory.
Et c'est peu dire que la tâche n'est pas plus aisée ici. Car si Tate n'était ces dernières années que l'ombre de lui-même (la faute à l'âge mais surtout à une absence totale d'entretien de sa voix), il n'empêche qu'il était à l'époque l'un des plus grands chanteurs que le monde du metal aie connu. Que ce soit dans les incroyables notes hautes qu'il atteignait sur Queen of the Reich ou sur l'émotion prégnante qui faisait briller des joyaux comme Operation Mindcrime et Empire, Tate a fait de Queensrÿche le groupe majeur qu'il est.

Mais La Torre, si il n'arrive évidemment pas à concurrencer les belles années (intouchables) de son prédécesseur, a tout simplement bluffé son monde ces derniers mois en Live, et le Rÿche est redevenu, sans son charismatique frontman, une référence scénique.

Les attentes sont donc grandes autour de ce nouveau Queensrÿche, qu'on sera tentés de considérer comme le "vrai" groupe, et autour de cet album éponyme - symbole s'il en est!
Le résultat souffle, comme on s'y attendait, le chaud et le froid.

Queensrÿche renoue ici, c'est une certitude, avec le style qui a fait ses succès : un heavy metal racé, rempli de mélodies, souvent mid-tempo, à l'image des 3 morceaux d'ouverture. Spore, tout particulièrement, retient l'oreille : couplets hachés, refrain aérien sur lequel on pense vaguement au somptueux No Sanctuary sur The Warning - une franche réussite.

Le groupe semble prendre un plaisir réel à revenir à ses plus belles années ; ainsi Into This Light, autre très bon morceau, aurait pu être un des nombreux tubes d'Empire, de même que Don't Look Back n'aurait pas déparé sur Operation Mindcrime - et voit enfin La Torre mis en valeur par Jackson et Rockenfield (principaux compositeurs) avec quelques notes bien senties.

Parlons d'ailleurs du nouveau venu ; si il est évident que le reste du groupe n'a plus grand chose à prouver (les soli sont d'ailleurs de très bonne facture, malgré l'absence de Chris DeGarmo), La Torre est pour beaucoup (du moins pour ceux qui ne l'ont pas vu en Live) un inconnu. Et si le mimétisme entre lui et Tate est assez impressionnant, il est évident qu'il n'en a pas la subtilité et l'émotion (et de loin), ni la palette vocale très vaste.
On aurait donc pu s'attendre à des morceaux pêchus, puissants et taillés pour que Todd mette en avant son organe, un peu à la Queen of the Reich ou The Needle Lies. Rien de tout ça.
L'album débute sur un mid-tempo sombre et assez peu efficace, Where Dreams Go To Die, qui ne demeurera pas un classique du Queensrÿche 2.0 et s'avère même parfois vocalement gênant de par un certain abus d'effets (un symptôme récurrent, mais globalement réussi), et par la suite ne voit La Torre prendre son envol que sur quelques passages de Redemption (premier single étrangement vite oublié, la faute à un refrain moyen) et Don't Look Back... Trop peu ?
Pas forcément. Car le groupe épate ici par sa capacité à créer des refrains mémorables sans jamais tomber dans la facilité, et si aucun morceau ne se dégage comme futur classique, quelques uns restent de vrais beaux moments (Into This Light, Don't Look Back et surtout l'excellent Spore), le tout formant un ensemble particulièrement aisé à écouter d'un bout à l'autre (la relative courte durée de l'album aidant).

Queensrÿche est donc en convalescence, mais semble retrouver petit à petit ses sensations et ses marques, un peu comme un grave accidenté aurait besoin de réapprendre les bases de la vie quotidienne. Le cataclysme Tate est derrière, et le ciel semble bien plus bleu à l'avenir, pour peu que La Torre se révèle être plus qu'un clone vocal au rabais de Geoff Tate et que Rockenfield et Jackson, fondateurs du groupe et désormais capitaines du navire, s'avèrent capables de lui faire retrouver sa grandeur d'antan.

En attendant une merveille comme Operation Mindcrime? Seul le temps le dira...

16 Commentaires

10 J'aime

Partager

 
taliesin - 12 Septembre 2013: Je me souviens d'un concert au Forest National à Bruxelles où Queensryche était en 1ère partie de Metallica.
Metallica avait été vraiment mauvais. Par contre, je me souviendrai toujours de la prestation du Grand Queensryche qu'ils étaient à l'époque avec le chef d'œuvre Operation Mindcrime.

J'ai écouté ce nouvel album de Queensryche et c'est nettement la meilleure chose qu'ils on faites depuis Empire.
ELECTRICMAN - 04 Juin 2014: Je ne sais ce qui soudain a fait éclore en moi cette envie de découvrir ce disque tant de mois après sa sortie (certainement les déceptions à répétition concernant leurs précédentes productions) mais sincèrement ils ont bien fait de monter dans la chrono-machine qui les a déposés à la fin des 80's. L'inspiration est de retour et je me surprend à écouter jusqu'à son terme cette galette qui me réconcilie avec ce groupe, j'espère pour longtemps. Petite parenthèse concernant "l'autre camp" j'ai pris le temps d'écouter "Frequency Unknown" et même si le style fait moins dans la nostalgie, j'y ai trouvé des idées intéressantes (mais la mise en son est perfectible). Du coup j'ai commandé les 2 en même temps.
samolice - 06 Mars 2015: Merci pour la chro. Enfin un album intéressant de la part du groupe. Dire qu'il aura, hélas, fallu attendre le départ de Geoff pour cela. Dommage. La Torre fait le job, même si on est parfois à la limite de la "copie". Au regard de ce regain d'inspiration, j'attends un prochain disque très solide. Est-il prévu pour bientôt?
OVERKILL77 - 18 Juin 2015: Acheté il y'a quelques temps, je ne retiens rien de cet éponyme, si ce n'est "In This Light"... Le reste m'emmerde au possible ! Déjà que je n'adhère que très peu à la pépite (que vous dites!) "Operation Mindcrime", je ne peux trouver ce dernier album que très moyen... Queensrÿche, qu'il s'agisse d'albums, de lives ou de Best-of, j'ai un sacré problème avec ce groupe, comme avec Dokken, Winger ou encore Whitesnake... Des légendes pour bon nombre de metalleux, mais qui pour moi m'emmerdent terriblement. Mea Culpa ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire